Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L’ETONNANT MONSIEUR KASPER #7

Dans le cadre de la commémoration des 100 ans de la tragédie du Sequana, la commune de l'île d'Yeu a passé commande à l’artiste Kasper d’une œuvre commémorative de cette tragédie oubliée survenue le 8 juin 1917, il y a exactement un siècle. L’occasion pour le sculpteur de raconter cet épisode de la grande guerre totalement tombé dans l’oubli. 

 

- Kasper, racontez-nous ce qui s’est précisément passé au large de l’île d’Yeu le 8 juin 1917 ?

- Le paquebot Sequana quitte Dakar le 28 mai 1917 avec à son bord 665 personnes, dont 400 tirailleurs sénégalais (NDLR : appellation désignant les combattants africains) et 99 membres d’équipage. Dans ses cales, du blé, des peaux, de la laine, du sucre, du café, du tabac… Il est torpillé le 8 juin par un sous-marin allemand au large de l’île.

sculpture,kasper,ile d’yeu,naufrage,sequana,tirailleurs sénégalais,histoire 1917,commémorations 1917,statue

Moins de 200 personnes parviennent dans des chaloupes jusqu’à la plage des Vieilles où les habitants de la Croix les recueillent. Les véhicules de l’île sont réquisitionnés pour les transporter jusqu’au port. «Deux chalutiers à vapeur affectés à la surveillance de la pêche, La Plie et La Vieille, sauvent de la noyade 283 personnes, dont 210 Sénégalais», écrit Jean-François Henry. Ils les transportent à l’entrée du port. Une navette s’organise avec de petites embarcations pour les ramener à terre.

Les rescapés sont logés chez l’habitant, à l’hôtel ou à l’encan, et évacués dès le lendemain vers Saint-Nazaire par le Nomadic, un patrouilleur-dragueur. Selon l’historien Jean-François Henry, on comptera 207 morts, dont 198 tirailleurs sénégalais.

sculpture,kasper,ile d’yeu,naufrage,sequana,tirailleurs sénégalais,histoire 1917,commémorations 1917,statue

- Quels ont été les échos de ce naufrage ?

- Le naufrage du Sequana n’a pas causé de pertes parmi les Islais, et ceux-ci n’en ont pas vu les morts. « Tous les corps, à l’exception de deux, ont dérivé vers les côtes charentaises où ils ont été enterrés. Le naufrage s’est passé à l’autre bout de l’île, et les rescapés sont restés très peu de temps », estime d’ailleurs l’historien Jean-François Henry.

sculpture,kasper,ile d’yeu,naufrage,sequana,tirailleurs sénégalais,histoire 1917,commémorations 1917,statue

Il n’est pas exclu que la censure sur un acte comptabilisé parmi les victoires de l’ennemi ait fait son effet. À l’inverse, alors même que la guerre tuait chaque jour des soldats par milliers dans les tranchées et que les torpillages n’arrêtaient pas, la bravoure des sauveteurs islais pour secourir les naufragés de l’Ymer a été surmédiatisée. Elle mettait en valeur le courage héroïque des Français face à l’indigne guerre sous-marine allemande

Ce n’est donc que justice que de rappeler cet épisode de la grande guerre totalement tombé dans l’oubli. On ne pouvait pas laisser sous silence le plus meurtrier des torpillages de la première guerre mondiale autour de l’île d’Yeu. (FIN)

Photographies © Kasper

Lien permanent Pin it! Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel