Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bateau

  • YVAN BOURGNON : AU CHEVET DES OCÉANS !

    Nouveau cycle de conférence de la Société des Explorateurs Français​ en partenariat avec Connaissance du Monde​, rendez-vous le mercredi 25 janvier prochain à 19h30 à l'Institut océanographique de Paris​. Le navigateur Yvan Bourgnon y racontera son nouveau projet au chevet des océans. 

     

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LE MANGUIER : APPEL AUX DONS

    Ça y est, c'est parti ! Le remorqueur-voilier polaire Le Mangier vient de lancer sa campagne de financement participatif. Son but ? Aider à la réalisation du projet «Artistes en Arctique». Rapides explications.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • DRÔLE DE PÉKIN, CARNET DE BORD D'UN REPORTER EMBARQUÉ

    «Drôle de Pékin - Carnet de bord d'un reporter à Cols Bleus», c'est une conférence de Stéphane Dugast, auteur, reporter, réalisateur et animateur du blog Embarquements depuis 2007. Une conférence organisée grâce à l'ANAJ-IHEDN et la Société des Explorateurs Français. Embarquement le mercredi 7 décembre prochain à la Société de Géographie à Paris.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • MOT MARIN : BAIGNOIRE

    Sur les sous-marins, la «baignoire» n'est pas le vaste récipient - jadis en marbre, en cuivre, en faïence, en bronze ou en céramique - dans lequel le quidam prend des bains de corps en position assise ou couchée. La «baignoire», c'est...

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • WATEVER TOUJOURS PLUS SOLIDAIRE

    Watever présente au Salon Nautique de Paris deux bateaux du Bangladesh illustrant deux programmes emblématiques menées dans un pays parmi les plus pauvres au monde : la et la recherche sur un bio composite bambou. A la manœuvre, deux gens de mer : l'architecte naval Marc Van Peteghem et Yves Marre, lauréat du prix littéraire Eric Tabarly 2015. Rapides explications.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • DESSINE MOI UN BATEAU

    cordeliere.jpg

    Les deux compères n’en sont pas à leur coup d’essai dans le monde de l’édition. Ils récidivent cette fois en embarquant le lecteur à bord des navires de la Marine, ceux d’antan comme ceux contemporains aux lignes futuristes.

    Colbert-1.JPG

    De la frégate époque Louis XVI aux frégates furtives les plus modernes, via les sous-marins Barracuda, ce nouvel ouvrage écrit par Michel Perchoc ouvre au lecteur le monde inconnu de l'intérieur des navires.

    lambert.jpg

    Quant aux dessins d'André Lambert, en apparence simplistes, ils valent tous les discours, grâce notamment aux vues de coupe des bâtiments. Un ouvrage pédagogique pour faire embarquer les lecteurs marins, qu’ils soient néophytes ou aguerris, sur les bateaux de la Marine.

    zoom_31300_embarquez-z.jpg

    › Embarquez ! de Michel Perchoc et d’André Lambert. 96 pages - 19 € (Marines Editions)

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • DRÔLE D’OISEAU (RÉACTUALISÉ)

    Parce qu’il aime la mer, les bateaux, les villes, les ports, les chiens, Britney Spears et qu’il s’intéresse au détroit d'Ormuz dans son dernier roman, j’ai rencontré Jean Rolin, infatigable arpenteur de notre planète. Avant une prochaine chronique de son ouvrage, rapides présentations d’un homme de Lettres atypique, récent lauréat du prix 2013 de la langue française*.

    Jean-Rolin-cliché-Gilles-Mingasson.jpg

    © Gilles Mingasson/POL

    De ses voyages aux quatre coins du monde, Jean Rolin a d’abord écrit, trois décennies durant, des reportages pour notamment Libération, Le Figaro, L'Événement du Jeudi ou Géo.

    Devenu l’auteur d'essais, de chroniques, de romans et de nouvelles, l’intéressé a ainsi peu à peu mis son sens aigu de l'observation du monde et de la société au service de la «grande» littérature.

    1422294-focus.jpg

    Son œuvre se révèle d'ailleurs variée car l’ex-reporter (lauréat du prestigieux Prix Albert Londres 1988) peut aussi bien écrire sur le paysage urbain dans Zones (1995) ou La Clôture (2002) que l'univers portuaire comme dans Terminal Frigo (2005).

    Straße_von_Hormuz.jpg

    Recueil de ses reportages et articles écrits entre 1980 et 2005,  L’Homme qui a vu l’ours (2006) lui a valu de se distinguer de ses pairs. Ses deux romans suivants -  L’Explosion de la durite (2007) et Un Chien mort après lui (2009) – ont achevé de le consacrer auprès du grand public.

    Quant au roman Le ravissement de Britney Spears (2011) narrant une menace de kidnapping pesant sur la pop star, il lui valu tous les honneurs.

    Ormuz, c’est le titre de son dernier roman paru à la rentrée. Cette fois jean Rolin raconte les tribulations d’un dénommé Wax désireux de traverser à la nage ce détroit reliant le golfe Persique au golfe d'Oman, un point névralgique de notre planète. Forcément intriguant, ma lecture du moment… (LIRE LA CHRONIQUE)

    ormuz_rolin.jpg

    › À LIRE 
    Ormuz de Jean Rolin. 217 pages - 16€ (P.O.L)


    * : Créé en 1986 par la Ville de Brive, le Prix de la langue française récompense l'œuvre d'une personnalité du monde littéraire, artistique ou scientifique qui a contribué, de façon importante, par le style de ses ouvrages ou son action, à illustrer la qualité et la beauté de la langue française.


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • BIJOUX MONÉGASQUES

    download.jpg

    Vous aimez la mer, les bateaux et les balises. Cette toile  du peintre de la Marine Nicolas Vial est faite pour vous.

    Avis aux amateurs, cette œuvre va être mise en vente,  le 13 septembre 2013, à l'hôtel des ventes de Monte-Carlo à l’occasion  d’une vente intitulée « Art de vivre la mer / Ocean passion d’objets de mer ».

    Le catalogue de cette vente m’est parvenu par courrier grâce à Nicolas Vial. Et j’ai rêvé fort devant tant d'écrins marins...

    Monaco05.jpg

    › EN SAVOIR PLUS
    Rendez-vous le vendredi 13 septembre, à 18 heures @l'hôtel des ventes de Monte-Carlo. Exposition les 10-11 et 12 septembre de 9h à 13h et de 14h à 18h30; le 13 septembre de 9h à 13h.

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • L'HISTOIRE DU MANGUIER

    Les «bateaux gris» peuvent parfois mener une étonnante seconde vie. Ancien bâtiment de la Marine nationale en service jusqu’en 1998, Le Manguier est désormais un remorqueur… à voiles à vocation polaire ! Récit d’une étonnante transformation.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • TINTIN, DE NOUVELLES IMAGES


    FICHE TECHNIQUE //

    Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne
    The Adventures of Tintin: Secret of the Unicorn

    Long-métrage américain en 3D

    Genre - Aventure

    Date de sortie cinéma : le 26 octobre 2011

    Distributeur Sony Pictures Releasing France
    Réalisateur Steven Spielberg

    Avec Jamie Bell, Simon Pegg & Nick Frost

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • BELEM DO BRASIL épisode n°2

     belem_1PP2 w.jpg

    Retrouvez tout l'été sur ce blog l'odyssée brésilienne d'un bateau de légendes. Un grand reportage paru il y a (déjà) 8 ans dans les colonnes de Cols Bleus, le magazine de la Marine nationale. Destination le Brésil, l'Amazonie et la Guyane pour le trois-mâts Belem. Sur les traces de son glorieux passé. En route pour une navigation inédite sur l'Amazone.

    Direction le petit roof qui abrite le carré commandant. Le chef machine maugrée. Sommeil agité ? Contrariétés matinales liées à l’appareillage ? Agitation des grands jours autour du voilier ? L’œil est noir et le ton agacé. Si la musique adoucit les mœurs, celle jouée sur les quais devrait vite faire disparaître l’humeur maussade du chef. A moins que le thé et les quelques tartines beurre-confitures avalés y contribuent également. Qui sait ?

     

     belem44.jpg

    Une chose est sûre, les quais déserts pendant toute l’escale du navire français pour des raisons de sécurité, grouillent de monde en ce samedi matin. Il y a même une fanfare militaire, celle des fusiliers marins de Belém.

    Des notes s’échappent involontairement des instruments. Visiblement les marins-musiciens brésilien sont impatients d’en découdre. Le flux des spectateurs grossit à vue d’œil. Les marins du Belem, quant à eux, sont à poste.

    Appareillage imminent. Les manœuvres ne vont pas tarder à débuter. Musique Maestrii ! «La mer, qu’on voit danser le long des golfes clairs…». C’est sur l’air de la célèbre chanson de Charles Trenet que la fanfare do Brasil a choisi d’ouvrir les hostilités.

    Le soleil jusque là absent s’invite même à la garden-party. Le Belem va quitter la ville éponyme en fanfare et sous des reflets d’argent. En route pour la verte Amazonie…

    belem4.jpg

    Un sixième continent

    Les docks réhabilités en restaurants, les grues jaunes, les hangars estampillés Companhia docas do Para, le marché coloré de Ver-O-peso, plus loin des villages lacustres (en fait des favelas) et leurs navires tout rouillés juste échoués devant, les buildings modernes en béton déjà défraîchis du centre-ville, les vieilles façades toutes lézardées vestiges d’un Belém de toute splendeur.

    La capitale du Para nous livre ses différentes facettes et défile comme un long plan séquence au cinéma. Les passagers sont étonnamment silencieux. Un dernier coup de sirène pour saluer la ville. Le forte de Castelo, bâtiment fondateur de la ville, va bientôt disparaître du panorama.

    artistique.jpg

    Tchao Belem, direction l’État d’Amapa et la ville de Macapa, de l’autre côté de l’embouchure de l’Amazone. Pour cette traversée, le «fameux trois-mâts» a fait le plein. Exit les stagiaires, place aux invités et à la presse pour une croisière sur l’Amazone. «Traverser l’estuaire de l’Amazone, c’est mythique. Même au moteur !» s’enthousiaste l’un des invités du bord.

    De quoi estomper les frustrations des stagiaires férus de voile pas prévus sur cette traversée très singulière. A bord, les discussions vont bon train sur la ville de Belem, ses environs et le reste du Brésil. Qu’elles sont loin les «images d’Epinal»...

    belem40.jpg

    Des paysages façon carte postale

    Le touriste en quête de plages de sable fin, d’un grand ciel bleu azur et de jolies métisses en maillot de bain bariolés et échancrés en est pour ses frais.

    Des clichés sur le Brésil qu’Hubert de Gevigney, attaché naval et adepte inconditionnel de ce pays extrême, bat en brèche : «Les Français ont une vision très faussée du Brésil. Rio de Janeiro, le pain de sucre… C’est comme si pour les Brésiliens, la tour Eiffel représentait globalement la France !».

    L’officier en poste à Brasilia assène un argument de taille : «Le Brésil ? C’est un véritable continent ! Rendez-vous compte, l’état du Para dont Belém est la capitale est grand comme 2 fois la France !».

    Et le marin de multiplier les comparaisons et les richesses de «son» pays à l’envi. Pendant ce temps là, les bâtisses et les autres traces de civilisation vont peu à peu disparaître des rives. Et la forêt reprendre ses droits. Notre voyage s'écrit en vert...  (LIRE LA SUITE)

      Stéphane DUGAST
    Photographies DR / Illustration SD/ Galen Fryzer

     A VISITER
    Le site de la fondation BELEM à : http://www.fondationbelem.com/

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • BELEM DO BRASIL épisode n°1

     belem.jpg

    Retrouvez tout l'été sur ce blog l'odyssée brésilienne d'un bateau de légendes. Un grand reportage paru il y a (déjà) 8 ans dans les colonnes de Cols Bleus, le magazine de la Marine nationale. Destination le Brésil, l'Amazonie et la Guyane pour le trois-mâts Belem. Sur les traces de son glorieux passé. En route pour une navigation inédite sur l'Amazone.

    L’humeur est bougonne en ce samedi matin sur le Belem. Au mouillage depuis bientôt 8 jours, l’unique trois-mâts barque français a pourtant fêté son retour en fanfare dans la capitale de l’Etat du Para au nord-est du Brésil. 95 ans après sa dernière escale dans cette ville brésilienne qui lui donna son nom, le fameux trois-mats est revenu. « Le Belem retrouve les routes de son histoire dont celles de l’Amérique du sud et des Antilles presque un siècle plus tard », précise doctement le commandant, Marc Cornil.

    belem1.jpg

    Du Brésil à la Guyane via l’estuaire de l’Amazone pour un retour aux sources. « De 1896 à 1914, le Belem a effectué 33 campagnes au commerce entre la France, le Brésil et les Antilles. Dès sa première traversée, ce voilier de commerce est allé dans l’embouchure du Rio Para dans le port dont il tire son nom », ajoute le truculent commandant qui visiblement en connaît un rayon sur les grandes épopées maritimes dans cette région du Brésil.

    Jusqu’en 1907, la ville de Belém a été sa principale destination. En provenance de Nantes, le navire de petite taille, dit de la série des «Antillais», faisait route vers la capitale du Para avec une cargaison de divers produits manufacturés chargée en Angleterre, avant d’entamer sa remontée via les Antilles avec un chargement de fèves de cacao destinées au chocolatier parisien Meunier.

     Belemdelitte.jpg

    Autant d'anecdotes rappelant la riche histoire du trois-mâts et ses liens étroits avec le Brésil. Autre clin d’œil de l’histoire, les retrouvailles en Amérique du sud en avril dernier ont été savoureuses comme l’explique avec délectation le commandant : « Lors des derniers jours de l’escale à Belém, j’ai fait une rencontre exceptionnelle. Celle d’un des descendants de l’armateur qui a décidé de la construction du trois-mâts. Il faut savoir que l’armateur Monsieur Crouan disposait à l’époque de comptoirs dans l’État du Para au Brésil », avant d’ajouter pompeusement : « Naviguer en Amazonie et en Guyane, c’est naviguer sur la plus grande scène naturelle du monde ». Voilà qui promet... (LIRE LA SUITE)

    Stéphane DUGAST
    Photographies
    SD / Illustration DR / Glénat

    A VISITER
    Le site de la fondation BELEM à : http://www.fondationbelem.com/

    A LIRE
    Belem Le temps des naufrageurs (tome 1) de Jean-Yves Delitte (dessin & scénario).  BD. 48 pages - 12,50 € (Glénat)

    Lien permanent Pin it! Imprimer