Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

expéditions polaires françaises

  • LES AVENTURIERS OUBLIÉS #4

    Diffusée tout le mois d’aout sur France Inter de 14 à 16 heures, l’émission radiophonique Le Temps d’un Bivouac fait  la part belle à la découverte, au voyage et à l’aventure. Chaque semaine, Stéphane Dugast, le créateur du blog Embarquements, y parle d'aventuriers oubliés. Pour sa dernière chronique, il s’est intéressé à 3 aventuriers du Spitzberg qui vont faire parler d'eux après-guerre.


    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA GLACE & LE CIEL : UNE AVENTURE 100% POLAIRE

    La Glace et le ciel : c’est grande aventure cinématographique et multimédia dans les pas de Claude Lorius, visionnaire du climat de notre planète. C'est un projet plurimédia signé Luc Jacquet, le réalisateur des longs-métrages La Marche de l'Empereur et Il était une forêt

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA GLACE, LE CIEL & Mr CLAUDE [BEST-OF]

    Claude.Lorius.jpg
    La Glace
    et le ciel : c’est le titre du prochain film du cinéaste Luc Jacquet dédié à une grande figure du monde polaire : Claude Lorius. Rendez-vous au printemps 2015.

    Luc Jacquet est formel : «Claude Lorius est l’un des scientifiques français les plus éminents et l’un des rares à être entré dans les livres d'histoire de son vivant». Et pour cause, il a été le premier à prouver la part de l'activité humaine dans les bouleversements climatiques sur lesquels le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC)  revient ces derniers jours en étudiant les glaces de l'Antarctique.

    «Claude Lorius est un grand scientifique mais aussi un grand bonhomme» affirme le cinéaste - réalisateur des remarqués La marche de l’empereur ou Il était une forêt - qui a décidé de lui rendre hommage. Son film  retracera ainsi la vie de ce chercheur et explorateur polaire reconnu mondialement pour ses études de la composition des inclusions gazeuses des glaces polaires indiquant les climats anciens de la Terre.

    Claude Lorius est le premier, avec Jean Jouzel à avoir mis en évidence le lien entre la concentration atmosphérique en gaz à effets de serre et l'évolution du climat.

    image_lorius_et_antart_marc_perrey.jpg

    En menant l’enquête pour co-écrire la biographie de Paul-Émile Victor (en cours de préparation), j’ai eu la chance d’interviewer de nombreuses personnalités, dont des anciens des Expéditions Polaires Françaises (EPF) dont fait partie Claude Lorius. Car ce scientifique chevronné a été également un explorateur des temps héroïques de l’exploration polaire française en Antarctique notamment.

    À compter de son premier hivernage en Terre Adélie à la base Charcot en 1957, le Franc-Comtois d’origine a pris part à plus de vingt expéditions polaires entre les années 1960 et 1980, principalement en Antarctique dans le cadre des missions polaires françaises et internationales, notamment à la base Vostok (LIRE LA CHRONIQUE).

    De cet entretien filmé chez lui dans les Alpes, je garde un souvenir attendri et ému. Malgré sa mémoire parfois défaillante, Claude m’a raconté, avec malice et sincérité, ses liens avec le patron des EPF et son apport pour la Science.

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • RÊVES DE GLACE 1|4

    Icedream_composite_V2.jpg

    De prime abord, l’idée parait saugrenue. Remorquer des icebergs et les exploiter afin de produire de l’eau douce, c’est pourtant l’obsession de l’ingénieur français Georges Mougin depuis plus de quatre décennies. Retour sur la génèse de ce projet.

    EPF.jpg

    1947, Georges Mougin coordonne avec le concours d'un architecte naval danois les travaux de transformation d'un navire issu des surplus de la Marine américaine qui sera transformé en bateau polaire au profit des Expéditions Polaires Françaises (EPF), initiées par un dénommé Paul-Emile Victor. Les deux hommes nouent une solide amitié tout en vaquant chacun par la suite à leurs occupations.  

    1975, Georges Mougin est contacté par l’explorateur polaire français lui-même consulté par le fils aîné du roi Fayçal d’Arabie Saoudite, en charge de trouver de nouvelles potentialités pour son pays.

    Alors président directeur général de la Salin Water Conversion Corporation d’Arabie Saoudite, le prince Mohamed al-Fayçal dispose d’un budget pharamineux.

    15132766-france--circa-1968-timbre-imprime-par-la-france-montre-expeditions-polaires-francaises-a-consacre-vi.jpg

    Conscient des inconvénients du dessalement de l’eau de mer et du potentiel en eau douce des icebergs, il a contacté Paul-Émile Victor qui va à son tour contacter un « spécialiste » : Georges Mougin.

    « Ça a fait tilt chez Paul-Émile, qui s’est souvenu de nos discussions et de mes études sur les icebergs. Je suis ainsi rentré en rapport avec le prince Mohamed », se souvient l’intéressé. 

    IceDreams_024 copy.jpg

    Ainsi naîtra la société Iceberg Transport International, financée par le prince en vue d’étudier la faisabilité du transfert d’icebergs vers l’Arabie.

    Fort de la manne princière, les études sont lancées. La zone de sélection des icebergs est vite repérée. Pour acheminer un iceberg dans l’océan Indien, il faut le prendre au Sud de l’Atlantique, car la dérive naturelle l’emmène vers l’Est. Le projet est en marche... (À SUIVRE) 

    Stéphane DUGAST
    Images © IceDream



    Lien permanent Pin it! Imprimer