Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

james cameron

  • SOUS L’OCÉAN

    abyss1.jpg

    Abyss, c’est un film du réalisateur James Cameron sorti sur grand écran en 1989. Un long-métrage de science fiction faisant la part belle aux fonds sous-marins énigmatiques. J’avais 15 ans, j’avais adoré. J’ai revu ce film près d’un quart de siècle plus tard. Verdict ?

    Les souvenirs sont parfois trompeurs. Adolescent, j’ai été touché par des films, des musiques ou des artistes qu’il ne me viendrait plus à l’idée de désormais regarder ou d’écouter. Pourtant en voyant sur le programme TV, le long-métrage Abyss diffusé en prime-time sur RTL9 l’autre soir, je n’ai eu qu’une envie : regarder ce que je considérais alors comme un chef d’œuvre. 24 ans plus tard, je n’ai pas été déçu.

    L’histoire est celle d’un commando de la Marine américaine (dont un «méchant») débarquant à bord de la station de forage sous-marine DeepCore afin de porter secours à un sous-marin nucléaire échoué dans les profondeurs.

    abyss.jpg

    L'équipe de Bud Brigman accueille ainsi ces nouveaux arrivants, ainsi que Lindsey, future ex-femme de Bud. Alors que les travaux de récupération commencent autour du submersible naufragé, l'équipage de DeepCore va devoir faire face à des phénomènes inexpliqués. Et s'ils n'étaient pas seuls, dans les abysses ?

    Certes, les effets spéciaux et surtout les technologies paraissent vieillottes mais l’histoire n’a pas pris une ride. Servi par une mise en scène assurément esthétique et un scénario abouti, ce film repose également sur un casting bien senti. Difficile d’oublier les performances de Virgil “Bud” Brigman (joué par Ed Harris fort convaincant) ou celle de sa femme Lindsey (alias Mary Elizabeth Mastrantonio).

    1340820176.jpg

    Un œil plus aguerri perçoit d’entrée la complexité de l’entreprise de James Cameron qui a tourné avec virtuosité nombre de séquences en mode sous-marin, s'immergeant lui et son équipe, des semaines durant malgré moult désagréments, dans une énorme cuve d'une centrale nucléaire désaffectée.

    Abyss est le résultat d’une longue maturation de James Cameron (Cf Bonus ci-dessous) qui, de surcroît, ne disposait alors pas d’une batterie d’ordinateurs gavés de giga octets pour gérer ses effets spéciaux comme pour Avatar (ce qui ne m’empêche pas d’aimer également ce film).

    Malgré quelques incohérences, de nombreux clichés et des vieilleries, Abyss fonctionne car James Cameron nous plonge, au sens propre comme au sens figuré, dans un univers sous-marin finalement peu (ou mal) raconté sur grand écran

    abyss-1989-15-g.jpg

    Autre plaisir de cinéphile, celui de voir une intrigue malmenée par les soubresauts politiques et militaires entre le bloc américain et soviétique. A sa sortie aux Etats-Unis, le mur de Berlin n’était toujours pas tombé

    Quant à la dimension futuriste et onirique qui en gêne certain, et dont les développements sont poussés dans la version longue, j’y adhère tant les valeurs humanistes mises en avant – certes très manichéennes – me correspondent.

    abyss-poster.jpg

    À 24 ans d’intervalle, j’ai donc visionné avec délice Abyss, un long-métrage marin que je ne saurais trop vous conseiller de voir ou revoir tant il est abouti autant esthétiquement parlant que d’un point de vue scénaristique.

    Rares sont finalement les films de mer réussis au cinéma, Abyss fait exception. Mes souvenirs d’adolescent n’étaient pas erronés, ouf !

    Stéphane Dugast

    > BONUS
    Les 27 secrets de tournage selon le spécialiste Allo Ciné

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • TITANIC, LE CENTENAIRE #3

    ken-marschall-titanic.jpg

    C’était le paquebot le plus imposant, le plus moderne, le plus luxueux et supposé le plus sûr de son époque, le RMS Titanic a pourtant coulé à pic. Un siècle après son naufrage, l’incroyable destin du paquebot transatlantique britannique de la White Star Line continue de fasciner…

    marschall.jpg

    À navire de légende, ouvrage de référence ! Préfacé par le professeur Robert D. Ballard, en charge de l’équipe scientifique qui a découvert l’épave du Titanic en 1985, ce livre fait date. C’est d’ailleurs lui qui aurait « nourri » le scripte du long-métrage (devenu fameux) de James Cameron.

    Publié en 1992 et plusieurs fois réimprimé, cet ouvrage fait peau neuve avec une édition spéciale « centenaire », agrémentée de « bonus » comme de nouveaux documents d’archives, des photographies inédites et des dessins additionnels de Ken Marschall, un artiste passionné par le Titanic depuis son enfance.

    titanic3.jpg

    À l’instar de son coauteur (Don Lynch), l’artiste, auteur de dessins réalistes saisissants, a su nouer des liens privilégiés avec les familles des passagers et les survivants du naufrage.

    Autant de sérieux et d’opiniâtreté à mener de longs travaux de recherche des deux côtés de l’Atlantique vaudront aux deux compères de se voir confier des documents inédits et encore inconnus.

    photo-RMS-Titanic.jpg

    Fort de peintures magistrales, de photographies rares ou de témoignages édifiants, ce bel ouvrage s’adresse donc à des lecteurs curieux d’en savoir plus sur le destin de ce paquebot d’exception, depuis sa conception jusqu’à de récentes explorations de son épave, sans oublier son naufrage survenu dans les eaux glacées au large de Terre Neuve.

    Une « bible » sur le RMS Titanic. « Sa grande histoire illustrée » préfère dire Glénat, son éditeur français. « Véritable encyclopédie, ce livre est une contribution inestimable à l’histoire du Titanic » nous rétorque l’éditeur américain, dont ce livre est la version dans la langue de Molière.

    Une version frenchie bien ficelée et fort attrayante…

    Stéphane DUGAST
    Illustrations Ken Marshall

    peinture_KenMarschall_Titanic.jpg

    À LIRE // Titanic - la grande histoire illustrée de Don Lynch & Ken Marshall. Préface Robert D. Ballard 228 pages – 35.50 € (Glénat)

    titanicHistoireillustrée.jpg

    Lien permanent Pin it! Imprimer