Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

MOT INUIT : EMBARCATION INDIVIDUELLE DU NORD

Certains mots d'origine inuite ou groenlandaise sont passés dans la langue française. Souvent importés via les récits des illustres explorateurs des régions arctiques, ils ont vu parfois leur sens évoluer avec le temps, ou même désigner un objet inspiré par les peuples du Grand Nord. Exemple vécu sur le terrain par Pascal Hémon, chroniqueur fidèle du blog Embarquements.

Nous voici à Qaanaaq. Prononcer Rrraanaaque, et pas Kanak, car c'est à l'extrême nord-ouest du Groenland.

Un lieu plus connu sous le nom de Thulé. Enfin le nouveau Thulé, parce que les USA ont exproprié manu militari les groenlandais du Thulé historique avec la complicité du Danemark dans les années 50. Pour installer une base militaire le long de l'une des plus belles baies du Groenland...

thule-historique.jpg

Baloum Gwen, notre voilier d'expédition parti d'Arzal trois mois plus tôt a atteint son objectif. Au mouillage à quelques encablures du village, par 78° nord, nous savourons l'instant. Réunis dans le cockpit, le mug de café à la main nous devisons sur le monde fantastique qui nous entoure.

L'Arctique nous dévoile ses splendeurs, icebergs bleutés sur la mer reflétant les nuages. Nul part ailleurs les nuances de gris sont aussi belles, lumineuses, tellement contrastées lorsqu'un rayon de soleil réussit l'exploit de se frayer un chemin entre deux nuages. L'instant magique dont on ne se remet jamais vraiment. De quoi finir drogués du Nord comme disait Paul-Emile Victor.

baloum-qaanaaq.jpg

plage-thule.jpg

Un "Hello" enjoué, venu de nul part, retentit soudain. Nous nous regardons, interloqués. Une hallucination collective ?

Un bruit de clapot inhabituel à l'arrière de la coque attire l'attention. Un buste de groenlandais hilare, en manche de chemise, une cigarette au coin de la bouche, nous fait face. Assis dans son kayak, tranquillement à couple de Baloum Gwen. L'homme fait corps avec son embarcation traditionnelle faite de toile cousue recouvrant un squelette en bois. Le mug de café que nous lui tendons rencontre son assentiment.

Après un signe de remerciement, il repart, tranquille, en quelques coups de pagaie silencieux, filant au ras de l'eau dans une gestuelle parfaite, mi-homme, mi-animal marin.

Le KAYAK est l'embarcation individuelle utilisée traditionnellement par les inuits, dont les groenlandais, pour la chasse aux mammifères marins. Elle est construite sur mesure pour un chasseur et adaptée à sa région, ce qui fait qu'il existe de nombreuses variantes de leur design. Coté Pacifique, en Alaska et aux Aléoutiennes, elle prend le nom de BAÏDARKA, un mot d'origine russe.

kayak2.jpg

squelette.png

 

Mots inuits précédents : NUNATAK ANORAK IGLOO

Pascal Hémon
www.diagonale-groenland.asso.fr

 

Lien permanent Pin it! Imprimer

Les commentaires sont fermés.