Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

océans - Page 5

  • TRES OPTIMUM ?

    LOPTIMUM.jpg

    CHRONIQUE PARUE DANS LE MAGAZINE L'OPTIMUM / FEVRIER 2010

    *

    OPTIMUMfev10.jpgLE MAGAZINE DE L'OPTIMUM / VADEMECUM

    CE QU'ILS EN DISENT : «Comme vous le savez, notre magazine n'a pas d'autres ambitions que de vous distraire en vous informant sur tout ce qui, aujourd'hui, peut vous séduire : expositions, mode, spectacles, automobiles, voyages, personnalités qui font l'actualité. Remède contre la morosité ? Avec le magazine de L'OPTIMUM, le «superflu» devient essentiel. C'est pourquoi nous sommes heureux de vous apporter avec chaque numéro de bons moments de détente, de stimuler votre curiosité, de vous offrir des dépaysements inattendus mais encore de vous proposer ce qui n'est pas incompatible la rencontre d'événements ou de personnalités qui enrichissent vos réflexions... Cette diversité nous passionne et, nous le pensons, vous passionne aussi car pour reprendre la formule de Montaigne «C'est un sujet merveilleusement vain, divers et ondoyant que l'homme»...»
    L'OPTIMUM / Mensuel (En kiosque)

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • CHRONIQUE MER ET MARINE N°8

    WEB JEANNE D'ARC R97
    UN CLICHE, UNE HISTOIRE N°8

    meretmarinebar199.gif

    La rubrique «Un cliché, une histoire» raconte un «bateau gris» pas comme les autres grâce à des extraits du Beau-Livre «La Jeanne d'Arc, porte-hélicoptères R97», écrit par Stéphane Dugast et illustré avec les photos de Christophe Géral. Tandis que la Jeanne d'Arc remonte actuellement le long de la côte nord orientale de l'Amérique du Sud avant de bientôt basculer «de l'autre côté» du continent, via le canal de Panama, direction la plate-forme aviation. Le «pont d'envol» dans le jargon du bord...

    1114-26 070R2.jpg
    © Christophe GERAL

    «CHIEN JAUNE»

    Sur le pont d'envol, un seul marin orchestre les manœuvres aviations. Il est habillé en jaune et on le surnomme le «chien jaune». Lui seul est en lien par radio avec l'Officier chef de Quart Aviation (OQA) et les pilotes. Il est garant de la sécurité du personnel à chaque décollage et à chaque appontage d'un aéronef. Quant à l'appellation «chien jaune», elle serait, selon de nombreux marins, inhérente au vacarme des rotors, obligeant «l'homme en jaune» à aboyer ses ordres. Pour les férus de sémantique marine, l'étymologie de ce terme est plus subtile. Cette appellation remonte à l'entre deux guerres. Acquérant compétences sur les porte-avions anglo-saxons, les marins français auraient comparé l'ordre répété en anglais «Wave off !» («Remise des gaz !») par les personnels chargés des manœuvres des aéronefs aux aboiements du mammifère de la famille des canidés. Cette appellation très imagée a depuis perduré. Les «chiens jaunes» sont ainsi devenus des figures emblématiques de la vie embarquée des bâtiments de combat.


    Stéphane DUGAST

    *

    meretmarinebar199.gifChronique extraite du Beau-Livre «La Jeanne d'Arc, porte-hélicoptères R97» & parue sur MER ET MARINE, un site web consacré à l'actualité du monde maritime.

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LE TOUR DU MONDE

    PEV EXPO panno BD.jpg

    marine nationale,mer,océans,porte-hélicoptères,jeanne d'arcPrésentée à bord du porte-hélicoptères lors de chacune de ses escales pendant son ultime campagne, l'exposition «L'esprit Jeanne, tenir la mer en équipage» raconte, en images et en textes, l'histoire exceptionnelle de ce navire mythique et convie à une visite guidée du bord en images. Une invitation à découvrir la vie sur la Jeanne et la magie de ce bateau devenu mythique chez les «gens de mer». Présentation de cet évenement soutenu activement par la Marine nationale et le Cluster Maritime.

    1153-02 023.jpg
    Brest - veille d'appareillage. Cocktail à bord. Dans le hangar aviation du porte-hélicoptères R97 Jeanne d’Arc.

    PEV EXPO panno 1 BD.jpg

    Panneau légendé de l'exposition «L'esprit Jeanne, tenir la mer en équipage».

    1153-02 007.jpg
    Brest - veille d'appareillage. Préparatifs du cocktail à bord du porte-hélicoptères R97 Jeanne d'Arc.

    PEV EXPO panno 2 BD.jpg
    Panneau légendé de l'exposition «L'esprit Jeanne, tenir la mer en équipage».

    1153-02 108.jpg
    Brest - veille d'appareillage. Cocktail à bord du porte-hélicoptères R97 Jeanne d'Arc. En attendant les premiers invités : plus de 800 ce soir-là !


    PEV EXPO panno 3 BD.jpg
    Panneau légendé de l'exposition «L'esprit Jeanne, tenir la mer en équipage».

    *

    1114-29 323 R2 BD.jpg› LIEU /
    A bord du porte-hélicoptères R97 Jeanne d'Arc
    › DATES /
    Décembre 2009 - Mai 2010
    › FORMAT /
    34 panneaux étanchéifiés - format 76X120 cm - légendés français-anglais
    › PUBLIC /
    Ambassadeurs, militaires, politiques, décideurs & grand public
    › AUTEURS /
    Clichés de Christophe GERAL. Enquête de Stéphane DUGAST
    › PARTENAIRES /
    La Marine nationale, Le Cluster Maritime, La Compagnie du Ponant & les éditions du Chêne

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • ESCALES PERUVIENNES

    RELATIONS PUBLIQUES JEANNE D'ARC R97
    DROLES DE DAMES

    JEANNE10 loreal.jpg

    Le porte-hélicoptères R97 Jeanne d'Arc est le navire-école de la Marine nationale depuis 1964 mais également un bateau-ambassade. Un bâtiment participant au rayonnement de la France à l'étranger. En atteste cette rencontre haute en couleurs au Pérou. Echos du bord.

    «Née en 1909, elle a traversé les tempêtes, est connue dans tous les ports du monde et au-delà, fait pétiller les yeux, briller les lèvres, rosir les joues, et a su conserver ses valeurs à travers les années. Le soir de l'arrivée à Callao, elles se sont retrouvées : deux grandes dames françaises : la Jeanne d'Arc... et l'Oréal. La Jeanne, porte-hélicoptères mais aussi porteuse des valeurs et du savoir faire français à l'étranger, s'était associée à l'Oréal pour recevoir les six cents invités du cocktail à bord. Sous l'égide d'UbiFrance et de la mission économique près l'ambassade de France à Lima, cette grande entreprise française, l'Oréal, était mise à l'honneur sur le pont d'envol. Après avoir accueilli le directeur général de l'Oréal Pérou, le capitaine de vaisseau Augier, l'équipage et tous les invités ont assisté à la projection du film sur les cent ans de la marque française, mettant en scène la merveilleuse et rayonnante Juliette Binoche. De la «société française de teintures inoffensives pour cheveux», créée le 30 juillet 1909, il ne reste que les premiers brevets déposés dès 1907 par Eugène Schueller et les premières publicités, - on disait «réclames» à l'époque - qui s'étalaient sur les murs et dans les boutiques spécialisés. Cent ans plus tard, l'Oréal est devenue la première entreprise mondiale de cosmétiques, employant 67 000 salariés dans 130 pays. Quelle drôle d'histoire que cette rencontre un jour de février 2010 au Pérou ! Deux grandes dames se rencontrent, et la France rayonne ! Les six cents personnes présentes ce soir là sur le pont d'envol de la Jeanne d'Arc ont applaudi avec enthousiasme cet évènement, dont chacun gardera en souvenir un parfum offert gracieusement par l'Oréal au départ des invités. Standing ovation pour la Jeanne d'Arc et l'Oréal ? Parce qu'elles le valent bien !» (Par l'équipage de la Jeanne d'Arc/Photographie Marine nationale. Extrait du BLOG DE LA JEANNE)

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • CHRONIQUE MER ET MARINE N°7

    WEB JEANNE D'ARC R97
    UN CLICHE, UNE HISTOIRE N°7

    meretmarinebar199.gif

    Au cours de l'ultime campagne du célèbre navire école de la Marine nationale, la rubrique « Un cliché, une histoire » raconte ce «bateau gris» pas comme les autres grâce à des extraits du Beau-Livre «La Jeanne d'Arc, Porte-hélicoptères R97», écrit par Stéphane Dugast et illustré avec les photos de Christophe Géral. Tandis que la « Jeanne » remonte actuellement le long de la côte orientale de l'Amérique du Sud et va prochainement faire escale dans le port de Callao au Pérou du 15 au 20 février prochains, pleins feux sur la passerelle navigation à la tombée du jour...

    1114-24 700.jpg
    © Christophe GERAL

    NAV' DE NUIT

    Passerelle navigation du porte-hélicoptères R97 « Jeanne d'Arc ». 20 heures. Fin de journée ordinaire à la mer. Deux marins assurent la veille optique tandis qu'un autre, penché sur la table à cartes, reporte les relèvements qu'il vient d'effectuer. La silhouette d'un quatrième marin se dessine devant la console d'un radar servant à détecter la présence des navires à la surface. Dans les locaux visibles de l'extérieur et en raison du masquage des feux, seuls la lumière rouge est autorisée en cas de besoin. De nuit, les lumières diffusées par les ordinateurs ou les radars en passerelle sont mêmes atténuées. Une navigation nocturne exige donc une veille continue ainsi qu'une excellente acuité visuelle des marins de quart.


    Stéphane DUGAST

    *

    meretmarinebar199.gifChronique extraite du Beau-Livre «La Jeanne d'Arc, porte-hélicoptères R97» & parue sur MER ET MARINE, un site web consacré à l'actualité du monde maritime.

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • JEANNE DE COEUR

    CPENOT.jpg

    Nom : Penot. Prénom : Christophe. Profession : Écrivain et éditeur d'art. Signes particuliers : vient de publier un ouvrage consacré à le porte-hélicoptères R97 Jeanne d'Arc. «Pour ceux qui l'aiment, et pour ne jamais l'oublier...» confesse sans ambages son auteur aux talents éclectiques...

    DSC_0646.JPG«Embarquer sur le porte-hélicoptères R97 Jeanne d'Arc pour vous imprégner des lieux et de son équipage a-t-il été une condition sine qua non avant d'écrire «Adieu, Jeanne, adieu !» ?
    - Christophe Penot : D'abord, il y a eu un travail préalable qui a consisté à enquêter sur la Jeanne d'Arc. J'ai fait connaissance avec le bateau dans les grandes lignes. De sa date de construction à tous ses commandants, ses principales campagnes autour du monde et ses missions phares. Avant d'embarquer, je savais donc où me diriger avec le sujet Jeanne.

    Ensuite, c'est forcément l'imprévu qui a joué. Au delà des dates ou des commandants, il y a des hommes : les marins. J'ai essayé de me pencher sur la mémoire de ces marins en venant les écouter à bord. C'est lors de la précédente campagne, pendant un transit Brest-Tunis, que j'ai ainsi embarqué sur le porte-hélicoptères.

    Premier constat in situ, la mémoire des hommes de la Jeanne » est assez semblable d'un individu à l'autre. En effet, tous les marins de la Jeanne racontent la même histoire. La Jeanne: c'est leur premier d'amour. Ce sont d'ailleurs les premières phrases de mon livre : «Elle a été leur premier amour. Elle, c'était la Jeanne ; eux, c'étaient des hommes...».

    Fort de ces enseignements, j'ai voulu toucher une corde qui n'est ni imaginaire ni littéraire mais bien humaine. En écrivant ce livre, j'ai souhaité toucher tout simplement ceux qui aiment et qui connaissent la Jeanne. C'est un ouvrage rare et précieux pour un bateau mythique ! «Adieu, Jeanne, adieu !» est le livre de  la mer, du vent et du cœur !

    DSC_0206.JPG

    « Adieu Jeanne, adieu ! »
    est le livre de la mer, du vent et du cœur !
    Christophe Penot

    - Comment avez-vous procédé pour écrire cet ouvrage proche de l'essai littéraire ?
    - D'abord, en embarquant, j'ai pu compter sur  l'accueil et la compréhension de Xavier Prache, commissaire en chef qui a compris d'emblée ce que je désirais écrire. Grâce à lui et aux officiers, j'ai eu le bonheur d'aller de coursives en coursives, de carré en carré, toujours parfaitement accueilli. Et jai aimé passé des heures avec les veilleurs, sur le pont, la nuit. Ainsi, ai-je pu appréhender et rencontrer les principaux personnages de la  Jeanne.

    Ce sont ces derniers qui ont constitué la trame à mon récit. Fort de cette approche, j'ai pu appréhender la Jeanne physiquement et plus intimement. Je n'ai eu qu'à écouter ces marins, tout en leur précisant au préalable que je n'étais entre guillemets qu'un écrivain du bord, présent  avec eux pour un transit entre l'Atlantique et la Méditerranée. Pour les écouter, je n'avais avec moi qu'un carnet de notes et un crayon. J'ai noté tout ce qui me semblait intéressant en écoutant ces personnages clés. Il n'y a donc eu aucune interview. Je suis allé aux antipodes de ce que j'ai l'habitude d'écrire, car je suis d'ordinaire un adepte de livres d'entretien.

    Pour la Jeanne, je souhaitais travailler sans magnétophone. C'est un choix délibéré pour que ce livre s'écrive sur un ton confidentiel. «Adieu Jeanne, adieu !», c'est un ouvrage que je ne dirais pas écrit mais chuchoté à l'oreille.

    Une fois tous vos témoignages recueillis, comment avez-vous alors écrit votre récit ?


    - A la manière d'un artisan, j'ai travaillé ma «matière première», soit mes témoignages, que j'ai mélangés à ma connaissance du sujet, pour ensuite coucher sur le papier mon ressenti. Il est vrai que fort de toutes mes notes et des impressions recueillies, j'aurais pu écrire un livre plus conséquent mais ça n'était pas l'objectif.

    Je souhaitais réaliser délibérément un livre réduit en pagination. Un livre écrit sur le ton de la confidence, selon Sylvette et Jean-Jacques Messager, l'épouse et le président de l'association des anciens de la Jeanne d'Arc. «Adieu, Jeanne, adieu !» ressemble à une lettre d'amour. C'est de surcroît un livre à tirage confidentiel puisque nous n'avons tiré que 690 exemplaires. C'est également un ouvrage d'art car il a été tiré sur du papier haut de gamme. A l'heure des tirages grand public, cette fabrication artisanale et sa rareté en font à mon sens toute sa saveur et toute sa richesse...

    DSC_0020.JPG

    Auteur d'un précédent Beau-Livre intitulé  «Les chevaliers de la mer» consacré à l'école navale, vous semblez passionné par les océans et les marins, d'où vous vient cette attirance ?


    - Ce «tropisme» s'explique d'abord par mon service militaire que j'ai effectué au sein de la Marine nationale. Malheureusement, je n'ai pas eu la chance d'embarquer sur la Jeanne. Il y a aussi la ville où je vis. Avec mon épouse et mes enfants, nous avons le bonheur de vivre à Saint-Malo. Nous avons cette chance de vivre au bord de la mer qui bat sous nos fenêtres. Vous savez, j'ai découvert la mer par capillarité. Désormais, je ne peux plus vivre une journée sans voir la mer. Je suis habité par le rythme marin. Sans compter mes nombreuses lectures marines...

    C'est également a posteriori que je me rends compte  que mes productions littéraires s'éloignent peu souvent de l'univers de la mer. J'ai réalisé un livre d'entretien intitulé «Chateaubriand aujourd'hui» avec les dix meilleurs spécialistes mondiaux. Vous savez que l'écrivain François René de Chateaubriand, véritable marin,  était fasciné par la mer, qu'il appelait sa «vieille maîtresse»...

    De la même façon, j'ai écrit des livres avec différents personnages, notamment sur le Tour de France cycliste. Là encore, il y a des points communs. Le Tour comme la Jeanne d'Arc sont de formidables ambassadeurs de notre pays. Le Tour de France est diffusé dans 186 pays à travers le monde. Il touche potentiellement 1,5 milliards de téléspectateurs. Même dimension pour la Jeanne qui est une formidable ambassadrice de la France et de sa culture à travers le monde. Qu'il s'agisse de littérature, de peinture et de gastronomie. Voilà pourquoi, lorsque j'écris sur le Tour de France ou sur la Jeanne, j'écris sur les mêmes registres : la francophonie, la culture française, la beauté de notre pays...

    JEANNE 01.jpg

    Après ce récent travail littéraire consacré à la Jeanne d'Arc, à quels nouveaux projets vous attelez-vous ?


    - Grâce à nos deux maisons d'éditions - Cristel éditions et Cristel éditeur d'art exclusivement consacré aux domaines de l'art et de la peinture - le champ des possibles est large. Cependant, les sujets marins et Marine m'attirent irrésistiblement.

    A la demande de Centre Instruction Naval de Brest, je prépare un nouveau livre pour 2010 qui sera traité de la même manière que l'ouvrage «Les Chevaliers de la mer». Il s'agira d'un livre d'entretiens dans lequel dix-huit merveilleux témoins raconteront l'école des Mousses, lieu emblématique de la Marine qui vient de rouvrir de nouveau ses portes, et qui a façonné tant de marins, tant de destins allais-je dire...»

    Propos recueillis par Stéphane DUGAST

    Photographie une de Yann LE NY / Marine nationale
    Photographies de Julien CABON / Marine nationale
    *
    ITW CPENOT 2 W.jpg

    SUR COMMANDE
    Adieu, Jeanne, Adieu !
    de Christophe Penot. 48 pages - 24X18 cm. Edition d'art sur papier Rives vergé ivoire. 29 €. 690 exemplaires exclusivement vendu par correspondance. Contact : Cristel éditeur d'Art. 7, avenue Jules Simon - 35400 Saint Malo ou sur le web à : www.editions-cristel.com

    logo cb.jpgReportage paru dans COLS BLEUS n°2926, l'hebdomadaire de la Marine nationale depuis 1945

     

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA JEANNE DE A à Z N°4 / "D" COMME...

    A l'occasion de l'ultime campagne de la Jeanne d'Arc, l'hebdomadaire de la Marine Cols Bleus raconte autrement le porte-hélicoptères R97. Cette semaine, la lettre D nous fait rencontrer un «Jeannophile».

    1153-04 242.jpg
    © Christophe Geral

    « D »

    DAGORNE L'homme est en granit. Un breton pure souche. Un passionné de vélo. «Et de mer», précise d'emblée l'intéressé. Retraité de la Marine depuis une décennie, le sexagénaire est également un collectionneur réputé du monde de la petite reine en Bretagne. Bernard Dagorne possède ainsi une collection unique de 158 maillots de leaders. «Des pièces toutes uniques offertes par leurs propriétaires». De l'aveu de l'amoureux de la bicyclette : «Cette passion est devenue un véritable sacerdoce. Comme celle que j'ai pour la Marine». Bernard Dagorne est également un collectionneur des «choses de la mer». «De la Marine française depuis l'après-guerre jusqu'à nos jours, je collectionne tout» corrige-t-il. Sa collection de rubans légendés de la Marine «précieuse» fait d'ailleurs sa fierté. «J'ai environ 900 pièces, toutes uniques...». Rue du Men-Dû, à son domicile morbihannais, le visiteur peut également compulser d'épais classeurs d'archives recensant des articles de presse dédiés aux fiers navires de la marine militaire. «Mon défunt père, premier-maître mecbo dans l'aéronautique navale entre 1935 et 1962, m'a légué cette passion. Je continue sur sa lancée...». Quant à l'évocation de la Jeanne d'Arc, les yeux de Monsieur Dagorne brillent de mille feux. Le porte-hélicoptères le fascine. «Je suis un véritable Jeannophile sans y avoir pourtant été affecté» assure-t-il amusé. Inlassable et méticuleux, l'ancien marin collationne ainsi objets et articles Jeanne de toutes sortes. Quant à l'utilité de toutes ses collections de Marine, elle est avérée selon lui : «J'organise de nombreuses expositions. En Bretagne et ailleurs...». Concernant leur portée, elle est incontestable à ses yeux : «Je souhaite valoriser notre patrimoine naval. La Jeanne d'Arc en est incontestablement un symbole for ». A l'heure du prochain retrait du service actif du bateau immatriculée R97, Bernard Dagorne ne verse néanmoins pas dans la nostalgie : «Il y aura un après-Jeanne, fort des valeurs du porte-hélicoptères, elles mêmes transmises par son prédécesseur le croiseur-école». Autant de nouvelles pièces en perspective qui enrichiront la collection hétéroclite de l'étonnant Bernard Dagorne.
    Stéphane DUGAST

    *

    Couv_JeanneDArc BD.jpgEXTRAIT DU LIVRE
    LA JEANNE D'ARC, porte-hélicoptères R97

    (E/P/A – Les éditions du Chêne)
    Photographies de Christophe Géral
    Enquête de Stéphane Dugast

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • FRANCE 3 OUEST AIME LA JEANNE

    FRANCE 3.jpg
    France 3 Ouest a consacré une émission et des plateaux TV lors de l'appareillage en décembre dernier. Il y a été question des multiples facettes de ce navire-école que la Marine aura du mal à remplacer : celle de croisières au soleil, certes, mais aussi les missions humanitaires sur toutes les mers du monde, le défilé des personnalités, la vie quotidienne à bord, le ravitaillement, la formation d'officiers et du Beau-Livre... A noter que France 3 Ouest consacre un site web à la Jeanne.

    *

    France_3_ouest_logo_2010.jpg

    France 3 Ouest est l'une des treize antennes régionales de France 3, émettant sur les régions Bretagne et Pays de la Loire, et basée à Rennes. France 3 Ouest est divisée en deux antennes sous-régionales : France 3 Bretagne et France 3 Pays de la Loire.

     

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA JEANNE DE A à Z N°3 / "C" COMME...

    A l'occasion de l'ultime campagne de la Jeanne d'Arc, Cols Bleus raconte autrement le porte-hélicoptères R97. Cette semaine, la lettre C nous emmène plate-forme aviation.

    1114-09 275 R.jpg
    © Christophe Geral

    « C »

    Chien jaune Sur le pont d'envol de la Jeanne d'Arc, les tenues vestimentaires sont bigarrées et régies par un code couleur. À chaque tenue correspond une fonction. Bleu : équipier, rouge : chargé du ravitaillement en carburant, blanc et noir en charge des installations électriques... Pour les diriger, un homme sanglé d'un gilet et d'un casque jaune. Le «chien jaune». Sa mission à bord du porte-hélicoptères consiste à assurer la sécurité des mouvements aéronefs en liaison avec la passerelle aviation. «Plateforme hélico, c'est moi le patron !» assène, en guise de présentation, Sylvain casque jaune vissé sur le crâne et sifflet à la bouche. «C'est pour mieux se faire entendre ! C'est fort utile ici à cause du bruit des pales et des rotors». A chaque décollage et à chaque appontage, un dialogue à trois s'instaure. Sur le pont d'envol, un seul marin donne les ordres : le «chien jaune». Lui seul est en lien par radio avec l'Officier chef de Quart Aviation (OQA) aviation et les pilotes pendant les manoeuvres aviation. Il est le garant de sécurité des hommes qui s'affairent plate-forme aviation. Quant à l'appellation «chien jaune», Sylvain a lui son explication : «Avec le bruit, on doit parler fort. C'est comme si on aboyait à chaque manoeuvre...» lâche-t-il dans un large éclat de rire. Pour les férus de vocabulaire maritime, l'étymologie de ce terme est plus subtile. Cette appellation remonte à l'entre deux guerres. Acquérant compétences sur les porte-avions anglo-saxons, les marins français auraient comparé l'ordre répété en anglais «Wave off !» («Dégagez ! (le pont)»)  par les personnels chargés des manœuvres des aéronefs aux aboiements d'un chien. Qu'importe l'origine des mots pour Sylvain «chien jaune» sur la Jeanne d'Arc.  Seul comptent son métier et la sécurité ! Sylvain vit là sa cinquième campagne sur le porte-hélicoptères. «La Jeanne, c'est la promesse de voyages et la découverte d'autres cultures» conclut-il avant d'enfiler prestement son casque et de lancer : «Le pont d'envol c'est mon bureau. Avec vue sur imprenable sur l'océan. Mais je suis là pour éviter tout incident !». Un hélicoptère Alouette III est justement de retour. Le «chien jaune» ne va pas tarder à aboyer...
    Stéphane DUGAST

    *

    Couv_JeanneDArc BD.jpgEXTRAIT DU LIVRE
    LA JEANNE D'ARC, porte-hélicoptères R97

    (E/P/A – Les éditions du Chêne)
    Photographies de Christophe Géral
    Enquête de Stéphane Dugast

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UN CLICHE, UNE HISTOIRE N°5

    meretmarinebar199.gif

    Au cours de l'ultime campagne du célèbre navire école de la Marine nationale, la rubrique «Un cliché, une histoire» raconte ce «bateau gris» pas comme les autres grâce à des extraits du Beau-Livre « La Jeanne d'Arc, porte-hélicoptères R97 » écrit par Stéphane Dugast et illustré avec les photos de Christophe Géral. Alors que la Jeanne approche en ce moment des chenaux de Patagonie, plongée dans les « entrailles » du porte-hélicoptères R97.

    1114-08 238 R.jpg
    © Christophe GERAL

    LES MACHINES
    Le «royaume» des mécaniciens. Bienvenue «rue de chauffe». Un univers résolument à part. Comme hors du temps. Le cœur de la Jeanne d'Arc semble battre dans ces enchevêtrements de tuyaux, de câbles et de manettes. Les machines offrent un décor à fortes connotations post-industrielles décrites avec force dans les romans d'Emile Zola. C'est un univers que l'on dirait tout droit sorti d'un film de sciences-fiction, tant la vapeur qui peut l'envelopper lui confère une dimension mystique. «C'est surtout vrai à l'allumage des feux quand on doit allumer les machines à l'appareillage», nuancent les mécanos. D'eux on dit que leur amour de la turbine est inoxydable malgré la chaleur, l'huile et la vapeur. Pénétrer dans les «entrailles» de la Jeanne ne laisse aucun visiteur indifférent...

    Stéphane DUGAST


    Extrait du Beau-Livre «La Jeanne d'Arc, porte-hélicoptères R97»

    *

    meretmarinebar199.gifChronique extraite du Beau-Livre «La Jeanne d'Arc, porte-hélicoptères R97» parue sur MER ET MARINE, un site web consacré à l'actualité du monde maritime.

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA JEANNE DE A à Z N°2 / "B" COMME...

    A l’occasion de l’ultime campagne de la Jeanne d’Arc, Cols Bleus raconte autrement le porte-hélicoptères R97. Cette semaine, la lettre B, en référence aux «élèves-officiers» devenus des «officiers-élèves» à l’occasion de leur embarquement longue durée sur la Jeanne.

    1153-04 141.jpg
    © Christophe Geral

    « B »

    Bordaches & Baille. C’est au cœur de la presqu’île de Crozon, à Lanvéoc-Poulmic que l’école navale a définitivement pris ses quartiers après la seconde guerre mondiale. Avant cette installation à terre, l’instruction des officiers marins a suivi les soubresauts de l’Histoire. Le 7 mai 1827, une ordonnance du roi Louis-Philippe établit la formation des officiers de Marine à Brest. A bord du vaisseau L’Orion, y sont enseignés la manœuvre, la navigation des vaisseaux, la géométrie, l’algèbre, la construction navale et l’histoire. A compter de 1839, la formation se déroulera sur le vaisseau Borda, ainsi baptisé en souvenir du chevalier Jean-Charles Borda, savant et marin du XVIIIème siècle. Cet âge d’or de la formation va voir se succéder, jusqu’en 1913, trois nouveaux vaisseaux toujours baptisés Borda. Réminiscences de ces temps glorieux et de l’esprit «maison», la naissance de l’appellation «bordache», dérivé du nom du navire-école. Aujourd’hui encore, ce terme désigne les élèves de l’école navale. Concomitamment, les «bordaches» affubleront également leur école d’un surnom : «la Baille». Etymologiquement, une «Baille» désigne un bâtiment malpropre et mal tenu. Ce terme (d’un emploi courant dans la Marine à la fin du XIXè siècle) est ainsi utilisé, dans sons sens péjoratif, pour désigner un bateau quelconque avant que de facétieux marins ne surnomment ainsi le prestigieux vaisseau-école Borda, et par la même la formation prodiguée aux «bordaches».  Après la «baille», c’est donc sur le pont de la Jeanne et de sa «conserve» (NDLR : la frégate accompagnatrice) balayé par les embruns que les «bordaches» viennent se frotter à l’océan pour devenir des officiers de Marine. «Un métier combinant un subtil dosage de compétences scientifiques, nautiques, militaires et humaines», d’après les «sergents recruteurs»…
    Stéphane DUGAST

    *

    Couv_JeanneDArc BD.jpgEXTRAIT DU LIVRE
    LA JEANNE D'ARC, porte-hélicoptères R97

    (E/P/A – Les éditions du Chêne)
    Photographies de Christophe Géral
    Enquête de Stéphane Dugast

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • A VOUS LA JEANNE...

    TEBEO 8w.jpg
    Première émission de « La Complète », un talkshow diffusé  du mardi au vendredi à 18 heures 30 sur Tébéo TV. Une « première » à bord du hangar aviation ou la Jeanne devenu un plateau TV. Les coulisses en photos...
    TEBEO 10w.jpg
    (De gauche à droite) En plateau, la présentatrice Sophie Le Croizier, Patrick Augier, commandant du porte-hélicoptères Jeanne d’Arc et Stéphane Dugast, auteur du livre «La Jeanne d’Arc, porte-hélicoptères R97».

    09GEAOM232N067-MP LE NY YANN.jpg
    (De gauche à droite) En plein débat : la présentatrice Sophie Le Croizier, Jean-Jacques Messager président de l’association des anciens de la Jeanne, Christophe Boucher, rédacteur-en-chef ajoint Tébéo et Stéphane Dugast, auteur du livre «La Jeanne d’Arc, porte-hélicoptères R97».

    09GEAOM232N046-MP LE NY YANN.jpg
    En plateau : le hangar aviation.

    TEBEO 5 w.jpg
    (De gauche à droite) En plateau, la présentatrice Sophie Le Croizier, un officier-élève du porte-hélicoptères Jeanne d’Arc, Jean-Jacques Messager président de l’association des anciens de la Jeanne et Stéphane Dugast, auteur du livre «La Jeanne d’Arc, porte-hélicoptères R97».

    TEBEO 2 w.jpg
    Promotion sourire ! L
    a présentatrice Sophie Le Croizier

    TEBEO 11w.jpg
    En tournage, caméra n°1

    09GEAOM232N041-MP LE NY YANN.jpg
    En tournage, caméra n°2
    09GEAOM232N073-MP LE NY YANN.jpg
    En régie...

    09GEAOM232N096-MP LE NY YANN.jpg
    Plateau de lancement en extérieur.


    Photographies de Yann Le Ny / Marine nationale


    tebeotv.pngTébéo, signifiant Télé Bretagne Ouest, est une chaîne de télévision locale de Brest autorisée par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA). Elle couvre le Finistère et l'ouest des Côtes-d'Armor et une partie du Morbihan.

    Lien permanent Pin it! Imprimer