Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18.12.2014

UNE MALLE AUX TRÉSORS

63732_561171337318489_4201135459745354203_n.jpg

D’un débarras de sa maison familiale, Ivan Macaux ressort, un jour, une vieille malle en bois dont seule une vielle étiquette l'informe de sa provenance : la Chine et Shanghai. La promesse de trésors inestimables ?

Stockée entre une réplique de porte-avions, un uniforme, un sabre et un paravent japonais, cette malle a appartenu à son arrière-grand-père, un marin d’État : l’amiral Jules Le Bigot, commandant en chef des forces navales d'Extrême-Orient dans les années 1930 à Shanghai.

Son contenu se révèle insolite. Disposées sur trois plateaux, y figurent cent-neuf figurines chinoises en bois de fusain sculptées, peintes et décorées à la main.

chine, histoire, ivan macaux, malle, amiral le bigot, livre, extrême orient, chine, musée,

1486851_578513328917623_1362676646546897099_n.png

Joueur de flute ambulant, barbier ou encore fendeur de bambou, ces figurines dépeignent la vie quotidienne en Chine entre la fin du dix-neuvième siècle et le début des années 1930. Éminent spécialiste, Christian Henriot est contacté. Le professeur à l'université Lyon II est bluffé par cette découverte.

Du jamais vu en 30 ans de recherches. Les deux compères découvrent que ces figurines ont été ont été offertes à l'amiral le Bigot pour le remercier d'avoir placé, sous protection française, un orphelinat jésuite au moment du conflit sino-japonais (1937-1945). Ce sont les pensionnaires de cet orphelinat qui ont d'ailleurs confectionné ces objets jusqu'ici inconnus.

Exposition_figurine.jpg

8959_566661000102856_7227599940095046043_n.jpg

Écrivain de Marine et éditeur, Olivier Frébourg (LIRE LA CHRONIQUE) flaire la belle histoire, et la publie sous la forme d’un Beau-Livre.

À noter qu’une exposition de ces figurines devrait prochainement se tenir à Paris, puis dans l'ancien orphelinat de Shanghai devenu entre temps un musée.

Equateurs1412_ScenesDeLaVieEnChine.jpg

Scène de la vie en Chine. Les figurines de bois de T’ou-Sé-Wé de Christian Henriot et Ivan Macaux. 291 pages - 28 € (éditions des Équateurs)

Lien permanent | |  Facebook | | |

16.12.2014

YVAN BOURGNON : NOUVEAU DÉPART

Yvan-Bourgnon-est-arrive-au-Panama_original_with_copyright.jpg

Un catamaran de sport aux dimensions modestes : 6 mètres 20, sans habitacle, ni GPS, ni assistance. C'est sur un "engin" de ce type qu'Yvan Bourgnon s'est lancé dans... un tour du monde ! Stoppé net, l'été dernier, au large du Sri Lanka, le marin repart en mars prochain pour boucler son audacieuse aventure.

4483879_3_b725_ill-4483879-572e-mg-5538_706c92c4100a66b073cf53febfa934c3.jpg
Mars 2015, Yvan Bourgnon va finir son tour du monde en catamaran de sport, interrompu en août dernier après s’être échoué sur les côtes sri lankaises. 

Son objectif ? Rallier le port de Ouistreham Riva-Bella en Normandie depuis le Sri Lanka à bord de sa «nouvelle louloute» actuellement en construction. Un nouveau projet que le navigateur a raconté, vendredi dernier, sur la scène du Nautic à Paris.


46c7ba85c3b994e318b2a2a46fcb090e.jpg


L’occasion de montrer des images (émouvantes) de son précédent défi et surtout de raconter sa prochaine aventure. Son nouveau bateau, les dangers, les écueils, sa soif d’aventures… Yvan Bourgnon s’est confié en toute simplicité au public présent devant la scène du Nautic.

Des rives de Djibouti aux côtes normandes, via  l’océan Indien, la mer Rouge, le canal de Suez, une traversée de la Méditerranée, la prochaine traversée d’Yvan s'annonce assurément pimentée ! L’intéressé piaffe d’impatience de boucler son incroyable pari. Chapeau bas le marin qui avait même un temps envisagé de rejoindre le Sri lanka avec son nouveau bateau par la route. L’esprit d’aventure !

voile, mer, aventure, tour du monde, catamaran, tour du monde

Photographies © Denis Tisserand

voile, mer, aventure, tour du monde, catamaran, tour du monde› BONUS
(Re)lire la chronique de l'expédition précédente menée par Yvan Bourgnon, c’est ici.

Lien permanent | |  Facebook | | |

14.12.2014

MOT DE LA MER : EN BERNE

2014MSMD158_04_203.jpg

«En berne» : ce terme n’a évidemment rien à voir avec la ville de Berne en Suisse. Ses origines (pour partie) seraient maritimes.

Pour certains étymologistes, «en berne» serait un emprunt à l’espagnol bernia, désignant une grande pièce de laine devenue un grand manteau porté autrefois par les femmes.

2014MCHG124_087.jpg

Attesté en France dès 1532, l’écrivain François Rabelais va fixer son orthographe définitive en «berne». Au cours du XVIIème siècle, ce même mot va désigner un jeu, par analogie à la couverture, tenue aux quatre coins, permettant de faire une sauter une personne en l'air, en guise de plaisanterie ou de brimade. Cet usage donnera naissance au verbe «berner» : synonyme de se moquer, voire de duper.

2014MSMD134_001_001.jpg

Pour d’autres étymologistes, «berne» serait un emprunt au néerlandais Berm, désignant alors sur un navire un bord ou un ourlet.

Une référence évidente à l’état d’un pavillon ou d’un drapeau hissé à mi-drisse, s’enroulant souvent autour du mât ou de la hampe. Au drapeau/pavillon qui claque – symbolisant le mouvement et la vie - celui «en berne» est synonyme d’immobilisme, de mort, et dorénavant d’un deuil commémoré par une Nation.

10TLN0116i0249CHRISTELLE_HERVE.jpg

«Moral en berne», «croissance en berne»… Employé sous une forme adverbiale, le terme est dorénavant appliqué «à toutes les sauces» pour désigner un état de tristesse ou un profil bas.

À noter qu’au fil des siècles - et en fonction de la nature des bâtiments - un pavillon en berne pouvait également signifier un signal de détresse, un appel de l'équipage à bord, ou la demande d'un pilote à l'entrée d'un port.


Stéphane DUGAST
Photographies © Médiathèque Marine nationale

 

Lien permanent | |  Facebook | | |

12.12.2014

INDIANA JONES CONTRE-ATTAQUE ?

 Indiana-Jones-Les-4-films-de-la-saga-le-25-decembre-sur-Canal_portrait_w532.jpg

Harrison Ford fera-t'il un ultime Indiana Jones ? Steven Spielberg réalisera-t’il un cinquième épisode des aventures de l’archéologue ? Tous les aficionados piaffent d’impatience…

Outre-Atlantique, la rumeur Indiana Jones a pris de l’épaisseur ces derniers mois. Un Indiana Jones 5 serait bien en projet, dixit un article paru dans le magazine Variety (dans sa version américaine).

«Le  prochain film de Steven Spielberg sera un cinquième Indiana Jones». Ces déclarations signées Janusz Kaminski, un fidèle collaborateur de Steven Spielberg depuis La Liste de Schindler – ont mis le fou aux poudres.

 indiana_jones_1080p_wallpapers_hd.jpg


Une certitude : Disney a récupéré, en décembre 2013, auprès de La Paramount les droits de la franchise Indiana Jones après avoir obtenu ceux de Star Wars.

Quant à Steven Spielberg, il mène actuellement deux projets : un thriller d'espionnage avec en vedette Tom Hanks (les premières photos sont ICI) ainsi qu’une adaptation d’un roman de Roald Dahl : Bon Gros Géant. Quant au comédien Harrison Ford, il travaille sur le tournage de l'épisode 7 de Star Wars.

Qui-peut-jouer-Indiana-Jones_portrait_w322.jpg


Quid
donc de ce volet 5 après le très (très) décevant quatrième épisode sorti en 2008 : Le Royaume du Crâne de cristal ? Les cinéphiles épris d’aventures vont donc devoir ronger leur frein. Réponse l’an prochain...

Lien permanent | |  Facebook | | |

11.12.2014

UN AMIRAL TRÈS NATURE

BK FINAZ Ienissei.jpg

Nouveau directeur du musée de la Marine à Paris, l’amiral Loïc Finaz est un marin mais également un homme de plume. La preuve avec son dernier ouvrage entremêlant voyages, poésie, Russie et vent du Nord.

Ses récits Echouage (1995), Des villes d’escale (1997) ou encore Nous avions accosté à Guayaquil (2003), lui ont valu de se faire repérer par les mandarins de «république des Lettres» (LIRE LA CHRONIQUE). Il intègre dès lors le corps des écrivains de Marine, dont il est l’un des plus ardents défenseurs et un ambassadeur de choix.

C’est un récent voyage en Sibérie qui va inciter Loïc Finaz à reprendre la plume. Lui le marin, qui pendant la guerre froide traquait les sous-marins soviétiques de l'Atlantique à la Méditerranée, s’éprend pour cette Russie farouchement sauvage, et en apparence hostile.

BK FINAZ Ienissei 1.jpg

Le fleuve Matrosov, la mer de Kara, la Nouvelle-Zemble, l'océan Arctique, la poésie des lieux le saisit, comme celle de «la légèreté, la rédemption d'une route sans poussière ou l'apesanteur de l'Etoile polaire».

Au fil des pages se révèle une conscience environnementale surprenante chez l’Amiral et écrivain de Marine : «À l'image des sillages que tracent les marins avec humilité, et qui s'effacent en silence derrière eux, il faudra bien qu'un jour l'humanité apprenne à ne pas laisser de marque derrière elle. Dans l'écume comme dans la poussière. La mer étant l'espoir et l'avenir de la Terre, il faudra bien un jour ne plus l'agresser comme nous avons violé la Terre».

L’auteur du recueil de poésie L’or du soir (2007) continue de laisser son sillage littéraire. Avec élégance, faconde et poésie.

BK FINAZ Ienissei 2.jpg

Que seule demeure la poésie du Ienisseï de Loïc Finaz. 72 pages - 11 € (Éditions des Équateurs). 

 

Lien permanent | |  Facebook | | |