Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

JEAN-LOUIS ETIENNE : INVENTER SA VIE !

Dans un abécédaire intime, l'explorateur Jean-Louis Étienne se livre comme jamais. L'occasion pour Stéphane Dugast, animateur du blog Embarquements, de raconter enfin «son» Jean-Louis Étienne, leurs liens mais surtout les valeurs et l'humanité de ce docteur ès Aventures.

Ajusteur fraiseur devenu chirurgien et médecin, Jean-Louis Étienne est le premier homme à avoir atteint le pôle nord en solitaire en 1986. J'avais 12 ans, et j'ai rêvé devant cet explorateur à la silhouette si frêle mais à l'énergie si communicative. Ce natif du Tarn a ensuite réalisé de nombreuses expéditions polaires, à bord notamment du voilier Antarctica (devenu Tara). Il est de ceux qui m'ont donné envie d'aller sur la banquise.

En 2003, j'ai rencontré Jean-Louis Étienne, explorateur de renom. J'avais 29 ans et des rêves pleins les yeux. Je préparais mon second voyage sur l'ile de Clipperton et mon premier documentaire avec l'aide de l'ami Xavier Gasselin, réalisateur plus chevronné que moi.

Apprenant que le docteur Etienne préparait l'année suivante une robinsonnade de longue durée sur ce «caillou de la République» perdu dans l'immensité du Pacifique - qui était devenu mon obsession ! -  je me suis d'abord désespéré. Pensez-donc, j'étais "mort" d'un point de vue médiatique ! Heureusement, j'ai appris que Jean-Louis Etienne aller partir sur la même frégate que nous pour effectuer ses repérages, et nous notre film. L'union fait la force ?

MON PREMIER DOC

J'ai donc demandé à rencontrer l'explorateur. Je lui ai donné rendez-vous Brasserie Lorraine, place des Ternes à Paris. Cela faisait chic et sérieux dans mon esprit. J'avais la boule au ventre, la gorge nouée. Pensez-donc ! J'avais avec moi dans mes sacs à dos toute ma documentation : des cartes, des coupures de presse, des photos, des écrits… J'étais enthousiaste, un brin naïf et plein d'espoir.

En fin d'entretien, je me suis hasardé à lui demander si il serait d'accord pour devenir le fil rouge de notre documentaire. «Oui avec plaisir !», nous-a-t-il dit. Je lui ai alors indiqué que ce documentaire était financé pour une diffusion sur France O Polynésie.

Je suis ensuite «sorti de mes tiroirs» une nouvelle fois pour lui demander, de nous recommander à des personnes influentes du monde de la TV. «Oui, j'en parlerai à Georges Pernoud, (NDLR : l'animateur et producteur de l'émission Thalassa)», m'a-t-il simplement répondu.

Je me souviens que Xavier, mon acolyte, m'a traité de «naïf» alors que nous remontions vers l'Arc de Triomphe. D'un triomphe justement, l'opération virait à la catastrophe du fait de ma naïveté.

Naïf, je l'étais sûrement mais Jean-Louis Étienne a tenu parole ! Et je lui en serai gréé toute ma vie. A Clipperton, en avril 2003, j'ai tourné et j'ai réalisé mon premier film documentaire avec comme fil rouge : Jean-Louis Étienne pendant ses repérages sur cet atoll du bout du monde (Cf les images ci-dessus de notre documentaire insérées dans un sujet diffusé dans le journal télévisé de France 2)

Malgré bien des aléas de tournage, nous avons pu aboutir ce film décliné en un 26 minutes diffusé en prime-time sur France 3 Thalassa et en une version 52 minutes diffusé sur France O. J'ai bossé dur pour en arriver là mais j'étais fier comme Artaban.

récit,aventure,expédition,livre,inventer sa vie,jean-louis etienne,clipperton,stéphane dugast,le passeur éditeur

UN HOMME DE PAROLE

Depuis, j'ai souvent croisé Jean-Louis Etienne, à Paris, ou dernièrement à Reykjavík pour les commémorations des 80 ans du naufrage du Pourquoi-Pas ? du commandant Charcot (LIRE LE REPORTAGE). Nos rapports sont amicaux.

Entretemps, j'ai également croisé nombre de gens jaloux de ses explorations, de sa réussite et de sa propension à attirer la lumière. Cela m'a valu des malentendus, des engueulades et bien des mesquineries. Foutaises et balivernes !

Jean-Louis Étienne fait partie des rares personnalités médiatiques à avoir toujours tenu sa parole. Oui, les médias font abusivement appel à lui lorsqu'il s'agit d'évoquer les pôles. Oui il parle bien. Et alors ! Le même procès d'intention a été adressé à Paul-Emile Victor de son vivant.

De Jean-Louis Étienne, j'ai lu tous ses livres (ou presque) et j'ai lu tous ses films, sans complaisance, ni fascination mais intérêt. Il n'y a qu'un film que je n'ai pas encore visionné, celui de sa robinsonnade à Clipperton en 2003-2004.

Plus que ses expéditions, ce sont les coulisses de sa vie qui m'intéressent. Et Jean-Louis Etienne les raconte à la perfection. Peu de personnes dans le milieu de l'exploration m'impressionne pour leur talent d'orateur, et cet alignement du cœur, de l'intellect' et des tripes. Jean-Louis Étienne si !

Ses conférences et ses discours se vivent avec intensité. J'aime son verbe. Il est un conférencier et un conteur hors pair, un de ceux dont on boit les paroles. Je connaissais cependant mal la personne et ses ressorts intimes. C'est chose faite avec cette abécédaire tissé à partir des «mots de sa vie». Un livre qui se picore ou se lit d'une traite, jusqu'à plus soif ! Bien qu'il s'en défende, Jean-Louis Étienne est bien un homme de plume ! La sienne est alerte, vive et malicieuse !

Entrer desrécit, aventure, expédition, livre, inventer sa vie, Jean-Louis Etienne, Passeur éditeur, récit, aventure, expédition, livre, inventer sa vie, Jean-Louis Etienne, Passeur éditeur, clipperton, stéphane dugast, stéphane dugast mots clefs

SAGESSE ET CONFIDENCES

Avec l'aide de la journaliste Isabelle Marrier, Jean-Louis Étienne se raconte ainsi dans cet abécédaire comme il ne l’avait jamais fait auparavant. Son enfance, son Tarn, sa timidité et sa dyslexie, l’appel irrésistible du grand large, les personnes qui l’inspirent, mais aussi les voitures, les souvenirs, les oiseaux, les enfants, les émotions, l’amitié, ou encore l’amour.

Sans fard, ni forfanterie, l’explorateur nous dévoile les lignes de force de son existence, sa foi en la persévérance et son humanité. Une leçon de vie !

Un livre pour picorer ses paroles, comprendre sa sagesse et ses préoccupations écologiques. Grâce à Jean-Louis Étienne, on sait désormais marcher vers son «pôle intérieur».

Stéphane DUGAST
 

 Inventer sa vie de Jean-Louis Etienne. 224 pages - 17,90 € (Passeur éditeur)

Lien permanent Pin it! Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel