Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

passionné

  • SNSM : LA PASSION DE LA MER

    574448_3097055622128_1858176397_n.jpg

    Affecté jusqu’à récemment au Service de Recrutement de la Marine (SRM) à Paris, Fabien Balavoine vient de se rapprocher de «sa» Bretagne et de l'océan en rejoignant le Cross Corsen* comme chef de quart circulation. Pendant ses temps libres, ce passionné de mer est également sauveteur à la SNSM. Témoignage d'un des 6000 sauveteurs bénévoles.

    554566_3301105283242_433331045_n.jpg

    « J’aime naviguer sur les bateaux, et ce quelle que soit la couleur de la coque. J’aime la vie en équipage. Un équipage, c’est pour moi une famille.

    Comme je n’embarque plus depuis quelques années mais que je souhaitais continuer de naviguer, j’ai décidé de franchir le pas, il y a environ un an et demi. Pendant mes temps libres, je suis sauveteur embarqué sur la vedette de la station SNSM de Saint Quai-Portrieux dans les Côtes d’Armor.

    305915_4775370058940_1778184466_n.jpg

    C’est bien évidemment une expérience différente de celles que j’ai vécues dans la Marinenationale. Si à la SNSM le cadre est moins formel, les sauveteurs en mer sont des marins faisant aussi preuve de rigueur et de discipline. Et il en faut pour sauver des vies en mer.

    Que l’on soit issu de la plaisance, de la pêche, du commerce, ou de la marine militaire, ce qui nous lient nous les marins : c’est l’amour de la mer. Moi je suis bien quand je navigue et comme je voulais me sentir utile, je me suis engagé comme sauveteur dans la SNSM.

    556522_4358798244905_647676864_n.jpg

    C’est de surcroît un bénévolat gratifiant. Il n’y a qu’à voir le sourire des gens qu’on vient de sauver lorsque l’on est de retour à terre ! »

     

    * : Au service du sauvetage et de la surveillance en mer, le Cross Corsen a fêté l'an dernier ses 30 ans d’existence. À son actif : 21 000 opérations de sauvetage et d'assistance au profit de 42 000 professionnels et usagers de la mer.


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA JEANNE DE A à Z N°4 / "D" COMME...

    A l'occasion de l'ultime campagne de la Jeanne d'Arc, l'hebdomadaire de la Marine Cols Bleus raconte autrement le porte-hélicoptères R97. Cette semaine, la lettre D nous fait rencontrer un «Jeannophile».

    1153-04 242.jpg
    © Christophe Geral

    « D »

    DAGORNE L'homme est en granit. Un breton pure souche. Un passionné de vélo. «Et de mer», précise d'emblée l'intéressé. Retraité de la Marine depuis une décennie, le sexagénaire est également un collectionneur réputé du monde de la petite reine en Bretagne. Bernard Dagorne possède ainsi une collection unique de 158 maillots de leaders. «Des pièces toutes uniques offertes par leurs propriétaires». De l'aveu de l'amoureux de la bicyclette : «Cette passion est devenue un véritable sacerdoce. Comme celle que j'ai pour la Marine». Bernard Dagorne est également un collectionneur des «choses de la mer». «De la Marine française depuis l'après-guerre jusqu'à nos jours, je collectionne tout» corrige-t-il. Sa collection de rubans légendés de la Marine «précieuse» fait d'ailleurs sa fierté. «J'ai environ 900 pièces, toutes uniques...». Rue du Men-Dû, à son domicile morbihannais, le visiteur peut également compulser d'épais classeurs d'archives recensant des articles de presse dédiés aux fiers navires de la marine militaire. «Mon défunt père, premier-maître mecbo dans l'aéronautique navale entre 1935 et 1962, m'a légué cette passion. Je continue sur sa lancée...». Quant à l'évocation de la Jeanne d'Arc, les yeux de Monsieur Dagorne brillent de mille feux. Le porte-hélicoptères le fascine. «Je suis un véritable Jeannophile sans y avoir pourtant été affecté» assure-t-il amusé. Inlassable et méticuleux, l'ancien marin collationne ainsi objets et articles Jeanne de toutes sortes. Quant à l'utilité de toutes ses collections de Marine, elle est avérée selon lui : «J'organise de nombreuses expositions. En Bretagne et ailleurs...». Concernant leur portée, elle est incontestable à ses yeux : «Je souhaite valoriser notre patrimoine naval. La Jeanne d'Arc en est incontestablement un symbole for ». A l'heure du prochain retrait du service actif du bateau immatriculée R97, Bernard Dagorne ne verse néanmoins pas dans la nostalgie : «Il y aura un après-Jeanne, fort des valeurs du porte-hélicoptères, elles mêmes transmises par son prédécesseur le croiseur-école». Autant de nouvelles pièces en perspective qui enrichiront la collection hétéroclite de l'étonnant Bernard Dagorne.
    Stéphane DUGAST

    *

    Couv_JeanneDArc BD.jpgEXTRAIT DU LIVRE
    LA JEANNE D'ARC, porte-hélicoptères R97

    (E/P/A – Les éditions du Chêne)
    Photographies de Christophe Géral
    Enquête de Stéphane Dugast

    Lien permanent Pin it! Imprimer