Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

midships

  • LA JEANNE DE A à Z N°6 / "F" COMME...

    A l'occasion de l'ultime campagne de la Jeanne d'Arc, l'hebdomadaire de la Marine Cols Bleus raconte autrement le porte-hélicoptères R97. Cette semaine, la lettre F évoquant l'une des missions premières du bateau-école de la Marine depuis 1964...

    1114-12 077 R.jpg
    © Christophe GERAL

    « F »

    FORMATION Véritable école de la mer, la campagne d'application de la Jeanne d'Arc vise à fournir une formation aussi bien maritime qu'humaine. Si il n'y a sans aucun nul doute pas meilleure école que celle d'un déploiement à travers le monde, il est incontestable que la formation Jeanne s'est affinée au fil des campagnes. Devenue moins «scolaire» depuis une décennie, l'enseignement dispensé sur le navire-école s'est d'avantage orienté vers la pratique. A compter de la fin des années 1990, la «pédagogie-Jeanne» s'est ainsi axée sur la responsabilisation et l'individualisation. Aux cours magistraux en amphithéâtre, ponctués de «quiz» censés vérifier le niveau d'acquisition des connaissances de l'officier en formation, des cours en petit comité avec validation par étapes ont été préférés. Les mises en situation sont également devenues systématiques. Là où, jadis, un officier-élève découvrait pendant cinq mois l'univers d'un bâtiment et ses différents services en s'y intégrant par touches, il vit désormais en totale immersion dans la vie d'un équipage. L'objectif consistant à faire appréhender au futur officier l'ensemble des fonctions dans lesquelles il évoluera à l'issue de son débarquement de la Jeanne d'Arc. Car, 100 % des officiers élèves embarqués pendant la mission se retrouvent, en effet, sur un bâtiment de combat dès leur premier poste. Durant quatre décennies, la formation du groupe-école Jeanne d'Arc s'est donc polie et affinée, suivant par là les évolutions de la société en termes de formation et les besoins «managériaux»  de la Marine. Former, éduquer, instruire et préparer les jeunes officiers (comme le reste de l'équipage) au métier de marin est demeuré un souci permanent dans la Marine. Quant à la longévité du modèle-école Jeanne, l'un de ses récents commandants n'hésitait pas à la justifier, chiffres éloquents à l'appui : «La Jeanne et sa formation, c'est la justification de l'utilisation de 10% du potentiel en carburant de la Marine et de l'emploi de 800 marins avec la «conserve», éloignés de chez eux pendant 5 mois de l'année». La Jeanne ou l'école de la mer par excellence. Et un leitmotiv inoxydable : «Partir loin, longtemps, en équipage».
    Stéphane DUGAST

    *

    Couv_JeanneDArc BD.jpgEXTRAIT DU LIVRE
    LA JEANNE D'ARC, porte-hélicoptères R97

    (E/P/A – Les éditions du Chêne)
    Photographies de Christophe Géral
    Enquête de Stéphane Dugast

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UN CLICHE, UNE HISTOIRE N°4

    meretmarinebar199.gif

    Au cours de l'ultime campagne du célèbre navire école de la Marine nationale, la rubrique « Un cliché, une histoire » raconte ce « bateau gris » pas comme les autres grâce à des extraits du Beau-Livre « La Jeanne d'Arc, porte-hélicoptères R97 » écrit par Stéphane Dugast et illustré avec les photos de Christophe Géral. A l'occasion de l'escale de la Jeanne à Buenos Aires en Argentine ce week-end, pleins feux sur la raison d'être de ce bateau-école de la Marine depuis 1964 : la formation des officiers de la Marine.

    1114-22 438 R2.jpg
    © Christophe GERAL

    L'ESPRIT  «JEANNE»
    Trois océans. Deux bâtiments de combat. Cinq mois de déploiement entrecoupés d'une douzaine d'escale. Et sept cents marins prêts à «infuser» leur savoir-faire auprès de quelques cent vingt jeunes officiers sur la voie de l'épanouissement professionnel et personnel. Au fil des campagnes, la formation dispensée sur la  Jeanne d'Arc et sa frégate accompagnatrice (appelée la «conserve») s'est étoffée. D'un régime scolaire et collectiviste, la formation dispensée s'est d'avantage tournée vers la valorisation de l'individu et sa responsabilisation. «C'est une formation in situ. Et l'occasion pour un futur officier d'effectuer la synthèse pratique de ses études à l'école navale» selon les têtes pensantes de la Royale. «C'est une formation à la fois classique, pratique, éclectique et ouverte sur le monde»,  assure l'équipe pédagogique du bord dirigé par un officier supérieur, le directeur de l'enseignement, plus communément appelé le «Direc».

    Stéphane DUGAST

    Extrait du Beau-Livre «La Jeanne d'Arc, Porte-hélicoptères R97»

    *

    meretmarinebar199.gifChronique extraite du Beau-Livre «La Jeanne d'Arc, porte-hélicoptères R97» parue sur MER ET MARINE, un site web consacré à l'actualité du monde maritime.

    Lien permanent Pin it! Imprimer