19.09.2014

YVES MARRE : LE NAVIGATEUR SOLIDAIRE

055.jpg

Navigateur Solidaire : c’est un ouvrage signé Yves Marre à paraître le 8 octobre prochain. C’est surtout le récit haut en couleurs d’une formidable odyssée maritime.

11913_556253697824856_6775558827212151171_n.jpg

› L’HISTOIRE Fin janvier 1994, ils sont deux à bord d’une péniche fluviale "récupérée" grâce à Michel Rocard. Leur objectif ? Convoyer le bateau depuis Port-Saint-Louis-du-Rhône jusqu’au Bangladesh afin de le transformer en hôpital flottant pour les populations les plus défavorisées des rives du plus grand Delta de la planète, soumis sans répit aux caprices des fleuves sacrés.

10492560_10152095960686809_994432280480742766_n.jpg

Trois mois et demi plus tard, après avoir affronté les tempêtes hivernales de la Méditerranée, être entré «en douce» dans le canal de Suez, avoir franchi l’Océan Indien fidèlement guidée par Météo France et remonté le golfe du Bengale en repoussant cyclones et administrations tatillonnes, la péniche Flèche d’Or - rebaptisée Friendship atteint enfin son but.

1978851_554311358019090_1645658734592750444_n.jpg

› CE QU’EN DIT L’ÉDITEUR Navigateur solidaire, c’est donc  l’histoire d’un homme qui va au bout de ses rêves et reste fidèle à son engagement de jeunesse, « faire ce que doit ». Un livre pour donner envie de se lancer à son tour dans la construction de sa vie, telle qu’on l’avait imaginée, il n’y a pas si longtemps.

1391832_213682888806277_321199102_n.jpg


› BONUS

Pour en savoir + sur Yves Marre, le navigateur solidaire. En attendant de lire son ouvrage aux éditions Isabelle Le Goff.

Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

17.09.2014

L'ÉPOPÉE SAUVAGE

 reese-withersonpoon-first-image-look-pic-Cheryl-wild-movie-adaptation2.png

Wild, c’est un best-seller signé par l’américaine Cheryl Strayed. C’est l’an prochain un film sur grand écran !

[INDISCRÉTION DE RENTRÉE] Wild raconte le voyage initiatique de Cheryl Strayed à travers l'Ouest américain.

cheryl-strayed-wild.jpg

Ancienne toxicomane ayant vécu la disparition précoce de sa mère et une séparation compliquée, Cheryl se décide de parcourir seule le chemin des crêtes du Pacifique, long de 1 700 kilomètres et réputé difficile (LIRE LA CHRONIQUE).

De l’avis de tous les lecteurs, ce récit est bouleversant et donne envie de sauter dans ses chaussures de randonnée.

strayed_witherspoon.jpg

Adapté au cinéma, Wild sortira sur grand écran avec Reese Witherspoon (Walk the line) comme actrice principale. Aux commandes de cette super production : Jean-Marc Vallée’s, le réalisateur du très réussi Dallas Buyers Club.

9782081292918.jpg

À noter que Wild paru en France aux éditions Arthaud va être publié le 18 septembre prochain aux éditions 10/18. L’occasion de vous plonger dans l’épopée sauvage de Cheryl.

Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

15.09.2014

MAGIQUES ESCALES

 BILLET 14 VOC escale UNE.jpg

«Escale» : un terme aux forts pouvoirs évocateurs pour les marins. Mais quels sont les origines de ce mot ?

Par pudibonderie ou par souci sûrement de ne pas déplaire au quidam contribuable, certains ne parlent plus d’«escales» dans la Marine militaire mais bien de «relâche opérationnelle». Les forts pouvoirs évocateurs du terme «escale» ont donc fini par ternir sa réputation.

Quant aux origines de ce mot controversé, elles remontent au 16ème siècle. Il s’agit d’un emprunt à la Marine du Levant, ou plus précisément à scala en génois désignant alors l’échelle de coupée qui permet le débarquement à terre de l’équipage et des passagers.

050.jpg

«Je retourne faire scale au port dont je suis issu». Cette citation de l’écrivain François Rabelais (1494-1553) atteste de l'usage ancien de ce terme, comme de l’expression «faire escale», désignant l’action d’accoster dans un port pour s'y approvisionner en vivres et en eau potable, éviter une tempête ou encore un ennemi impitoyable.

Au cours du XXème siècle, le terme «escale» va s’étendre au monde de l’aéronautique et à celui ferroviaire. La SNCF n’hésitant pas à parler d’«agent d’escale» afin de désigner son personnel chargé d’informer, d’orienter ou d’assister un usager.

affiche14.jpg

Quasi synonyme, le terme «étape» quant à lui ne sera jamais utilisé par les «gens de mer», du fait sûrement de ses origines trop terrestres.

Car l’étape (du bas latin stabula) fait d’abord référence à l’étable, le lieu où logent vaches, bœufs et cochons, avant de désigner un magasin de vivres, et par extension un lieu de repos.

11918.jpg

 

L'étape est également le lieu dans lequel des troupes en marche s’arrêtaient pour se sustenter et souvent passer la nuit.

Une nouvelle preuve de la coquetterie des marins aimant décidément à se différencier de leurs "frères" terriens.

Stéphane DUGAST
Archives
© Marine nationale / Sandy Hook

Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

14.09.2014

BALLADE EN MER SALÉE

 0.jpg

Tourné en 1973, 7 Jours en Mer est un "film institutionnel", très particulier dûment commandé par la Marine Nationale à Pierre Schoendoerffer, et produit par l'Établissement Cinématographique des Armées (ECPA). Rapides explications.

C'est, en quelque sorte, un brouillon, une épure du long-métrage Le Crabe-Tambour (LIRE LA CHRONIQUE), tourné trois ans plus tard par le cinéaste et romancier Pierre Schoendoerffer.

62224355_p.jpg

«C’est un  film ample et poétique - (ah, l'idée des mannequins de vitrine, ah les prises de vue dans "la plume" signées Dominique Merlin...) - qui en surprit plus d'un et d'abord ses commanditaires, mais il sortit dans les salles en première partie de programme, comme beaucoup de productions des armées, à l'époque» aime à préciser Frédéric Pierretti, cinéaste et officier de marine dans la réserve, à propos de ce film.

20078689.jpg-rx_640_256-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

À noter que l'ECPA (devenue ECPA-D) ne faisait pas encore, alors, de vidéo. L'établissement cinématographique des armées tournait en 35 mm et s'accordait trois mois de fabrication, de la conception à la première projection. Une autre époque, un autre siècle...

Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

12.09.2014

UN WEBDOC TRÈS "ZÉLÉE" !

1491708_695935653776656_8607092210793953720_n.jpg

Je suis une fière canonnière stationnée à Tahiti en 1914, héroïne de la défense de Papeete face à la marine allemande et d'un webdocumentaire interactif. Je suis, Je suis…

10559947_10152689090452164_6429834332739291631_n2.jpg

La Zélée, c’est un web documentaire (écrit pour le web et par le web) narrant le bombardement de la ville de Papeete survenu le 22 Septembre 1914.

C’est un webdocumentaire constituée de «webisodes» ou petites œuvres multimédia (POeMs) de courtes durées (environ 3mn) relatant les événements et aventures historiques de personnages ayant réellement existés.

zelee.jpg

 

› LES PERSONNAGES

- le Commandant de la Zélée et de la défense de Tahiti, le lieutenant de vaisseau Maxime Destremau
- son rival, le gouverneur colonial William Fawtier
- l’autre rival, l’amiral Maximilian Van Spee
- l’ami tahitien du Commandant Destremau, Tati Salmon, l’oracle
- la Princesse Takau, fille de la dernière reine de Tahiti
- les «feii», volontaires tahitiens qui constitueront le premier bataillon du Pacifique.

04 - 27 - 25 mai 1918  la Zélée ramène la Walküre à Papeete .jpg

› LES DÉCORS

Le décor de l’œuvre est la ville de Papeete, et La Zélée, en partie reconstituées virtuellement en 3D telle qu’elles étaient il y a cent ans.

ZELEE-POSTER-correction2.jpg

› LES PLUS

«La véritable force de ce webdocumentaire et le critère qui fait son originalité, vient qu’une partie de son contenu est issu des comptes Twitter et Facebook liés au site La Zélée.fr. La Zélée 1914 est le premier support multimedia aux projets pédagogiques des élèves des écoles de Polynésie Française. C’est également la première expérience de production participative et collaborative», précise Ramzi Assadi du magazine de l’actualité du film documentaire et des webdocs Aller-Retour.

1zelee_1924-1934.jpg

La plateforme www.lazelee.fr est, en effet, liée aux comptes de partage Twitter et Facebook du @CptDestremau. Grâce à ce pseudonyme, sont ainsi publiés son journal de bord, son journal de défense et sa correspondance privée avec sa femme. Autant d’artifices permettant de raconter « en direct »l’actualité de ce projet dans ses dimensions historiques, pédagogiques, technologiques et commémoratives.

Les «followers» et «fans» de ces comptes enrichissent, en effet, par leurs contributions et leurs interactions en temps réel, le contenu de la plateforme.


› Pour visionner le webdocumentaire La Zélée, rendez-vous ici.

 

Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |