Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pôle

  • L'ODYSSÉE DE SIR SHACKLETON [BEST-OF]

    Une BD raconte (en 2 tomes) l’expédition polaire menée par Shackleton en 1915 en Antarctique. Une épopée demeurée célèbre… Cinquième des 8 reportages best-of rediffusés cet été sur le blog Embarquements.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UN OURS FAIT SON CINÉMA

    Une caméra embarquée autour du cou d’un ours polaire : une idée de génie ? un projet saugrenu ? 169 secondes stupéfiantes !

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UNDERT THE POLE I : EN POLE POSITION ?

    ONAMARCHESOUSLEPOLE.jpg

    De l’océan Arctique, on ne connaissait  que les immenses étendues de glace de plus en plus fracturées…

    Peu d’explorateurs s’était jusque là aventuré sous la banquise. C’est chose faite grâce à Deepsea under the pole, l’expédition parrainée par l’explorateur polaire Jean-Louis Etienne.

    Buts avoués de cette aventure polaire ? Etudier et photographier la face sous-marine de la banquise, ses paysages et ses écosystèmes depuis le pôle Nord jusqu’au Canada.

    En menant l’enquête in situ tout en conduisant moult programmes scientifiques, les explorateurs (soutenus par la fondation Rolex) ont ainsi non seulement ramené des images - glanées sous la glace - époustouflantes mais également un témoignage inédit sur l'univers de la banquise que l’on découvre là sous un nouveau jour.


    Parfois à l’endroit, souvent à l’envers. « On y découvre tout simplement la face cachée de la banquise », clament en chœur ses auteurs qui ont su habilement entrecouper leur journal de bord de témoignages concoctés par des spécialistes de l’Arctique.

    Au-delà d’un énième récit d’expédition, ce Beau-Livre est donc avant tout un témoignage précieux sur un univers menacé à cause du réchauffement climatique.

    Soit autant de preuves qu’une aventure rondement pensée et bien menée peut s’avérer didactique et surtout fort utile.

     Stéphane DUGAST

     

    On a marché sous le pôle - Deepsea Under The Pole. Textes de Ghislain Bardout & Emmanuelle Périé. Photographies de Benoît Poyelle. Préface de Jean-Louis Etienne. 256 pages - 35.00 € (Le Chêne)

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UNE LONGUE ROUTE

    IMG_0991 W.jpg

    « Avancer que coûte que coûte même si les raquettes aux pieds semblent peser des tonnes. Pousser sur ses bâtons. Trébucher parfois, se relever, toujours avancer. Ce matin, la neige colle aux pattes des hommes comme à celles des chiens. Impossible pour ces derniers de tirer un traîneau à pleine charge dans ces conditions. C’est alors aux hommes de faire la trace et de rendre possible le passage de cette caravane.

    Le souffle court. Les cuisses brûlantes. J’avance coûte que coûte la lanière d’une de mes raquettes entre les dents. Dès l’attaque de la montée, la lanière a lâché. Sur une jambe et demie, je souffle comme la cheminée d’un train à vapeur. Chacun de mes pas est laborieux et maladroit. De surcroît, cette foutue poudreuse vient se fourrer entre mon pied droit et la raquette tout en s’agglutinant en boules compactes impossibles à concasser.

    PEV Boreal&Banquise.gif

    Sans raquette au pied gauche, je m’enfonce jusqu’à mi-cuisse dans la neige épaisse tandis que ma jambe droite plonge dans cette poudreuse jusqu’à la cheville. L’équilibre est alors précaire. L’engagement physique est total. Si la montée paraît interminable, mon moral est inébranlable et inoxydable. Pousser, tirer et avancer. Toujours avancer. Malgré les chutes inévitables. De la neige jusqu’à la taille, il faut alors se relever (d’une manière souvent peu académique) puis avancer. Toujours avancer.

    À intervalles réguliers, un cri se perd dans l’immensité de cet espace noyé progressivement dans la brume. C’est la voix de Moorta, l’un de nos guides inuits. De la main, il m’indique alors sommairement la direction à suivre. Le plus souvent, c’est là où la couche de neige se révèle la plus profonde. En temps ordinaire, une telle situation m’aurait prodigieusement agacé. Aujourd’hui, je suis heureux. Heureux d’être confronté à ces éléments et à ces paysages que Paul-Émile Victor détaille et décrit dans ses récits épiques. Son ouvrage Boréal et Banquise est ma « bible » depuis de nombreux mois. Ce que je pressentais avant ce périple se vérifie : le bonheur absolu est à portée de doigts à condition de s’y employer entièrement »

    Stéphane DUGAST
    Photographies : Stéphane DUGAST / Paul-Emile Victor

     

     PEVbookVISUEL.jpg

    Extraits du Beau-Livre « Dans les pas de Paul-Emile Victor. Vers un réchauffement climatique ? » (Michel Lafon)

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • EN POLES POSITIONS ?

    040419-N-6027E-002.jpg

    Situés aux deux extrémités du globe terrestre, l’Arctique et l’Antarctique sont deux déserts blancs longtemps demeurés à l’écart du monde. Si l’on néglige souvent de mentionner l’Antarctique comme le sixième continent de notre planète, l’Arctique est quant à lui en majeure partie un océan entouré de terres habitées, parsemées d’îles telles que le Groenland.

    Au sud, l’Antarctique est une vaste terre encerclée par le large océan austral, sur laquelle, exceptés quelques centaines de chercheurs et scientifiques de passage, aucun être humain n’habite.

    080407-O-xxxxX-003.jpg

    Soumises à des froids intenses, à la nuit polaire la moitié de l’année et à des phénomènes magnétiques longtemps restés inexpliqués, ces deux régions de notre planète fascinent par leur beauté autant qu’elles effraient par la rudesse de leur climat, par les dangers encourus et leur isolement.

    En plus d’être deux destinations extrêmes que l’homme a découvertes tardivement, les pôles sont deux points mythiques. Ainsi pour les penseurs de la Grèce antique, le nord de la Terre était occupé par une mer légendaire tandis qu’au sud un continent inconnu (la terra australis incognita) équilibrait les masses du globe.

    F07V31A.jpg

    Au pôle Nord comme au pôle Sud, les glaces sont reines. Sur terre, d’imposants glaciers peuvent y culminer jusqu’à 4 000 mètres tandis qu’en mer, l’océan devient banquise et peut atteindre - comme en Arctique - jusqu’à 13 millions de kilomètres carrés.

    L’océan Glacial Arctique, constitué principalement de glaces permanentes, communique avec l’océan Atlantique entre le Groenland et la Scandinavie ainsi qu’avec l’océan Pacifique par le détroit de Béring. Cette mer de glace n’est pour l’instant navigable qu’en été, période au cours de laquelle elle se convertit en eaux libres parsemées de blocs de glace à la dérive.

    091120-G-0000X-001.jpg

    Point d’équilibre indispensable à la bonne santé de notre planète, les pôles ont subi ces dernières décennies d’importantes évolutions à commencer par celles climatiques qui devraient modifier et bouleverser des écosystèmes, les courants marins et des équilibres géopolitiques.

    Que l’on considère les Pôles comme des eaux couvertes de glace ou d’îles entourées de mer, la Marine nationale est bien évidemment concernée par leur sort. Depuis plus de deux siècles, la Marine a envoyé « sur zone » moult bâtiments.

    090320-N-8273J-295.jpg

    Certains de ses marins y ont jadis forgé d’incroyables destins. Ce dossier spécial de Cols Bleus dédié aux pôles rappelle ainsi la genèse de cette relation toute particulière tout en ne manquant pas de raconter l’Arctique, l’Antarctique, leurs enjeux, leurs perspectives et la géopolitique des pôles grâce à des explications nourries par des marins comme de terriens spécialistes.

    Autant de  témoignages prouvant que les pôles sont plus que jamais des baromètres du climat de notre planète, au sens propre comme au sens figuré !

    Stéphane DUGAST
    Photos
    © US NAVY & MARINE NATIONALE

     

     CBLAMARINEETLESPOLES.jpgRetrouvez l'intégralité du DOSSIER LA MARINE ET LES POLES
    paru dans le COLS BLEUS N°2965 du 12 février 2011,
    le bi-mensuel de la
     Marine sur CALAMEO

    - Le point de vue de spécialistes de l'Arctique et de l'Antarctique
    - Un édito polaire 
    - & l'aventure POLE NORD 2012
    .

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • MAGIE BLANCHE

    DANSLESPASDEPEVtournage15.JPG
    © Stéphane DUGAST

    Fjord du Sermilik (Groenland Est)
    65° 49 Nord / 37° 34 Ouest

    70 ans après les séjours de l'explorateur polaire français Paul-Émile Victor (1907-1995), la société inuit est en en proie à de profondes mutations sociétales et climatiques. Plus que jamais, les régions polaires sont les baromètres du climat de notre planète en surchauffe... Un cliché du tournage du film de cette expédition initulée "Dans les pas de Paul-Emile Victor, l'aventure polaire", diffusé sur VOYAGE TV & TV5 MONDE, lauréat du prix du Jeune réalisateur des Ecrans d'Aventures 2007.

    Lien permanent Pin it! Imprimer