Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

RETOUR SUR LE FESTIVAL OBJECTIF AVENTURE

Créé en 2013, Objectif Aventure est un festival qui réunit passionnés d'outdoor et de cinéma d'aventure dans un lieu parisien d'exception : le Centquatre. Embarquements revient sur ce festival et ses lauréats, et vous dévoile le pourquoi de son coup de coeur : KAYAKING ALEOUTIANS

Mais tout d'abord, retour sur ce beau rassemblement parisien qui a fait salle comble les 27, 28 et 29 janvier dernier dans la salle de cinéma du 104, lieu multiculturel du 19e arrondissement.

A l'affiche, quatre familles d'aventures propre à titiller l'appétit des spectateurs : Expéditions Extraordinaires, Rencontres d'Exception, Esprit Montagne ainsi que Mondes Polaires qui reprend ainsi l'esprit du festival des Nuits Polaires crée en son temps par Grand Nord Grand large.

Après trois jours de projections, de rencontres et d'échanges Objectif Aventure vient de fermer ses portes, auréolé d'un beau succès : cette troisième édition, organisée par Terres d'Aventure et Grand Nord Grand Large, a réuni 10 000 spectateurs. Présidé par le réalisateur Luc Jacquet, le jury a récompensé ses films favoris au terme d'une délibération animée.

Le prix Expéditions Extraordinaires revient au film Les œuvres du Pamir réalisé par un trio de trois copains Brian Mathé, Morgan Monchaud et Siphay Vera. Le prix Rencontres d'exception revient à Le Dernier Refuge de Jean-Michel Corillon, le prix Mondes Polaires est décerné à Equalusuaq réalisé par Kévin Peyrusse et Hugo Braconnier. Le film Meru réalisé par Elizabeth Chai Vasarhely et Jimmy Chin reçoit le prix Esprit Montagne.

Le public a sélectionné en ligne son film préféré : 621 km non-stop réalisé par Philippe Fortin.

solidream-film.jpg

Fidèle à sa devise « l'aventure autrement », EMBARQUEMENTS met à l'honneur les films qui impliquent un engagement total des réalisateurs dans les aventures qu'ils nous donnent à voir. Ils sont bien souvent les acteurs même des épopées qu'ils nous racontent ! Cet engagement est gage d'authenticité dans ce monde du documentaire d'aventure où les dés sont souvent pipés.

Réalisés souvent avec des moyens modestes, sans grosse société de production, mais avec talent et passion. Le recours aux nouveaux équipements de vidéo ultra légers permettent aux aventuriers de partager leurs pérégrinations en immersion complète.

EMBARQUEMENTS retient trois films inscrits dans cette veine de l'authentique :

- Lîle aux glaciers de Glace, du spéléologue réalisateur Luc-Henri Fage. Une vingtaine d'aventuriers spéléologues explorent grottes, gouffres et rivières souterraines d'une île déserte aux confins de la patagonie.

ile-aux-glaciers-de-marbre.jpg

- L'appel de la banquise réalisé par Mike Madgison. Le cinéaste est familier de la côte Ouest du Groenland où il a déjà réalisé une fiction purement groenlandaise, le Voyage d'Inuk. Il témoigne d'une expérience qu'il a voulu mener en solo. Initié par ses amis chasseurs groenlandais, Mike s'isole dans une cabanne de chasse avec ses chiens de traîneaux comme le ferait un inuit. Son film est un hommage à la vie de ces hommes du bout du monde.

l-appel-de-la-banquise-film.jpg

Le Chouchou toute catégorie de EMBARQUEMENTS est sans conteste Kayaking Aleoutians

Lorsque, à l'issu de la projection, Sarah Outen monte sur scène, c'est une jeune femme solaire, enjouée, pieds nus, qui séduit immédiatement le public. On retrouve ce sourire qui illumine le film d'une véritable odyssée vécue avec Justine Curvengen.

Personne n’avait jusque-là réussi à parcourir en kayak de mer les 2500 km de l'arc des Aléoutiennes, un archipel reculé au sud-ouest de l'Alaska. Deux femmes ont relevé ce défi en pleines eaux inconnues. Pendant 101 jours, elles seront les témoins de ce paysage indompté et somptueux et partageront le quotidien de ses rares habitants. Nous les suivons, de traversées hasardeuses en bivouacs rock-n'roll, de rires partagés en sessions pure adrénaline lorsque l'ours brun devient trop présent.

kayak1.jpg

Justine et Sarah se sont filmées elles-mêmes sans aucune intervention extérieure. Loin de mettre l'accent sur ce qui est un exploit dans le monde du kayak de mer, elles donnent à voir avant tout une expérience humaine, l'histoire d'une solidarité sans faille entre ces deux jeunes femmes. On craque pour leur sourire et leur vaillance même au milieu des pires galères.

Interviewée par EMBARQUEMENTS, Sarah confie :

« Les informations sur les courants et les conditions de navigations étaient presque inexistantes, malgré nos investigations auprès des locaux. Les courants de marées sont traitres et vraiment méconnus. Mais la plus grande difficulté venait de mon état de santé. Après ma traversée du Pacifique à la rame, j'ai été victime d'une allergie sévère qui m'a affaibli durant six mois ».

Pourtant, à voir cette belle jeune femme tout au long de leur navigation aléoutienne, c'est plutôt son énergie que sa faiblesse qui saute aux yeux !

kayak2.jpg

Justine Curgenven est une journaliste britannique, réalisatrice et sportive pluridisciplinaire (kayak, alpinisme, hockey, randonnée). Depuis plus de 10 ans, elle multiplie les documentaires et films d’aventure sur le kayak de mer. Certaines de ses œuvres sont régulièrement diffusées à la télévision britannique. Quant à Sarah Outen, c'est une véritable aventurière britannique ! Cette traversée incroyable des aléoutiennes s'inscrit dans un tour du monde où elle parcouru 40233 km à vélo et à la rame en 1677 jours.

Dominique Simonneau

 

Lien permanent Pin it! Imprimer

Commentaires

  • Ça devait être super, merci pour le partage !

  • Un reportage signé Dominique Simmonneau, fidèle chroniqueuse du blog.
    Pendant ce temps là, j'étais en Antarctique
    Merci pour votre commentaire
    Bel été à vous Thomas
    Stéphane Dugast

  • Un reportage signé Dominique Simmonneau, fidèle chroniqueuse du blog.
    Pendant ce temps là, j'étais en Antarctique
    Merci pour votre commentaire
    Bel été à vous Thomas
    Stéphane Dugast

Les commentaires sont fermés.