Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

quéméré

  • LES ÉCRANS DE LA MER, PREMIERE !

    FESTIVALDUNKERQUE.jpg

    255 films reçus en provenance de 28 pays. 20 films en sélection traitant des métiers de la mer, de l’écologie et de l’exploration maritime ou encore de l’aventure et des sports nautiques. 17 films projetés en compétition au cours d’un festival qui se tiendra sous la présidence d’honneur de l’écrivain et cinéaste Pierre Schoendoerffer (auteur de l’inoubliable Crabe-Tambour). Tel est le programme du premier festival mondial du film de mer de Dunkerque, organisé par La Guilde avec le soutien de la Ville et de la Communauté urbaine de Dunkerque et du Conseil régional du Nord-Pas de Calais.

    LogosDunkerqueRVB.jpg

    Deux tables rondes, l’une sur la piraterie d’hier et d’aujourd’hui et l’autre sur la pollution par les plastiques en Atlantique réuniront des écrivains, des réalisateurs, des scientifiques, des navigateurs, des aventuriers ou des professionnels de la mer. Des expositions, des stands et une librairie permettront d’approfondir ces débats et ces rencontres. Cinq prix seront décernés par un jury constitué de spécialistes.

    Portrait-Arrivée-Tahiti W.jpg

    A noter la présence d’Anne Quéméré, navigatrice bretonne auteur d’une double traversée de l’Atlantique à l’aviron et en solitaire et sans assistance en 2002 et 2004. Tout juste rentrée d’une traversée homérique de l’océan Pacifique en solitaire à bord d’un kiteboat « nouvelle génération », la Quimpéroise fera partie du jury du film et présentera son dernier projet Pacific Solo Adrien 2011. Cinq prix seront, en effet, décernés par un jury constitué de spécialistes.

    Rendez-vous du 1er au 3 juillet prochain au Kursaal (à Dunkerque)

    + d’infos sur www.ecransdelamer.com


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • PRISE DE CONTACTS

    AQUEMERE 3.JPG

    Partie du Pérou pour traverser l’océan Pacifique en kiteboat, Anne Quéméré traçait  sa route vaille que vaille sans lien avec la terre. Seule « en mer et contre tout » jusqu'au dimanche 15 mai au petit matin quand le « Comus of Sark », un ketch de 17m parti de Papeete à sa rencontre entre en contact avec elle. Premier contact humain après 74 jours de navigation dont 50 jours sans communication. Récit de son équipe rassurée... 

    L’émotion a dû être totale lorsque la navigatrice a échangé par VHF avec Ronan Quéméré, son père et coach technique embarqué sur le voilier « Comus of Sark ». A bord de son Kiteboat « Adrien », la Quimpéroise aura parcouru plus de 3 000 milles nautiques (5 528 kilomètres) seule, sans assistance et sans aucun échange possible avec son équipe ou ses proches.

    Une solitude accentuée par le « vide » de l’océan Pacifique où elle n’a croisé aucun bateau, ni requin ou autre poisson. « À partir du 110/115 W, j’ai été plongée dans un monde angoissant, vide de tout où il n’y avait plus rien. Je ne pouvais compter que sur moi-même pour anticiper la météo ou prévoir ma trajectoire. Je n’aurai jamais imaginé vivre une telle expérience»

    AQUEMERE 1.jpg

    Anne va bien, malgré une fatigue extrême et un fort amaigrissement. En effet, elle a du se rationner ces dernières semaines afin de conserver l’énergie nécessaire pour avancer et avancer encore… Ce dimanche, son équipe lui a transmis un tonneau étanche rempli de nourriture lyophilisée et de fruits frais ainsi qu’un téléphone Iridium.

    Par ailleurs, son Kiteboat porte lui aussi les stigmates de cette aventure incroyable. Outre le safran cassé qui lui a fait perdre en manœuvrabilité depuis le 26 mars dernier, son palonnier est hors d’usage et deux ailes sont déchirées et inutilisables.

    AQUEMERE 2.jpg

    Face à son immense fatigue et aux détériorations du kiteboat, Anne et son équipe ont décidé de définir comme ligne d’arrivée l’entrée de l’archipel des Tuamotu à la longitude 138°50’W, entre les atolls de Puka Puka et Napuka. Soit encore 110 milles nautiques à parcourir à bord de son kiteboat, avec des alizés faibles de secteur Est. Une navigation difficile qui ne va pas épargner la navigatrice jusqu’au dernier mille.

    D’ici 2-3 jours, Anne Quémére devrait donc achever ce défi et nous raconter en détails cette odyssée à l’ancienne, sans liens avec la terre.

    Relire l’épisode précédent

    Une aventure à suivre sur : http://www.pacific-solo.com/

    Photographies : © Pacific solo

    Lien permanent Pin it! Imprimer