Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« NOIR, C’EST BEAU ! »

Journaliste au quotidien Le Monde et spécialiste Défense, Nathalie Guibert est également l'auteur d'un livre récemment paru né de son embarquement longue durée à bord d'un Sous-marin Nucléaire d'Attaque (SNA) français. Un récit au titre résolument provocateur mais qui raconte à hauteur d'hommes le monde mystérieux des bateaux noirs. Entretien à bâtons rompus avec une journaliste qui n'a pas "la langue dans sa poche".

- Pourquoi écrire un livre sur les sous-marins alors que vous avez déjà publié une série de reportages sur le sujet dans Le Monde ?

livre,immersion,sous-marin,mer,marine,militaire,marine nationale,embarquement,embarquée,embedded,journaliste,reporter,reportage,livre,à bord je n'étais pas ls bienvenue,nathalie guibert,edition paulsen- Nathalie Guibert : Un livre nous conduit à plonger plus profondément dans nos pensées. Je n’ai pas souhaité rédiger un ouvrage qui n’aurait été qu’une prolongation de mes reportages, une matière similaire du même registre, journalistique, simplement organisée d’une autre façon.

Je voulais, à la première personne, composer un récit différent, un peu plus littéraire aussi au sens où je me suis parfois autorisée à m’échapper des faits stricts, alors qu’ils sont le lot quotidien du journaliste.

livre,immersion,sous-marin,mer,marine,militaire,marine nationale,embarquement,embarquée,embedded,journaliste,reporter,reportage,à bord je n'étais pas ls bienvenue,nathalie guibert,edition paulsen

LE MOT DE L'ÉDITEUR « Un mois enfermée dans un sous-marin atomique militaire. Première femme autorisée à bord, seule parmi 75 hommes. Le récit d’un huis clos captivant et la plongée au cœur d’une fraternité méconnue. Une expérience unique que l’on partage avec frénésie, page après page »

Je souhaitais témoigner à la fois de façon plus intime – j’ai exprimé des sentiments que je n’avais pas partagés dans les articles, d’autant que certaines pensées me sont venues beaucoup plus tard ! - et plus précise sur ce que signifie cette aventure humaine parfaitement originale.

Le sujet, c’est l’enfermement choisi. Une femme mêlée à tout cela, c’était inédit. Donc je ne prétends pas avoir écrit un livre général sur les sous-marins au sens d’une présentation complète de ces navires de guerre, de leur rôle dans une armée, de leurs marins. Je n’aborde qu’en filigrane les questions proprement militaires et stratégiques.

livre,immersion,sous-marin,mer,marine,militaire,marine nationale,embarquement,embarquée,embedded,journaliste,reporter,reportage,à bord je n'étais pas ls bienvenue,nathalie guibert,edition paulsen

- Le monde du sous-marin est sujet à fantasmes, comment avez-vous articulé votre récit ? Quels étaient les pièges ? 

- Les fantasmes sont justifiés car les sous-marins nucléaires d’attaque sont loin d’avoir partagé tous leurs mystères ! Ils restent des lieux clos, isolés, protégés par le secret défense.

J’ai suivi la chronologie de mon aventure, depuis la préparation à Toulon au sein de l’escadrille, jusqu’au retour à terre, mais le livre aurait aussi pu être découpé par thèmes - la claustrophobie, la vie entre hommes, la guerre, les femmes…

livre,immersion,sous-marin,mer,marine,militaire,marine nationale,embarquement,embarquée,embedded,journaliste,reporter,reportage,à bord je n'étais pas ls bienvenue,nathalie guibert,edition paulsen

Je suis la première femme à avoir pu réaliser cette expérience mais pour moi le piège aurait justement été de tout regarder exclusivement au prisme de cette dimension.

Il ne fallait pas que les sous-mariniers se comportent de façon trop différente de l’habitude, l’enjeu, comme me l’avait d’ailleurs dit le commandement de l’Esna (NDLR : Ecole des Sous-Marins Nucléaires d'Attaque), était que je sois « absorbée » dans l’équipage.

Je pense que cela a fini par se produire. Si ce n’avait pas été le cas je n’aurais rien compris de ce que j’ai vu.

« Noir, c’est beau ! sauf lorsqu’on lève les yeux vers le ciel depuis la passerelle » (Nathalie Guibert)

livre,immersion,sous-marin,mer,marine,militaire,marine nationale,embarquement,embarquée,embedded,journaliste,reporter,reportage,à bord je n'étais pas ls bienvenue,nathalie guibert,edition paulsen

- Aux néophytes et grand public moins au fait du monde des sous-marins, que raconte de nouveau votre ouvrage ? 

- D’abord ce que vit justement un néophyte qui découvre cet univers étrange ! Ensuite, chacun découvrira pourquoi la présence des femmes dans un tel lieu n’est pas un petit sujet !

J’espère plus largement que les lecteurs comprendront au travers de mon expérience ce qu’est la culture sous-marine, ses codes. Les sous-mariniers sont des gens discrets, ils ne sont pas invités sur les plateaux de télévision, et personne ne les connaît.

Passer un mois avec un équipage permet d’approcher un petit peu la vérité de ce qui se passe quand on fait la guerre sous l’eau… »

Photographies © Médiathèque Marine nationale

livre,immersion,sous-marin,mer,marine,militaire,marine nationale,embarquement,embarquée,embedded,journaliste,reporter,reportage,à bord je n'étais pas ls bienvenue,nathalie guibert,edition paulsen

Je n'étais pas la bienvenue de Nathalie Guibert. 192 pages - 18,50 € (éditions Paulsen)

livre,immersion,sous-marin,mer,marine,militaire,marine nationale,embarquement,embarquée,embedded,journaliste,reporter,reportage,à bord je n'étais pas ls bienvenue,nathalie guibert,edition paulsen

BONUS
Son reportage grand format de son embarquement sur le sous-marin paru dans Le Monde, c'est à lire ICI.

Lien permanent Pin it! Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel