Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • TGV POLAIRE

    DANS LES PAS pics SDUGAST 9.JPG

    Direction la côte orientale du Groenland. En immersion avec les derniers chasseurs et pêcheurs inuits, je découvre la vie hivernale et surtout les pérégrinations en traîneau.

    « Enfin le glacier. Sur ce vaste plateau à la surface verglacée, le traîneau glisse avec facilité. Après quelques minutes, pause déjeuner. J’en profite pour inspecter ma botte défectueuse et, cette fois, l’arrimer solidement avec de la ficelle.

    Totalement assoiffé et affamé, je ne pense pas une seconde à changer de vêtements et à me couvrir. Je n’ai plus rien à boire dans ma gourde.

    DANS LES PAS pics LIVRE.jpg

    Tobias m’apprend alors à me confectionner un thé glacé. Primo : remplir son grand mug en plastique avec de la neige raclée à quelques mètres de là. Secundo : secouer énergiquement. Tertio : remplir de thé chaud. Quatro : laisser infuser puis déguster. Simple, efficace et désaltérant.

    Les os glacés par le vent d’Ouest, je suis désormais « congelé ». Pourtant, il faut déjà repartir.

    TGV - « Traîneau Grande Vitesse » - durant quelques heures. Le voyage se corse lors de notre arrivée dans une nouvelle vallée.

    43969803.jpg

    La neige colle littéralement aux patins (non fartés) et s’accumule dessous. Il nous faut alors toutes les dix minutes basculer le traîneau, taper sur les parois en bois avec le manche du fouet et racler ce trop-plein de neige.

    Debout sur le traîneau, je conduis pour la première fois un attelage. Je pense alors aux « experts » : Paul-Émile Victor, son ami inuit Christian et tous ces Inuits qui utilisent ce moyen de locomotion depuis des siècles. L’Aventure est parfois grisante… »

    Stéphane DUGAST


    Extrait du Beau-Livre « Dans les pas de Paul-Emile Victor. Vers un réchauffement climatique ? » (Michel Lafon éditions)

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • TITANIC, LE CENTENAIRE #3

    ken-marschall-titanic.jpg

    C’était le paquebot le plus imposant, le plus moderne, le plus luxueux et supposé le plus sûr de son époque, le RMS Titanic a pourtant coulé à pic. Un siècle après son naufrage, l’incroyable destin du paquebot transatlantique britannique de la White Star Line continue de fasciner…

    marschall.jpg

    À navire de légende, ouvrage de référence ! Préfacé par le professeur Robert D. Ballard, en charge de l’équipe scientifique qui a découvert l’épave du Titanic en 1985, ce livre fait date. C’est d’ailleurs lui qui aurait « nourri » le scripte du long-métrage (devenu fameux) de James Cameron.

    Publié en 1992 et plusieurs fois réimprimé, cet ouvrage fait peau neuve avec une édition spéciale « centenaire », agrémentée de « bonus » comme de nouveaux documents d’archives, des photographies inédites et des dessins additionnels de Ken Marschall, un artiste passionné par le Titanic depuis son enfance.

    titanic3.jpg

    À l’instar de son coauteur (Don Lynch), l’artiste, auteur de dessins réalistes saisissants, a su nouer des liens privilégiés avec les familles des passagers et les survivants du naufrage.

    Autant de sérieux et d’opiniâtreté à mener de longs travaux de recherche des deux côtés de l’Atlantique vaudront aux deux compères de se voir confier des documents inédits et encore inconnus.

    photo-RMS-Titanic.jpg

    Fort de peintures magistrales, de photographies rares ou de témoignages édifiants, ce bel ouvrage s’adresse donc à des lecteurs curieux d’en savoir plus sur le destin de ce paquebot d’exception, depuis sa conception jusqu’à de récentes explorations de son épave, sans oublier son naufrage survenu dans les eaux glacées au large de Terre Neuve.

    Une « bible » sur le RMS Titanic. « Sa grande histoire illustrée » préfère dire Glénat, son éditeur français. « Véritable encyclopédie, ce livre est une contribution inestimable à l’histoire du Titanic » nous rétorque l’éditeur américain, dont ce livre est la version dans la langue de Molière.

    Une version frenchie bien ficelée et fort attrayante…

    Stéphane DUGAST
    Illustrations Ken Marshall

    peinture_KenMarschall_Titanic.jpg

    À LIRE // Titanic - la grande histoire illustrée de Don Lynch & Ken Marshall. Préface Robert D. Ballard 228 pages – 35.50 € (Glénat)

    titanicHistoireillustrée.jpg

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA VOIE ROYALE #8

    PAUZIAS 8.jpg

    Danseur professionnel, artiste-peintre et marin émérite, Pierre Auzias a un jour décidé de poser son sac au Danemark. Une escale scandinave longue durée (Cf part 7) durant laquelle il va multiplier les bonnes et belles rencontres. Huitième épisode de la vie de Pierre le franski qui devient peu à peu prophète dans son nouveau pays…

    SAK-Svendborg.jpg

    « Je sélectionne mes peintures par thèmes que je propose  sur différents lieux comme les bibliothèques et les « Kunstforening ».

    Ces associations d'art que toutes les grandes sociétés danoises et scandinaves cultivent sont des systèmes efficaces qui leur permettent d'investir et de placer de l'argent en achetant des oeuvres d'art tout en permettant à leurs employés d'en profiter.

    18131-01.jpg

    Les employés, qui sont membres de ces associations d'art, cotisent d'une somme symbolique qui leur permet chaque année d'acquérir une oeuvre originale lors d'une loterie organisée par leur société.

    Connu ou peu connu, l'artiste peut ainsi toujours se présenter aux Kunstforenings  de Novo Nordisk, DSB ou Danmark Radio et y établir une clientèle parallèle à celle des galeries.

    Il faut alors être très incompétent pour ne pas ainsi arriver à être reconnu au Danemark afin de vivre normalement de ses productions. Les sociétés danoises sont de véritables musées et le cadre de vie des travailleurs est ainsi très agrémenté. De plus, les achats d' oeuvres d'art sont déduits des impôts.

    SAS-Copenhagen.jpg

    COQUE ILLUSTRE

    Je propose mes services aux chantiers archéologiques qui ont lieu un peu partout sur le territoire danois comme lors de quelques belles journées de printemps mémorables dans les marais des environs de Sønderborg où fut découvert entre 1859 et 1863 par Conrad Engelhardt trois navires datant de l'âge de fer, dont le fameux Nydambåd (250/500 après JC). 

    Nydamb_den.sized.jpg

    Ces humbles expériences vécues comme « une mouche sur un mur » m'apportent le merveilleux extrait de la boue. Je croque un peu de tout, des lances, des haches, des flèches, des fibules, des onyx marqués de runes, des débris d'épaves, des scènes d'excavations ou encore des portraits d'archéologues qui séduits m'amènent à exposer certains de ces originaux au musée national de Copenhague.

     Ebeltoft-Daenemark-a18175390.jpg

    LES POUVOIRS DE LA FRÉGATE

    Ayant pris un peu d'assurance, je suis tenté d'aller visiter l'impressionnant chantier de restauration de la frégate Jylland mise en cale sèche en la ville d'Ébeltoft.

    C'est en 1864 que la frégate Jylland sous le commandement de la frégate (et sister-ship) Niels-Juel ainsi que la corvette Hjemdal anéantiront la flotte prussienne au large de l'île d' Helgoland.

    Il est 16 heures un soir d'été, un travailleur en bleu me ferme la porte au nez. J'ai du avoir l'air surpris en restant là, les yeux rivés sur les 86 mètres hors tout de ce navire.

    Le grand viking à moustache se retourne :

    - « Elle te plaît ? C’est actuellement la plus grande frégate du monde construite en chêne ! US Convention tiendrait dans ses structures… Tu dessines ? Alors attends moi là ! »

    IMG_9279.jpg

    UNE FOLLE NUIT

    Bernt Kure est en fait l'architecte en chef du projet de restauration. On part au pub et après avoir « râflé » au jeu de dés une bonne partie de la nuit on rend visite aux femmes qui admirent son côté bohème et qui comme lui sont insomniaques.

    Nous buvons bières et café ici et là pour finalement, le jour pointant, griller des saucisses et du bacon dans un wagon tiré au milieu d'un champ au pied de 5 éoliennes géantes vibrant « arrière toute » comme un 500 tonneaux !

    Il y a dans ce champ des dizaines de haches et des pointes en silex multicolores datant de l’âge de pierre. Il suffit de se baisser pour les ramasser…

    IMG_9278.jpg

    PREMIERS PAS

    De retour au chantier Bernt me présente au personnel. Une quarantaine de charpentiers de marine et de forgerons taillés comme des armoires. Peu loquaces, je les trouve néanmoins sympathiques d'allure :

    - « Pierre peint les bateaux et il aimerait suivre la restauration, étudier votre travail. Je crois que c'est une bonne idée, on lui propose le job de peintre si Jørgen accepte ? »

    Certains gars sourient en branlant du chef, d'autres haussent les épaules :

    - « Et pourquoi faire ? »

    Bernt leur répond:

    - « Pour actualiser notre vieille iconographie… »

    IMG_9280.jpg

    Jørgen Petersen, directeur du projet, ex-directeur de la Croix Rouge Internationale, homme d'affaire réputé et redoutable fut capable durant 6 ans d'amasser la somme de 400 millions de couronnes (soit 53 millions d'euros) nécessaires à la restauration du navire.

    Jørgen, l'introduction de Bernt terminée, lisse sa barbe, me pénètre de son regard bleu terriblement intimidant  et lance comme irrité à Bernt :

    - «  OK ! Quand commence t'il ? »

     IMG_9276.jpg

    Vue du fond du radoub où l’hélice est montée sur élévateur afin qu’elle ne soit pas endommagée par les boulets des canons ennemis. Jylland, Sealland, Niels Juhl et Fyn étaient les 4 premières frégates mixtes danoises équipée de moteur à vapeur (Pierre Auzias)

     

    NAVIRE-ÉTENDARD

    Je reviendrai sur place quatre fois par an, durant 5 ans, accumulant ainsi une iconographie qui décore aujourd'hui le musée.

    Jylland avait résisté au temps. 132 ans après sa construction, le 24 mars 1994, l'armateur Mærks McKinney Møller restitue à son Altesse Royale le Prince Consort Henri du Danemark, protecteur du projet, ce fabuleux navire de 231 pieds de long et de haut, totalement restauré et depuis ouvert au public. Y défilent désormais à son bord 250 000 visiteurs chaque saison.

    IMG_9271.jpg

    Peinture de Pierre Auzias, exécutée sur place lors de la restauration de la frégate Jylland, représentant le remplacement de la pièce d’étrave (Pierre Auzias)


    Durant ces 5 ans, deux fois par an, au printemps et à l'automne, un déjeuner protocolaire organisé par le directeur Jørgen Petersen, regroupaient 350 directeurs de sociétés entourant le Prince Consort, le Chambellan de sa Majesté et l'armateur Mærks McKinney Møller.

    Invité avec les travailleurs  à ces festivités, j'ai eu le plaisir de pouvoir chaque fois échanger quelques mots en ma langue natale avec le Prince Henri qui au fil du temps se montra curieux de mes progrès… »

    À SUIVRE
    Photographies : DR - Peintures : Pierre Auzias


    LIRE LA SUITE

    > LIRE L'ÉPISODE PRÉCÉDENT


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LES GARS DE LA SARDINE

    C1PENSA1Q-copy.jpg

    1901, premières sardines : c’est le titre du premier tome d’une série BD élégamment nommée  Les Chasseurs d’écume. Une saga bretonne dans la droite lignée de la série remarquée Les Maîtres de l’Orge*. Direction cette fois Douarnenez en son temps « capitale de la sardine »…

    Le sujet peut a priori effrayer le quidam. Heureusement, les deux auteurs racontent avec brio le destin de familles de pêcheurs de sardines au vingtième-siècle en insufflant une dimension héroïque, politique et romanesque dans leur série.

    Impossible de décrocher, passé les trois premières pages posant l’intrigue sous la forme d’un flash-back. Leur saga familiale est non seulement réaliste, didactique mais avant tout captivante.

    chasseurs.jpgInspiré du roman L'épopée de la sardine, un siècle d'histoires de pêches de Jean-Claude Boulard**, la série BD raconte, quant à elle, la vie de Jos Gloaguen, marin-pêcheur dès ses douze ans.

    9782844923097.jpg

    Lire ce premier tome, c'est ainsi l’opportunité de se familiariser avec celle que l’on a ensuite appelé  la « civilisation sardinière ». Des Sables-d'Olonne en Vendée à Douarnenez dans le Finistère pendant une grosse moitié du vingtième siècle, une « armée » de pêcheurs et leurs familles vont vivre, parfois prospérer mais le plus souvent subsister, grâce à un poisson qui nous est familier : la sardine.

    49GUTT_3738155_2_apx_470_.jpg

    Traditions, religion, tragédies, haine, amours, combats syndicaux, injustice, révoltes sociales, dangers en mer ou pêches capricieuses, Les Chasseurs d’écume racontent cette civilisation de la sardine, longtemps considérée comme l’or des mers par ceux qui recherchaient vaillamment, bravant tous les dangers, et que les auteurs ont appelé les « chasseurs d’écume ».

    album-page-large-13762.jpg
    Au scénario étoffé, et fort documenté, de François Debois répond le dessin de Serge Fino réaliste et soigné. Composé de trois prochains tomes, ce premier cycle (intitulé Jos Gloagen) s’annoncent fort prometteur.

    Un bien bel hommage à ses « chasseurs d’écume » et à leurs proches.

    Stéphane DUGAST
    Dessins : Serge FINO

    CHASSEURSdecume.jpg

    A LIRE //
    Les Chasseurs d'écume / Premières sardines – 1901 (Tome 1). Une série BD de François Debois (scénario) et Serge Fino (dessins). 48 pages - 13.90€ (Glénat BD)

     

    A (RE)LIRE //
    * : 
    Les Maîtres de l'orge est une série de bande dessinée, parue aux éditions Glénat, créée par Jean Van Hamme et illustrée par Francis Vallès. C'est l’histoire tumultueuse d’une famille de brasseurs de bières des Ardennes, soit trois générations d’ambitieux de 1855 à 1973.

    Orge_a.jpg

    ** : L'épopée de la sardine, un siècle d'histoires de pêches de Jean-Claude Boulard (Ouest-France)


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UNE BELLE EXPOSITION (réactualisé)

    558630_10150674380071653_357227881652_9725804_1780594387_n.jpg

    L'aventure ROUTE 66 continue... Organisation cette fois d’une exposition des clichés de Christophe Géral dans un lieu prestigieux au cœur de Paris : la Galerie Photos 12, gérée par Valérie-Anne Giscard d'Estaing. Rendez-vous du 4 mai au 3 juin prochain.

    Route 66 Galerie 12 01.jpg

    « La Route 66 évoque pour chacun d’entre nous l’idée de liberté, de rêve, d’un mythe fondateur des États-Unis.

    C’est dans cette atmosphère d’un imaginaire fantasmé que le photographe Christophe Géral nous embarque, à travers un voyage extraordinaire marqué de rencontres d’hommes et de femmes qui chacun à leur façon à partir d’une anecdote ou d’un souvenir d’enfance racontent l’histoire de la « Sixty Six » aujourd’hui délaissée au profit du progrès.

    Cependant une poignée d’amateurs ou de passionnés la sillonnent encore. La « Mother Road » ne laisse personne indifférent et s’offre à tous ceux qui souhaitent la conquérir.

    Route 66 Galerie 12 07.jpg
    « Les rencontres seront nombreuses et les spécimens humains très divers »
    Philippe Labro

    Celle que l’on surnommait la « rue principale de l’Amérique » évoque également pour beaucoup la ruée vers l’or, la conquête de l’Ouest, les westerns ou encore l’American Dream, une quête insatiable que la famille Joad a désespérément menée dans le célèbre roman de John Steinbeck, les Raisins de la Colère.

     Route 66 Galerie 12 06.jpg

    A travers ce voyage on s’immerge dans un passé chargé d’histoire sur des airs d’Elvis, de Bob Dylan. Ces photographies de Christophe Géral sont le témoignage d’une épopée mythique retracée dans ce livre intitulé « Sur la Route 66 - carnets de voyage », dont les textes sont signés Stéphane Dugast et l’Introduction par le cinéaste, journaliste et romancier Philippe Labro »

    Route 66 Galerie 12 05.jpgChristophe Géral, photographe et producteur de contenus multimédias


    LA GALERIE PHOTO 12, C’EST…

    Ouverte en 2005, cette galerie expose des photographies d’Art, œuvres d’artistes vivants. Elle organise de 6 à 8 expositions par an dans ses murs, ainsi que des expositions dans des institutions, des lieux publics et des galeries internationales.

    Route 66 Galerie 12 09.jpg

    Les photographes qui travaillent avec la galerie partagent tous les mêmes valeurs humanistes. Il ne s’agit pas nier la mise en scène dans la photographie mais de donner du réel une représentation personnelle. C’est le point de vue qui relie les photographes confirmés représentés par la galerie aux artistes émergents et aux jeunes photographes qui assurent progressivement le renouvellement des expositions.

    Route 66 Galerie 12 010.jpg
    INFORMATIONS PRATIQUES

    Exposition ROUTE 66
    Galerie Photo 12 à Paris 4. Rdv 14, rue des Jardins Saint-Paul.
    Ouverture du mercredi au dimanche, de 14h à 18h30 et sur rendez-vous. Métro : Saint-Paul (ligne 1) ou Pont Marie (ligne 7) Bus : lignes 67, 69, 76, 96 Station Vélib’ : 6 rue Saint-Paul Parking : Pont Marie (sortie rue Nonnains d’Hyères)

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA PHOTO SELON JEAN GAUMY

    Photographe pour la prestigieuse agence Magnum depuis 1977, Jean Gaumy bourlingue et photographie le monde depuis plus de quatre décennies. Photographe de renom, le peintre de la Marine depuis 2008 se raconte chaque mois pendant un an sur le blog EMBARQUEMENTS. 12 clichés, 12 points de vue commentés par un « pêcheur d’images » insatiable.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • TITANIC, LE CENTENAIRE #2

    titanic,naufrage,rescapée,ina,archives,histoire,mer,accident

    Parmi les archives proposées chaque semaine par Telerama.fr et puisée dans les malles de l'INA : un document étonnant. Il s'agit du témoignage d'une rescapée du naufrage du Titanic, survenu le 14 avril 1912. Interviewée en 1955, cette femme (alors âgée de 85 ans) avait encore les idées claires...

    À VOIR //


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • SUR LA ROUTE TOUJOURS !

    route 66, voyage, harley davdson, ouest

    Victime de son succès en librairie, le Beau-Livre Sur la Route 66 - carnets de voyage était en rupture depuis les fêtes de fin d'année. Il est de nouveau disponible en librairie et sur internet depuis début.

    POUR LE COMMANDER



    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • VISIONS SCANDINAVES #7

    PAUZIAS 7.jpgArtiste-peintre & danseur professionnel (Cf part 6), Pierre Auzias va multiplier les navigations et les escales les plus exotiques. Un nouvel hasard va pourtant lui faire poser son sac en Scandinavie. Septième épisode de la vie d’un homme devenu un temps immobile au Danemark son nouveau pays.

    Postcard_Denmark_20100730a.jpg

    Rentrer est toujours un sain réflexe lorsque soudain l'ennui gagne. Peu importe la durée de l'escale lorsque l'on sait que l'on repartira. 

    Le Musée d'Art Moderne de Louisiana au Danemark m'a accueilli en janvier 1984 pour une performance en compagnie de la danseuse péruvienne Martha Donoso.

    SAC À TERRE

    Le Danemark, j'ai d’emblée aimé ce pays. La qualité de vie, les rencontres… Les débouchés professionnels en découlant (de caractère souvent spontanés) me poussent à m'installer ici.

    19143.JPG

    J'accepte que désormais il me faille apprendre le danois, langue difficile car très inarticulée mais cependant très riche. La meilleure méthode est d'en reconnaître les sons, de parler la langue avant de l'écrire.

    La littérature danoise est passionnante, proche du norvégien et du suédois. Ainsi est-il possible de parler et de lire trois langues une fois le danois acquis. La culture scandinave n'est accessible en profondeur qu'à cette condition.

    7021e1ac-6c61-11de-aa89-02cfb43838bf.jpg

    MOLLES TRAJECTOIRES ?

    Dès 1986, je vis avec deux cultures parallèles, la latine et la scandinave. Je suis décidé à en exploiter tous les privilèges.

    L'art de la danse - essentiellement représenté par Bournonville au Théâtre Royal -  contraste avec la rigueur russe. Les trajectoires qui semblent effleurer l'espace me semblent molles. Les « Modernes » arrivent à peine avec les compagnies de Martha Graham et d'Alain Ailey.

    Trevor Davies, un anglais, a créée une série de festivals sur tout le Danemark dès 1979. Des artistes de toutes disciplines, importés principalement de l'étranger, influencent alors peu à peu les créateurs et le public danois.

    DCP_1488.jpg
    La ville de Frederiksværk dans le Nord du Sjælland, à l’embouchure du fjord de Roskilde, dans laquelle s’installe Pierre Auzias.

    DANSE & THÉÂTRE

    C'est l'époque de l'art sauvage et iconoclaste au discours nihiliste qui crache cyniquement sur le conservatisme baroque et doré.

    Mes marines du dimanche font bien rire les galeristes. C'est là, la leçon dont j'avais besoin et qui me fera passer du dessin coloré à une expression picturale véritablement peinte.

    Je chorégraphie encore réalisant quelques pièces de 1986 à 1991, tout en enseignant à l'école de théâtre d'Aarhus et à la seule école de danse d'Etat de Copenhague.

    379243.jpg

    CHANTIER EXPRESS

    Été 1990, escale en France au Guilvinec. Je restaure en hâte un mousquetaire club dont le puits de dérive un peu mûr cède dans le port de Perros-Guirec.

    L'eau atteignant ma couchette me réveille. Je pompe. Je sors du port, je l'échoue sur la première plage et je colmate avant de remonter un peu tardivement au Danemark sous pilote, bien au sec sous sa bulle en plexiglas.

    Ce sera là mon atelier d'été dès l'année suivante.

    IMG_9281-1.jpgSeptembre 1990, arrivée du Mousquetaire Club au Danemark.


    Las de payer les danseurs avec mes honoraires de chorégraphe lorsque je produis une pièce, je me retirerai quasi définitivement de la scène le 11 Juin 1991, le jour de la naissance de ma fille Maren.

    Maren : un vieux prénom viking signifiant « celle qui vient de la mer »…

    IMG_9285.jpg
    Thit : du nom de l’écrivain danois féministe Thit Jensen. L'une des restaurations de Pierre Auzias. Un Kadrejerjolle de Dragør construit en 1888.

    CABOTAGES NORDIQUES

    Mon plaisir à parcourir le Danemark pour le peindre est réel. Les côtes sauvages de l'ouest du Jytland, le long desquelles le vent ne souffle durant l'hiver que rarement au dessous de 45 noeuds, me laissent des souvenirs inoubliables.

    De l'autre côté de cette immense presqu’île, à l'Est, de vieux passeurs (de tout tonnage) desservent des centaines de petites îles.

    Denmark1stamp.jpg

    Partout, ce riche patrimoine maritime que l'on restaure sans cesse. Autant de sujets d’inspirations inépuisables. Les danois - connaissant tous parfaitement leur histoire - savent de surcroît en parler. Aborder l’un de ces marins et sa réponse sera toujours riche d'anecdotes.

    SUR LA ROUTE

    Pour y mettre un landau et mon chevalet, j'achète mon atelier d'hiver : une superbe Volvo Amazon de deux litres avec over drive. Elle a 500 000 kilomètres et ne consomme qu'un petit litre d’huile aux mille kilomètres !

    volvo-amazon-1956.jpg

    Je cultive dans cet habitacle d'avion l'ancien bonheur de la conduite. En vrai touriste, j'épluche la carte routière de mon nouveau pays où le bonheur de peindre en regardant grandir mon enfant devient mon leitmotiv… »

    > À SUIVRE

    > LIRE L'ÉPISODE PRÉCÉDENT

    Photographies : DR

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • «ALLER/RETOUR», SVP !

    AR12_Couv-Finale-web - copie.jpg

    Explorez autrement le voyage avec le magazine A/R (pour «Aller/Retour») depuis 2 ans en kiosque. À la une de la nouvelle formule : l'étonnant Lilian Thuram, l'ex-footballeur champion du monde 1998. En prime, une pléiade de sujets étonnants. Des voyages de l'Inde à la Terre de feu ou Oman, via la Loire-Atlantique. Assurément dépaysant et instructif.

    EN SAVOIR +
    > Le site web du magazine A/R
    > La présentation sur le blog EMBARQUEMENTS

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • AU BAIN RÉVÉLATEUR

    robert capa,traces d'une légende,photographe de guerre,photographie de guerre,robert capa : traces d'une légende; livre,reportageRobert Capa, traces d'une légende : c’est le titre d’un élégant Beau-Livre retraçant, documents d’archives à l’appui, la vie d’un photographe-reporter de renom : Robert Capa (1913-1954).

    Fondateur de l’agence Magnum, en compagnie notamment d’Henri Cartier-Bresson, Robert Capa s’est avant tout distingué pour son art à photographier les conflits et les grands de son époque.

    Depuis sa Hongrie natale (où il est né en 1913), il bourlinguera tout au long de son existence autour du monde, d’abord au gré des régimes puis en fonction des événements majeurs de son époque qu’il couvre comme photo-reporter.

    robert capa,traces d'une légende,photographe de guerre,photographie de guerre,robert capa : traces d'une légende; livre,reportage

    C’est en Allemagne à Berlin qu’il commet son premier coup d’éclat en réalisant son premier sujet dédié à Léon Trotski (1879-1940), figure de la Russie révolutionnaire.

    Fuyant l’Allemagne nazie, il se réfugie au milieu des années 1930 à Paris - 37, rue Froidevaux dans le 14ème arrondissement -  tout en partant couvrir la guerre civile espagnole en 1936, puis la guerre sino-japonaise en 1938.

    Départ de Paris en 1939, Robert Capa (né Endre Ernö Friedmann) s’installe en Amérique, à New York.

    robert capa,traces d'une légende,photographe de guerre,photographie de guerre,robert capa : traces d'une légende; livre,reportage

    Juin 1944, il est le seul photographe à débarquer avec les GI à Omaha Beach en Normandie, immortalisant ainsi cet épisode clef de l’Histoire.

     « Si la photographie n'est pas bonne, c'est que vous n'êtes pas assez prêt », disait Capa  aux apprentis photographes

    Après-guerre, il couvre pour les magazines les plus prestigieux, comme Life, les grands événements du monde, comme la naissance de l'état d'Israël en 1948.

    1954, départ pour l’Indochine en plein conflit. Il part y photographier au plus près (son credo artistique) les militaires français en opérations de « maintien de la paix ». Le 25 mai, une mine le fauche alors qu’il s’écarte du chemin pour prendre un cliché de troupes en mouvement. « Fichue guerre, foutu destin ! », pleureront ses amis et ses admirateurs.

    robert capa,traces d'une légende,photographe de guerre,photographie de guerre,robert capa : traces d'une légende; livre,reportage

    UNE LÉGENDE VIVACE

    Plus de cinquante ans après sa disparition tragique, la légende de Robert Capa est plus vivace que jamais. Si des polémiques, quant à certains de ses clichés, ont enflé, des mystères sur sa vie et sur son œuvre se sont dissipés.

    Des carnets de notes, des tirages inédits, des correspondances et divers objets ont refait surface, façonnant et polissant ainsi la légende de celui qui reste célèbre pour ses clichés dont notamment celui du soldat républicain fauché (Falling soldier) ou ceux du débarquement en Normandie.

    robert capa,traces d'une légende,photographe de guerre,photographie de guerre,robert capa : traces d'une légende; livre,reportage

    Fort d’une documentation foisonnante et d’une expertise reconnue, Dominique Lebrun et Michel Lefebvre, les deux auteurs, nous font (re)découvrir la vie de Robert Capa en nous racontant ses trois vies.

    Selon eux, 3 périodes sont ainsi caractéristiques de l’œuvre et du destin complexes de celui qui est désormais devenu une figure tutélaire du photojournalisme.

    Trois vies passées au bain révélateur pour mieux souligner des évidences mais également des mystères toujours non résolues.

    robert capa,traces d'une légende,photographe de guerre,photographie de guerre,robert capa : traces d'une légende; livre,reportage

    « 57 ans après sa mort, l’œuvre et la vie de Robert Capa demeurent comme la tombe des pharaons : il y en aura toujours une d’inexplorée ! » concluent d’ailleurs, avec malice, les deux auteurs passionnés et surtout passionnants…

    Un Beau-Livre (au sens littéral du terme) pour se familiariser ou approfondir ses connaissances sur Monsieur Capa. Une bonne lecture pour ainsi démêler les fils d’une légende, forcément toujours entrelacés à ceux de la réalité.

    Stéphane DUGAST
    Photographies : © Robert CAPA - MAGNUM Photo

    robert capa,traces d'une légende,photographe de guerre,photographie de guerre,robert capa : traces d'une légende; livre,reportage

    BONUS // Vidéo des deux auteurs, Michel Lefebvre et Bernard Lebrun, qui nous racontent leur livre dédié à Rober Capa. L’occasion de nous raconter ses plus célèbres photos, prises entre 1933 et 1954…
    http://www.francetv.fr/culturebox/robert-capa-traces-dune-legende-73723

    robert capa,traces d'une légende,photographe de guerre,photographie de guerre,robert capa : traces d'une légende; livre,reportage
    À LIRE //
    Robert Capa, traces d'une légende de Bernard Lebrun & Michel Lefebvre (avec la collaboration de Bernard Matussière). Beau livre.  40.50 €  – 264 pages (La Martinière éditions)


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UNE BELLE EXPOSITION

    L'aventure "ROUTE 66" continue... Organisation cette fois d’une exposition des clichés de Christophe Géral dans un lieu prestigieux au cœur de Paris : la Galerie Photos 12, gérée par Valérie-Anne Giscard d'Estaing. Rendez-vous du 4 mai au 3 juin prochain.

    « La Route 66 évoque pour chacun d’entre nous l’idée de liberté, de rêve, d’un mythe fondateur des États-Unis. C’est dans cette atmosphère d’un imaginaire fantasmé que le photographe Christophe Géral nous embarque, à travers un voyage extraordinaire marqué de rencontres d’hommes et de femmes qui chacun à leur façon à partir d’une anecdote ou d’un souvenir d’enfance racontent l’histoire de la « Sixty Six » aujourd’hui délaissée au profit du progrès.

    Cependant une poignée d’amateurs ou de passionnés la sillonnent encore. La « Mother Road » ne laisse personne indifférent et s’offre à tous ceux qui souhaitent la conquérir.


    « Les rencontres seront nombreuses et les spécimens humains très divers »
    Philippe Labro

    Celle que l’on surnommait la « rue principale de l’Amérique » évoque également pour beaucoup la ruée vers l’or, la conquête de l’Ouest, les westerns ou encore l’American Dream, une quête insatiable que la famille Joad a désespérément menée dans le célèbre roman de John Steinbeck, les Raisins de la Colère.

    A travers ce voyage on s’immerge dans un passé chargé d’histoire sur des airs d’Elvis, de Bob Dylan. Ces photographies de Christophe Géral sont le témoignage d’une épopée mythique retracée dans ce livre intitulé « Sur la Route 66 - carnets de voyage », dont les textes sont signés Stéphane Dugast et l’Introduction par le cinéaste, journaliste et romancier Philippe Labro »

    LA GALERIE PHOTO 12, C’EST…

    Ouverte en 2005, cette galerie expose des photographies d’Art, œuvres d’artistes vivants. Elle organise de 6 à 8 expositions par an dans ses murs, ainsi que des expositions dans des institutions, des lieux publics et des galeries internationales.

    Les photographes qui travaillent avec la galerie partagent tous les mêmes valeurs humanistes. Il ne s’agit pas nier la mise en scène dans la photographie mais de donner du réel une représentation personnelle. C’est le point de vue qui relie les photographes confirmés représentés par la galerie aux artistes émergents et aux jeunes photographes qui assurent progressivement le renouvellement des expositions.


    INFORMATIONS PRATIQUES

    Exposition ROUTE 66 du 4 mai au 3 juin 2012
    Galerie Photo 12 à Paris 4. Rdv 14, rue des Jardins Saint-Paul.
    Ouverture du mercredi au dimanche, de 14h à 18h30 et sur rendez-vous. Métro : Saint-Paul (ligne 1) ou Pont Marie (ligne 7) Bus : lignes 67, 69, 76, 96 Station Vélib’ : 6 rue Saint-Paul Parking : Pont Marie (sortie rue Nonnains d’Hyères)

    Lien permanent Pin it! Imprimer