Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chiens

  • DU FINISTÈRE À LA BANQUISE

    Une toute, toute petite poignée de français réside au Groenland. On y trouve une médecin, un artiste, une fermière, tous tombés sous le charme de l'île de glace. Il en est un, originaire du Finistère, devenu par amour du pays et par amour tout court, chasseur parmi les chasseurs, groenlandais parmi les groenlandais. Récit des aventures sur la banquise de Julien Caquineau et de ses chiens.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • TGV = TRAINEAU GRANDE VITESSE

    996069_438641712924675_81626713_n.jpg

    De l'océan Pacifique au lac Baïkal, soit 4 000 kilomètres à parcourir en traîneau à chien, c’est L'Odyssée Sauvage mené (en ce moment) tambour battant par l’explorateur et cinéaste Nicolas Vanier.

    Du plus grand océan au plus grand lac du monde, de l'océan Pacifique au lac Baïkal, en traversant la Mandchourie, la Mongolie et une partie du la Sibérie du Sud, c’est l’itinéraire emprunté en ce moment par Nicolas Vanier. 

    0290017106844250-c2-photo-oYToyOntzOjE6InciO2k6NjU2O3M6NToiY29sb3IiO3M6NToid2hpdGUiO30=-expedition.jpg

    Au menu de cette expédition ? Plusieurs milliers de kilomètres en traîneau à chiens, à travers des paysages de montagne, de forêt et de taïga d'une beauté époustouflante et dans lesquels vivent encore des «Dersou Ouzala», côtoyant des tigres de Sibérie, le plus grand félin du monde.


    Comme lors de son Odyssée Sibérienne, Nicolas Vanier a tenu à ce que cette nouvelle expédition soit accompagnée d'un vaste programme d'éducation au développement durable, notamment dans les écoles, auprès des plus jeune.

    0290017106844262-c2-photo-oYToyOntzOjE6InciO2k6NjU2O3M6NToiY29sb3IiO3M6NToid2hpdGUiO30=-expedition-reve-defi.jpg

     

     


    EN SAVOIR PLUS
    Le site officiel de L'Odyssée Sauvage

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • SAUVETAGE POLAIRE

    045578-000_hundeschlitten_07.jpg

    C'est un fait divers devenu légendaire dans le monde polaire. En 1925, un équipage et ses chiens de traineau permirent d'enrayer une grave épidémie sévissant dans une zone isolée de l'Alaska. Un documentaire en retrace la véritable histoire et c'est dimanche soir sur Arte.

    Spécialiste d’Aventure et de chiens de traineaux, Daniel Duhand (VOIR LE FILM) est catégorique : «Cette histoire est incroyable !». Rappel des faits : au début du XXème siècle, les habitants de la petite ville de Nome, en Alaska, sur la mer de Béring, vivent dans un isolement quasi complet : sept mois sur douze, la région, enneigée et prise dans les glaces, se trouve coupée du reste du monde.

    045578-000_hundeschlitten_02.jpg

    L’hiver 1925, particulièrement rude, voit s’abattre sur le village une épidémie de diphtérie qui touche principalement les enfants. Les médicaments présents sur place ne suffisent pas à enrayer la maladie, qui fait toujours plus de victimes – notamment parmi les autochtones, encore considérés par les Blancs comme des citoyens de seconde zone. Le seul stock de sérum disponible est à 1 600 kilomètres de là.

    045578-000_hundeschlitten_01.jpg

    Alors que l’aviation n’en est qu’à ses balbutiements, la seule solution consiste à faire acheminer les antitoxines par des chiens de traineau à travers les étendues hostiles de l’Alaska… Ce documentaire retrace cette périlleuse course de relais, entrée dans la mythologie de l’histoire américaine, qui permit de mettre un terme à l’épidémie.


    › À VOIR

    Diffusion sur Arte : le dimanche 22 décembre à 22 heures. Rediffusion: le mardi 24 décembre à 9 heures.

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LES POILUS D’ALASKA #2

    111734_fr_image_27880.jpg

    Nom de code poilus d'Alaska ou l'incroyable destin de chiens de traîneaux venus d’Alaska et du Canada pour épauler les soldats français enlisés sur le front des Vosges en 1915. Un documentaire au souffle épique. Une pépite…

    Membre du jury des Ecrans d’Aventures 2012, je me suis régalé à voir ce film mêlant subtilement images animées ou fixes d’époque, interviews (truculentes) d’experts et séquences de fiction.

    Quant au dépaysement, il est garanti. Depuis les archives militaires du Fort de Vincennes jusqu’aux splendides paysages de l'Alaska, via les États-Unis et le Canada, où le capitaine Moufflet s'échinera à rassembler 300 chiens.

    111734_fr_image_27881.jpg

    On y croise des figures héroïques dont une célébrité canadienne de ces années-là : Scotty Allan, champion de courses à traîneau et infatigable arpenteur de l'Alaska. Il inspirera d’ailleurs à Jack London son personnage central de L'appel de la forêt.

    Réussite indéniable de ce docu-fiction, les scènes de reconstitution dont celles avec les chiens, dans la réalité décorés de la Croix de guerre pour leur conduite exemplaire durant le conflit.

    111734_fr_image_27882.jpg

    Une épopée découverte par le journaliste Daniel Duhand, co-écrite avec  l’aide de Mikaël Pitiot, et servi par la mise en scène assurément cinématographique de Marc Jampolsky.

    GP107619_dettraite.jpg

    L'aventure étonnante de deux officiers français durant la Première Guerre mondiale chargés de conduire une meute de chiens de traîneaux depuis l'Alaska.

    Une histoire authentique qui n'avait jamais encore été racontée. Haletant et passionnant… (SD)


    A VOIR SUR ARTE en VOD


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LES POILUS D’ALASKA #1

    GP107619_dettraite.jpg

    « Les poilus d’Alaska », c’est un épisode méconnu de la première guerre mondiale. De l’Alaska aux sommets des Vosges, l’épopée véridique d'une meute de 450 chiens esquimaux tentant de rallier la zone de combat. Une glorieuse tranche d'histoire racontée dans des films documentaires.


    Hiver 1914, massif des Vosges. La situation des soldats qui, en première ligne, défendent la « ligne bleue des Vosges » est catastrophique : coupés de leur base arrière par d’importantes chutes de neige, il est impossible de les ravitailler en nourriture et en munitions.

    Lecture Pour Tous - Chiens d'Alaska 002.jpg

    Deux officiers proposent alors au commandement de l’Armée des Vosges d’utiliser des chiens de traîneau. En août 1915, le capitaine Moufflet et le lieutenant Haas partent pour l’Amérique du Nord avec pour mission d’acheter plus de quatre cents chiens et de les ramener en France au plus vite…

    Commence alors une incroyable aventure à laquelle s’associe dés le début le plus célèbre des conducteurs de traîneaux à chiens d’Alaska : le musher Scotty Allan, celui qui inspira Jack London.

    Nom-de-code-Poilus-dAlaska-2.jpg

    A eux trois, ils constituent la plus grande meute de chiens jamais réunie au monde, traversent tout le Canada dans un train spécial, déjouent de multiples tentatives d’empoisonnement et d’assassinat organisées par les espions allemands, embarquent de justesse à Québec sur un vieux rafiot sauvé de la démolition, affrontent pendant quinze jours les tempêtes et les sous-marins ennemis et accostent enfin au Havre le 5 décembre 1915.


    Aussitôt débarqués, ils forment et entraînent dans les Vosges les premières Sections d'Equipages Canins d’Alaska, les fameuses SECA qui d’après des spécialistes changera le rapport de forces.

    affiche-poilusbis.jpg

    Avant de se pencher prochainement sur un étonnant docu-fiction, co-écrit par Mikaël Pittiot et Daniel Duhand et diffusé sur Arte TV, un aperçu de cette tranche d’histoire insolite avec un film produit par l’'ECPAD et la France Mutualiste

    A noter que ce film s’inscrit dans une série documentaire « Les Petites histoires de la Grande Guerre » qui décrit le quotidien des acteurs de la Première Guerre Mondiale à travers des aspects insolites

    (À SUIVRE)

    chiens traineau .jpg


    EN SAVOIR PLUS

    Sur le site de la France Mutualiste

    Sur le le site de l'ECPAD


    Lien permanent Pin it! Imprimer