Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

FORTUNE FURTIVE 3|4 [BEST-OF]

Printemps 2009, la frégate furtive Aconit croise dans le Golfe d’Aden afin de mener une mission de lutte contre la piraterie dans l’océan Indien. La zone est alors infestée de pirates. Troisième et avant-dernier volet de ce reportage embarqué signé Stéphane Dugast.

DSC_0199 crop.jpg

LIRE L'ÉPISODE PRÉCÉDENT 13 heures 10 (10 heures 10 GMT). Les marins militaires peuvent enfin souffler quand retentit un nouvel appel de détresse. A l’autre bout du fil, le capitaine de l’Al Tarek sur la VHF canal 16 : «On prend des paquets d’eau par l’arrière. Nos pompes ne suffisent plus. On s’enfonce. On va couler. Venez nous sauver…».

Les déclarations du capitaine indien encouragent peu à l’optimisme. Nouveau décollage de l'hélicoptère Panther embarqué sur la frégate française. Pas de répit pour les équipes aviation. Une stratégie est rapidement mise sur pied. Trois nouveaux experts militaires sont dépêchés sur les lieux pour de nouvelles investigations.

André D., chargé de la prévention et de la sécurité à bord, accompagnera Alexandre D., mécanicien, et Sébastien G., chef machine de la frégate. Sur l’Aconit, la mécanique est huilée. Décollage moins de vingt minutes plus tard. Hélitreuillages effectués sans anicroches. Manœuvres aviation une nouvelle fois rondement menées. Les experts de l’Aconit sont vite à l’œuvre.

Premier bilan alarmant. «L’une des pompes du boutre est hors service. L’eau monte rapidement, trop rapidement…», diagnostique le chef machine. «Réparation impossible !» selon le chargé de prévention et de la sécurité à bord de l'Aconit dépêché sur le boutre. « L’équipage veut abandonner le navire. Leurs valises sont déjà prêtes !» explique le traducteur.

Rapides Al_Tarek (28).JPGcogitations du pacha et de ses équipes qui ne cèdent néanmoins pas à la panique. Afin d’évacuer le trop plein d’eau et permettre au boutre de continuer sa route, le pacha décide d’envoyer une pompe sur Al Tarek. «Une pompe Godiva avec un débit de 20m3 par heure pour écoper» précise des marins manœuvriers déjà affairés à empaqueter cet outil devenu précieux.

Nouvelle rotation de l’hélicoptère embarqué. Seize heures quarante. La Godiva est à poste. «Y a plus qu’à, faut qu’on…» ironisent certains marins en passerelle. «Le boutre s’enfonce de plus en plus» remarquent néanmoins des observateurs, oiseaux de mauvaises augures. Confirmations à la VHF. La montée inexorable du niveau d’eau a finalement noyé les moteurs. Verdict sans appel des marins français au chevet du Al Tarek : « On ne peut plus redémarrer les machines. Elles sont complètement noyées ».

DSC_0292 copieW.jpg

Tension extrême sur l’Aconit. Le temps suspend sa ronde infernale. Le boutre continue quant à lui sa sarabande sur une mer de plus en plus hachée. En passerelle, l’ordre du pacha tombe comme un couperet : «Vous évacuez. Évacuation des marins du Al Tarek ainsi que des membres de l’équipe d’investigation ».

Pendant ce temps, à l’arrière de la frégate française, on s’active. Michel F., le capitaine d’armes (NDLR : sous-officier en charge de la discipline) et ses «hommes verts» s’affairent à préparer l’accueil des réfugiés dans le hangar aviation. Bancs de musculation et vélo d’appartement ont vite été remisés au profit de lits picots.

Bouteilles d’eau IMG_3168 copie.jpgminérale et cartons de biscuits s’entassent à proximité. Le «Bidel» (NDLR : le surnom du «capitaine d'armes») est aux anges. Rompu à ce genre d’opérations d’assistance comme lors de la mission «Balyste» au large des côtes libanaises, l’accueil de treize marins en perdition ne l’effraye pas le moins du monde : «C’est une mission de sauvetage et d’assistance ». Pour lui, l’esprit de la mission est clair : «Sourire, hospitalité mais sérieux. On procèdera à des palpations de sécurité».

Même sens du détail chez «Monsieur le Commissaire», l’officier en charge de la logistique: «Auscultations médicales pour tout l’équipage du boutre suivies d’une interrogation des marins afin d’établir l’identité précise de chacun. On pourra ainsi informer plus précisément les autorités diplomatiques ». Il est dix-huit heures. Les marins de l’Aconit demeurent sereins. Pour l'instant... (A SUIVRE)

Stéphane DUGAST

 

cols_bleus_n_2921_medium2.jpgREPORTAGE CHASSE AUX PIRATES
FORTUNE FURTIVE
Episode 3|4

Reportage extrait du COLS BLEUS N°2921, le magazine de la Marine nationale.

Lien permanent Pin it! Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel