Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • AU SOMMET

    387-Kilian-Jornet_Dalmasso.jpg

    A Fine Line : c’est un film documentaire mais c’est surtout un voyage surprenant à travers les pics enneigés et spectaculaires des Alpes en compagnie de Kilian Jornet, un accroc aux course en montagne.

    Kilian Jornet est un vrai chamois ! Athlète de haut niveau, il a remporté les courses de montagne les plus prestigieuses comme l’Ultra Trail Mont-Blanc à trois reprises (en 2008, 2009 et 2011) ou le Grand Raid de la Réunion (2010 et 2012) à deux reprises.

    Kilian-jornet-skyrunning-542x375.jpg

    Outre ces ultra-trails (comme les appelle les spécialistes), Kilian est un adepte de ski alpinisme. Si cet  athlète de (presque) 26 ans a gagné toutes les courses dont il rêvait, il continue néanmoins d’aimer la montagne au point de se lancer dans un projet ambitieux qui va durer 4 ans.

    Summits of my life : c’est le nom de baptême de cette aventure entièrement tournée vers la haute montagne. Kilian va ainsi s’attaquer aux massifs montagneux les plus réputés au monde avec le minimum de matériel. Son projet consistant à visiter les massifs les plus importants du monde et établir les records d’ascension et descente de quelques-unes des montagnes les plus spectaculaires.

    Summits-of-My-Life-Kiian-Jornet1.jpg

    «L’idée, ce n’est pas seulement de battre un record ou un temps. C’est une façon d’aller en montagne. Très légère, tant en matière d’équipement que d’assistance. Je veux une montagne très pure. On n’est pas là pour faire un show»
    Kilian Jornet

    kilian-jornet1.png

    Les deux premières étapes se sont ainsi déroulées durant l’été 2012, consistant en deux traversées dans le massif du Mont-Blanc, «le berceau de l’alpinisme, où les premiers alpinistes ont commencé à rêver de conquérir les sommets».

    Cette année, Kilian Jornet espère battre les records de montée et descente de trois sommets européens, à commencer par le plus élevé, le mont Elbrus en Russie. Il s’attaquera ensuite à celui qu’il définit comme «sans doute le plus difficile des records» : le Cervin en Suisse. A la fin de l’année, l’espagnol s’attaquera à l’aller-retour Chamonix-Mont-Blanc-Chamonix.

    SoML-Summit-2-Mont-Blanc-Ridge-_web-4.jpg

    L’an prochain, Kilian Jornet s’exportera en effectuerant deux ascensions mythiques, celle de l’Aconcagua en Amérique du Sud (culminant à près de 7.000 mètres) et le Mont McKinley ou Denali en Alaska.

    Quant à l’année 2015, Kilian Jornet va s’élancer vers le toit du monde avec la montée et la descente le plus rapidement possible de l’Everest.

    Quant à une philosophie de la vie, Kilian Jornet la résume simplement « Aujourd’hui, on a tendance à croire que la liberté, c’est de pouvoir tout tester. Faire de la plongée, conduire une voiture sur un circuit, monter au sommet du Mont-Blanc,… Tout cela sans prendre le temps d’apprendre. Mais la liberté, ce n’est pas ça, c’est le contraire. C’est de choisir une ligne et de la suivre ».

    Agile, sportif, endurant, curieux et réfléchi, Kilian Jornet a déjà tout du sage !

    kilian-jornet-summits-of-my-life-everest-aconcagua-mc-kinley.jpg

    > EN SAVOIR PLUS
    Voir le film A Fine Line (téléchargeable ici), soit le premier volet de l’aventure Summits of my life.

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • DES VERTUS DE LA BICYCLETTE

    969987_580577115305965_1871411162_n.jpg

    Rising from Ashes : c’est un film documentaire racontant l’étonnante odyssée de l’équipe nationale cycliste du Rwanda façonnée par un cycliste américain (et francophile) en quête de rédemption.

    395726_324592764237736_1582217488_n.jpg

    Les férus de la petite reine s’en souviennent. En 1981, un américain prend pour la première fois le départ du Tour de France. Son nom ? Jonathan Boyer. Durant sa carrière, le cycliste d’outre-Atlantique deviendra un fidèle équipier des plus grands, comme Bernard Hinault, Greg LeMond ou Seán Kelly.

    Devenu gérant d'un magasin de vélos en Californie, une condamnation en justice (suite à une sombre affaire de mœurs) va l’inciter à l’exil. C’est au Rwanda, encore traumatisé par le génocide, que l’ex-champion déchu pose ses valises.

    401811_580576948639315_837882989_n.jpg

    En s’installant dans ce pays «exotique», Jonathan Boyer va ainsi d’abord accompagner et aider un groupe de cyclistes analphabètes et rescapés du génocide afin de surmonter les nombreux obstacles qui se dressent sur la route de leur rêve.

    Notons que le producteur exécutif du film et narrateur n’est autre que Forest Whitaker, acteur américain de renom (Le Dernier Roi d’Ecosse) également ambassadeur de bonne volonté de l’Unesco pour la paix et la réconciliation.

    whitaker.jpg

    Depuis l’an passé, l’équipe rwandaise définitivement lancée sur de bons rails s’est attaquée à un autre «Everest» : celui de participer à plus ou moins court terme à une course mondiale légendaire : le Tour de France.

    Pour  Jonathan et ses protégés dont Adrien, Nathan, Rafiki, Abraham ou Nyandwi, la (grande) boucle serait pour ainsi dire bouclée !

    > EN SAVOIR PLUS
    Le site du film documentaire (en anglais).

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • L'EDEN SELON BARRAULT

    772px-Duk-duk_dance.JPG

    Port-Éden : c'est le dernier roman du journaliste et écrivain Jean-Michel Barrault. Un passionné de mer et d'aventures. 

    Juillet 1877, une étrange annonce parait dans la presse. Un marquis breton promet des terres à cinq francs l’hectare ainsi qu’une «fortune rapide et assurée» à tout candidat désireux de fonder la libre-colonie de Port-Éden.

    800px-Tarvurvur.jpg

    Octobre 1879, le vapeur «Stella Maris» embarque à son bord une centaine de volontaires, dont un jeune reporter ambitieux : Corentin Bonaventure. Direction les confins de l’Océanie, cap sur la Nouvelle-Guinée pour une odyssée assurément riche en péripéties. Le marquis de Rays tiendra t’il ses promesses ?

    Inspiré par une histoire vraie, le journaliste, circumnavigateur et écrivain de Marine Jean-Michel Barrault signe là un authentique roman d'aventures. Un de ceux qui font voyager (et s’interroger) le lecteur immobile…

    Danse de Duk-duk. Aquarelle de de Joachim Graf Pfeil, 1899 / Photographie DR

    PORT EDEN jmbarrault.jpg

    > À LIRE
    Port-Éden
    de Jean-Michel Barrault. 216 pages - 19,90 € (Arthaud)

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • BREIZH ATAO (Bretagne toujours !)

    LABRETAGN_Ip001p048_FR_043H.jpgÀ la veille des grandes vacances, focus sur un livre de la collection Le Père Castor dédié à une région entre terre et mer : la Bretagne. «Breton du Sud» (de naissance), j’ai inévitablement adoré…

    La Bretagne fait toujours recette ! La preuve avec ce « Beau-Livre », pour les grands comme les petits, faisant étalage des atouts et des richesses de cette région aux quatre départements (Finistère, Morbihan, Ile-et-Vilaine et Côtes d’Armor), auxquels il faut historiquement ajouter la Loire-Atlantique.

    LABRETAGN_Ip001p048_FR_028H.jpg

    LE SAVIEZ VOUS ?

    Le Père Castor, c’est une collection lancée dès 1931 par Flammarion. Objectif affiché de l’éditeur ? Publier des ouvrages de qualité et à prix abordable, tout en incitant le jeune lecteur à la découverte du monde qui l’entoure grâce aux images évocatrices appuyées par des textes courts. À noter qu’en 1948, Paul Faucher lance la collection «Les Enfants de la Terre», destinée aux enfants de 7 à 12 ans, et publie comme premier titre Apoutsiak le petit flocon de neige, écrit et dessiné par l’explorateur polaire Paul-Émile Victor (1907-1995).

    APOUTSIAK.jpg

    Îles battues par les vents, maisons aux toits d'ardoise, galettes de blé noir, danses folkloriques, menhirs, dolmens ou forêts mythiques… Si rien ne vous est épargné de l’image carte postale de la Bretagne, ce livre - grâce à ses textes concis agrémentés d’illustrations attrayantes - a le mérite de tout condenser.

    Organisé autour de différents modules, cet ouvrage incite, de surcroît, tout lecteur (breton ou non) à découvrir de manière ludique cette région de France à forte identité.

    Forcément, après lecture, la Bretagne ça vous gagne !

    Stéphane DUGAST
    Ilustrations de Nathalie RAGONDET
    © Flammarion - Père Castor, 2013

    Bretagne-Couv.jpg


    > À  LIRE

    La Bretagne
    et ses contes, ses visites, ses recettes… de Violaine Troffigue et Nathalie Ragondet. Collection Le grand livre des régions / Le Père Castor. 48 pages - 13 € (Flammarion)

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • RENCONTRES PHOTOGRAPHIQUES BERBÈRES

    969043_525983827439275_203381150_n.jpg

    Au cœur des montagnes du Haut Atlas au Maroc vont se tenir en septembre prochain les « Rencontres photographiques berbères ». Un projet éthique et créatif valorisant la photographie et les échanges. Direction la vallée des Aït Bougmez.

    ambiance-haute-montagne1.jpg

    Parce que la photo est un vecteur d’échange et de découverte. Les premières rencontres photographiques berbères vont bientôt sortir de la chambre noire.

    Des journées animées par deux photographes : Saïd Marghadi et Jean-David Laurence. L’un est marocain de sang, l’autre de cœur. Une autre artiste s’est également jointe à ce duo : l’illustratrice Stéphanie Ledoux, qui  partagera ses secrets de fabrication pour réaliser un carnet de voyage riche en matières, croquis et couleurs.

    Stephanie-ledoux.jpg

    Ces journées s’adresseront donc en priorité  aux jeunes élèves du pensionnat de Tabant afin de leur faire découvrir les techniques photographiques et leur permettre de porter un regard sur la culture berbère de la vallée heureuse des Bougmez.

    «Fort de quelques connaissances de base et d’un matériel minimum, les enfants pourront réaliser des reportages photographiques sur leur quotidien. Le recul de l’objectif et la subjectivité du regard leur permettront de redécouvrir et transmettre leur culture», c’est en tout cas ce qu’assurent en chœur Saïd Marghadi et Jean-David Laurence, les deux organisateurs de cet événement.

    imagew.php.jpeg

    Afin d’enrichir cet échange, un reportage vidéo retraçant ces rencontres photographiques sera effectué par Jean-Christophe Monnier. Quant aux images réalisées par les élèves berbères, elles feront l’objet de films et d'articles.


    Rendez-vous donc du samedi 14 au dimanche 22 septembre 2013 prochain dans la haute vallée des Aït Bougmez, à 2175 mètre d’altitude.

    Face aux montagnes polychromes du Haut Atlas, la communion, le partage et la fraternité ne seront pas des vains mots. C’est en tout cas l’une des vertus de la photographique quand son art se partage…

    patchwork-des-couleurs-740x493.jpg

    > EN SAVOIR PLUS

    Pour mener à bien cette aventure humaine, l’association a besoin de soutiens et de partenaires. Vous pouvez faire don d’un appareil numérique (compact, bridge ou reflex…) qui dort dans le fond d’un placard ou d’un vieil ordinateur, ou même d’une carte mémoire (SD/Compact Flash) Vous pouvez également vous inscrire au stage. Contactez l’association « L’arbre du voyageur ». Chemin de Montfollet. 38530 Chapareillan. 09 54 75 35 76 ou 06 83 61 79 91.


    L’association l'arbre du voyageur sur Facebook

    5556066-8288496.jpg

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • PLONGÉE SUR LA LUNE

    VISUEL OPERATION LUNE.jpgLa Lune, c’est un trois-mâts amiral du roi Louis XIV retrouvé en 1993 au large de Toulon par 90 mètres de fond. Grâce à des technologies de pointe, l’exploration de La Lune a enfin été rendue possible 349 ans plus tard. Un film documentaire retrace cette incroyable épopée.


    Novembre 1664, la Lune, défaite et surchargée, se présente à l’entrée du port de Toulon. Le trois-mâts a été envoyé en renfort par le jeune Roi Soleil pour ravitailler le corps expéditionnaire qui se bat contre des pirates barbaresques en Afrique du Nord. L’affrontement ayant tourné à la débâcle pour les troupes françaises, la Lune revient, avec près d’un millier d’hommes à son bord, la plupart blessés ou malades.

    Soucieuses de dissimuler ce fiasco, les autorités du port lui refusent l’entrée dans la rade. Elles prétextent même le risque de peste et l’envoient mouiller aux îles d’Hyères. Le capitaine proteste, arguant du piteux état de son bateau, vieux de vingt ans et surchargé. En vain : il doit reprendre la mer.

    LA LUNE 1.jpg

    Le 6 novembre 1664, «par un très fâcheux temps», le vaisseau se perd corps et biens sans atteindre son lieu de quarantaine. Il a coulé «comme un bloc de marbre», dixitun témoin. Stratèges et diplomates s’efforceront alors d’étouffer l’affaire. La Lune sombrera dans l’oubli, pour plus de trois cents ans.

    la lune chaloupe 3.jpg

    UN FILM SUR LA LUNE

    L’épave sera découverte en 1993 par Paul Henri-Nargeolet lors d’une mission d’exploration, le navire reposant à 90 mètres de profondeur, tel un Pompei sous-marin.

    Près de vingt ans plus tard, les innovations technologiques permettent enfin l’exploration du vaisseau. Pendant cinq jours en octobre 2012, l’épave a fait l’objet d’une enquête archéologique exceptionnelle mariant le savoir des archéologues et un dispositif technique inédit.

    la lune,exploration,histoire,louis xiv,arte france,grand angle productions,gad,dassault sytèmes,ethic prod,aloha production

    Diffusé sur ARTE, un film-documentaire retrace cette double aventure, narrant à la fois l’Histoire, celle survenue au début du règne de Louis XIV ainsi que la récente campagne archéologique à haute technologie.

    la lune,exploration,histoire,louis xiv,arte france,grand angle productions,gad,dassault sytèmes,ethic prod,aloha production

    Diffusion du film documentaire «Opération Lune - L’épave cachée du roi soleil» le dimanche 23 octobre 2013 sur Arte à 20h45.

    LA LUNE 2.jpg
    › EN SAVOIR PLUS

    Un film documentaire réalisé par Pascal Guérin et Hervé Jouon Ecrit par Pascal Guérin et Guillaume Pérès. Raconté par Lambert Wilson.
    Une coproduction Arte France, Grand Angle productions, Gad, Dassault Sytèmes, Ethic Prod & Aloha Production.

    Le site web officiel de l’Opération Lune

    la lune,exploration,histoire,louis xiv,arte france,grand angle productions,gad,dassault sytèmes,ethic prod,aloha production

    › BONUS
    ARTE.TV
    a conçu un site web dédié à cette aventure racontant les enjeux technologiques, archéologiques et scientifiques de l’Opération Lune. Une autre manière de vivre cette enquête archéologique.

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • CROQUER LA MER (RÉACTUALISÉ)

    matou.jpg

    À l’occasion de l'exposition du musée de la Marine de Paris consacrée à Mathurin Méheut (1882-1958) prolongée jusqu'au premier septembre 2013, pleins feux sur un artiste breton aux mille et une facettes.

    Mathurin-Meheut4-624x423.jpg

    Le monde marin l’a fasciné. Ses reproductions - sous toutes les formes et sur tous les supports - de crustacés, de poissons ou d’algues sont restées fameuses. Les gens de mer l’ont également inspiré. Natif de Lamballe, Mathurin Méheut a suivi sa formation d’abord à l’école des Beaux-arts de Rennes puis à l’Ecole des Art Décoratifs de Paris.

    Très tôt, il collabore à la revue « Art et Décoration », côtoyant les initiateurs de l’Art Nouveau. Etabli dans la capitale, l’artiste aux mille et un talents restera cependant toujours fidèle à sa Bretagne natale qu’il sillonnera inlassablement, fréquentant goémoniers, paludiers, marins pêcheurs et gens de mer, « fabriquant » ainsi de précieux témoignages de la vie quotidienne de son époque.

    MATHURINMEHEUT.jpg

    1914, une année décisive dans sa carrière d’abord entamée par un voyage à l’autre bout du monde. Grâce à une bourse de la fondation Albert Kahn, Mathurin Méheut se rend ainsi à Hawaï et au Japon où, dixit les spécialistes « il trouve une confirmation de ses choix iconographiques et techniques, la représentation de l’essentiel, la traduction de l’instantané par un trait vif et précis, l’usage de l’aplat et le choix de cadrages originaux ».

    Mathurin-Meheut13.jpg

    « Mathurin Méheut,
    c’est un fin observateur de la nature, du monde maritime,
    de la vie rurale et d’une société alors en pleine mutation »

    MATHURINMEHEUT 3.jpg

    Voyage écourté à cause de la mobilisation. Retour « fissa » dans sa patrie meurtrie. Témoin à sa façon de  la « grande guerre », l’artiste réalise alors des milliers de croquis, dont notamment ceux frappants de la vie dans les tranchées.

    En témoin méticuleux et artiste appliqué, Mathurin Méheut croque avec instantanéité sur tous les supports et selon les commandes. Egalement céramiste de talent, il multipliera les collaborations dont celles remarquées avec les faïenceries de Quimper, décorant des services de table devenus « collector ».

    MATHURINMEHEUT 2.jpg

    Mathurin Méheut doit aussi sa renommée à ses talents d’illustrateur. Pratiquant la gravure sur bois, la lithographie et la zincographie, il illustrera ainsi moult ouvrages dont ceux de Colette ou encore de Pierre Loti. Autre preuve de son éclectisme, son travail de décoration entrepris sur neuf paquebots, dont le Normandie.

    Palais de Chaillot, un bel hommage est donc rendu à un artiste nommé peintre de la Marine en 1921. Mathurin Méheut ou une œuvre protéiforme. Une référence incontestable du monde maritime des Arts et des Lettres du vingtième siècle. À (re)découvrir.

    Stéphane DUGAST

     

    MATHURINMEHEUT 7.jpg

    > EN SAVOIR PLUS

    Le musée a vu grand ! Décors taille XXL, dessins, croquis ou  livres illustrés de Mathurin Méheut s’étendent sur 1 000 m². Prolongations. Rendez-vous jusqu'au 1er septembre prochain au musée national de la Marine de Paris au palais de Chaillot.

    + d’infos sur http://www.musee-marine.fr

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LE RAMEUR DES GLACES #1

    Ramer 7 100 kilomètres pendant 100 jours, du nord de l’Alaska et du Canada pour rallier la mer de Baffin face au Groenland, c’est le nouveau défi de Charles Hedrich, un aventurier insatiable.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • SOIT-DIT EN MARCHANT

    compostelle,jean-christophe rufin,aventure,guérin

    Immortelle randonnée, c’est le dernier ouvrage de Jean-Christophe Rufin, devenu un sage pélerin sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle ?

    9782070746521_1_75.jpg

    Cofondateur de Médecins Sans Frontières, écrivain lauréat du prix Goncourt en 2001 pour Rouge Brésil, académicien puis ambassadeur, il est l’une des grandes figures de la littérature française actuelle.

    C’est un auteur que j’adore lire. J’aime ses bons mots, sa plume légère et acérée, ainsi que son art à m’embarquer dans ses histoires.

    compostelle,jean-christophe rufin,aventure,guérin

    De son dernier ouvrage, j’ai d'abord lu un extrait paru en mode reportage dans le dernier numéro de la revue Long Cours. À sa lecture (agrémenté de ses propres aquarelles !), ses pérégrinations vers Compostelle m’ont captivé.

    Car l'homme de Lettres a su se défaire de tous les attributs de sa position social. Il raconte ainsi, sans fard, ni forfaiterie, son voyage initiatique sur ce chemin qui fascine tant et qui fête d'ailleurs cette année son 1 200ème anniversaire.

    Jean-Christophe Rufin a ainsi suivi à pied, sur plus de huit cents kilomètres, le «Chemin du Nord», de Hendaye jusqu'à Saint-Jacques deCompostelle.

    Beaucoup moins fréquenté que la voie habituelle des pèlerins, cet itinéraire longe les côtes basque et cantabrique puis traverse les montagnes sauvages des Asturies et de Galice.

    compostelle,jean-christophe rufin,aventure,guérin

    Autre singularité notoire de ce bel ouvrage, son éditeur. Un éditeur spécialisé dans les livres de montagnes, connus et reconnus pour la couleur rouge de ses « productions ».

    Immortelle randonnée, une saine lecture… (SD)

    9782352210610.jpg


    > RÉFÉRENCES

    Immortelle randonnée - Compostelle malgré moi
      de Jean-Christophe Rufin. 19,50 € - 270 pages (Editions Guérin)

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • L'ÉNIGME DU LATHAM 47

    nobile.jpg

    Juin 1928, un Latham 47 décolle de Norvège à destination du pôle Nord à la recherche du dirigeable Italia, commandé par Umberto Nobile, disparu au pôle Nord. À bord de l’hydravion français : six aventuriers-secouristes dont un explorateur norvégien illustre et un marin d’Etat.

    NOBILE Umberto7.jpg

    Tout a pourtant bien démarré pour l’expédition du général italien Umberto Nobile. Décollage de son ballon-dirigeable Italia de Milan le 15 avril 1928. Après une traversée des Alpes, de l'Autriche, de la Tchécoslovaquie, de l'Allemagne et de la Suède, l'aéronef parvient sans encombre dans les îles Svalbard (Spitzberg pour nous les Français).

    Le 23 mai 1928, le ballon-dirigeable des italiens décolle pour le pôle Nord. Dans l'impossibilité d'atterrir comme prévu en raison des mauvaises conditions climatiques, Umberto Nobile décide de rebrousser chemin mais se fait surprendre dans une violente tempête causant la chute de son ballon dirigeable.

    nobile_copertina_caduta.jpg

    Appelé à participer aux recherches de l’Italia d'Umberto Nobile, le capitaine de corvette René Guilbaud décolle le 18 juin 1928 des îles Svalbard. À bord de son  Latham 47, lui et trois équipiers français ainsi que deux norvégiens, dont l’illustre explorateur Roald Amundsen.

    offici6058.jpg

    Officier dans la Marine depuis 1911, René Guilbaud est un pilote d’hydravion chevronné.  En 1926, il a même tenté une liaison en hydravion France-Madagascar. S’il a finalement échoué, il parviendra toutefois à rentrer en France après un vol retour fort romanesque.  Au terme de 22 000 kilomètres, effectués en 38 étapes et 240 heures de vol, il rentre en France où il sera accueilli comme un héros.

    C’est fort de sa célébrité nouvelle que l’officier de Marine natif de Vendée reçoit l'ordre de se porter au secours du dirigeable de Nobile disparu au pôle Nord.

    offici7681.jpg

    Quant à l’accident de l’Italia, il est rocambolesque. Lors de l’impact du ballon dirigeable contre la glace, dix hommes, parmi lesquels Nobile, sont projetés au sol tandis que l’aéronef reprend de la hauteur emportant avec lui les autres membres de l'équipage.

    Sonnés mais sains et saufs, les explorateurs échoués sur la glace vont finalement être chanceux, car du matériel est tombé lors de l'impact de la nacelle contre la banquise. Ces rescapés disposent ainsi miraculeusement de nourriture, d’une radio et d’une tente rouge, qui va leur permettre de survivre sept semaines durant.

    NOBILE Umberto6.jpg

    Quelques semaines plus tard, les secours arriveront grâce à un petit avion suédois. Umberto Nobile sera sauvé le premier. Quand le pilote suédois viendra chercher les autres «naufragés», l’avion s'écrase contre la banquise, laissant le pilote à son tour prisonnier des glaces en compagnie des rescapés de l’Italia. Des membres d’expédition, restés dans le ballon dirigeable, on ne trouvera aucune trace.  

    Quant à Umberto Nobile, il sera accusé d'avoir abandonné ses hommes et contraint de démissionner. En froid avec Italo Balbo, «son» ministre de l'aviation et hiérarque fasciste du gouvernement de Benito Mussolini, le général Nobile est même conspué.

    nobile_copertina3_big.jpg

    L'aviateur et explorateur italien trouve finalement refuge en Union Soviétique, œuvrant au programme soviétique de construction de dirigeables avant de s’installer aux Etats-Unis en 1936. Ce n’est qu’en 1943 qu’il retournera dans sa mère-patrie avant d’être blanchi après-guerre.

    L’épopée de l’Italia aura ainsi coûté la vie de sept personnes de l'équipage du ballon-dirigeable ainsi que celle de l’équipage de l’hydravion Latham 47. De l'aéronef français et de son équipage, on ne découvrira, quelques mois plus tard, que des débris et ceux d'un radeau de fortune en mer de Barents.

    guilbaudh.jpg

    Quant à l’officier de Marine René Guilbaud (1892-1928), il ne demeure aujourd’hui que de rares traces dont une rue de Paris portant son nom depuis 1939, un monument érigé à sa mémoire dans son village natal à Mouchamps en Vendée ainsi qu’un autre monument inauguré en 1931 à la mémoire de l'équipage du Latham à Caudebec-en-Caux en haute normandie et un quai, sis au bord de Seine, dans la commune éponyme.

    L’énigme du Latham 47 demeure donc entière… (SD)

    guilbaudc.jpg

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • À TOUTES VOILES

    olivier lajous,mer,eric tabarly,la touline,armel le strat,voilier,cluster maritime français,projet,cluster maritime,pierre-françois forissier,jacqueline tabarly,maritime,marine,marins,école,formation,navire-école,rouen,armada

    Construire un grand voilier école dédié à la jeunesse, c’est le défi relevé, en plein marasme économique, par dix-neuf «gens de mer» à la volonté inoxydable.

    GVE3.jpgDe l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace ! Paraphrasant Danton, cette devise l'association Grand Voilier Ecole en a fait sienne. «Il est vain de reprocher aux gens de ne rien comprendre aux choses de la mer. Il faut les y emmener», précise d'ailleurs d’emblée l’Amiral Pierre-François Forissier, ancien chef d'état-major de la Marine et président de cette jeune association, avant de se faire plus précis sur «son» projet ambitieux : «Aujourd’hui, la France ne dispose pas d’un grand voilier Ecole, outil unique et performant pour enseigner aux jeunes les valeurs d’engagement, de solidarité, de travail et de générosité».


    Dans le but de promouvoir les valeurs humaines et professionnelles de la marine à voile notamment auprès de la jeunesse, dix-neuf acteurs du monde maritime ont ainsi conjugué leurs énergies en octobre dernier afin de fonder l’association Grand Voilier École, soutenue et domiciliée au siège du Cluster Maritime Français à Paris.

    Outil d’excellence, le futur grand voilier est prévu d’être avant tout un vecteur de formation, de transmission de savoirs et de valeurs. Il sera aussi un carrefour de la communauté des marins, forgeant une compréhension et un langage communs entre jeunes de toutes origines. Il s’agit également, avec ce projet, de doter la France d’un nouvel outil de rayonnement sur tous les océans du globe.
     


    Présidente d’honneur de l'association, Jacqueline Tabarly est, quant à elle, ravie par ce projet faisant écho à celui de son mari Eric Tabarly : «Un grand voilier moderne pour l’éducation des jeunes, c'est forécemnt un projet qui fait écho. Eric a lui aussi été à la fois un marin éducateur et novateur. et puis comme lui, plusieurs fondateurs de ce projet sont des officiers de Marine et même du plus haut rang, comme l’ancien Chef d’Etat-major, Pierre-François Forissier, président, et l’ancien directeur du personnel militaire de la marine, Olivier Lajous, vice-président. En outre, Armel Le Strat, commandant de Marine marchande et président historique de La Touline, apporte ses compétences. Ce projet est donc pour moi en adéquation parfaite avec les valeurs d'Eric. Il est dès lors naturel que je soutienne cette initiative et m'y associe pleinement».
     

    GVE4.jpg

    Navire école porteur de valeurs fortes comme celle de solidarité, de courage, de partage, d’universalité ou d’égalité des chances, le grand voilier école permettra, de l'aveu de ses initiateurs, la transmission de ces valeurs auprès de la jeunesse tout en permettant de hisser haut les couleurs de la France.

    Partager, restituer et transmettre tout ce que la mer a pu donner aux fondateurs est donc l’âme de ce futur voilier. Les 19 fondateurs du projet en sont convaincus : la mer est une formidable école de la vie, elle donne ses meilleures leçons à bord d’un voilier.

    GVE2.jpg

    Si l'Amiral Forissier et ses 18 compagnons affichent clairement leurs ambitions, ils n'en ont pas oublié, en marins avisés, de déjà plancher sur le futur grand voilier et ses «mensurations» tout simplement imposantes sur le papier : 90 mètres de long, 55 mètres de haut et 2 240 m2 de voiles. Leur fier navire sera armé par un équipage de 26 hommes et femmes qui formeront 80 élèves.

    Autre volonté farouche de ses fondateurs, celle de transformer rapidement leur association en une fondation d’utilité publique afin de lever des fonds, mieux communiquer et rayonner vers tous les horizons.

    En attendant, les membres de l’association Grand Voilier Ecole sont sur le pont à l’occasion de l'Armada de Rouen, événement nautique phare de cette fin de printemps 2013, afin d’alerter le grand public et les relais d’opinion.

    Bons vents donc à l'Amiral Forissier et ses 18 compagnons d'équipage pour ce projet maritime qui ne manque pas de souffle. Une bonne idée salvatrice et audacieuse par les temps qui courent...

    bandeau_armada2013.jpg

     
    > EN SAVOIR PLUS

    Le site web de l’association Grand Voilier École

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • JEAN GAUMY : PLEIN PHARE (RÉACTUALISÉ)

    jean gaumy,agence magnum,cordouan,phare,artiste,pleine mer,la martinière,peintre de la amrine,mer

    Le phare de Cordouan est un lieu propice à la création et à la réflexion. C'est devenu le sujet d’essai photographique pour Jean Gaumy, membre de l’agence Magnum et peintre officiel de la Marine.

    Jean Gaumy aime la mer et les phares. Depuis deux ans déjà, le photographe se passionne pour le plus ancien des phares français encore en activité : le phare de Cordouan.

    Classé monument historique dès 1862 - en même temps que la cathédrale Notre-Dame de Paris - son architecture réputée grandiose a d’ailleurs fait la réputation de Cordouan, considéré comme un « Versailles de la mer ».

    jean gaumy,agence magnum,cordouan,phare,artiste

    Une silhouette singulière que Jean Gaumy a admirée dès l’âge de «sept, huit ans» lorsqu’il jouait sur la plage de Pontaillac, à Royan, ville dont il est originaire.

    Devenu entre temps un photographe aguerri, l’auteur des images de l’ouvrage « Pleine Mer » (La Martinière, 2001) revient régulièrement depuis deux ans à Cordouan dans le cadre d’une résidence d’artiste qu’il a mis au points avec le Smiddest (NDLR : Le Syndicat Mixte pour le Développement Durable de l'Estuaire).

    En habitué des huis clos humains, le photographe de Fécamp a ainsi souhaité mettre à profit les caprices de la météo, le flux et le reflux de la marée, les lumières crépusculaires et ses propres changements d’humeur pour «faire surgir un ensemble, je l’espère, inattendu de photographies et d’enregistrements de différentes sortes».

    jean gaumy,agence magnum,cordouan,phare,artiste,pleine mer,la martinière,peintre de la amrine,mer
    Photo © Jean-François ROUSSEAU

    « L’évocation des phares par la peinture, le cinéma, la photographie et la littérature nous a si profondément imprégné qu’il est devenu très difficile de s’en affranchir. Ces « croquis » s’appuient grandement sur la tradition mais, au même moment, c’est avec un autre appareil, un grand format couleur, que je tente d’aller au-delà, de contourner la convention et d’en jouer autrement. C’est le mélange des deux approches qui devrait produire le résultat final »

    jean gaumy,agence magnum,cordouan,phare,artiste
    Photo DR

    Dans sa besace, Jean Gaumy a  jeté pêle-mêle un livre, une paire de jumelles, un boîtier, sans oublier un bloc-notes et un enregistreur afin capter certains sons, notamment celui du flot qui remonte inexorablement et frappe à la porte anti-marée.

    Un parti-pris artistique pourtant loin d’être gagné selon le photographe : «Dans un phare, quoique nous souffle le lyrisme et l’imagination, il n’y a pas toujours une très, très grande diversité de situations ou de motifs visuels. Vous vous retrouvez assez vite seul face à vous-même. Il faut prendre le temps, se laisser envahir. Que peut-il émerger d’une telle confrontation ? Voilà ce qui m’intéresse. Je ne cherche pas à séduire mais à surprendre, à me surprendre. Je voudrais éviter quelques lieux communs, quelques stéréotypes habituels ou tout au moins en jouer autrement. Ce n’est pas joué mais c’est sacrément stimulant !».

    jean gaumy,agence magnum,cordouan,phare,artiste
    Photographies © Jean GAUMY / Agence Magnum


    Quant aux résultats attendus, Jean Gaumy sait bien par expérience les interrogations et les doutes qui les précèdent inévitablement : «Il y a bien sûr l’apport du photographe, de l’auteur, comme premier spectateur, mais aussi ce qu’un lieu est capable de donner. Tout cela est une étrange alchimie qui s’articule sur la réalité du terrain et beaucoup de fantasmes. Nous verrons bien ce qu’il en sortira».

    Développant depuis quelques années une approche photographique «contemplative sans être romantique», Jean Gaumy a ainsi travaillé sur plusieurs projets d’envergure dont Tchernobyl ou plus récemment les univers polaires.

    Concernant ce travail d’études photographiques sur le phare de Cordouan, Jean Gaumy envisage de réaliser une exposition et un livre prévus pour la fin de l’année 2014 ou le début de l’année 2015.

    jean gaumy,agence magnum,cordouan,phare,artiste,pleine mer,la martinière,peintre de la amrine,mer


    Des livres de Jean Gaumy

    L'Hôpital, Contrejour 1976 / Jean Gaumy : Les incarcérés, L’Etoile-Cahiers du Cinéma 1983 / Le Pont de Normandie, Le Cherche Midi 1995 / Le livre des tempêtes à bord de l’abeille Flandre, Le Seuil 2001 / Pleine Mer, La Martinière 2001 (Prix Nadar 2001) / D’Après Nature, Editions Xavier Barral 2010 (Prix Nadar 2011).

    EN SAVOIR PLUS
    Le site officiel du phare de Cordouan

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer