Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

MOT INUIT : PALETOT COUPE-VENT À CAPUCHE

Certains mots d'origine inuite ou groenlandaise sont passés dans la langue française. Souvent importés via les récits des illustres explorateurs des régions arctiques, ils ont vu parfois leur sens évoluer avec le temps, ou même désigner un objet inspiré par les peuples du Grand Nord. Exemple vécu sur le terrain avec ANORAK par Pascal Hémon, chroniqueur fidèle du blog Embarquements.

Lorsque Baloum Gwen, voilier à coque acier parti de France 3 mois plus tôt arrive en vue de Kullorsuaq (ceux qui ont vu récemment le film "Le voyage au Groenland" savent qu'il faut dire Kuchlorsuaque...), il semble bien que nous entrions au cœur de l'aventure. Car c'est sans aucun doute ce Groenland là que l'équipage est venu rencontrer : sauvage, minéral, une baie de bout du monde parsemée de glace. Et pourtant si accueillante. La météo au grand beau sature les couleurs chatoyantes des maisons de ce village escarpé et rend l'endroit paradisiaque.

IMGP0081.jpg

Nous débarquons sur le minuscule quai. Comme souvent un groupe d'enfants rieurs et turbulents nous accueille. Nous nous mettons en marche.

L'équipage au complet (nous sommes cinq, français, bretons ou suisses) parcourt le village, content de toucher terre et de se dégourdir les jambes, à l'affût d'un éventuel produit frais à acheter. Quelques côtelettes de phoques feraient assurément notre bonheur pour le dîner.

Un villageois nous fait signe depuis le pas de porte de sa maison. Manifestement il souhaite nous voir entrer, probablement une invitation à prendre le café comme c'est souvent le cas au Groenland. La maison est accueillante et la décoration, groenlandaise typique. La vue depuis une fenêtre est à couper le souffle. Un iceberg étincelant trône majestueusement sur une mer bleu azur devant le village.

IMGP0084.jpg

La conversation s'avère difficile avec la barrière de la langue mais l'ambiance est plutôt joyeuse. L'homme se lève soudain et nous montre une tenue complète de chasseur traditionnel confectionnée par sa femme. 

Quelques minutes lui suffisent pour enfiler la culotte en peau d'ours, les bottes fourrées et une veste de fourrure à capuche soigneusement ouvragée. Dégageant quelques meubles, il nous ravi fièrement d'une démonstration au fouet.

P1000745.jpg

L'ANORAK, mot d'origine groenlandaise passé dans la langue française désigne une veste à capuche s'arrêtant normalement sous la taille. Il existe plusieurs versions, une hivernale avec isolant thermique et traditionnellement en fourrure, ou estivale, pour le kayak, en simple membrane coupe-vent, à l'origine en boyau de phoque. La maîtrise des couturières inuites pour la coupe, notamment au niveau du col et de la capuche est à souligner et les fabricants de vêtements modernes de sport d'hiver se sont souvent inspirés de ce savoir-faire.

Mot inuit précédent : IGLOO

 

Pascal Hémon
www.diagonale-groenland.asso.fr

Lien permanent Pin it! Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel