Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L’ARBRE AUX HÉRONS ET SON JARDIN EXTRAORDINAIRE

Les Machines de l'Île, c’est un projet artistique inédit et permanent en plein centre-ville de Nantes. Une incitation à la rêverie et aux voyages d’autant qu’un nouvel édifice étonnant va bientôt naître à quelques encablures de là, et à proximité de la maison natale de Jules Verne.

Bon disons le tout de suite, je suis né et j’ai vécu 22 ans à Nantes, J’ai quitté la cité des Ducs de Bretagne, que l’on qualifiait alors de « belle endormie » il y a 20 ans exactement.

Je reviens régulièrement à Nantes parce que j’y des attaches familiales et que c’est ici que sont mes racines. Je dois confesser que je ne reconnais plus «ma» ville tant elle s’est métamorphosée, ou plutôt je la redécouvre.

Si j’ai le gout de l’ailleurs et des horizons lointains, je le dois à ma maman et aux lectures des voyages extraordinaires de Jules Verne.

> Écoutez mes confidences nantaises sur Radio France Loire Océan.

Inutile de vous dire que je me sens bien à Nantes et plus particulièrement sur l’île des machines, un univers à la croisée des « mondes inventés » de Jules Verne, de l'univers mécanique de Léonard de Vinci et de l'histoire industrielle de la ville.

Grâce à un cousin nantais basé depuis 20 ans en Alsace (Merci Gildas !), je viens d’apprendre la construction d’une nouvelle attraction à 800 mètres à vol d’oiseau du site actuel, sur l’autre rive de La Loire (la droite), soit un arbre géant. 

patrimoine,nantes,les machines de l’ile,l’arbre aux hérons,univers,jules verne,léonard de vinci,histoire,port,industriel,concepteurs,françois delaroziere,pierre orefice billet,stéphane dugast

Dans la carrière de Chantenay, un arbre en acier, de 50 mètres de diamètre et culminant à 30 mètres de hauteur, va, en effet, être érigé.

Cet arbre sera surmonté par 2 hérons géants qui auront la capacité́ d’embarquer une douzaine de passagers pour un vol circulaire.

patrimoine,nantes,les machines de l’ile,l’arbre aux hérons,univers,jules verne,léonard de vinci,histoire,port,industriel,concepteurs,françois delaroziere,pierre orefice billet,stéphane dugast

Quant aux 22 branches de l’Arbre, elles développeront une longueur d’un kilomètre quatre cent. Le végétal s’enracinera dans l’acier et le public aura accès à d’incroyables jardins qu’il découvre de branche en branche comme dans une succession de terrasses suspendues reliées entre elles. 

Bref, ses concepteurs, François Delaroziere et Pierre Orefice, vont une nouvelle fois nous étonner. Ils ont également l’art de savoir manier les symboles.

Clin d’œil : c’est, en bord de Loire, à quelques encablures mètres de la maison où Jules Verne a passé son adolescence et où Jean-Jacques Audubon a grandi et dessiné ses premiers hérons que sera érigé ce nouvel édifice.

Véritable challenge technique et industriel, la construction de l’Arbre à hérons sera également une incroyable aventure artistique partagée avec ses contributeurs et le grand public. «Comme la croissance d’un arbre, sa construction est un processus vivant», assurent en chœur ses concepteurs. Eclosion prévue en 2021. 

Stéphane DUGAST
Photographies © Les Machines de l’île

 EN SAVOIR +

Lien permanent Pin it! Imprimer

Les commentaires sont fermés.