Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'EXPO : QUAND CHARCOT GAGNAIT LE SUD

Pour célébrer à Paris le 80ème anniversaire de la disparition du médecin et explorateur des pôles Jean-Baptiste Charcot (1867-1936), la Maison de l’Amérique latine à Paris organise une exposition photographique inédite. L'occasion de s'intéresser à deux expéditions d'envergure conduites en Antarctique au début du 20ème siècle par celui que ses pairs avaient surnommé le « gentleman polaire ».

Jean-Baptiste Charcot est pour la France l’une des figures emblématiques de l’exploration polaire. Chef de 2 expéditions en Antarctique, de 12 en Arctique, navigateur hors pair et grand humaniste, le «gentleman polaire» reprend le flambeau de Jules Dumont d’Urville, découvreur de la Terre Adélie, pour le donner ensuite à Paul-Émile Victor, Jean Malaurie, Jean-Louis Etienne et consorts.

L’œuvre que le commandant Charcot laisse à sa disparition, en septembre 1936 suite au naufrage de son navire «Le Pourquoi-Pas ?», est immense. (VOIR LE REPORTAGE DES COMMÉMORATIONS EN ISLANDE)

VOILEUX ET RUGBYMAN

Avant d’être médecin comme son père, Jean-Baptiste Charcot a été un sportif aguerri passionné de voile. Aux Jeux Olympiques de 1900, il est double médaillé d’argent de cette discipline.

Trois ans plus tard, son propre bateau, «Le Français», un trois mats de 32 mètres est paré pour une première expédition scientifique vers l’Antarctique qu'il conduira entre 1903 et 1905. Puis, entre 1908 et 1910, il navigue sur «Le Pourquoi-Pas?», un trois-mâts vapeur long 40 mètres, doté d’un moteur, d’électricité, de trois laboratoires et d’une bibliothèque mais surtout taillé pour les navigations dans les glaces.

Pho_Gain_22_665_2.jpg« 14 juillet – Temps couvert, neige fine jusqu’à 3h de l’après-midi. Vent de SW et de SE, - 16°C… Le Pourquoi Pas a arboré son pavois ». JB Charcot. Le Pourquoi-Pas ? - 14 juillet 1909 © Louis Gain/MNHN/courtesy MIMDI

 

L'ANTARCTIQUE COMME « TERRAIN DE JEU »

A la clef de cette seconde campagne d'exploration scientifique : une moisson d'observations scientifiques, dont 4 000 kilomètres de côtes nouvelles relevées, l'établissement de nouvelles cartes marines ou de relevés océanographiques, météorologiques et géologiques. L'explorateur polaire et son équipage ramène également des collections zoologiques et botaniques. Plus de 75 caisses seront confiées au Muséum national d’Histoire naturelle et à l’Institut géographique de Monaco. Douze expéditions dans l’Arctique suivront.

De retour du Groenland à l'été 1936 où «Le Pourquoi-Pas ?» est allé déposer Paul-Emile Victor et sa "famille" eskimo à Kangerlussuatsiaq, le trois-mâts va se  retrouver pris au piège dans une tempête d'équinoxe et faire naufrage le 16 septembre 1936.

Ainsi disparaissent un bateau de légende et tout son équipage (une quarantaine de marins dont le commandant Charcot) à l'exception d'un seul survivant. Le maître timonier Eugène Gonidec relatera ce drame maritime, dont le souvenir reste encore aujourd'hui vivace en Islande.

expo,polaire,antarctique,histoire,aventure,quand charcot gagnait le sud,maison amerique latine,paris

Paul Pléneau, le commandant Charcot et Ernest Gourdon lors d’une escale à Buenos Aires – 1905. Fonds Gourdon/Archives du Rhône/Courtesy Barbara Caillot

 

Y'A PAS PHOTO ?

Pour fabriquer leur exposition, ses organisateurs ont pu s'appuyer sur un fonds d'archives conséquent, constitué de 1 500 négatifs sur plaques de verres, tirages et vues stéréoscopiques, extraits des ses deux expéditions en Antarctique. Ils exposent une cinquantaine de photographies connues ou oubliées, mais pour la première fois réunies.

L'opportunité est ainsi offerte aux visiteurs de découvrir la vie de ces hommes, marins ou scientifiques, soudés et solidaires qui affrontaient avec courage et passion les pires conditions climatiques, souvent au péril de leur vie.

Les auteurs de ces images n’étaient pas seulement photographes : Paul Pléneau était ingénieur, Louis Gain : zoologue et botaniste, Ernest Gourdon ; géologue et glaciologue. Seul Albert Senouque, magnétiseur, avait le statut de photographe officiel du «Pourquoi-Pas ?».

expo,polaire,antarctique,histoire,aventure,quand charcot gagnait le sud,maison amerique latine,parisGourdon et Pléneau autour d’une coupe de champagne en l’honneur de l’anniversaire de Charcot le 15 juillet 1904 © Ernest Gourdon/courtesy Barbara Caillot

 

DE L'AUDACE ET DU PANACHE

Cette exposition est aussi un hommage à leur persévérance : photographier sous ces latitudes, maintenir en état un matériel lourd et fragile, préparer, développer puis ramener saines et sauves les plaques de verre jusqu’en France constituait un véritable exploit.

Une série de films courts, produits grâce au soutien de Météo-France, présentera des instruments météorologiques de l’époque, dont un actinomètre destiné à mesurer l’activité du soleil.

D’autres feront revivre les cartes postales envoyées à sa famille par un jeune élève de la marine marchande, comme l’un des albums originaux de la famille d’Ernest Gourdon. Enfin des documents d’époque inédits ont été prêtés par les Archives du Rhône et le Yacht-Club de France.

Charcot-Affiche-DEF_inside_full_content_pm_v8.jpg

EN SAVOIR +
L'exposition «Quand Charcot gagnait le Sud» est proposée par l'Observatoire Photographique des Pôles avec le parrainage du Ministère de la Culture et de la Communication et en partenariat avec Météo-France, le Muséum national d'Histoire naturelle et Look at Sciences. RDV à la Maison de l’Amérique Latine à Paris 7ème, 217, bd St Germain jusqu'au 1er Octobre prochain (entrée libre).

Lien permanent Pin it! Imprimer

Commentaires

  • Merci pour cet excellent article et pour les reportages vidéo des commémorations islandaises !
    Par contre, l'expo en question m'a fort déçue : certes les clichés sont intéressants, mais sans infographie, sans carte, sans mise en perspective des expéditions de Charcot ... Une exposition riquiqui qui à mon sens rend mal hommage à un tel personnage.

Écrire un commentaire

Optionnel