Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

POLAR POD #1 : LE NOUVEAU DÉFI DE JEAN LOUIS ETIENNE

C'est à bord d'un drôle de navire, une sorte d'éolienne flottante, que Jean-Louis Etienne compte prochainement dériver, sans assistance mécanique, et ce jusque pendant 6 mois. Des tenants et aboutissants de cette expédition polaire d'envergure, l'explorateur bientôt septuagénaire dit tout…

Pourquoi explorer l’Antarctique alors que tous les regards médiatiques et scientifiques semblent braquer sur l'Arctique ?

- Jean-Louis Etienne : D'abord, parce que cette région du globe est encore très mal connue, surtout l'océan Austral qui l'entoure. C'est d'ailleurs le seul océan au monde qui n'est pas bordé par des continents. C'est un océan en mouvement qui circule d'Ouest en Est autour du continent Antarctique, c'est ce qu'on appelle le «courant circumpolaire antarctique». 

Ce courant est un acteur majeur du climat encore mal connu du fait de son éloignement, de son isolement hors des zones de navigations traditionnelles, du coût élevé et donc de la rareté des campagnes océanographiques que l'on peut y mener. Long de 24 000 kilomètres et large de 1 000 kilomètres, c'est le plus puissant courant de la planète.

Poussé par des vents légendaires, les fameux "cinquantièmes hurlants", rien n'arrête sa grande houle autour de l'Antarctique. L'activité biologique est intense, c'est un immense refuge d'oiseaux de mer et de mammifères marins. Ses eaux froides absorbent une part importante du CO2 émis par les activités humaines.

Véritable courroie de transmission, ce courant relie les eaux des océans, Atlantique, Indien et Pacifique avec les eaux froides de l'Antarctique. Il contribue aussi à isoler le froid du continent Antarctique des flux de chaleur des moyennes latitudes. C'est la principale source de formation des eaux profondes de l'océan Mondial. Les périodes de gel et dégel à proximité de l'Antarctique alimentent la formation des eaux profondes.

Bref, c'est un territoire d'importance sur lequel la communauté scientifique doit se pencher. Or, effectuer des observations sur la durée avec un bâtiment classique est impossible. Il a dès lors fallu imaginer un nouveau type de bateau pour mener à bien, sur la durée et de façon efficace, une exploration pas aisée à cause des glaces, des icebergs, de la banquise, du climat et des courants » (LIRE LA SUITE)

Propos recueillis par Stéphane Dugast
Photographies © Jean-Louis Étienne / 7
ème Continent

aventure,exploration,antarctique,polaire,polar pod,sciences,courant circumpolaire,océan,persévérer,jean-louis etienne,explorateur

EN SAVOIR +
RDV sur http://www.jeanlouisetienne.com/polarpod/

Lien permanent Pin it! Imprimer

Les commentaires sont fermés.