Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mac orlan

  • BREST : LA NUIT DE MAC ORLAN

     bdn briac,le gouefflec,mac orlan,pierre mac orlan,sixto éditions,la nuit mac orlan

    Adapter dans un album de bande-dessinée, l’univers et les thèmes chers à l’écrivain Pierre Mac Orlan (LIRE SON PORTRAIT). Un projet assurément fort ambitieux. Un album dans lequel  la ville de Brest est plus qu’un décor…

    bdn briac,le gouefflec,mac orlan,pierre mac orlan,sixto éditions,la nuit mac orlan

    › L’HISTOIRE

    Universitaire et thésard de l'ouvrage L’Ancre de Miséricorde, Marin débarque à Brest pour y rencontrer un bouquiniste. Ce dernier prétend pouvoir lui communiquer un manuscrit inédit de Pierre Mac Orlan.

    Sur place, la trajectoire de Marin va vite dérailler. Marin se retrouve alors en cavale dans la nuit brestoise, traqué par la police, cherchant à reconstituer les morceaux d’un puzzle diabolique.

    Dans ce périple entre onirisme, polar et folie, Marin ne serait-il pas devenu lui-même un personnage de roman ?

    bdn briac,le gouefflec,mac orlan,pierre mac orlan,sixto éditions,la nuit mac orlan

    › MON AVIS

    Disons le d’emblée, cet album BD détonne ! Principales singularités : ses dessins en apparence si sombres et si marquées qui nous plongent au cœur de la nuit brestoise.

    Leur travail parle pour eux. Les deux auteurs - Arnaud Le Gouëfflec pour le scénario et Briac pour les dessins – sont assurément à la hauteur de l’œuvre Pierre Mac Orlan (LIRE SON PORTRAIT).

    Les thèmes chers à l’écrivain sont habilement entremêlés : la mer, une femme tentatrice, un bourreau le monde de la nuit, quelques squelettes phosphorescents ou un pirate.

    bdn briac,le gouefflec,mac orlan,pierre mac orlan,sixto éditions,la nuit mac orlanJ’ai fait connaissance avec l’œuvre du dessinateur Briac, il y a quelques années au festival Livre et Mer de Concarneau (LIRE LA CHRONIQUE). J’ai adoré son album Armen narrant un passionnant huis-clos entre un gardien de phare et un officier allemand durant la Seconde Guerre mondiale.

    Et je ne saurais trop vous le conseiller même si au départ son trait et ses dessins peuvent dérouter. Mais c’est justement là que réside tout son talent.

    bdn briac,le gouefflec,mac orlan,pierre mac orlan,sixto éditions,la nuit mac orlan
    Les deux auteurs (de gauche à droite) : Briac (le dessinateur) et Arnaud Le Gouëfflec (le scénariste).


    Brest, c’est la matrice des deux auteurs de l'album La nuit Mac Orlan. Briac est breton, et bestois de coeur. Quant au scénariste, c'est un «caméléon brestois, un  stakhanoviste qui n’a de cesse de s’essayer à tous les styles avec originalité et talent», dixit Brieg Haslé, journaliste BD spécialisé auteur de l'ouvrage Une mode à croquer / Bruno Le Floc'h et son Pays bigouden (CHRONIQUE À VENIR) lui-même Brestois.

    Arnaud Le Gouëfflec est, en effet, un artiste aux mille et uns visages, à la fois romancier, musicien, scénariste de BD et organisateur du Festival Invisible.

    N'oublions pas de mentionner le courage et l’audace de la maison d’éditions Sixto de se lancer dans une telle entreprise.


    Cet album marie avec élégance un récit ciselé et des dessins fort expressionnistes. Toujours d’après Brieg Haslé, décidément fort bien informé, le dessinateur Briac se serait  plongé
    intensément dans les ouvrages de l’écrivain de Saint-Cyr-sur-Morin, tout en s’inspirant librement des ambiances de deux adaptations cinématographiques : La Bandera réalisé par Julien Duvivier en 1935 et Le Quai des Brumes filmé par Marcel Carné en 1938.

    Autres sources d’inspirations pour Briac : les films de Friedrich Wilhelm Murnau et de Fritz Lang, des peintres comme Soutine, Emil Nolde ou Egon Schiele.

    De sérieuses et solides références pour un album BD réjouissant. On plonge avec délice dans la nuit, Brest et Mac Orlan.

    Stéphane DUGAST

    bdn briac,le gouefflec,mac orlan,pierre mac orlan,sixto éditions,la nuit mac orlan


    La nuit Mac Orlan d’Arnaud Le Gouëfflec (scénario) et Briac (dessins). Préface de Pierre Bergé, président du Comité Mac Orlan. Postface de Bernard Baritaud, président de la Société des lecteurs de Pierre Mac Orlan (Sixto éditions).

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • DES MOTS DE LA MER N°2

    PMACORLAN.jpg
    PIERRE MAC ORLAN Ecrivain
    © Musée des Pays de Seine-et-Marne


    Il s’appelait Pierre Mac Orlan (1882-1970). Son œuvre littéraire est colossal, et souvent sous forte influence maritime.

    L’image parait surannée. C’est une pipe au bec et un béret écossais éternellement vissé sur son crâne que se confiait Pierre Mac Orlan en vaillant octogénaire. Il y était alors souvent question de ses mille et une vies. Celles de cabaretier, de peintre, de parolier, d’écrivain «presque par accident» ou encore de producteur radiophonique.

    Sa vocation littéraire aura ainsi été longue à se dessiner. Un temps apprenti instituteur à Rouen, mais «trop fainéant» de son propre aveu, c’est finalement à Paris que Pierre Dumarchey (pour l’état-civil) échoue en 1899.

    Son rêve ? Devenir artiste-peintre à Montmartre. Pour survivre, le désormais dénommé Mac Orlan (qui s’est même inventé une ascendance écossaise) dessine et peint, tout en écrivant des paroles de chanson ou des ouvrages à caractère érotique. Plus confiant en ses talents littéraires, un rédacteur en chef l’incite à écrire. Sa destinée bascule.

    Nouvelles et romans humoristiques s’enchaînent ainsi jusqu’à sa mobilisation durant l’été 1914. Blessé mais décoré de la Croix de guerre, Pierre Mac Orlan revient à la vie civile. Il se dédiera dorénavant corps et âme à la littérature.

    Sa réputation se façonne avec en point d’orgue, son roman «Le Quai des Brumes» paru en 1927 et porté à l’écran par le cinéaste Marcel Carné. Dans le même temps, l’écrivain devient également grand reporter et témoigne d’une période trouble.

    Cher amour HD.jpg1939, la guerre éclate de nouveau. L’auteur se réfugie dans sa propriété de Seine-et-Marne pour écrire loin des soubresauts de ce monde qui le révulse. Romans, poésie, chansons…

    Sa plume lui vaudra tous les honneurs. Des prix, des distinctions et un fauteuil durant vingt ans à l'académie Goncourt. Quant à ses liens avec la Marine militaire, ils se sont tissés au fil de ses romans, de ses chansons ou d’ouvrages phares comme «Brest», illustré par Pierre Péron (1905-1988), peintre de la Marine. De son œuvre, les biographes disent qu’elle est inspirée d’aventures souvent imaginaires, du Paris populaire ou de ports peuplés de marins de passage et de filles de joie.

    C’est une ode aux êtres vivants, aux travailleurs et aux humbles, ajoutent-ils. Depuis 2005, un prix Mac Orlan récompense chaque année un ouvrage proche de l’univers de l’écrivain réputé «maître du roman d’aventures, à l’image de Stevenson et Kipling, qu’il admirait». Avec «Cher amour», l’écrivain de Marine Bernard Giraudeau en était d’ailleurs le dernier lauréat
    .

    Stéphane DUGAST

    Chronique parue  dans COLS BLEUS N°2957, le bi-mensuel de la Marine nationale

    Lien permanent Pin it! Imprimer