Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L’ETONNANT MONSIEUR KASPER #2 [BEST-OF]

A quelques encablures de la capitale, un atelier où s’entasse une multitude d’objets hétéroclites, en majorité des sculptures. Une ambiance sans pareil. Un joyeux bric-à-brac «en constante mutation» dixit son propriétaire d’emblée très affable. Bienvenue chez Kasper. Bienvenue en son royaume. Lui le terrien et sculpteur, devenu marin. Second volet d'un portrait consacré à un artiste pas comme les autres.

(LIRE L’EPISODE PRECEDENT) Retour sur la terre ferme, Arnaud devient «Kasper», sa signature. Kasper fera du Kasper. «Coûte que coûte. Vaille que vaille». Aucune concession n’est possible. Un marbre de Carrare, «un bloc de 120 kilos» est taillé. La tortue de marine rencontrée devient une sculpture.

Nourrie par son imagination, ses créations se multiplient. Dans le monde équestre d’abord. Un «Zingaro» naît de ses mains. Sa passion viscérale pour la mer et son attirance pour les arts premiers va donner naissance au concept de l’homme-poisson.

Le concept de l'homme-poisson ? «D’emblée, tout le monde a adoré. Les enfants comme les adultes», s'enthousiasme Kasper son créateur. L‘œuvre est transgénérationnelle et asexuée. Elle devient une mascotte, voire un totem.

 L1040254 w.jpg

Mi-homme, mi-animal vertébré inférieur, vivant dans l’eau et muni de nageoires. « L’homme-poisson », l’artiste flaire la bonne affaire. Celle du concept fédérateur. «Il y a ce quelque chose d’inébranlable et de solide». Un objet à montrer à la fois dans une dimension verticale autant qu’horizontale.

Pour le grand-public, chacun y voit aussi sa source d’inspiration. L’Afrique pour les uns. L’Océanie pour les autres. Lui revendique sa paternité et y décèle une harmonie totale avec la Nature.

Pollution ou réchauffement climatique, cette Nature abimée le tracasse. «En cassant la chaîne, on assiste à notre propre autodestruction». Kasper réagit et témoigne donc à sa manière. «Avec mes tripes. Sans ostentation, ni militantisme». Grâce à ses œuvres, et grâce désormais aux déambulations de l’homme-poisson, il faut interroger le grand public. Un credo…

IMG_1498 w.jpg

  «Par son alliance du vrai et de la métamorphose, Kasper nous transporte dans le piège de la magie. Et la magie fascine...»

Dans son «bric-à-brac», l’artiste est volubile. S’il se définit modestement comme un piètre communiquant, l’homme a pourtant du bagout. Et fier allure. Costume trois pièces anthracite velours côtelé. Cheveux longs et barbe savamment taillée. «Ca me donne de l’assise», confie-t-il doctement.

Autour de lui, ses disciples. Fabien, l’un de ses élèves qui 2 jours par semaine donne un coup de main au «Maître». Dans la vie, Fabien est professeur d’éducation physique et sportive dans un collège de banlieue parisienne. A 34 ans, «l’artiste en herbe» a voulu se tester, «tout en gardant un métier pour assurer ses arrières financièrement».

 IMG_1540 w.jpg

A l’autre bout de l’atelier, Sabrina furète. Etudiante en architecture aux Beaux-Arts, Sabrina parfait sa formation. Elle s’imprègne de l’univers du maître qui accueille désormais un probable mécène, assisté de sa chargée de communication.

Fin pédagogue, Kasper se démène. Kasper raconte. Kasper démontre. Kasper explique. Moues approbative de ses invités. «Un riche producteur d’émissions télé» confiera a posteriori l’artiste.

L’antre de Kasper réchauffe les cœurs et les esprits.  D’autres amis ne vont pas tarder à débouler. Quant à l’hospitalité qui se dégage des lieux, l’artiste est formel : «Mon atelier, c’est un lieu de travail mais avant tout un lieu d’échanges ouvert sur le monde».

 L1040370 w.jpg
Photographie  © Kasper

Le possible mécène semble finalement ravi. Le concept de l’homme-poisson aurait fier allure sur ses golfs qu’il vient de s’offrir.

L’artiste «au four et au moulin» tient cependant à garder raison et avoue : «Pour en vivre, je dois être à la fois un créatif, un communiquant, un négociateur, un diplomate et un habile commerçant».

Sans ces aptitudes, impossible de vivre de son art selon lui. Sonnerie stridente. Nouveau visiteur. «A coup sûr, c’est Alix !», lance Kasper qui part à sa rencontre à grandes enjambées… (LIRE LA SUITE)

Stéphane DUGAST
Photographies © Stéphane DUGAST (sauf  mentions contraires)

EN SAVOIR +
Rendez-vous sur www.kasper.fr

Lien permanent Pin it! Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel