Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

UNDER THE POLE II : IVRESSES POLAIRES

Depuis janvier 2014, le collectif Under the Pole est reparti pour une deuxième expédition d’envergure en Arctique. Au programme des plongées sous la glace avant d’entamer au printemps 2015 une expédition plus audacieuse.

S'aventurer autrement dans l’Arctique afin d’y mener des explorations aux confins du monde civilisé ainsi que des plongées jusqu'aux plus grandes profondeurs accessibles à l'Homme, ce sont les objectifs assignés au second volet des expéditions du collectif Under the Pole.

010.jpg


Expédition à la fois éducative et scientifique, innovante et à taille humaine, Under the pole II offre des images uniques au monde et surtout une meilleure connaissance scientifique du milieu à travers les immensités glacées les plus inaccessibles et les plus inhospitalières de notre planète.

 021.jpg

UNE LENTE REMONTÉE

Mer agitée, mal de mer, froid lancinant, paysages époustouflants et rencontres touchantes, la première phase de l’expédition Under the pole 2014-2015 a assurément été éprouvante à bord du Why, une goélette en aluminium robuste conçue pour naviguer dans toutes les mers du monde.

Après avoir appareillé de Bretagne en janvier 2014, les explorateurs ont dû attendre un mois durant à Reykjavik en Islande la fenêtre météo pour rejoindre le sud du Groenland «froid, sombre et mystérieux» (de l’aveu d’Emmanuelle à l’initiative de cette aventure), puis atteindre enfin Nuuk, la capitale.

 012.jpg

Cinq mois durant, le voilier Why est alors remonté le long de la côte ouest du Groenland parvenant ainsi jusqu’à 80°23’ Nord de latitude dans le détroit de Nares. Autant d’escales et d’occasions d’observer en plongée la banquise, les icebergs ou la faune comme les baleines franches et les grands rorquals, les phoques annelés et leurs cousins les barbus.

PLONGÉES EN HAUTES PROFONDEURS

Semaine après semaine, Ghislain Bardout, sa compagne Emmanuelle Périé et leurs compagnons  ont ainsi gagné en expérience, multipliant les immersions dans le froid, le long des icebergs géants de la Baie de Disko ou en profondeur (pour Ghislain et son complice) en enrichissant leurs mélanges avec de l’hélium.

002.jpg

Ce n’est qu’après 3 mois de plongée en recycleur qu’ils sont d’ailleurs parvenus à atteindre les 90 mètres de profondeur. Un mois plus tard, ils atteignent 100 mètres puis 112 mètres au mois d’aout dernier. Une progression lente mais sage à laquelle tenait absolument Ghislain, plongeur et chef d’expédition.

La première partie d’Under the Pole II vient de se clôturer par une semaine de plongée avec le requin du Groenland que les plongeurs-explorateurs ont pu observer dans son élément naturel, et sans artifice pour pouvoir le filmer.

Ils ont ainsi pu observer 8 spécimens au cours de 12 plongées, l’accompagnant jusqu’à 70 mètres de profondeur, en utilisant leurs recycleurs, des mélanges trimix ainsi que des scooters sous-marins.

013.jpg

UN LONG HIVERNAGE 

L’expédition Under the pole est depuis entrée dans une période de transition. Le Why a ainsi d’abord navigué vers le Sud afin de réceptionner un container embarqué sur un cargo de la Royal Arctic Line avant de pointer le bout de son étrave en Baie de Melville, puis de mouiller à Uummannaq, fameux pour sa montagne en forme de cœur se dressant majestueusement au-dessus du village inuit et de l’océan Arctique glacial bientôt gelé.  

Au printemps prochain, marquant le retour du soleil, il sera alors temps pour les aventuriers d’Under the pole de partir avec les Inuit et leurs traineaux à chiens pour s'aventurer près de la banquise dans le nord de la baie d'Uummannaq, et explorer en surface et sous l'eau ces cathédrales de glaces.

003.jpg

Une folle épopée «à l’ancienne» sans moyen motorisé, entre montagnes et océan, fjords et banquise, dans le sillage de glorieux explorateurs comme le danois Knud Rasmussen ou les Expéditions Polaires Françaises dirigées par Paul-Émile Victor.

Une occasion unique d’explorer les profondeurs inconnues de cette région septentrionale du globe méconnue. L’opportunité également de prendre le pouls de notre planète. Car l’Arctique et ses glaces sont que jamais aux premières loges du réchauffement climatique.

Stéphane DUGAST
Photographies © Lucas Santucci / Under The pole - Agence Zeppelin

018.jpg

› BONUS
Pour savoir plus, rdv ICI sur le site officiel d’Under the Pole II
Un reportage photographique distribué par l’agence Zeppelin Geo

Lien permanent Pin it! Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel