Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L’ETONNANT MONSIEUR KASPER #6

Dans le cadre de la commémoration des 100 ans de la tragédie du Sequana, la commune de l'île d'Yeu a passé commande à l’artiste Kasper d’une œuvre commémorative de cette tragédie oubliée survenue le 8 juin 1917, il y a exactement un siècle. L’occasion pour le sculpteur de raconter son engagement et cet épisode de la grande guerre totalement tombé dans l’oubli. 

- Embarquements : Kasper, le monument Sequana que vous avez sculpté n'est pas un monument sur l'esclavage mais bien un monument aux morts tombés pour la France ?

- Kasper : Le souvenir de ces oubliés fait avant tout écho aux guerres et en filigrane à l’esclavage, qui pourtant révolu, persiste sous différentes formes dans nombre de pays.

Aujourd’hui, je pense en particulier aux Africains qui, au service de la France, ont péri en mer voici un siècle et au peuple haïtien qui le premier abolit l’esclavage en 1793. Je pense également à tous les oubliés de la Terre.

kasper,sculpteur,sculpture,arts,art,mer,océans,v

- Comment et pourquoi vous-êtes-vous intéressé au naufrage du Sequana survenu le 8 juin 1917 au large de l’île d'Yeu ?

-  Manuel Guillon, directeur de la culture à la mairie de l’île d'Yeu, a d’abord été alerté par l’historien Jean-François Henry qui lui a parlé du drame du Sequana complètement tombé dans l’oubli.

Dans un esprit de réparation de mémoire, un appel à projets a été lancé par la mairie de l’île d’Yeu auprès d’une douzaine d’artistes particulièrement liés à l’île, en vue d’ériger une statue commémorative. Et j’ai été retenu !

kasper,sculpteur,sculpture,arts,art,mer,océans,v

Inauguré le 28 mai, le monument a été implanté en surplomb de la plage des Vieilles, chemin de la Couranne, sur une pierre de l’île, face à l’endroit où le Sequana a été torpillé. Un épisode de l’histoire complètement tombé dans l’oubli.

Seuls les plongeurs connaissent l’épave. Tout est parti du travail de Jean-François Henry, auteur d’un récit de cette tragédie dans l’ouvrage « L’île d’Yeu dans la Grande Guerre », paru en 2014 aux éditions du CVRH. (LIRE LA SUITE)

kasper,sculpteur,sculpture,arts,art,mer,océans,v

Photographies © Kasper

Lien permanent Pin it! Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel