Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

VARECH : UN ROMAN DE SOPHIE TESSIER

Une île désertée et trois personnages pour un roman aux forts échos maritimes et celtiques. L’œuvre de Sophie Tessier, écrivaine de Rennes.  

L’HISTOIRE Anselme, Le Chantôme, Gaspard. Sans oublier le chat. Ils attendent sur un rivage que les hommes ont fui, la mer les enserre et les appelle, dans une étrange suspension du temps où passé et présent, réalité et imaginaire, perdent peu à peu leurs frontières. Sophie Tessier tisse un récit où l’amour resurgit pour tout bouleverser et signe un premier roman d’une singulière puissance poétique.

Si à ses yeux plonger revient à passer de l’autre côté du miroir, à risquer le « dépaysement », c’est aussi ce à quoi invite son premier roman, Varech, dont la poétique est précisément celle de l’entre-deux : l’ici et l’ailleurs, le passé et le présent, le rêve et la réalité, la grandeur de la nature et la misère de l’homme.

EXTRAIT « Le ciel gris, voué à l’estompe, donnait à ses nuages des marques de repentir. Le soleil se terrait dans un arbuste, pris dans ses épines. Anselme eut un sourire. Il s’approcha et, penché au-dessus des ajoncs, se mit à respirer comme font les chats, flairant par petites goulées délicates leur miel. Dos voûté, genoux pliés, pieds nus sur la terre voluptueuse, il saluait le jour. Il finit par se redresser, lentement. Pas de vent aujourd’hui, seulement un peu d’air, de l’air mouillé, friable, suintant de doux chagrins dans ses mouchoirs de brume. L’automne ! »

roman,mer,maritime,varech,littérature,sophie tessier,diabase,littérature française

 

MON AVIS Dans ce premier roman, Sophie Tessier nous embarque sur une île que ses habitants semblent avoir déserté. Seuls, trois irréductibles rêveurs vivent une vie de Robinson accompagnés d’un chat dans ce village oublié du temps. 

L’écrivaine de Rennes parvient à tisser un huis clos onirique où la magie n’est jamais loin et la frontière des mondes réels et imaginaires est ténue. Dans la veine de Julien Gracq, son mentor, elle tisse un récit où passé et présent, réalité et imaginaire se mêlent et s’entremêlent. De quoi déboussoler certains lecteurs peu adepte du style de son maître (Julien Gracq) ou au contraire en ravir d’autres qui affectionne les belles lettres et un style parfaitement ourlé. A vous d'en juger !

varechprem.jpg

L’AUTEURE Professeur de lettres née à Rennes, Sophie Tessier est passionnée de littérature, et notamment de l’œuvre de Julien Gracq qu’elle a rencontré à plusieurs reprises.   Elle a vécu un an au Canada pour mener à bien des travaux universitaires sur les œuvres poétiques de Saint-John Perse et Yves Préfontaine, auteur québécois. Son intérêt très marqué pour les pays nordiques l’a également conduite en Norvège, en Islande, et surtout au Groenland dont la mythologie, la culture et les paysages exercent sur elle une profonde fascination.

roman,mer,maritime,varech,littérature,sophie tessier,diabase,littérature française

Elle s’y est rendue une première fois en août 2011 pour découvrir la baie de Disko en kayak, est repartie en février 2012 pour vivre en immersion dans un village de la côte est, puis y est retournée en juillet 2013, ralliant au sud les sites vikings d’Erik Le Rouge et de Leif Ericsson. C’est de son deuxième séjour, en plein hiver, qu’est né le recueil de poèmes Groenland est dont Jean Malaurie a salué «l’élégance». Un recueil de poèmes «Groenland est» primé au festival de la littérature insulaire d’Ouessant. 

roman,mer,maritime,varech,littérature,sophie tessier,diabase,littérature française

Outre ces terres sauvages, la mer lui est de longue date source d’émerveillement. Aussi trouve-t-elle dans la pratique de la plongée sous-marine non seulement une réponse à son besoin d’évasion mais encore la promesse d’émotions sans cesse renouvelées. Si à ses yeux plonger revient à passer de l’autre côté du miroir, à risquer le «dépaysement», c’est aussi ce à quoi invite son premier roman, Varech, dont la poétique est précisément celle de l’entre-deux : l’ici et l’ailleurs, le passé et le présent, le rêve et la réalité, la grandeur de la nature et la misère de l’homme. 

roman,mer,maritime,varech,littérature,sophie tessier,diabase,littérature française

Récit et photographies © Sophie Tessier

Lien permanent Pin it! Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel