Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marins - Page 3

  • ÉCRANS DE LA MER : LE CRÛ 2014

    PhotoPhare2012CUD.jpg

    Rendez-vous à Dunkerque, du 15 au 17 mai prochain, pour la quatrième édition du festival mondial du film de mer. Les «Ecrans de la mer» feront une nouvelle fois la part belle aux documentaires 100 % marins.

    Les «Ecrans de la mer», c’est une sélection de films documentaires souvent inédits (avec la présence des réalisateurs ou des acteurs) qui proposera une vision très large des océans.

    PoleMarineNuit.jpg

    Au Studio 43 du Pôle marine de Dunkerque, il y sera aussi bien question des métiers de la mer, de l'exploration maritime que de l'aventure et des sports nautiques. Ouverts à tous, ces films et ces rencontres, devront permettre aux spectateurs de rencontrer les acteurs de l'actualité maritime et de découvrir de nouvelles facettes de notre trésor maritime international.

    Et parce que le festival fait aussi l'objet d'une compétition, dix-neuf films documentaires seront présentés devant un jury de professionnels du documentaire et du milieu maritime. Composé de cinq membres, ce jury, sera présidé cette année par Yves Lagane.

    LagnePT2.jpg

    QUI EST YVES LAGANE ?

    Élu en 2013, à la présidence du Yacht Club de France ainsi qu’à la vice-présidence de l'association Eric Tabarly, l’Amiral Yves Lagane est un marin professionnel doublé d’un plaisancier averti. Ancien Préfet Maritime pour la Manche et la Mer du Nord, il a été président de la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM) de 2005 à 2013, après avoir effectué une carrière d'une trentaine d'années dans la Marine Nationale. Il a été commandant notamment de 3 sous-marins. Depuis son départ de la Marine en 2003, il est resté très engagé dans la promotion de la sécurité et de la sûreté maritime, défendant les valeurs du «citoyen de la mer»

    TheJury2.jpg

    À Dunkerque, Yves Lagane sera entouré de Laure Dominique Agniel (auteur et réalisatrice), d’Hervé Claeyssen (ancien commandant de la marine marchande), de Corentin de Chatelperron (ingénieur et aventurier des mers) ainsi que de Patrice Gérard (auteur et réalisateur).

    AfficheDunk2014.jpg

    › EN SAVOIR +
    Sur le site web du Festival des Écrans de la Mer

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • DOCS EN MER

    1472010_410577462404406_324836580_n.jpg

    Quatre mois de tournage in situ, des côtes de l'Atlantique à la banquise de l'Arctique, quatre équipes TV embarquées pour une centaine d’heures de rushes... Le montage s'annonçait comme un casse-tête. Sous la houlette du réalisateur Thierry Robert (LIRE SON PORTRAIT), le propos s'est fluidifié et densifié, se déclinant finalement en quatre épisodes diffusés sur Planète + Thalassa. Seuls en mer - saison 1, embarquement le mercredi 4 décembre à 20h45 sur Planète + Thalassa.

    943026_410577192404433_980804159_n.jpg

    Episode 1 / LARGUEZ LES AMARRES (60 mn)

    Secouristes, pêcheurs, plongeurs ou médecins doivent affronter les rigueurs de l'océan pour exercer leur métier : reportages en Finlande et en mer du Nord.

    1450151_414761798652639_1370546701_n.jpg

    Episode 2 / LA POISSE (60 mn)

    Un brise-glaces en Finlande, des chalutiers en mer du Nord, un navire-hôpital et un hélicoptère de sauveteurs en mer : au coeur des métiers de l'extrême.

    1000363_414761978652621_461257631_n.jpg

    LE TEASER


    Une production MFP - Multimédia France Productions


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UN GRAND VOILIER ECOLE ?

    grand voilier école,forissier,gve,mer,océans,marins

    Construire un grand voilier école dédié à la jeunesse, c’est le défi relevé, en plein marasme économique, par dix-neuf «gens de mer» à la volonté inoxydable. A la barre de ce projet qui ne manque pas de souffle : l'Amiral Pierre-François Forissier, l'ancien chef d'état-Major de la Marine.


    De l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace ! Paraphrasant Danton, cette devise l'association Grand Voilier Ecole en a fait sienne. «Il est vain de reprocher aux gens de ne rien comprendre aux choses de la mer. Il faut les y emmener», précise d'ailleurs d’emblée l’Amiral Pierre-François Forissier, ancien chef d'état-major de la Marine et président de cette jeune association, avant de se faire plus précis sur «son» projet ambitieux : «Aujourd’hui, la France ne dispose pas d’un grand voilier Ecole, outil unique et performant pour enseigner aux jeunes les valeurs d’engagement, de solidarité, de travail et de générosité». GVE3.jpgDans le but de promouvoir les valeurs humaines et professionnelles de la marine à voile notamment auprès de la jeunesse, dix-neuf acteurs du monde maritime ont ainsi conjugué leurs énergies en octobre dernier afin de fonder l’association Grand Voilier École, soutenue et domiciliée au siège du Cluster Maritime Français à Paris. Depuis, l'association a obtenu le soutien d'institutions et d'industriels comme les chantiers STX.

    olivier lajous,mer,eric tabarly,la touline,armel le strat,voilier,cluster maritime français,projet,cluster maritime,pierre-françois forissier,jacqueline tabarly,maritime,marine,marins,école,formation,navire-école,rouen,armada


    Outil d’excellence, le futur grand voilier est prévu d’être avant tout un vecteur de formation, de transmission de savoirs et de valeurs. Il sera aussi un carrefour de la communauté des marins, forgeant une compréhension et un langage communs entre jeunes de toutes origines. Il s’agit également, avec ce projet, de doter la France d’un nouvel outil de rayonnement sur tous les océans du globe.
     


    Présidente d’honneur de l'association, Jacqueline Tabarly est, quant à elle, ravie par ce projet faisant écho à celui de son mari Eric Tabarly : «Un grand voilier moderne pour l’éducation des jeunes, c'est forécemnt un projet qui fait écho. Eric a lui aussi été à la fois un marin éducateur et novateur. et puis comme lui, plusieurs fondateurs de ce projet sont des officiers de Marine et même du plus haut rang, comme l’ancien Chef d’Etat-major, Pierre-François Forissier, président, et l’ancien directeur du personnel militaire de la marine, Olivier Lajous, vice-président. En outre, Armel Le Strat, commandant de Marine marchande et président historique de La Touline, apporte ses compétences. Ce projet est donc pour moi en adéquation parfaite avec les valeurs d'Eric. Il est dès lors naturel que je soutienne cette initiative et m'y associe pleinement».
     

    GVE4.jpg


    Navire école porteur de valeurs fortes comme celle de solidarité, de courage, de partage, d’universalité ou d’égalité des chances, le grand voilier école permettra, de l'aveu de ses initiateurs, la transmission de ces valeurs auprès de la jeunesse tout en permettant de hisser haut les couleurs de la France.

    Partager, restituer et transmettre tout ce que la mer a pu donner aux fondateurs est donc l’âme de ce futur voilier. Les 19 fondateurs du projet en sont convaincus : la mer est une formidable école de la vie, elle donne ses meilleures leçons à bord d’un voilier.

    GVE2.jpg

    Si l'Amiral Forissier et ses 18 compagnons affichent clairement leurs ambitions, ils n'en ont pas oublié, en marins avisés, de déjà plancher sur le futur grand voilier et ses «mensurations» tout simplement imposantes sur le papier : 90 mètres de long, 55 mètres de haut et 2 240 m2 de voiles. Leur fier navire sera armé par un équipage de 26 hommes et femmes qui formeront 80 élèves.

    Autre volonté farouche de ses fondateurs, celle de transformer rapidement leur association en une fondation d’utilité publique afin de lever des fonds, mieux communiquer et rayonner vers tous les horizons.

    En attendant, les membres de l’association Grand Voilier Ecole sont sur le pont à l’occasion de l'étape varoise de la Tall Ship Race, événement nautique phare de de cet automne 2013.  

    A l'occasion de ce grand raout maritime, une conférence de presse se tiendra le 28 septembre prochain à 10 heures - palais de Neptune à Toulon, afin de présenter au grand public et aux relais d'opinion cet ambitieux projet maritime. Nul doute que l'Amiral Forissier et son équipage sauront mobiliser les enthousiasmes et convaincre les derniers réticents. 

    grand voilier école,forissier,gve,mer,océans,marins 

    > EN SAVOIR PLUS
    Le site web de l’association Grand Voilier École

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • À TOUTES VOILES

    olivier lajous,mer,eric tabarly,la touline,armel le strat,voilier,cluster maritime français,projet,cluster maritime,pierre-françois forissier,jacqueline tabarly,maritime,marine,marins,école,formation,navire-école,rouen,armada

    Construire un grand voilier école dédié à la jeunesse, c’est le défi relevé, en plein marasme économique, par dix-neuf «gens de mer» à la volonté inoxydable.

    GVE3.jpgDe l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace ! Paraphrasant Danton, cette devise l'association Grand Voilier Ecole en a fait sienne. «Il est vain de reprocher aux gens de ne rien comprendre aux choses de la mer. Il faut les y emmener», précise d'ailleurs d’emblée l’Amiral Pierre-François Forissier, ancien chef d'état-major de la Marine et président de cette jeune association, avant de se faire plus précis sur «son» projet ambitieux : «Aujourd’hui, la France ne dispose pas d’un grand voilier Ecole, outil unique et performant pour enseigner aux jeunes les valeurs d’engagement, de solidarité, de travail et de générosité».


    Dans le but de promouvoir les valeurs humaines et professionnelles de la marine à voile notamment auprès de la jeunesse, dix-neuf acteurs du monde maritime ont ainsi conjugué leurs énergies en octobre dernier afin de fonder l’association Grand Voilier École, soutenue et domiciliée au siège du Cluster Maritime Français à Paris.

    Outil d’excellence, le futur grand voilier est prévu d’être avant tout un vecteur de formation, de transmission de savoirs et de valeurs. Il sera aussi un carrefour de la communauté des marins, forgeant une compréhension et un langage communs entre jeunes de toutes origines. Il s’agit également, avec ce projet, de doter la France d’un nouvel outil de rayonnement sur tous les océans du globe.
     


    Présidente d’honneur de l'association, Jacqueline Tabarly est, quant à elle, ravie par ce projet faisant écho à celui de son mari Eric Tabarly : «Un grand voilier moderne pour l’éducation des jeunes, c'est forécemnt un projet qui fait écho. Eric a lui aussi été à la fois un marin éducateur et novateur. et puis comme lui, plusieurs fondateurs de ce projet sont des officiers de Marine et même du plus haut rang, comme l’ancien Chef d’Etat-major, Pierre-François Forissier, président, et l’ancien directeur du personnel militaire de la marine, Olivier Lajous, vice-président. En outre, Armel Le Strat, commandant de Marine marchande et président historique de La Touline, apporte ses compétences. Ce projet est donc pour moi en adéquation parfaite avec les valeurs d'Eric. Il est dès lors naturel que je soutienne cette initiative et m'y associe pleinement».
     

    GVE4.jpg

    Navire école porteur de valeurs fortes comme celle de solidarité, de courage, de partage, d’universalité ou d’égalité des chances, le grand voilier école permettra, de l'aveu de ses initiateurs, la transmission de ces valeurs auprès de la jeunesse tout en permettant de hisser haut les couleurs de la France.

    Partager, restituer et transmettre tout ce que la mer a pu donner aux fondateurs est donc l’âme de ce futur voilier. Les 19 fondateurs du projet en sont convaincus : la mer est une formidable école de la vie, elle donne ses meilleures leçons à bord d’un voilier.

    GVE2.jpg

    Si l'Amiral Forissier et ses 18 compagnons affichent clairement leurs ambitions, ils n'en ont pas oublié, en marins avisés, de déjà plancher sur le futur grand voilier et ses «mensurations» tout simplement imposantes sur le papier : 90 mètres de long, 55 mètres de haut et 2 240 m2 de voiles. Leur fier navire sera armé par un équipage de 26 hommes et femmes qui formeront 80 élèves.

    Autre volonté farouche de ses fondateurs, celle de transformer rapidement leur association en une fondation d’utilité publique afin de lever des fonds, mieux communiquer et rayonner vers tous les horizons.

    En attendant, les membres de l’association Grand Voilier Ecole sont sur le pont à l’occasion de l'Armada de Rouen, événement nautique phare de cette fin de printemps 2013, afin d’alerter le grand public et les relais d’opinion.

    Bons vents donc à l'Amiral Forissier et ses 18 compagnons d'équipage pour ce projet maritime qui ne manque pas de souffle. Une bonne idée salvatrice et audacieuse par les temps qui courent...

    bandeau_armada2013.jpg

     
    > EN SAVOIR PLUS

    Le site web de l’association Grand Voilier École

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • WEBDOC MARIN

    mc3a9heut-9.jpg

    À l’occasion de l'exposition consacrée à Mathurin Méheut (1882-1958), le musée de la Marine de Paris a orchestré un webdocumentaire s'intéressant à cet artiste breton aux mille et une facettes tout en nous racontant les coulisses de la dite exposition. Une enquête fouillée et un webdoc abouti.

    CE QU'ILS EN DISENT « Immergée pendant plusieurs mois au cœur de la préparation de l'exposition Mathurin Méheut (LIRE LA CHRONIQUE), une équipe a suivi caméra au poing, les personnes chargées de ce projet et sillonnée la Bretagne sur les traces de cet artiste pluridisciplinaire. 

    musée de la marine,mathurin méheut,exposition,mer,marins,vingtième siècle,peinture,art,bretagne

    Révélant des lieux, des atmosphères encore imprégnés de la palette de couleurs de l'artiste, elle a rencontré des passionnés de l'homme et de son œuvre, conservateurs ou scientifiques. Expérience inédite pour un musée qui invite le spectateur à découvrir Mathurin Méheut et son univers »

    Un webdocumentaire à visionner sur le site web du Musée de la Marine

    expo_meheut.jpg

    > L'EXPOSITION

    Le musée a vu grand ! Décors taille XXL, dessins, croquis ou  livres illustrés de Mathurin Méheut s’étendent sur 1 000 m². Rendez-vous du 27 février au 30 juin prochain au musée national de la Marine de Paris au palais de Chaillot. + d’infos sur http://www.musee-marine.fr


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • CROQUER LA MER

    MATHURINMEHEUT 6.jpg

    À l’occasion de l'exposition du musée de la Marine de Paris consacrée à Mathurin Méheut (1882-1958) jusqu'au premier septembre 2013, pleins feux sur un artiste breton aux mille et une facettes.

    MATHURINMEHEUT 4.jpg

    Le monde marin l’a fasciné. Ses reproductions - sous toutes les formes et sur tous les supports - de crustacés, de poissons ou d’algues sont restées fameuses. Les gens de mer l’ont également inspiré. Natif de Lamballe, Mathurin Méheut a suivi sa formation d’abord à l’école des Beaux-arts de Rennes puis à l’Ecole des Art Décoratifs de Paris.

    Très tôt, il collabore à la revue « Art et Décoration », côtoyant les initiateurs de l’Art Nouveau. Etabli dans la capitale, l’artiste aux mille et un talents restera cependant toujours fidèle à sa Bretagne natale qu’il sillonnera inlassablement, fréquentant goémoniers, paludiers, marins pêcheurs et gens de mer, « fabriquant » ainsi de précieux témoignages de la vie quotidienne de son époque.

    MATHURINMEHEUT.jpg

    1914, une année décisive dans sa carrière d’abord entamée par un voyage à l’autre bout du monde. Grâce à une bourse de la fondation Albert Kahn, Mathurin Méheut se rend ainsi à Hawaï et au Japon où, dixit les spécialistes « il trouve une confirmation de ses choix iconographiques et techniques, la représentation de l’essentiel, la traduction de l’instantané par un trait vif et précis, l’usage de l’aplat et le choix de cadrages originaux ».

    MATHURINMEHEUT 5.jpg

    « Mathurin Méheut,
    c’est un fin observateur de la nature, du monde maritime,
    de la vie rurale et d’une société alors en pleine mutation »

    MATHURINMEHEUT 3.jpg

    Voyage écourté à cause de la mobilisation. Retour « fissa » dans sa patrie meurtrie. Témoin à sa façon de  la « grande guerre », l’artiste réalise alors des milliers de croquis, dont notamment ceux frappants de la vie dans les tranchées.

    En témoin méticuleux et artiste appliqué, Mathurin Méheut croque avec instantanéité sur tous les supports et selon les commandes. Egalement céramiste de talent, il multipliera les collaborations dont celles remarquées avec les faïenceries de Quimper, décorant des services de table devenus « collector ».

    MATHURINMEHEUT 2.jpg

    Mathurin Méheut doit aussi sa renommée à ses talents d’illustrateur. Pratiquant la gravure sur bois, la lithographie et la zincographie, il illustrera ainsi moult ouvrages dont ceux de Colette ou encore de Pierre Loti. Autre preuve de son éclectisme, son travail de décoration entrepris sur neuf paquebots, dont le Normandie.

    Palais de Chaillot, un bel hommage est donc rendu à un artiste nommé peintre de la Marine en 1921. Mathurin Méheut ou une œuvre protéiforme. Une référence incontestable du monde maritime des Arts et des Lettres du vingtième siècle. À (re)découvrir.

    Stéphane DUGAST

     

    MATHURINMEHEUT 7.jpg

    > EN SAVOIR PLUS

    Le musée a vu grand ! Décors taille XXL, dessins, croquis ou  livres illustrés de Mathurin Méheut s’étendent sur 1 000 m². Prolongations. Rendez-vous jusqu'au 1er septembre prochain au musée national de la Marine de Paris au palais de Chaillot.

    + d’infos sur http://www.musee-marine.fr

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • BESOIN DE MER (RÉACTUALISÉ)

    PPLISSON.jpg

    Peintre de Marine, Philip Plisson est certainement aujourd'hui le photographe de mer le plus médiatique et le plus reconnu. Comptant à son actif moult ouvrages et clichés de mer devenus célèbres, son œil, sa « patte » et son ancre de Marine ont fait sa marque de fabrique. C’est dans le Morbihan, à la Trinité sur Mer, son port d’attache, que le Philip Plisson s'était confié à moi il y a quelques mois. A l'occasion de son soixante-sixième anniversaire, le photographe très prolifique signe d'ailleurs son soixante-sixième livre ! Retour sur d'étonnantes confessions d'un passionné des océans.

    Propos recueillis par Stéphane DUGAST

    PPLISSON 4.jpg

    « Près de 90 % du commerce mondial s’effectue par la mer avec les conséquences que l'on connaît en matière de pollution. Vous parcourez depuis des décennies océans et littoraux de notre planète, comment l'homme gère selon vous aujourd'hui cet environnement ?

     - Philipp PLISSON : À mes yeux, il y a enfin chez les politiques et nos concitoyens une prise de conscience des océans et de leur avenir. Jusqu’à récemment, la mer ne semblait pas être totalement ancrée dans le paysage médiatique hexagonal.

    Pourtant, la France offre le trait de côte le plus long d’Europe. La Marine nationale a longtemps été la seconde force navale dans le monde. La mer semblait délibérément occultée des discours. Le Grenelle de la Mer a indéniablement mis en lumière cet univers et ses enjeux.

    PPLISSON 7.jpg

    Ce Grenelle a surtout permis de poser les bonnes questions en réunissant autour de la table des spécialistes et en les faisant plancher sur des problématiques majeurs pour nos océans, et par delà nos sociétés modernes.

    Quant à la gestion de l’homme de son environnement sur notre planète, je laisse le soin aux spécialistes de faire leurs commentaires. Eux seuls peuvent parler des océans et de leurs enjeux du fait de leur expertise. Il y a à mon sens en ce moment trop de donneurs de leçon qui parlent, à tort et à travers, des océans et d’écologie.

    Pour ma part, c’est un univers que j’observe, que je regarde et que je photographie depuis des décennies. La mer m’inspire des émotions et des réflexions mais jamais je ne me permettrais d’être un donneur de leçon.

    Couverture-la-France-vu-de-la-mer.jpeg

    Depuis le printemps 2009, vous vous êtes lancé dans un projet ambitieux : photographier la France et son littoral vue de la mer. Quelles en sont les raisons et les motivations ?  

    J’ai voulu porter un regard photographique sur le littoral hexagonal depuis la mer. Cela peut aujourd’hui paraître être une évidence mais cette dimension n’avait encore jamais été appréhendée.

    J’ai ainsi voulu écrire photographiquement parlant le littoral français en partant de la frontière belge à la frontière italienne. J’avais cette idée en tête depuis longtemps.

    PPLISSON 5.jpg

    Encore fallait-il oser se lancer dans ce projet hors normes. Economiquement, c’est loin d’être viable mais l’intérêt de ce projet, comme sa portée, sont indéniables. A ce jour, j’ai déjà parcouru 6 820 milles, soit 12 630 kilomètres pour les terriens. A raison de 6 heures de photo en moyenne par jour, vous pouvez en déduire que j’ai navigué pendant 263 jours de mer.

    Mais plutôt que de vous asséner de chiffres, parlons de l’esprit de La France vue de la mer. C’est un clin d’œil à la vocation première des peintres de Marine, un corps d’artistes créé aux origines pour témoigner sous forme d’inventaire des ressources maritimes de la France.

    PPLISSON 2.jpg

    Sillonner le trait de côté m’a également donner l’idée de m’intéresser également à la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM). J’ai ainsi décidé de dresser un inventaire des hommes et des moyens de la SNSM. Je ne pensais pas que cela serait autant gourmand en temps.

    Car, il faut prendre rendez-vous avec chacune des stations de la SNSM, organiser des séances photos avec les unités en mer puis ensuite photographier les équipages à terre. Même si cet inventaire supplémentaire me ralentit considérablement, je suis fier de mener cette mission au profit d’une association à laquelle je suis intimement liée et qui, de surcroît, est essentielle pour les gens de mer.  

    PPLISSON 3.jpg

    Comment réussissez-vous à concilier ces contraintes avec votre exigence artistique également gourmande en temps ?

    J’ai descendu le trait de côte en le photographiant comme il se présentait. Je n’ai pas attendu des heures la lumière exceptionnelle, ce grain noir ou ce coup de vent qui donne à un cliché force, esthétisme et puissance, sinon j’y aurais passé des années.

    L’essentiel a été de parcourir le trait de cotes et le photographier tel quel. J’ai cependant tenu à parcourir le trait e de côtes toute en faisant le tour de toutes les îles et en visitant tous les estuaires, les abers ou les baies. C’est un travail titanesque !

    9782812302855.jpg

    Prenons l’exemple de la Bretagne, rien qu’à elle seule ce sont ainsi 3 500 kilomètres de trait de cotes que j’ai photographié. D’un point de vue éditorial, j’ai découpé mon travail par segments géographiques. Paru en librairie, le premier tome de La France vue de mer s’est ainsi concentré des plages du Nord au Mont-Saint-Michel. Les tomes suivants seront dédiés à la Bretagne puis à la façade atlantique. J’achève en ce moment mon travail sur le littoral méditerranéen avant de m’attaquer à la Corse »

    Photographies : Philipp PLISSON / www.plisson.com

     

    plisson,philpp plisson,littoral,mer,marins,patrimoine,livre,édition,photos,photographies,france,environnement

    EN SAVOIR +

    Le site « officiel » de Philipp Plisson  http://www.plisson.com/

    Le blog de Philipp Plisson  http://www.philip-plisson-blog.com/ 

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA MARINE D’ANTAN

    PhotoWW1-01bbFrJaureguiberry1MQ.JPG

    La Marine de guerre française de 1860 à la veille de la seconde guerre mondiale. « De riches heures et d’impressionnantes archives conservées dans les collections du Service historique de la Défense » assurent les auteurs d’un « Beau-Livre » désormais en librairie.

    600512.jpg

    1860, l’heure est à la révolution industrielle. En mer et dans les arsenaux, les technologies se perfectionnent. Les coques en bois se couvrent de métal pour se prémunir des torpilles et mines ennemies avant que ne soient définitivement adoptées les coques en acier.

    En terme de propulsion, la vapeur supplante la voile. Désormais, les marins peuvent s’affranchir des caprices du vent.

    295410.jpg

    Ils ne se contentent d’ailleurs plus simplement d’aller en mer mais ils s’aventurent désormais sous la surface de la mer, avec les premiers sous-marins, ou au-dessus des océans avec l’apparition des premiers aéronefs. La Marine militaire s’en trouve totalement transformée.

    Pour autant, expéditions, missions et escales rythmant la vie du marin feront toujours rêver les terriens. De surcroît les marins ramènent de leurs voyages des souvenirs, des récits, des dessins et des photographies pour les plus talentueux.

    decembre-2010006.jpg

    C’est un témoignage de cet « ère du changement » que nous proposent de (re)visiter deux spécialistes de la question : Jean de Préneuf, universitaire de renom et fidèle collaborateur du Service Historique de la Défense (SHD) et Philippe Vial, directeur scientifique au SHD.

    Grâce à leurs savantes connaissances et à une judicieuse sélection de clichés puisés dans les archives du service historique, les deux auteurs, des « puits de sciences ès Marine, nous font revivre ses « riches heures ». Eclairant et instructif pour tout passionné de marine militaire et de son histoire.

    9782070138722.jpg

    > À LIRE //
    « La Marine française sur les mers du monde 1860 – 1939 » de Jean de Préneuf et Philippe Vial avec la collaboration d'Alexandre Sheldon-Duplaix et Thomas Vaisset. 164 pages – 35 €. Coédition Gallimard/Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA) du ministère de la Défense.

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LES CARNETS DE VIVI (réactualisé)

    Etoile-du-Roy-1.jpg

    De Vivi Navarro, on dit qu’elle aime passionnément la mer et ses cargos, les ports et les marins. Dans son sac, elle trimballe toujours ses carnets à dessin et ses pinceaux. C'est dans la cité du Ponant que l'artiste-peintre de Sète vient de faire récemment escale pendant les Tonnerres de Brest et de publier dans un magazine très marin. Rapides coups d'oeil...

    vivi navarro,tonnerres de brest,artiste-peintre,sète,mer,marins,océans,peinture,peintre

    A LIRE //
     
    Son entretien paru sur Embarquements
     
    - Repéré dans le magazine Chasse-Marée N° 243 venant de paraître en kiosque,  un chapitre d’Ouragan aux Bermudes, récit de Farley Mowat relatant les mésaventures du Liberty-ship Leicester et du remorqueur qui l’a sauvé… avant de le perdre. Des bonnes feuilles illustrées par Vivi Navarro.
     

    Sjökurs-web.jpg


    A VISITER //

    Son site web, un fort bon indicateur de son univers et de ses goûts
    http://embarquements-vivinavarro.blogspot.com/ 

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • TRAMP : ESCALE ROUENNAISE

    Le dixième tome de la série BD Tramp est paru. Avec Le cargo maudit, Jusseaume et Kraehn, les deux auteurs, rompent le cycle des séries. Escale cette fois à Rouen. Découverte de son port, de ses habitants et de ses bas-fonds.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • TV PLISSON

    PPLISSON 8.jpg

    Peintre de Marine, Philip Plisson est certainement aujourd'hui le photographe de mer le plus médiatique et le plus reconnu. Comptant à son actif plus d’une cinquantaine d’ouvrages et des clichés de mer devenus célèbres, son œil, sa « patte » et son ancre de Marine ont fait sa marque de fabrique. Jusqu’à présent, aucune caméra n’avait pénétré son intimité. C’est chose faite grâce à l’auteur-réalisateur Christian Deleau à qui le photographe-entrepreneur s’est confié.

    PPLISSON.jpg

    « Portrait d’un Pêcheur d'Images », c’est le titre de ce film de 52 minutes réalisé pour Thalassa par Christian Deleau.  Pendant un an et demi, l'équipe de production a ainsi suivi le peintre de Marine à bord de Pêcheur d'Images embarqué pour la réalisation de son inventaire en 6 volumes de la « France Vue de la Mer », et des Stations des Sauveteurs en Mer.

    Couverture-la-France-vu-de-la-mer.jpeg

    L’équipe l’a également  rejoint à Madagascar pour le voir travailler dans le cadre de son prochain ouvrage dédié à cette île continent.  Autres séquences phares, celles pendant des prises de vues lors des tempêtes bretonnes ou à bord de la frégate Latouche-Tréville afin d’illustrer son travail en tant que Peintre de la Marine.

    Christian Deleau et son équipe ont également partagé son quotidien au sein de la société d’éditions Pêcheur d’Images, avant qu’elle ne soit entièrement détruite par un incendie.

    PPLISSON 5.jpg

    « Un reportage iodé haut en couleurs, en rencontres, en émotions pour rentrer dans l'univers d'un marin photographe. Un film où Philip se livre et se confie pour la première fois ! A enregistrer pour votre filmothèque », voilà ce que promet le réalisateur. A vos écrans pour juger sur pièces de ce film-portrait assurément événement.

     Photographies : Philipp Plisson
    Sources : Pêcheur d'image & Christian Deleau

     

    A REGARDER
    « Philip Plisson, portrait d'un pêcheur d'images ». Film documentaire (52 min). RDV vendredi 9 septembre 2011 à 8h55 sur France 3 Bretagne, France 3 Pays de Loire, France 3 Normandie, France 3 Paris IDF et France 3 Centre.

    A VOIR
    Un extrait du film est visible sur le site web du réalisateur Christian Deleau

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • ESCALE MALOUINE

    saint-malo,patrimoine,ville,mer,marins,bretagne,bateaux

    « C’est une merveilleuse et belle histoire, qu’on ne se lasse jamais de conter… Au début était un saint, Maclow, venu s’installer sur les hauteurs d’Alet, pour donner ensuite son nom à un rocher habité, Saint-Malo. Et quel rocher ! De tout temps dressé face à la mer, comme bientôt il se ­dressera face à l’Angleterre… ». Ce sont par ces belles lignes que démarre l’épopée narrée par Gilles Foucqueron et illustrée par plus de 70 œuvres d’Alain Bailhache, peintre de la Marine depuis 2008.

    Auteur d’un précédent ouvrage dédié aux somptueuses demeures que les marins de Bretagne construisaient une fois rentrés au port malouin les cales pleines (L’épopée des Malouinières), les deux compères ont concentré cette fois leurs efforts sur une ville de pierre, aux murailles solides et une ville de mer ayant offert à la France quelques-uns de ses plus grands marins comme René Duguay-Trouin ou Robert Surcouf : Saint-Malo.

    saint-malo,patrimoine,ville,mer,marins,bretagne,bateaux

    De page en page, de textes en aquarelles, on découvre ainsi l’aventure d’une cité maritime ayant su se relever des bombardements de 1944 pour demeurer ce qu’elle a toujours été et ce qu’elle ­restera : « un lieu d’exception, confié aux rêves des hommes », selon l’éditeur spécialisé dans la publication de livres liés à l’histoire maritime et solidement ancré dans cette fière cité.

    Du bel ouvrage pour découvrir l’histoire de Saint-Malo intra-muros, ses illustres personnages et ses lieux emblématiques. Un passeport pour voyager dans le temps et dans l’espace.

    saint-malo,patrimoine,ville,mer,marins,bretagne,bateauxSaint-Malo en l'Isle  d’Alain Bailhache et Gilles Foucqueron. 192 pages - 40 € (Cristel éditions). En librairie ou à commander sur http://www.editions-cristel.com

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer