Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pierre auzias

  • PIERRE AUZIAS #1 : LES PETITS MORGEONS

    Danseur professionnel, Pierre Auzias a un jour voulu changer de vie et se consacrer à ses deux passions : la navigation et la peinture. Rencontre avec un étonnant marin (français) également peintre officiel de la Marine… danoise ! Premier épisode d’une vie forcément foisonnante. Il est question de son enfance très ensoleillée.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • L'APRÈS COP-21 VU D'UUMMANNAQ

    Il y a quasiment un mois, le 12 décembre dernier, 195 États parties à la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) ont dit «oui» à l’accord sur le réchauffement climatique. Accord davantage inédit qu’historique, selon les spécialistes, plusieurs interrogations demeurent notamment au regard des défis qui nous attendent, nous les terriens. Au Groenland, là-haut, tout là-haut, les échos de cette COP-21 sont une toute autre affaire, comme en témoigne les propos de Peeri, alias Pierre Auzias, artiste résident avec sa femme Annie Kerouedan, chef médecin de tout ce district de la côte occidentale du Groenland, depuis de nombreuses années.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • D’ART, D’ARTS…

    IMG_1567.jpg

    Pierre Auzias (dit «Peeri») vit à Uummannaq, un village de la côte occidentale du Groenland. Chronique d’un quotidien peu ordinaires. Cet hiver, les Arts sont à l’honneur, une fierté pour tous et notamment Nielsine 12 ans qui expose son oeuvre à l'hôpital d'Uumamnnaq (Cf ci-contre).

    pierre auzias,peeri,uummannaq,annie,groenland,polaire,nuussuuaq,banquise,hiver,réchauffement climatique

    LIRE SA PRÉCÉDENTE CHRONIQUE «Tuullik : c’est un centre d'art d'Uummannaq qui vit désormais pleinement (LIRE LA CHRONIQUE). Ce lieu fonctionne parfaitement puisque toutes les activités proposées affichent complet.

    Débordant d'enthousiasme, les enfants ont accroché leurs travaux à l'hôpital. Par ailleurs, aux adultes du soir, se sont joints 6 stagiaires du séminaire d'Helsingør (NDLR : l’équivalent de nos IUFM) envoyés du Danemark et deux autres stagiaires de celui de Nuuk. Leur arrivée a créé des échanges très animés, saluant ainsi le retour du soleil.

    IMG_9447.jpg
    Kristian Grønvold, un ami de Peeri, à la pêche sur la banquise. 

    On dessine et grave, on cause jusqu'à très tard en buvant du thé, réalisant ce que nous appelons «nos choses» que nous proposerons ensuite à la maison de retraite pour égayer la cantine des vieux et sympathiques pensionnaires groenlandais. 

    pierre auzias,peeri,uummannaq,annie,groenland,polaire,nuussuuaq,banquise,hiver,réchauffement climatique
    Lars Therkelsen : instituteur et photographe à Ikerassak.
     

    Samedi dernier à Tuullik, Kristian Grønvold et Lars Therkelsen, ont réussi une prouesse ! Celle d’attirer plus de 400 personnes pour leur vernissage lors de la nuit culturelle groenlandaise.

    Grands voyageurs tous les deux: Kristian, uummannamiut (habitant d' Uummannaq) pur souche est un électricien d'une cinquantaine d'années. Kristian ne part jamais à la chasse sans son appareil photo. C’est ainsi qu’il nous présente ses meilleurs clichés, offrant des vues inhabituelles de ses routes, fixant des ambiances de ses sorties solitaires ou familiales.

    IMG_2117.jpeg
    Kristian Grønvold devant ses photographies

    Lars est quant à lui directeur de la petite école d'Ikerassak. C’est un grand voyageur. Même son handicap physique sérieux (il souffre d'une grave déformation osseuse rhumatismale) qui l’oblige à marcher avec des béquilles, n'a pas freiné son engouement pour ses aventures asiatiques.

    Kristian propose aussi un diaporama de la vie locale fort d'une centaine de diapositives anciennes, héritées d’une collection de Peter Johanson, un vieil uummannamiut décédé en 2006.

    Ces scènes de la vie quotidienne prises dans des années 1960 et 1970 ont provoqué nombres de commentaires. Le visionnage de ces images surprises a été salué par des rires et même des caresses des visages défilant sur l'écran.

    Annie et moi avons très vite remarqué que la généalogie et la filiation pourraient faire l'objet d'une prochaine exposition.

    En moins de quelques minutes, les téléphones portables déclenchés depuis la galerie annonçaient aux amis et aux familles la présence d’un membre ou d’un ami. Ce «bouche-à-oreille» a ainsi attiré une foule d’enfants, d’adolescents et d’adultes de tous âges. Une longue file s’est ainsi très vite formée sur le perron de la galerie.

    IMG_1447.jpeg


    À l'intérieur, nous nous sommes alors vite inquiétés de la solidité des poutres qui tanguaient sous le poids des visiteurs. Ce succès conforte mes souhaits. Celui d’œuvrer à ce qu’une structure, aussi infime soit-elle, permette aux habitants, petits et grands de notre district, de gérer eux même leur projets artistiques.

    Ce lieu est une bulle où l'on discute de toutes sortes d'idées pour les rendre accessibles à tous sous forme d'expositions ou d'interventions comme celle de l'hôpital. 

    De plus, les touristes de passage y trouveront tout l'exotisme que mérite leur déplacement, sans avoir à contempler moult peaux de phoques. Ce lieu se ferait le témoin de son époque d'une manière non déguisée, l'exotisme inuit (souvent trop forcé) serait ainsi filtré. C’est une piste de travail sérieuse qui mérite d’être exploré…

    pierre auzias,peeri,uummannaq,annie,groenland,polaire,nuussuuaq,banquise,hiver,réchauffement climatique
    Le repas de phoque après la course (copyright Lars Therkelsen) 


    Les Groenlandais sont sans doute très attentifs à ce qui se passe dans le monde mais n'en tirent guère de leçons ! Ils resteront longtemps encore jaloux de leur propre manière d'appréhender ce qui s'y passe, d'exister en dépit de tout, d'illustrer leur passage sur cette terre de leurs ancêtres.

    Un fil invisible les lie à leurs origines que chaque jour, depuis 8 ans déjà, nous essayons d'interpréter. Oserai-je écrire en vain ?

    IMG_2141.jpgLe petit Apoutsiak (3 ans) ainsi prénommé comme le héros
    du livre pour enfant de Paul-Emile Victor. Il visite Tuullik à sa manière.

    Le joug de la technologie contemporaine mettra des générations à faire muter ce gène culturel. Il est essentiel de comprendre que tout les formes d'interventions inspirées par nous autres venus de l'extérieur ne déclenchent pas forcément l’intérêt attendu. Les curieux se sentiront distraits mais n’en garderont pas forcément que de bons souvenirs.

    Développer la culture locale pour la rendre accessible à ses habitants est par conséquent une priorité.

    Pierre Auzias dit «Peeri»

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UN HIVER À UUMMANNAQ

    pierre auzias,peeri,uummannaq,annie,groenland,polaire,nuussuuaq,banquise,hiver,réchauffement climatique

    Pierre Auzias (dit «Peeri») vit à Uummannaq, un petit village de la côte occidentale du Groenland. Chronique d’un quotidien peu ordinaire. Ces derniers temps, la météo capricieuse inquiète ses habitants.

    LIRE SA PRÉCÉDENTE CHRONIQUE « Le Général Hiver qui survola notre île d'Uummannaq fin novembre a dû repartir bien vite en campagne vers d'autres conquêtes...

    29 Janvier 2014, le thermomètre affiche 0 degré Celsius. Les vents forts de sud, assimilables à des coups de Föhen à rallonge, persistent. Des vents quasi quotidiens depuis l'automne dernier…

    IMG_2338 (1).jpeg

    Quant aux températures et à leurs courbes, elles sont similaires à celles de 2005, année durant laquelle la banquise n’est jamais parvenue pas à se former.

    Ici, nous aimons à penser que nos chiens devenus sages aiment à philosopher quand la banquise, leur terrain de jeu de prédilection l’hiver, ne se forme pas. Qui sait ?

    Plutôt que leur sortie de saison sur la banquise, les chiens doivent ainsi se contenter pour le moment des longues conversations de leurs propriétaires. Heureusement, ces discussions sont pour eux agrémentées par nos caresses réconfortantes.

    La banquise n’est pas là. Pourtant l'eau est froide. D’ailleurs, dans les rares heures de calme plat, la glace se forme. Ainsi, il suffirait de 15 jours pour obtenir les 20 à 30 centimètres nécessaires à la formation d’une banquise ″praticable″. Ce qui nous permettrait au moins d'aller poser nos lignes par 500 mètres de fond. Nous pourrions enfin ramener ce flétan qui manque tant à notre équilibre et à celui des chiens.

    Ukiut 250 Uummannaq.jpg
    Timbre signé Peeri commandé par Tele Post Greenland à l’occasion du Jubilé
    des 250 ans d’Uummannaq en Juiilet 2013

    Pour le moment, l'énorme pack-ice (NDLR : banquise non praticable) qui ceinture les environs de l'île, n'autorise que les trawlers (NDLR : un bateau de pêche à fort tonnage correspondant littéralement à un bateau de pêche arrière) à sortir sporadiquement. Les petits pêcheurs en yoles (Jolles fiskere) sont, quant à eux, obligés de rester à terre, ce qui risque de devenir dramatique si cette météo perdurait. 

    En revanche, les précipitations neigeuses se sont accrues, descendant du Nord entre des coups de Föhen venant du Sud.

    Tout est ainsi blanc, doux et caressant à l'œil avec les lumières rosées qui annoncent le retour du soleil dans 6 jours, le 4 Février.

    Le ski sur le lac est donc l'unique sport de plein air possible permettant à chacun de maintenir une forme athlétique. Les chiens y sont interdits hélas pour ne pas souiller la neige et la glace que nous boirons au printemps.

    pierre auzias,peeri,uummannaq,annie,groenland,polaire,nuussuuaq,banquise,hiver,réchauffement climatique

    Ma compagne Annie -  Nakorssaanguaq, la «petite doctoresse» comme la nomment ses patients (Cf ci-contre) - elle est partie hier à Qaarsut à dix milles dans le Nord d'Uummannaq sur le rivage Est de la péninsule de Nuussuuaq pour effectuer sa visite semestrielle.

    Là-bas, elle consulte plus de 30 personnes par jour, de 8 heures le matin jusqu' à 20 heures le soir. Ce sont plus que de simples visites médicales. Annie effectuant à nombre de ses patients frottis, vaccinations et prises de sang. Chaque soir, Annie me fait part du mal principal. Les gens s’inquiètent. Tous ici aussi s'angoissent de ne voir la banquise se former que pour une petite semaine seulement- comme ce fut le cas en 2013… »

    Pierre Auzias dit «Peeri»

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • TUULLIK (ou la naissance d’un centre artistique)

    CHRONIQUE DUUMMANNAQ 3.jpg

    Pierre Auzias (dit « Peeri ») vit à Uummannaq, un village de la côte occidentale du Groenland. Chronique d’un quotidien très polaire. En ce printemps très frais - habituel sous ces latitudes - Peeri a eu une idée lumineuse…

    « Installé à Uummannaq depuis 2005, je me suis rendu à l'évidence que les derniers artisans du fjord se sont éteints emportant avec eux les secrets de leur art.  

    Tous chasseurs, ils excellaient, à tailler de la lame de leur couteau et de leur foret nombre de défenses de morse, bois de rennes, os de baleine, corne de moskus, griffes de phoque ou d'ours.

    Ces artisans-chasseurs finissaient par rendre ces objets ou bijoux aussi brillants que la glace en les ponçant amoureusement au grain fin, puis en les cirant à la stéarine. L'été venu les touristes se ruaient émerveillés sur ces objets artisanaux.

    IMGP2312.jpg

    Depuis quelques mois j'envisageais de trouver sur Uummannaq, un lieu pour y créer un petit centre culturel qui regrouperait artistes et artisans.  Je rêvais au quotidien d'une jolie petite maison blanche, construite en bois et ceinturée d'une belle terrasse. Pas moins fière, elle domine le port d'Uummannaq. Elle avait  autrefois appartenu à la vieille famille de Karl Lange, maître chauffagiste de l'hôpital. 

    IMGP2284.jpg

    AVEC VUE SUR MER

    Entretemps, la mairie y avait un bureau où les élus de la vaste commune de Qaasuitsup (elle s’étend sur plus de 700 000 km2) se réunissaient pour discuter à grand coup de café, les dossiers lourds concernant notre district.

    IMGP2377.jpg

    Sur la terrasse, l’édile et ses adjoints fumaient tranquillement en commentant la vue qui s'étend à plus de cent kilomètres vers le sud jusqu' à la calotte glaciaire.

    La maison inutilisée, mais parfaitement refaite et claire à l'intérieur, n'avait désormais de vivant que sa vieille chaudière que j'entendais ronfler à travers ses murs et par sa cheminée.

    IMG_1391.jpg

    La dernière campagne électorale qui se solda le 5 Avril 2013 par la victoire d'Aleqa Hammond comme chef du gouvernement autonome Groenlandais, prônait alors pour des valeurs plus traditionnelles avec un retour de la démocratie de proximité destinée à restaurer la vie sociale.

    Observant cela, je me suis décidé à envoyer mon projet aux responsables communaux de la commune de Qaasuitsup, partisans du parti politique d'Aleqa.

    IMGP2310.jpg

    UNE RÉSIDENCE POUR ARTISAN

    Je n'ai pas pu acheter la maison m'étant heurté à différents obstacles administratifs, mais j'ai eu le droit, toutes idées reconnues, d'en disposer.

    La maison fut baptisée « Tuullik » qui est le nom d'un oiseau merveilleux et mythique, le plongeon désormais en voie de disparition.

    Ce choix me fut inspiré par le souvenir, il y a 20 ans, d'un vieux chasseur de la côte Est qui m'expliqua que si le plongeon venait à disparaître, la culture groenlandaise disparaitrait avec lui.

    IMGP2379.jpg

    Le but de Tuullik, n'est pas de faire commerce mais de dénicher et d'inviter ceux qui dans tout le district compris entre Ilulissat et Qaannaq, travaillent de manière professionnelle l'art et l'artisanat.

    Aujourd'hui après trois mois d'activité, sept artisans ont répondu à ma proposition de les représenter plus un sculpteur, quelques peintres et aussi les vieilles couseuses de la ville, virtuoses en l'art d'assembler les nombreuses pièces en peaux de phoques, aux teintures multicolores, nécessaires à la décoration des kamiks et des costumes traditionnels.

    IMGP2535.jpg

    « Tuullik » aujourd'hui fonctionne et propose des cours de peinture, de sculpture, de gravure et de modelage qui sont suivis par une quarantaine d'enfants et une vingtaine d'adultes. La galerie est convertible en atelier ou en salle de conférence qui peut accueillir une vingtaine de personnes.

    À l'étage on découvre un petit atelier graphique ainsi qu'un mini studio équipé pouvant accueillir un artiste en résidence. Logé gratuitement pour des périodes de 15 jours maximum, cet invité est obligé en échange d'enseigner et de développer un projet pour la population.

    IMGP2525.jpg

    OUVERT SUR LE MONDE

    Un accord vient d'être établi avec l'école graphique de Nuuk, dirigée par la célèbre graphiste Groenlandaise, Arnanguaq Høegh en vue de préparer les élèves de notre région au concours d'entrée donnant accès à son enseignement.

    Après un an d'études à Nuuk, les élèves sont capables de présenter le concours d'entrée à l'Académie Royale de Copenhague ou de partir vers l'Alaska ou le Canada.

    Enfin « Tuullik » qui figure au programme du Jubilée des 250 ans d'Uummannaq a proposé à son public de rester quotidiennement accessible à tous ceux qui désirent y travailler.

    IMGP2381.jpg

    Quelques touristes même ou employés danois de passage y ont réalisé des œuvres dignes d'être présentées.

    Le directeur du musée, Peter Kruse s'est gentiment proposé à ouvrir le lieu aux touristes lorsque personne ne l'anime. Cette ouverture possible lui est indiquée lorsque les couleurs nationales habituellement envoyées en haut du mât, ne flottent pas au vent »

    Pierre Auzias
    À Uummannaq, le 25 mai 2013
     

    IMGP2583.jpg 

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA VOIE ROYALE #8

    Danseur professionnel, artiste-peintre et marin émérite, Pierre Auzias a un jour décidé de poser son sac au Danemark. Une escale scandinave longue durée (Cf part 7) durant laquelle il va multiplier les bonnes et belles rencontres. Huitième épisode de la vie de Pierre le franski qui devient peu à peu prophète dans son nouveau pays…

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • VISIONS SCANDINAVES #7

    Artiste-peintre & danseur professionnel, Pierre Auzias va multiplier les navigations et les escales les plus exotiques. Un nouvel hasard va pourtant lui faire poser son sac en Scandinavie. Septième épisode de la vie d’un homme devenu un temps immobile au Danemark son nouveau pays.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer