Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

duels

  • HAROUN TAZIEFF : UN FILM AUSSI

    1976-sommet.jpg

    Cinéaste et documentariste, Eric Beauducel prépare actuellement  le tournage du documentaire «Tazieff/Allègre, la guerre des volcans» dans le cadre de la saison 2 de la nouvelle collection de France 5 «Duels». Rapides explications de l’auteur et réalisateur de ce documentaire en écho à une précédente chronique dédiée à la biographie écrite du volcanologue de renommée.

    Allegre-Tazieff-1976.jpg

    › Racontez-nous plus précisément ce film ?

    - Eric Beauducel : « Il s’agit d’un portrait croisé des deux hommes et de leur antagonisme autour de la crise de la Soufrière de 1976 et plus largement de la prévention des risques volcaniques.  Le film de 52’ est produit par Ekla production et coproduit avec l’INA. Tournage prochainement et diffusion prévu début 2015. 

    › Quel approche privilégiez-vous ?

    - L’idée est de faire redécouvrir ces deux hommes que tout opposait mais qui ont encore chacun aujourd’hui de fervents défenseurs et admirateurs. Le film sera construit autour de la richesse des archives et des interviews de proches, comme Frédéric Lavachery, le fils de Tazieff, des collaborateurs scientifiques des deux hommes, des témoins directs de la crise de 76. 

    bromo.jpg

    « La volcanologie est une science comme la médecine : il faut du doigté, du sang froid, de l'énergie, de l'habitude et l'expérience du terrain. Les études de laboratoire ne suffisent pas »
    Haroun Tazieff, 1976

    hawaiii7.jpeg

    › Ce n’est pas votre premier documentaire sur les volcans ?

    En effet, j’ai réalisé une trilogie « des volcans et des hommes » diffusée sur Arte il y a un peu plus de 10 ans. Cette trilogie m’a permis de faire un tour du monde des volcans et de me rendre ainsi en Islande, en Tanzanie, en Indonésie, au Japon, à Hawaii, au Mexique en Italie et aux Antilles. J’ai également réalisé un 52 minutes intitulé «Protection rapprochée» sur la gestion du Parc de la Soufrière.

    Par ailleurs, mon frère est volcanologue et nous avons arpenté ensemble les volcans indonésiens lors d’une série de reportage photo, il a accompagné Tazieff au sommet du volcan Mérapi, a travaillé sur le Vésuve et a ensuite été directeur de l’Observatoire de la Soufrière. Cela faisait donc pas mal de temps que je voulais me pencher sur la gestion de cette éruption de 1976. 

    eric.jpeg

    › Haroun Tazieff, c’est quoi ? C’est qui pour vous ?

    Haroun Tazieff a fait partie des hommes qui m’ont fait rêver lorsque j’étais adolescent. Cet homme a mené une vie d’une richesse exceptionnelle. Ce n’est que plus tard que j’ai découvert cette véritable opposition avec Claude Allègre à partir de 76.

    L’idée est donc à la fois de faire redécouvrir ce mythe Tazieff du « Poète du feu » comme le surnommait Cocteau.

    1976-07-09_FranceAntilles.jpg

    « Il y a opposition entre l'individu qui cherche à se distinguer, à être particulier, et le groupe qui cherche au contraire à uniformiser, à ce que tout le monde soit semblable. Et l'individu qui se distingue prend le risque d'être le bouc émissaire. Le risque est donc d'être sacrifié si on est trop original. »
    Claude Allègre

    1976-08-31_Aubert-Aurousseau-Allegre.jpg

    Haroun Tazieff, c’est un homme hors norme, qui a contribué à faire connaître au monde entier ce métier de volcanologue mais aussi de faire mieux connaître un aspect un peu oublié de Claude Allègre - masqué par sa carrière politique et provocatrice - celui d’un scientifique qui décrocha le prestigieux Prix Crawford, l’équivalent du Nobel et fut directeur de l’Institut de Physique du Globe à 38 ans.

    Tazieff / Allègre, ce sont deux conceptions de la volcanologie totalement opposée qui ont pourtant contribué chacune à ce que cette science est devenue aujourd’hui »

    semeru1.jpeg

    › BONUS

    LE DOC’ EN RÉSUMÉ En 1976, l'antagonisme de deux hommes fait irruption dans les médias. Leurs noms : Haroun Tazieff, volcanologue déjà connu du grand public et Claude Allègre, chercheur et tout nouveau directeur de l'Institut de Physique du Globe de Paris. Le contexte : l'éruption de la Soufrière de Guadeloupe et la décision de faire ou non évacuer les 70 000 personnes potentiellement menacés.

    Derrière cet affrontement individuel, deux conceptions de la volcanologie et de la gestion du risque naturel se cristallisaient. C'est en partant de ce que l'on a appelé « la crise de 76 » que ce film dresse le portrait de ces deux hommes que tout opposait, de ces deux scientifiques qui se sont affrontés par médias interposés puis jusque devant les tribunaux.

    À travers deux carrières aux antipodes l'une de l'autre, en plongeant dans ce qui a motivé deux vies exceptionnelles, à l'écoute de ceux qui les connaissent bien, ce documentaire reviendra aussi en filigrane sur ce qui aujourd'hui encore reste d'actualité, la gestion des catastrophes naturelles et son alter ego sur-médiatisé, le principe de précaution.

    Lien permanent Pin it! Imprimer