Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

luc marescot

  • DANS SA NATURE

     thierry ragobert,amazonia,singe capucin,luc marescot,gédéon programme,nature,forête,amazonie,cinéma,fiction

    Amazonia, c’est un long métrage racontant le voyage d’un jeune singe capucin au cœur  de la forêt amazonienne. Après deux ans de développement, de recherches scientifiques et d’écriture, le cinéaste Luc Marescot est fier pour «sa» première fiction. À l’origine de cette idée et scénariste, cette histoire de singe capucin tient forcément à cœur de cet homme d'images passionné de Nature

    13-2.jpg

    › GÉNÈSE
    « C’est un projet dont je suis effectivement à l’origine, et dont la réalisation, au final, a été confiée à un autre réalisateur, un ami : Thierry Ragobert. Tout est parti d’une discussion avec Stéphane Millière, producteur chez Gédéon. Nous avions envie de raconter une histoire qui se déroulerait dans la forêt. La volonté première, c’était de faire une fiction, après 25 ans de documentaire. La fiction permet de «poloniser» un peu plus. Co-réalisateur du film La planète blanche, Thierry Ragobert réalise en quelque sorte avec Amazonia :  La planète verte !

    big-3-le-pacte-biloba-films-gullane.jpg

    › SCÉNARIO
    Un singe capucin, en provenance du monde des hommes, s’échoue en quelque sorte dans un monde sauvage qui lui est inconnu et auquel il doit faire face. Le singe capucin part ainsi à la découverte d’abord d’une forêt sombre, voire effrayante, avant de se l’approprier et découvrir une forêt lumineuse au fur et à mesure qu’il monte dans les strates. Le singe capucin devient le subjectif.

    _79H7974__c_2013_Le_Pacte_Biloba_Films_Gullane.jpg

    › PARTI-PRIS
    Dès le départ, la fiction s’est imposée afin de toucher un large  public. Moi je pensais au départ à des comédiens, puis nous avons choisi un animal comme personnage. Quant à l’idée du singe capucin, je la dois à ma femme Myriam qui a travaillé pendant 5 ans avec des singes capucins au profit d’handicapés tétraplégiques.

    thierry ragobert,amazonia,singe capucin,luc marescot,gédéon programme,nature,forête,amazonie,cinéma,fiction

    « Amazonia nous entraîne au cœur de la plus vaste forêt de notre Terre à la découverte de la Planète Verte. Une fiction animalière pour toute la famille. Une ode à la beauté et à la diversité de l’Amazonie, un décor hors norme, sauvage et mystérieux »

    thierry ragobert,amazonia,singe capucin,luc marescot,gédéon programme,nature,forête,amazonie,cinéma,fiction

    › BILAN
    J’ai vu le film et c’est un beau challenge. Il y a bien évidemment un décalage entre ce que tu vois à l’écran et ce que tu as écrit. Un film, vous savez, s’écrit au montage, il s’écrit également au tournage. Après visionnage, je suis rassuré. Ce film va dans le sens des idées premières. C'est réussi ! »

    _AA27932__c_2013_Le_Pacte_Biloba_Films_Gullane_01.jpg

    Qui est Luc Marescot ?
    C’est un cinéaste rompu depuis 25 ans aux tournages sous toutes les latitudes. À son actif, pêle-mêle : un tour du monde de deux ans à bord de tractions-avants, une traversée de 800 kilomètres du désert sur des chameaux avec un géologue, six mois à pied autour de l’Afrique, 7 mois en famille en Australie… et moult films documentaires ou émissions télévisées comme C’est pas sorcier ou Rendez-vous en Terres inconnues.

    120_AMAZONIA.jpg


    DES CHIFFRES & DES LETTRES

    Des chiffres qui en disent long sur ce projet cinématographique. Pharaonique, non ?

    Un décor de plus de 6 millions de km².
    Un casting de rêve : 40 singes capucins, des jaguars, un anaconda, un kinkajou, une loutre, un aigle, des dauphins roses, des crocodiles, une taira, un tatou, des coatis, un boa, des mygales et une famille de paresseux.
    Une figuration hollywoodienne : 5 000 espèces animales, 2,5 millions d’insectes et 40 000 espèces végétales.

    thierry ragobert,amazonia,singe capucin,luc marescot,gédéon programme,nature,forête,amazonie,cinéma,fiction

    9 mois d’imprégnation pour les animaux principaux.
    2 ans de tournage au cœur de l’Amazonie.
    Une équipe de 80 techniciens aux références incontournables : OCÉANS, LE PEUPLE MIGRATEUR, LA FORET DES PLUIES, LES SAISONS, LE RENARD ET L’ENFANT, DEUX FRÈRES...
    6 mois de développement électronique et mécanique sur les caméras, les optiques, les outils relief et la machinerie ont été nécessaires pour inventer le dispositif de réalisation d’Amazonia.


    EN SAVOIR +

    Amazonia
    de Thierry Ragobert. Entièrement tourné en 3D relief. 1h25 - France. Sortie le 27 novembre prochain. Rendez-vous sur le site web officiel du film AMAZONIA

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA PLANÈTE VERTE

    amazonia,amazone,forêt,thierry ragobert,luc marescot,singe capucin,gédéon programme,france,brésil,la planète blanche


    À la suite d'un accident d’avion, un jeune singe capucin né en captivité se retrouve brutalement seul et désemparé au cœur de la forêt amazonienne. Un long-métrage (en salle le 27 novembre prochain) signé
    Thierry Ragobert, l’auteur de nombreux films documentaires et réalisateur du remarqué La Planète Blanche. Direction cette fois la forêt amazonienne pour un film entre documentaire et fiction.

    amazonia,amazone,forêt,thierry ragobert,luc marescot,singe capucin,gédéon programme,france,brésil,la planète blanche

    › L’HISTOIRE
    Sans repères et confronté aux mille et un périls de l'immensité verte un jeune singe capucin va devoir s’adapter à cet univers inconnu, grouillant, foisonnant, souvent merveilleux mais aussi étrange et hostile. Héros d'une extraordinaire aventure qui lui fera affronter non seulement ses semblables mais aussi des prédateurs redoutables, des végétaux toxiques et l'Amazone en crue,  il va entamer un long voyage qui lui permettra de découvrir enfin sa seule chance de survie: une place parmi les siens…

    _79h9491__c_2013_le_pacte_biloba_films_gullane-36aa8.jpg

    _79h8721__c_2013_le_pacte_biloba_films_gullanesm-3c73e.jpg

    › LA GÉNÈSE
    Né en 2006 à la sortie du film La Planète blanche, grande épopée de la vie en Arctique sur une année, le projet Amazonia raconte cette fois un autre biotope essentiel  de notre planète : l’Amazonie, la Planète Verte. Confession du producteur : « Pour raconter le fonctionnement de cet incroyable écosystème, qui abrite plus de 10% des espèces de la planète, il me semblait évident qu’il fallait trouver un moyen de la faire ressentir physiquement au spectateur, l’immerger, dans la forêt, avec ses bruits, ses odeurs, l’humidité, cette impression d’écrasement que procure le premier contact,  la peur de toute cette faune qu’on aperçoit plus qu’on ne la voit, mais qui est toujours présente autour de nous. Il était essentiel de vivre cette histoire par le biais d’un personnage qui fasse la même expérience que celle  que nous pourrions faire nous-mêmes. Il fallait un animal candide, pour faire cet apprentissage de la forêt ».

    _mg_3714__c_2013_le_pacte_biloba_films_gullane.jpg

    image.jpg

    › UNE ANECDOTE

    Le réalisateur Thierry Ragobert a d’abord imaginé que cette histoire pourrait être vécue par un jeune marsupial, qui se trouverait séparé de sa mère par la crue, et serait confronté aux périls de la forêt. C’est son ami et partenaire Luc Marescot qui a eu l’idée du singe capucin, parce qu’il avait eu l’occasion de voir à quelle vitesse cette espèce de singes pouvait apprendre de son environnement. L’idée du singe capucin a tout de suite été retenue, et comme il fallait qu’il ne connaisse pas la forêt, Luc a imaginé  un singe vivant parmi les hommes, et un accident d’avion qui le plongerait dans la forêt, où il serait obligé  de réapprendre à vivre.

    185f04__c_2013_le_pacte_biloba_films_gullane-55d72.jpg

    amazonia,amazone,forêt,thierry ragobert,luc marescot,singe capucin,gédéon programme,france,brésil,la planète blanche

    › UN DÉCOR NATUREL

    Le tournage s’est échelonné sur 2 ans, après près de 6 mois durant lesquels les jeunes animaux ont dû s’habituer à la présence des hommes et des caméras sur leur territoire. Tout s’est construit jour après jour, avec une patience  infinie dans le travail avec les jeunes singes et les autres animaux. Il fallait réinventer sans cesse les scènes écrites pour  s’adapter aux comportements des animaux. Pour que l’expérience d’immersion dans la forêt soit la plus forte possible, il fallait que le film puisse tenir sans aucun commentaire, et qu’il soit tourné en relief, ce qui n’avait jamais été fait en plein cœur de la forêt amazonienne,  avec des animaux à peine imprégnés, et d’autres sauvages.

     
    › FICHE TECHNIQUE

    Amazonia. Un film réalisé par Thierry Ragobert. Un scénario de Johanne Bernard, Luiz Bolognesi, Louis-Paul Desanges, Luc Marescot, & Thierry Ragobert, d'après une idée originale de Stephane Milliere & Luc Marescot. Images (coleurs, 3D) de  Manuel Teran, Gustavo Hadba, Jerome Bouvier. Musique de Bruno Coulais; sound (Dolby Digital).  1h25. France/Brésil. Un film entièrement tourné en 3D. En salle le 27 novembre prochain.

    amazonia,amazone,forêt,thierry ragobert,luc marescot,singe capucin,gédéon programme,france,brésil,la planète blanche

    › FICHE TECHNIQUE
    RDV sur le site web officiel.

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer