Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • LA UNE QUE VOUS NE VERREZ PAS

    couv-CB TRIO web.jpg

    L'ENQUETE - «Marin, homme venu de la terre face à la mer qui l'appelle, face à la mer qu'il redoute /  Relever le défi / Se décider à s'aventurer loin des côtes» écrivait Pierre Dubrulle, ancien officier devenu le «Monsieur cinéma» de la Marine pendant plus de trois décennies. A ces écrits poétiques, la nouvelle directive édictée cette année par les autorités de la Marine nationale quant aux finalités du métier de marin d’Etat répond de façon plus dogmatique : «Etre marin, c’est être combatif. En tout lieu et en tout temps, le métier de marin demande un niveau d’exigence élevé. Nul ne peut se contenter de vivre sur ses acquis. Au contraire, il faut être capable de faire face».

    Marin d’état, plus qu’un métier, un état d’esprit qui s’est forgé à travers les générations. En s’intéressant à un livre-hommage dédié à une école «fabriquante» de marins valeureux ainsi qu’à des personnalités emblématiques du monde maritime, Cols Bleus raconte dans ce numéro des «Destins de marins» à l’empreinte inoxydable. Qu’ils s’agissent des mousses, du commandant Philippe Kieffer, de l’académicien Jean-François Deniau, de l’explorateur Paul-Emile Victor ou du navigateur Eric Tabarly, leur expérience dans la Marine leur a forgé leur caractère, et souvent infléchi la courbe de leur destin.

    «L'homme s'affirme à force d'expérience toujours renouvelée / Apprendre à faire du vent son complice, à faire de la mer sa voie royale / Ainsi naissent les marins» écrivait également l’auteur réalisateur Pierre Dubrulle avant de conclure avec emphase : «A bord, des marins sont à l'œuvre, ils font équipage  / Ils veillent / Les autres pêchent les trésors de la mer ou emportent les richesses de la terre/ Ils veillent pour que ceux-là arrivent à bon port / Ils sont là, toujours et partout, pour prévenir toute menace, pour préserver la liberté des mers /  Ils sont, avec les autres, tous venus de la terre / On les appelle les gens de mer».

    Enquête de Stéphane DUGAST


    Dossier paru dans le bi-mensuel de Marine nationale
    + d'infos à : http://www.defense.gouv.fr/marine

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA JEANNE EN HERITAGE

    1114-21  645 - copie.jpg
    © Christophe GERAL

    D’un coup de peinture, son numéro de coque et son nom ont été récemment effacés de sa coque. Depuis un mois, le porte-hélicoptères R97 «Jeanne d’Arc» n’est plus. Pourtant son patrimoine va continuer de perdurer…

    1166-24  46.JPG«Jeanne d’Arc». Et de battre son cœur s’est arrêtée ?  Depuis son retour à Brest, son port d’attache, le 27 mai dernier, la «Jeanne» - comme l’ont toujours appelé affectueusement ses marins - a cessé de naviguer. Durant tout l’été, le porte-hélicoptères a même subi une sérieuse cure d’amaigrissement.

    Privé de son mât, de son armement et de ses superstructures sur les ponts, le désormais ex-navire école de la Marine est en phase de déconstruction, jaugeant dorénavant 5 000 tonnes contre 12 000 tonnes. «Les fluides ont été expurgés. Les éléments mécaniques dispatchés sur d’autres bâtiments, les biens mobiliers inventoriés et mis à l’abri. Il ne reste plus rien à bord ou presque !», confiait son pacha, le capitaine de vaisseau Patrick Augier avant de quitter ses fonctions lors d’une ultime cérémonie qui s’est déroulée en septembre dernier.

    Le patrimoine «Jeanne» va néanmoins perdurer puisque décision a été prise par les autorités de la Marine de léguer pièces, objets, voire locaux emblématiques du bâtiment anciennement immatriculé R97. Après inventaire, les pièces phares du bateau ont ainsi été identifiées et repertoriées, du fond de la cale jusqu’en haut de la mâture, de la prou à la poupe. Fort de cet inventaire à la Prévert transmis au bureau du patrimoine, des propositions ont ensuite été adressées aux unités Marine ainsi qu’aux villes marraines et au musée de la Marine.

    Eclaircissements avisé du commissaire général Olivier Laurens, délégué au patrimoine de la Marine quant au modus operandi de cette valorisation et préservation du patrimoine : «Concernant l’après Jeanne, nombreux étaient nos interlocuteurs à avoir de bonnes idées tant ce bateau est emblématique du fait de sa longue et riche carrière nautique. Les initiatives, plus ou moins farfelues, étaient légions. Notre ligne de conduite a ainsi consister à valoriser les initiatives pérennes et à privilégier celles d’interlocuteurs ayant tissé des liens forts avec la Jeanne».

    C’est ainsi que Domrémy en Lorraine, la ville natale de l’héroïne de l’Histoire de France, a hérité d’une douzaine d’objets emblématiques dont la cloche. L’ancre du porte-hélicoptères et une plaque de tourelle ont été légués à la ville de Rouen, l’une des autres villes marraines du porte-hélicoptères. L’école navale a, quant à elle, hérité de l’une des deux plaques de coque et de nombreuses autres pièces.

    Quant à Brest, son port d’attache, la municipalité aurait l’ambition de développer sur le plateau des Capucins un espace dédié à la «Jeanne» afin d’y exposer notamment sa ligne d’arbre. Des éléments de la passerelle devraient être également confiés au musée de la Marine tandis que les machines, symbole d’une ère industrielle révolue, pourraient être confiés tout ou en partie au conservatoire national des arts et des métiers (Cnam) afin d’y être exposé.

    Autant d’initiatives qui prouvent qu’au-delà de la déconstruction d’un bâtiment, son patrimoine peut perdurer même disséminé à terre. Domrémy, Crozon, Brest, Rouen, Paris… L’empreinte «Jeanne» est décidément inoxydable…

    Stéphane DUGAST

    Illustration : © Anne SMITH / Photographie :© Christophe GERAL

    Lien permanent Pin it! Imprimer