Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ANNE QUÉMERÉ : SON CURÉ EN ARCTIQUE

Une escale forcée dans les confins de l’Arctique canadien a inspiré à la navigatrice Anne Quéméré une biographie romancée dédiée au père Robert Le Meur. Un homme de foi baptisé Oqayuyualuk («l’homme qui parle juste») par ses ouailles…

C'est en voulant réaliser un défi, celui de traverser en kayak le passage du Nord-Ouest en solitaire, qu'Anne Quéméré a fait une escale forcée à Tuktoyaktuk dans les Territoires du Nord-Ouest (Canada)

En déambulant dans ce village, la navigatrice bretonne découvre d’abord une goélette posée à même le sol baptisée «Our lady of Lourdes». Premier indice.

Second indice, non loin de là, une sépulture et une stèle est érigée avec comme inscription «Father Robert Le Meur. 1920-1985». Un Breton enterré si loin de sa terre natale ? Il n’en faut pas plus à la quimpéroise pour mener l’enquête à son retour en Bretagne.

> Lire son portrait : «ANNE DE BRETAGNE» 

S’inspirant largement des mémoires du père Le Meur, Anne Quéméré (récemment introduite dans la caste très sélective des écrivains de Marine) a tissé une trame habile. Elle concentre son récit sur la première année du missionnaire à l’autre bout du monde.

A la clef ? Une véritable immersion aux côtés du père Le Meur chez les Inuvialuits – alors grands chasseurs de caribous et pêcheurs de hareng cuisinés (à la graisse de baleine) – dans un pays infesté de moustiques l’été et glacial l’hiver. Un pays où la nature est non seulement indomptable mais impitoyable.

livre,récit,anne quéméré,celui qui parle juste,canada,arctique,père le meur,édition arthaud

EXTRAIT
« Un Breton enterré à Tuktoyaktuk, il fallait que j’en sache plus. Très vite, je me retrouvai embarquée dans le sillage de ce jeune prêtre qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avait quitté sa Bretagne natale pour s’engager jusqu’aux confins de l’Arctique auprès des Inuits. Ce pionnier, dur avec lui-même, va se mesurer à une nature impitoyable sans jamais renoncer à ses engagements » 

Sans prosélytisme, ni déférence, Anne Quéméré narre les tribulations de cet ecclésiastique que ses «ouailles» baptiseront : Okrayyoaalu, «celui qui parle juste».

Un bien bel hommage au père Le Meur et aux hommes de foi qui ont défendu parfois avec humilité et sincérité les peuples les plus isolés de la planète. (SD)

livre,récit,anne quéméré,celui qui parle juste,canada,arctique,père le meur,édition arthaud

A noter que la navigatrice (et écrivaine) navigue actuellement au large du Canada en Arctique sur un navire propulsé à la seule énergie solaire afin de boucler la première traversée du passage du nord-ouest sur un engin de ce type (LIRE LA CHRONIQUE : ANNE QUEMERE TRES SOLAIRE). Nom de code du projet : Arctic solar by Icade.

livre,récit,anne quéméré,celui qui parle juste,canada,arctique,père le meur,édition arthaud

«L'homme qui parle juste» d’Anne Quéméré. 272 pages - 19,90 € (Arthaud).

Visuels © Anne Quéméré / éditions Arthaud

Lien permanent Pin it! Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel