Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dessin

  • REVUE LE 1 : LES SECRETS DE NICOLAS VIAL

    Le nouveau hors-série du magazine Le 1 est paru dans les kiosques en taille XXL. Gros plan sur Verdun, une bataille emblématique de la Première Guerre mondiale, dont on fête le centenaire. L'auteur de cette une très graphique est Nicolas Vial, illustrateur et peintre de Marine. Témoignage du "Maître" quant aux secrets de cette œuvre conçue avec passion et fougue.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • GRAND PALAIS : HOKUSAI FAIT DES VAGUES

    Ses estampes, dont celle fameuse d'une vague scélérate*, ont fait le tour du monde. Katsushika Hokusai (1760-1849) est certainement l'artiste japonais le plus fameux au monde sans qu'on ne le connaisse paradoxalement son œuvre et son parcours. Une exposition au Grand Palais à Paris lui rend hommage.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • BONNES ETOILES (réactualisé)

    joel-alessandra-le-trait-voyageur.jpg

    L’illustrateur-scénariste-dessinateur & voyageur Joël Alessandra s’est attelé à l’adaptation en BD d’un roman de l’écrivain libanais Amin Maalouf. Embarquement pour un voyage envoûtant depuis le Moyen-Orient jusqu'à Gênes, via la Grèce et Londres à la fin du dix-septième siècle. Sa trilogie est désormais complète avec la publication récemment du troisième tome. Rapide revue de détails.
     

    BALDASSA1_Illu1.jpg

    Génois d’Orient négociant en livres et curiosités, Baladassare Embriaco va se voir confier Le Centième Nom, un ouvrage rarissime réputé détenir le salut du monde.9782203040618_1.jpg

    Un livre à clef alors qu’il ne reste que quatre mois avant que ne débute l’an 1666, l’année de la Bête. Ce précieux objet, Baladassare va pourtant vite s’en débarrasser et le vendre à prix d’or à un représentant du royaume de France.

    Conscient de son erreur, le Génois se décide vite à partir sur les routes à la recherche du fameux livre. Sa quête va alors se transformer en un long voyage…

    9782203040601.jpg

    Paru en l’an 2000, le roman d’Amin Maalouf est donc à l’origine de cette adaptation BD (déclinée en trois tomes) signée Joël Alessandra, illustrateur, dessinateur et globe-trotter.

    Constantinople, la Grèce, Londres et enfin Gênes, le voyage et l’aventure sont donc des thèmes prégnants dans cette trilogie tout comme les religions. Dans toute son oeuvre, Amin Maalouf plaide d’ailleurs pour l’esprit de tolérance et pour l’acceptation des différences. 

    album-page-large-13003.jpg

    Sur le plan graphique, Joël Alessandra, basé à Uzès dans le Gard, avoue s’être inspiré des peintres orientalistes du dix-neuvième siècle.

    Quant aux influences « bédé », celles d’un Hugo Pratt, de Ferrandez ou de Cailleaux sont manifestes dixit les spécialistes. Confirmations de l’intéressé, à son aise devant la feuille blanche avec ses crayons aussi bien dans la fiction que dans les carnets de voyages.

    9782203040618.jpg

    Une trilogie pour ravir les lecteurs en quête d’horizons lointains. L’occasion également de se familiariser avec un roman d’Amin Maalouf et de (pourquoi pas) poursuivre l’aventure en se plongeant plus avant dans son œuvre.

    Inspiré, l’ami Joël nous régale !

    Stéphane DUGAST
    Dessins : Joël Alessandra /
    © Casterman

    amin-maalouf-pochette-baldassare-francais-bd-tome1-interieur-1.jpg

    À LIRE //

    Le Centième Nom (tome 1), Un ciel sans étoiles (tome 2) & La tentation de Gênes (tome 3). Scénario, dessin et couleurs de Joël Alessandra d’après le roman Le périple de Baldassare  d’Amin Maalouf. 14 € l’album (Casterman).

    Couv_184190.jpg


    EN SAVOIR PLUS //
    Le site web de Joël Alessandra


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • DANS SA NATURE

    HERVECHELLE 1.png

    La vie, ce sont des rencontres parfois furtives. A l’occasion du vernissage d’une exposition organisée conjointement avec mon ami dessinateur Christian Cailleaux (et grâce à la complicité du photographe Christophe Géral), j’ai rencontré Hervé Chellé. Photographe notamment pour le quotidien La Montagne, c'est également un passionné de Nature…

    HERVECHELLE 5.jpg

    CE QU’IL DIT DE LUI

    « L'été de mes seize ans après avoir travaillé pendant deux mois, je me suis acheté mon premier appareil photo. L'envie de figer les instants, les lumières, les paysages de l'Ardèche méridionale où j'ai grandi.

    HERVECHELLE 3.jpg

    Ce n'est pas immédiatement que j'ai voulu faire de la photo mon métier. Mais la passion est devenue trop forte.

    Depuis 1992, je collabore avec l'agence Biosphoto (publications dans Sciences et Nature, Nouvel Obs, Wapiti, Sciences et Vie, Rustica...), j'ai travaillé avec des comités de tourisme (Haute-Savoie, Puy de Dôme). J’ai fait de multiples expositions et j'ai récemment exercé pour le quotidien La Montagne ce qui m'a permit d'élargir le choix des sujets à photographier.

    HERVECHELLE 4.jpg

    La nature est ma principale inspiratrice. Un insecte, une fleur, un oiseau ou un beau paysage, les saisons, tout est motif à faire des images. Mais beaucoup d'autres sujets s'offrent à ma vue…»

    > Son site web
    http://www.photo-par-nature.fr/Accueil.html

     

    *

    > NOTRE EXPOSITION « JEANNE » COMMUNE

    DSC_8052.jpg

    RDV à Clermont-Ferrand au conseil général du Puy-de-Dôme jusqu'au 21 novembre prochain. « Les Longues traversées » (Dessins & lithographies de Christian Cailleaux) et la « la Jeanne d’Arc » (Photographies de Christophe Géral & enquête de Stéphane Dugast). Exposition organisée dans le cadre du festival « Rendez-Vous Carnet de Voyage » (17-20 novembre)

    > Le site web du festival
    http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/

     

    Cailleaux+1.jpg
    Photographies  © Hervé CHELLE
    Image © Christian CAILLEAUX

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • THEO LE MATELOT

    032_R97.jpg

    R97, c'est le numéro d'immatriculation de la Jeanne d'Arc et le titre (partiel) d'un album de bande dessinée librement inspiré des romans d'un ancien mécano du porte-hélicoptères, surtout connu pour sa carrière dans le septième Art et plus récemment en tant qu'écrivain...

    008_R97.jpgPrintemps 2005. Le dessinateur Christian Cailleaux bouillonne d'idées. Les récits de Bernard Giraudeau, le captivent. «Je soupçonnais que nos voyages et nos envies pourraient trouver là un terrain d'entente. Il a d'ailleurs réalisé ce film que je trouve admirable : Les Caprices d'un Fleuve. Or, j'ai une affection toute particulière pour Saint-Louis du Sénégal. C'est là où j'ai écrit l'un de mes albums intitulés Le Troisième Thé ».

    Inspiré, le dessinateur envoie « sans complexe » ses albums au comédien, réalisateur et écrivain tout en lui proposant de se rencontrer. « Le tout sans projet préconçu». Réponse positive de l'intéressé.

    Les deux hommes se rencontreront lors d'un festival malouin consacré à la littérature de voyage. Rapides discussions et mises au point. L'ancien mécano de la Jeanne avoue cependant ne rien connaître à l'univers bédé. L'initiateur de cette aventure est néanmoins sûr du bien fondé de l'entreprise : «Bernard Giraudeau est un homme d'images et de mots. C'est un excellent réalisateur. Je n'avais donc aucune raison d'être inquiet...».

    BG+CC.jpg

    Les principes de la collaboration sont ainsi établis. L'écrivain de Marine conseille  au dessinateur de relire son ouvrage «Le Marin à l'ancre» et de lui indiquer ce qui déclenche des envies graphiques. Le sujet est vite trouvé : la Jeanne, ses « matafs », ses escales ou les tribulations romancées de l'ancien quartier-maître chef.

    La trame du récit est rapidement établie. Il s'agira d'une campagne d'application imaginaire de la «Jeanne» se déroulant à la fin des années 1960. Théo, jeune matelot embarqué, inspiré des récits de l'écrivain de Marine, en sera le héros. Elaboration et «tricotage» d'un voyage autour du monde à quatre mains.

     

    033_R97.jpg

    L'esprit Jeanne ?

    Dès lors, entre voyages et projets respectifs, les compères avancent à leur rythme. De son côté, le dessinateur aborde les premières esquisses et réalise rapidement un crayonné complet à demi format.

    «Une façon de mieux aborder le rythme entre les navigations et les escales». L'écueil de tout ouvrage consacré à un marin embarqué est évité. Alors officier de presse dans la Marine, Valérie Fourrier, elle-même ancienne de la Jeanne, flaire la «bonne affaire» et propose aux des deux artistes un embarquement sur la Jeanne.
     

    JDA0029.jpg

    Enthousiaste, Christian Cailleaux embarque seul lors de l'appareillage de Brest. «Je voulais saisir les émotions et les regards des marins qui partent pour six mois». Premier transit donc à destination de New York, suivi d'un second embarquement entre Toulon et Brest.

    Lors de l'escale à Lisbonne Bernard Giraudeau monte à bord et rejoint son compagnon pour deux semaines en mer et en commun. «L'idéal pour achever le story-board» estime Christian. Sur la Jeanne, l'équipage est immédiatement enthousiaste. Le «pacha» aussi, au point de laisser ses salons à la disposition des deux passagers. Séances de travail dans les appartements du commandant avec vue sur mer.
     
    In situ, les avantages sont nombreux. Les deux auteurs 029_R97.jpgdisposent d'un équipage sous la main. Une rencontre s'avère décisive, celle avec l'officier de manœuvre. Le marin enthousiaste corrige les rares approximations. Il inspirera d'ailleurs un personnage du récit. Autre bonheur embarqué pour les deux compagnons, celui de pouvoir s'accorder «une pure bouffée d'oxygène» en passerelle ou sur les extérieurs.

    Cette collaboration sur la Jeanne leur permet finalement de réorganiser le canevas définitif de la bande dessinée. Les hommes en mer sont heureux. Retour à terre, le projet s'affine au gré des emplois du temps respectifs.

    Les cases sont dessinées sans intégrer aucun dialogue. Les textes pourront ainsi être ciselés jusqu'au dernier moment. Comme pour tous ses albums - «à l'exception du premier» - Christian Cailleaux réalise lui-même la couleur sur ordinateur. «Ça autorise toutes les audaces. Ça permet surtout un travail en aplat comme en sérigraphie sans effets de couleurs ou de dégradés».

    011_R97.jpg

    Printemps 2008, l'album «R97, les hommes à terre» sort en librairie. Les «bédévores» adorent. Le grand public suit. A l'exception de quelques esprits trop pudibonds, les frasques de Théo, le jeune matelot embarqué sur la Jeanne, passionnent donc.

    Fort de ce succès d'estime, l'écrivain de Marine et le dessinateur chevronné envisagent de récidiver. «Sans la Jeanne, cette fois» jure Christian. Librement inspiré de l'une des nouvelles de Bernard Giraudeau, ce prochain album, intitulé «Les longues traversées»,  racontera les tribulations de Théo, une décennie plus tard «De la Jeanne, il en sera tout de même un peu question» concède finalement amusé Christian Cailleaux...

    Stéphane DUGAST

    Illustrations: © Christian CAILLEAUX / Casterman éditions - Photograohies © Christian CAILLEAUX & Yann LE NY

    Lien permanent Pin it! Imprimer