Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L’ETONNANT MONSIEUR KASPER #5

Dans le cadre de la commémoration des 100 ans de la tragédie du Sequana, la commune de l'île d'Yeu a passé commande au sculpteur Kasper d’une œuvre commémorative rendant hommage aux tirailleurs sénégalais décédés lors du naufrage de ce navire survenu le 8 juin 1917. Explications avec l’artiste pour qui ce drame fait écho.

Attaché à l’île d’Yeu depuis l’enfance, Kasper a appris la mer avec Patagos un vieux pêcheur. Fervent défenseur de la planète, le sculpteur a fait de l’homme poisson, qu’il a créé sur l’île, son signe de reconnaissance, et les créatures marines peuplent son œuvre.

L’Afrique est également présente dans l'oeuvre de Kasper, nombre de ses statuettes de femmes ou son pied d’esclave sont inspirés du continent noir.

kasper,sculpteur,sculpture,arts,art,mer,océans,ile d’yeu,naufrage,sequana,tirailleurs sénégalais,histoire 1917,commémorations 1917,statue

Dans le contexte actuel des naufrages de migrants, le monument que lui a commandé la mairie de l’île d’Yeu prend à ses yeux un sens particulier. «La municipalité a fait preuve d’ouverture d’esprit, c’est incontestable. Et c’est bien !», estime l’artiste.

Pour rendre hommage aux naufragés du Sequana, Kasper a imaginé une sculpture d’épave surmontée d’une tête d’Africain, dans l’esprit des pierres levées.

Il y a inscrit un texte qui les sauve de l’oubli et indiqué les coordonnées géodésiques de l’épave – une invitation à partir à la découverte du passé comme source de trésors.

Y figure aussi un coq en bas-relief. «C’est l’emblème qui décorait la vaisselle du Sequana, de la compagnie maritime France Afrique. Cela incite à la curiosité sur un monde disparu», analyse Kasper.

kasper,sculpteur,sculpture,arts,art,mer,océans,ile d’yeu,naufrage,sequana,tirailleurs sénégalais,histoire 1917,commémorations 1917,statue

L’atmosphère sous-marine est rendue par un ballet de poissons autour de l’épave, ou encore par un tourteau qui s’y niche, «comme s’il était vivant».

On voit aussi un hippocampe que Kasper a croisé, tout jeune, dans les eaux islaises, témoin aussi du monde d’hier.

Fier d’avoir une œuvre sur un site classé, et heureux de s’insérer dans le patrimoine culturel de l’île, l’artiste n’a pas hésité à réaliser une partie de son bronze à titre bénévole. (LIRE LA SUITE) 

Photographies © Kasper

Lien permanent Pin it! Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel