Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

UNE AVENTURE POUR NE PLUS JAMAIS BOITER DANS SA TETE

La belle aventure ! Frank Bruno part dans quelques jours avec 4 jeunes à la vie «hors normes» de son association Bout de vie. Direction la côte nord-ouest du Groenland pour y vivre une expérience inédite sur des chiens de traîneaux guidée par des Inuits. Pour que la différence ne fasse plus boiter !

« La seule chose qu’on est sûr de ne pas réussir est celle qu’on ne tente pas », écrivait l’explorateur Paul Emile Victor. A la tête de l’association Bouts de vie, Frank Bruno a fait sienne cette maxime de l’explorateur pour sa prochaine expédition au Groenland qu'il va partager avec 4 jeunes à la vie «hors normes».

Ces 4 jeunes, choisis par l’association Bout de vie, partiront pour une expédition d’une quinzaine de jours. Direction le nord de la baie de Disko sur la côte occidentale du Groenland. L’expédition partira dans la direction du glacier d’Eqi d'où l’équipe de Paul Emile Victor est partie en 1948 et en 1949 pour étudier ce qui était alors une vaste contrée mystérieuse : l’inlandsis (=calotte glaciaire).

IMGP7693web.jpg

Il s’agira donc de rejoindre ces cabanes depuis le village d’Ilulissat, 100 kilomètres plus au sud, en chien de traineaux, pour atteindre le camp de base du glacier Eqi.

Le trajet alternera entre calotte et banquise avec des bivouacs en cabane ou sous tente. Chaque jeune aventurier sera le binôme d’un Groenlandais, qui assurera la conduite de l’attelage des chiens. L’expédition aura un homme de tête : Julien Caquineau.

IMGP7617web.jpg

Ce Français vit depuis plus de 15 ans dans la ville d’Ilulissat, où il a fondé une famille avec une Inuit. Il est devenu l’un d’eux, sa vie est la glace et sa passion nous guidera jusqu’au bout de cette expédition.

« Peu de gens ont la chance de vivre une telle expérience, ces 4 jeunes triés sur le volet, partageront un bout de vie extraordinaire », aime à rappeler Frank Bruno, lui-même un explorateur «hors normes». Franck va en effet se lancer dans une longue ballade en kayak, à la suite de cette aventure commune. Cette fois, il partira depuis Illulisat jusqu'à Kullorsuaq, soit 1200 kilomètres à pagayer en solitaire.

IMGP7661web.jpg 

« Je n'y vais pas pour dénoncer le réchauffement climatique, je ne vais pas non plus à la rencontre de la culture inuit. Non, d'autres l'ont fait bien avant moi. Je serai seul face à moi même et mes maux m'inspireront des mots qui seront en ligne sur mon journal de bord tous les soirs », a-t-il récemment déclaré dans Carnets d'Aventures.

A noter que le dernier numéro met en lumière la résilience, ou le voyage comme remède après une épreuve de la vie, avec de vibrants témoignages, dont celui de Frank Bruno. (EN SAVOIR +)

MAG carnets aventures.jpg

LES PARTICIPANTS  

Outre Frank Bruno et Julien Caquineau, cette expédition sera composée de deux garçons et deux filles à la vie « hors normes » :

Remi Rapin a 25 ans. Il est né avec une jambe qui n’a pas grandi. Il est porteur d’une orthèse, mais sa volonté l’a amené à découvrir de nouvelles limites. A l’âge de 12 ans, il est entré dans l’association Bout de vie qui l’a amené très régulièrement sur des aventures polaires : canoë sur le fleuve Yukon au Canada, survie sur une île déserte de la côte ouest du Groenland, croisière en mer australe en passant par les îles Malouines, la Géorgie du Sud et la péninsule Antarctique...

Elisa Gastou a 15 ans. Suite à un accident de tondeuse, elle est amputée depuis l’âge de 2 ans. Un an après sa mutilation, sa maman venait avec elle au stage de plongée sous-marine qu’organise chaque année Bout de vie. Puis à 13 ans, elle est retournée toute seule au stage de plongée en Corse aux îles Lavezzi pour se retrouver face à d’autres jeunes de son âge dans la même situation. Elle pratique l’équitation et elle-même devenu championne de son département (Haute-Garonne) en catégorie « normale ». Eté 2015, elle a participé avec Rémi au stage de survie sur la côte ouest du Groenland.

IMGP7716web.jpg

Ange-Paul Straboni a 20 ans. A 14 ans, son père décède d’une tumeur au cerveau. Quelques mois plus tard lui aussi déclenchera la même pathologie. Son combat sera récompensé par une rémission totale. A l’âge de 18 ans, il a participé, aux côtés d’Elisa, au stage de plongée sous-marine en Corse organisé par Bout de vie. Il a ensuite eu le courage, aux côtés de Franck Bruno, d’effectuer une plongée en mer de Baffin sur la côte occidentale du Groenland. Sa gentillesse et son courage sont garants d’une fabuleuse entraide avec le groupe. Il a passé son Bac en langue Corse.

Maxence Pitraye-Casanova à 16 ans. Dès sa naissance, elle est atteinte d’un pneumocoque multi résistant. Sa vie est en jeu et elle devra lutter par un long coma mais s’en sortira sans grosse séquelle sur cette épreuve. Cet enfant est née pendant un tour du monde à la voile avec ses parents. Elle découvrira la Corse, sa terre maternelle qu’à 4 ans. Depuis « son » univers n’est qu’un horizon de terres inconnues. Ce voyage au Groenland serait une sorte de revanche sur la vie. Elle a participé au stage de survie Bout de vie et elle s’est révélée être une des candidates idéales pour cette aventure.

frank-bruno-d-fondateur-et-animateur-de-l-association-bout-de-vie-lors-d-une-plongee-sur-la-cote-est-du-groenland-en-mai-2014_5396899.jpg

L’ASSOCIATION BOUT DE VIE

groenland,aventure,franck bruno,bout de vie,handicap,polaire,jeunes,kayak,résilience,expéditions mag,voyage,inlandsis,paul-emile victor, Créée en 2003, l’association Bout de vie a pour vocation d’insuffler de l’espoir aux personnes qui sont amputées. Son président fondateur Frank Bruno a lui-même perdu une partie de sa jambe droite après un accident sur le pont d’envol du porte-avions Foch le 9 juin 1983. Il lui aura fallu de très nombreuses années pour ne plus boiter dans sa tête.

Le fil rouge de son association est d’inviter chaque année en Corse un groupe de dix personnes amputées à effectuer un stage de plongée sous-marine. Cette activité, qui est sa passion et son premier métier, l’a reconstruit.

« Sous l’eau, finis les regards blessants, aux orties la pesanteur qui fait souffrir les moignons », aime-t-il à dire avant de préciser : « Dans ma vie d’aventurier à cloche pied, j’ai toujours fait participer des jeunes stagiaires à mes aventures extrêmes, une manière à leur tour de voir de leurs propres yeux que les limites ne se dépassent pas mais se découvrent chaque jour ».  

IMGP7482web.jpg

Photographies © Bout de vie – Frank Bruno

Lien permanent Pin it! Imprimer

Les commentaires sont fermés.