Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'HOMME ET SES REQUINS

    472887-free-diving-on-great-barrier-reef.jpg

    Photographe sous-marin, Jean-Marie Ghislain a décidé de consacrer son temps et son travail à la défense des requins. Son leitmotiv ? «La beauté comme remède à la peur». Il dénonce le massacre de cet animal dont 70 à 100 millions d’individus sont tués chaque année à travers le monde.

    jean-marie-ghislain.jpg

    «Au cours des derniers mois j'ai eu la chance de partager, en compagnie de deux autres plongeurs et amis, un des lieux de prédilection du grand requin blanc» ,précise d’emblée  l’intéressé dont la zone de plongée de prédilection se porte sur  l'ouest du continent Nord-américain, dans le Pacifique, là où vivent précisément de grands requins blancs

    Depuis  près de 3 ans, Jean-Marie Ghislain parcourt ainsi inlassablement les océans dans la perspective d'entrer dans le territoire du grand blanc sans autre protection que son caisson photo.

    9c9f01_799c5efd136fedd45abd94c017c56670.jpg

     Même si il fait évidemment preuve d’une grande vigilance, le photographe sous-marin a toujours le trac. A chacune de ses plongées, les risques sont omniprésents : «Cette année, en une semaine nous avons passé près de 8 heures dans l'eau en leur compagnie et, sur les 25/30 requins différents croisés, un seul a fait preuve d'agressivité à notre égard. Il nous a littéralement chargé à plusieurs reprises et, seule notre connaissance des réactions appropriées et notre sang froid, nous ont permis d'éviter un accident».

    De ses rencontres avec le grand prédateur, Jean-Marie Ghislain a tiré d’incroyables clichés qu’il révèle au grand public dans des expositions ou dans la presse.

    471344-free-diving-on-great-barrier-reef.jpg

    Devant la menace d’extinction de certaines espèces, Jean-Marie Ghislain privilégie un travail de communication destiné à réhabiliter l’image du requin victime, selon lui, d’un « dramatique délit de sale gueule ». Il a parallèlement entrepris un travail de lobbying international pour parvenir à l’interdiction totale de sa pêche.

    couverture-national-geographic.jpg

    © Photographies Jean-Marie Ghislain

    › EN SAVOIR PLUS
    Sur le site web (en anglais) : www.shark-revolution.com

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • SNSM : Ô BONNE MÈRE

    SNS TALMONTIMG_626811-10-2009 11-57-1811-10-2009 11-57-18PLISSON.jpg

    Acteur incontournable du monde maritime, la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM) s’appuie sur des moyens et des effectifs conséquents, dont 6 000 sauveteurs bénévoles œuvrant, en mer ou le long du littoral, en métropole comme en outre-mer, tout au long de l’année. Second volet d'un reportage consacré aux sauveteurs de la SNSM et focus sur un interaction singulière avec la Marine nationale à Marseille.

    snsm,marseille,la bonne mère,bataillon des marins-pompiers

    (LIRE L'ÉPISODE PRÉCÉDENT) Sis à la Pointe-Rouge de la cité phocéenne, cette unité des marins du bataillon des marins-pompiers de Marseille (BMPM) présente la particularité de mener une majorité d’opérations de sauvetage en mer, du fait de sa localisation.

    Autres signe particulier de ce poste, celui d’armer par des marins-pompiers un navire de la flotte des sauveteurs en mer : «La Bonne Mère».

    13BMP058EX A005_PHILIPPE_SOLA.jpg
    La vedette «La Bonne Mère» devant le château d’If pendant un récent exercice avec le Groupe de Reconnaissance et d'Intervention en Milieu Périlleux (GRIMP), l’une des 7 sections opérationnelles spécialisées du bataillon des marins-pompiers de Marseille.

    Suite à une convention signée entre la SNSM et la mairie de Marseille, le BMPM dispose de ce moyen nautique afin de mener ses missions de sauvetage en mer. 6 mètres, 1 000 CV, 5 hommes d'équipage, «La Bonne Mère» est un bâtiment opérationnel en 5 minutes, 24 heures sur 24.

    En 2012, la vedette «La Bonne Mère» a effectué 250 interventions par tous les temps.

    Photographies © SNSM & Philippe Solla / BMPM

    snsm,marseille,la bonne mère,bataillon des marins-pompiers


    › EN SAVOIR PLUS

    snsm,marseille,la bonne mère,bataillon des marins-pompiersUn don de 150 € à la SNSM finance l’acquisition d’un gilet de sauvetage pour un sauveteur embarqué, un don de 380 € une tenue complète. Pour contacter et aider les Sauveteurs en mer. Par courrier : SNSM - cité d’Antin - 75009 Paris. Par téléphone : 01 56 02 64 64. Faire un don à la SNSM, RDV sur http://www.snsm.org/page/faire-un-don


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UN MAGAZINE TRÈS SALÉ

    c_500_180_16777215_0___images_stories_05-sommaire_240_marine240-couverture-1.jpg

    Marine & Océans, c’est un magazine trimestriel et un site web pour comprendre les enjeux géopolitiques, économiques et  environnementaux des océans. Dans son numéro d’été, ce magazine au papier glacé fait la part belle aux récits de mer. Entretien et explications avisées de son rédacteur-en-chef Bertrand de Lesquen.

    bertrand.jpg

    Quel promesse faîtes-vous à vos lecteurs et lectrices ?

    - Bertrand de Lesquen : Ce numéro de Marine & Océans les emmènera aux confins de tous les mondes avec pour objectif de raconter la mer, le voyage, la rencontre, la découverte…

    C’est un numéro d’été, fait de récits et d’images, tout simplement. Un numéro fait pour appareiller, tranquillement amarré à son transat dans le repli d’une malouinière ou à sa serviette, étendu sur le sable chaud d’une plage de Méditerranée. 

    marine-et-oceans-04.jpg

    Qui sont les auteurs de ces grands reportages ?

    - Bertrand de Lesquen : Nos auteurs ont des âges et des parcours différents avec pour point commun la passion de la mer, souvent dela Marine, et bien sûr des longues pérégrinations qui libèrent l’esprit et éveillent les sens. Ils restituent la magie des embarquements et des grandes traversées.

    Il y a Jean-Wandrille Méchet, 21 ans, élève-officier au long-cours, destiné aux navigations incessantes de la Marinemarchande, qui nous raconte son expérience de deux mois dans la Marinenationale et son embarquement à bord des bateaux gris.

    M&O240_DbleDalle-BD.jpg

    Il y a Emmanuel Laccours, 49 ans, capitaine de vaisseau de réserve, ancien pacha d’une frégate dela Royale, qui a décidé de mettre sa vie d’homme de mer au service de l’économie de son pays. Devenu capitaine au long cours, il nous dévoile le quotidien des marins engagés sur le front de l’exploitation pétrolière au large du Nigéria.

    Il y a Foucauld Dalle, 28 ans, étudiant en management à HEC et à Polytechnique, une tête bien faite comme l’on dit, engagé pour un an dansla Marineau titre du Volontariat officier aspirant, version nouvelle du service national ouverte aux étudiants désireux de connaître les armées. Il nous ouvre les portes d’une partie du domaine maritime français – le plus vaste au monde après celui des États-Unis – et pas la plus neutre : les Terres australes et antarctiques dont les eaux n’ont pas encore toutes été cartographiées.

     M&O240_DbleCailleaux-BD.jpg

    Justement la part belle est faite aux reportages de terrain ?

    - Bertrand de Lesquen : Tout à fait ! La couverture du magazine a été réalisée par Christian Cailleaux, 45 ans, auteur de bande dessinée et illustrateur, futur peintre de la Marine (?). Son embarquement, il nous le raconte avec émotion : «Embarquer sur une frégate militaire en partance pour les terres australes, c’est rejoindre des rêves de petit garçon…».

    Dans ce numéro, vous pourrez aussi  lire les aventures polaires de  Stéphane Dugast, 39 ans, infatigable reporter au long cours parti sur la côte orientale du Groenland sur les traces de Paul-Émile Victor dont il prépare la biographie (NDLR : l’auteur et l’animateur de ce blog). Il nous emmène aux côtés des derniers chasseurs de phoques pris au piège du réchauffement climatique.

    M&O240_DbleDugast-BD.jpg
    Et puis il y a Hervé Allaire, 32 ans, breton volontaire et aventureux - un pléonasme (?) - formé sur le Trieux aux épissures, aux manœuvres de coffre et à l’art de la godille par un grand-père pédagogue, qui est à l’origine d’une belle aventure collective.

    Il est parti récemment en famille, à l’assaut de l’Atlantique, sur Mahatao un sloop côtier de 27 pieds transformé en croiseur apte aux navigations les plus ambitieuses.

    SNS TALMONTIMG_626811-10-2009 11-57-1811-10-2009 11-57-18PLISSON.jpg
    © Philipp Plisson


    Vous donnez également la parole à des marins d’Etat de renom ?

    - Bertrand de Lesquen : Oui, nous publions en ouverture une grande interview du vice-amiral d’escadre (2S) Olivier Lajous, une figure de la Marine nationale. Après quarante ans d’une carrière débutée comme matelot, plusieurs commandements à la mer et les plus hauts postes à terre, il est aujourd’hui président dela Société nationale de sauvetage en mer. Il rappelle notamment que ce dernier espace de liberté que sont les océans exige, outre le respect, une pratique plus responsable et plus sûre.

    Nous publions ensuite le témoignage du Premier maître Estelle Proteau, la première et unique femme pilote de port militaire. Elle nous raconte son métier, souvent méconnu - on ne pilote pas, écrit-elle, une frégate comme un sous-marin - et nous confie ses aspirations : le commandement d’un petit navire, ou le pilotage du porte-avions Charles de Gaulle. De l’engagement et de belles ambitions.

    M&O240_COUV-bd.jpg

    En guise de conclusion, qu’auriez-vous envie de dire ?

    - Bertrand de Lesquen : Achetez Marine & Océans ou mieux abonnez vous ! A tous, je souhaite une bonne lecture. J’en profite également pour remercier de leur fidélité les lecteurs et abonnés à Marine & Océans dont - nous dit-on - l’audience ne cesse de croître. Tant mieux pour la mer… »

    › EN SAVOIR PLUS

    Marine & Océans. Une revue et un siteweb pour comprendre les enjeux géopolitiques, économiques et  environnementaux des océans. Pour s'abonner, RDV sur http://www.marine-oceans.com  

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • HANOI, LA BELLE #2

    photo_BD7_17_2.jpg
    Ill
    ustrateur, peintre et auteur, Marcelino Truong est né à Manille d’un père vietnamien et d’une mère française. Cette double culture à cheval entre Occident et Asie, en particulier  le Vietnam, est au cœur de son œuvre.

    img_05_1.jpg
    De la double culture de Marcelino Truong, son dernier roman graphique
    Une si jolie petite guerre (LIRE LA CHRONIQUE) en atteste. Au printemps dernier, le dessinateur est revenu au Vietnam enquêtant cette fois sur les vétérans de l'Indochine.

    643889_10151285466750820_1964795783_n.jpg

    De son périple asiatique, l'ami Marcelino a tiré un carnet de voyage publié tous les dimanches de l'été dans Le Journal du Dimanche. Deuxième extrait sur le blog Embarquements et deuxième planche.

    Photographies / extrait du film Mille jours à Saigon -  Vivement lundi ! production

    76524_10151789026430820_559412617_n.jpg

    › EN SAVOIR PLUS
    Le site web de  Marcelino Truong, illustrateur, auteur et peintre. RDV sur http://www.marcelinotruong.com/


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • PLUMES & GUERRE

    olivier weber,guerre,écrivains de guerre,radio,france culture,jack london,ernest hemingway,curzio malaparte,joseph kessel,john steinbeck

    Le grand reporter Olivier Weber devient, cet été, animateur d’une émission radiophonique hebdomadaire (sur France Culture) dédiée aux écrivains dans la guerre. 

    Son bagage est solide. Ecrivain-voyageur et grand reporter – lauréat du prix Joseph Kessel, du prix Albert Londres et du prix de l’Aventure, Olivier Weber a séjourné en tant que correspondant de guerre avec une quinzaine  de mouvements de guérillas et a couvert une vingtaine de conflits.

    lt_don10.jpg

    Jack London, Ernest Hemingway, Curzio Malaparte, Joseph Kessel, John Steinbeck, Vassili Grossman… Autant de « grandes plumes » plongées dans la guerre qu’Olivier Weber nous propose d’accompagner sur le front.

    Objectif avoué de son émission radio ? Montrer combien cette expérience-limite impressionna fortement le style littéraire de ces écrivains, également grands reporters et correspondants de guerre.

    Un rendez-vous dominical à écouter religieusement à l’heure de l’apéritif ou à podcaster à sa guise.

    les impunis.jpg

    › BONUS
    Les écrivains dans la guerre. Une émission radiophonique d'Olivier Weber. Rendez-vous sur France Culture le samedi de 12h à 12h30, à partir du 27 juillet.


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • SIGNÉ MARIUS ! (RÉACTUALISÉ)

    marius,commando,militaire,action,aventure,éditions nimrod

    Jeune appelé chez les fusiliers-marins en 1985, Marius s'est engagé deux ans plus tard dans la Marine, devenant rapidement un béret vert. Au fil d'un quart de siècle de missions, et fort d'un charisme incontestable, il est devenu une figure emblématique des commandos Marine avant de se reconvertir récemment au cinéma. Depuis quelques mois, l'ex-commando s'est lancé dans une nouvelle aventure, celle de l'écriture d'un ouvrage racontant son parcours plus sinueux qu'il n'y parait...


    Ex-commando devenu depuis « civil » et responsable de la sûreté des bassins Ouest du port de Marseille, Marius s'offre, de temps à autre, de belles parenthèses. Il est ainsi devenu acteur de cinéma, jouant son propre rôle : celui de Marius (son sobriquet pendant 22 ans chez les bérets verts) dans le long-métrage Forces spéciales.

    EKMarius.jpeg

    Depuis ce film réalisé par Stéphane Rybojad, Marius s'est lancé dans l'écriture d'un livre dans lequel il raconte son parcours, et notamment sa vie plutôt sinueuse avant son entrée dans les commandos.

    Sortie en librairie en septembre prochain du livre signé Marius
    à paraitre aux édition
    s Nimrod


    marius-commando-marine.jpg
    Entretien avec Marius réalisé avant la sortie du film
    Forces Spéciales.

    - « Marius, pouvez-nous nous raconter plus précisément votre participation à ce film de cinéma ?

    C’est une longue histoire consécutive à ma participation au film documentaire « L’école des bérets verts ». J’avais donné ma parole d’homme au réalisateur Stéphane Rybojad que je lui apporterais mon concours à son prochain projet s’il parlait des commandos. Steph a tenu parole et m’a re-contacté comme prévu...

    Quand j’ai reçu son scénario, j’ai d’abord organisé un conseil de famille. Comme à chaque grande décision à prendre chez moi, j’ai réuni mes proches. On a procédé à un vote pour savoir si je partais ou pas sur ce projet, le vote a été favorable.

    safe_image.php.jpeg


    J’ai lu le scénario, et même si je ne connaissais encore pas tous les codes du cinéma, j’ai d’emblée trouvé le projet ambitieux et dans l’esprit des précédentes productions de Stéphane Rybojad.

    Forces spéciales, c’est pour moi une histoire basée sur des valeurs humaines avec une dramaturgie se calquant sur l’actualité. On raconte l’histoire d’une reporter enlevée en Afghanistan que des forces spéciales doivent délivrer. Ce scénario m’a tout de suite emballé…

    246650_482078265156767_1278435769_n.jpg

    … Au point d’abord de devenir le conseiller tactique du film…

    En effet ! Ma mission première a d’abord consisté à caler des rendez-vous avec mes contacts dans les forces spéciales et les commandos afin que Stéphane Rybojad puisse en savoir plus sur l’habillement ou l’armement. Il s’agissait de faire gagner le scénario en crédibilité et en réalisme.

    J’ai également conseillé à ce stade Stéphane Rybojad en terme de procédures qu’appliquent les forces spéciales sur le terrain, qu’il s’agisse des réflexes ou des postures à adopter en cas d’application des feux ou au cas où une équipe ait au contraire à s’en soustraire.

    Pour les comédiens, il était ensuite important qu’ils acquièrent la bonne gestuelle ainsi que les actes élémentaires d’un commando de base, ne serait-ce que dans la manière de se comporter avec leur armement et leur matériel.

      IMG_0397.JPG

    D’où le choix délibéré d’immerger les comédiens à Lorient ?

    Tout à fait ! Sur cette affaire, j’ai un peu été la clef qui a permis d’ouvrir le cadenas en ce sens où j’ai permis aux comédiens et à l’équipe de tournage de faire plus facilement connaissance avec les commandos, mes anciens camarades.

    Cette immersion à Lorient, dans la « maison-mère » des commandos, devait permettre aux comédiens de toucher du doigt l’esprit commando, à savoir : la rusticité du métier, le sentiment d’appartenance et cette fierté à servir la France et la Marine.

    IMG_0654.JPG

    L’avantage avec des comédiens en situation c’est que ce sont de véritables éponges. Ils ont ainsi vite réussi à s’imprégner des mimiques des vrais commandos, de leurs attitudes, de leurs comportements et même et de leurs phrasés !

    Pendant 10 jours à Lorient, en mangeant, en dormant ou en tirant avec les vrais commandos, les comédiens ont ainsi été plongés dans le grand bain. Ils ont pu mieux appréhender leur personnage et leur rôle avant d‘être projetés sur le terrain au Tadjikistan et  à Djibouti.

    524928_482078441823416_899523362_n.jpg

    Quant à vous, de conseiller tactique, vous êtes même devenu acteur, comment s'est opérée cette métamorphose ?

    C’est un coup du réalisateur ! Stéphane Rybojad m’a avoué après coup avoir écrit son scénario en pensant à moi. C’est flatteur ! Je me suis ainsi retrouvé à jouer mon propre rôle, celui de Marius le commando.

    Pendant le tournage, ma seule crainte c’était de ne pas être dans le ton du film. Heureusement, Stéphane est un réalisateur qui laisse énormément de champ libre à ses acteurs. Il ne m’a jamais imposé de phrases types.
    IMG_1269 (1).JPG

    Il m’a juste demandé de me libérer et d’être Marius en opération, ce que je me suis efforcé de faire. Quant aux caméras et aux équipes techniques, j’en ai fait abstraction comme pendant le tournage du documentaire « L’école des bérets verts ».

    Concernant maintenant la notoriété que cela pourrait engendré, elle m’indiffère.

    Ce rôle de Marius me permet juste de mettre en lumière le travail de mes camarades : les commandos Marine, ceux d’active, les anciens et ceux malheureusement tombés à l’entraînement ou sur un théâtre d’opérations.

    Je ne suis qu’un ambassadeur, et tant mieux si ce film fait mieux connaître le travail des fusiliers-marins et commandos.

    263372_139499036134149_126726577411395_244202_4189036_n.jpg

    Quel anecdote retenez-vous de ces 3 mois de tournage ?

    Celle d’une scène tournée dans un village au Tadjikistan. On est en plein « tube arrière ». C'est une procédure pour les forces spéciales consistant à se soustraire au feu de l’ennemi.

    Devant moi, le comédien Alain Figlarz à la « minimi » (NDLR : Mini-Mitrailleuse), les figurants talibans arrivent, on est en train de les allumer tout en se dégageant en « tube arrière ».

    487484_482080065156587_1837987096_n.jpg

    Au moment où je finis d’appliquer mes feux, je trébuche mais je fais une roulade arrière par réflexe tout en rechargeant et en continuant d’appliquer mes feux. C’est dans la boîte !

    Après la prise, Alain Filgraz vient me voir et me demande si cette cascade était prévue dans le scénario. Il trouvait mon jeu parfait ! Je lui explique alors que non c’était juste un réflexe opérationnel de tout bon soldat. Ce réflexe m’est revenu naturellement (rire)

    ColHD.jpg
    En guise de mot de la fin, racontez-nous
    Forces spéciales en 3 mots ?

    Détermination, passion et… envie ! Je terminerais en traitant Stéphane Rybojad de fou pour avoir été capable d’envoyer 100 personnes avec 8 tonnes de matériel sur les sommets du Tadjikistan à -27°C, entre 3 500 et 4 000 mètres d’altitude, pour basculer dans la foulée à Djibouti et son désert avec des températures à plus de 40°C avant de grimper à Chamonix à 4 300 mètre pour évoluer dans 4 à 5 mètres de neige en « grand blanc ».

    Voilà qui résume bien l’entreprise de Stéphane et l’état d’esprit de ce film ! A vous de juger sur pièces en venant voir ce film ! »

    Propos recueillis par Stéphane DUGAST
    Photographies de Jeff Manaury / Easy Company

    317660_476227739075153_1157227699_n.jpg


    AFFICHE FS.jpgEN SAVOIR PLUS

    LE FILM

    Forces spéciales de Stephane Rybojad.
    Avec Diane Kruger, Djimon Hounsou, Benoît Magimel & Marius. (1h47).
    En salle le 2 novembre.

    La fiche du film Forces SPECIALES sur AlloCiné

     
    LE LIVRE

    Les éditions Nimrod ou le spécialiste des récits biographiques et thrillers militaires. Créées début 2006, cette maison d’édition publie une dizaine de livres par an sur les thématiques militaires. Les éditions Nimrod compte parmi leurs auteurs d'anciens soldats, des militaires toujours en activité, ainsi que des journalistes ou des historiens spécialistes sur l'univers de la Défense.


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • HANOI, LA BELLE #1

    img_05_1.jpgIllustrateur, peintre et auteur, Marcelino Truong est né à Manille d’un père vietnamien et d’une mère française. Cette double culture à cheval entre Occident et Asie, en particulier  le Vietnam, est souvent au cœur de son œuvre.

    photo_BD7_17_2.jpg

    De la double culture de Marcelino Truong, son dernier roman graphique Une si jolie petite guerre (LIRE LA CHRONIQUE) en atteste. Au printemps dernier, le dessinateur est revenu au Vietnam enquêtant sur les vétérans de l'Indochine.

    photo_BD7_11.jpg

    De son périple asiatique, l'ami Marcelino a tiré un carnet de voyage publié tous les dimanches de l'été dans Le Journal du Dimanche. Extrait sur le blog Embarquements de la première planche parue.

    Photographies / extrait du film Mille jours à Saigon -  Vivement lundi ! production

     

    marcelino truong,saga,journal du dimanche,presse,carnets de voyage,vietnam,indochine,hanoi,guerre

    › EN SAVOIR PLUS
    Le site web de  Marcelino Truong, illustrateur, auteur et peintre. RDV sur http://www.marcelinotruong.com/


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • SNSM : LE SAUVETAGE EN MER

    société nationale de sauvetage en mer,snsmSecourir, bénévolement et gratuitement, les vies humaines en danger, en mer comme sur le littoral, en France métropolitaine comme en outre-mer, c’est la mission première de la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM). Présentation d’une association connaissant (malheureusement) un pic d’activités l’été.

    société nationale de sauvetage en mer,snsm

    Un inventaire à la Prévert mais les chiffres parlent d’eux mêmes. La Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM) s’appuie sur 220 stations réparties sur tout le littoral métropolitain et en outre-mer. Quant à ses effectifs, il se compose de 65 salariés, 4 400 sauveteurs embarqués, 800 formateurs et 1 200 cadres bénévoles, 1 500 nageurs-sauveteurs volontaires, détachés l’été pour assurer la sécurité des plages, soit en tout plus de 6 000 sauveteurs bénévoles.

    La flotte SNSM se compose de 200 embarcations, 40 canots tous temps, une centaine de vedettes et plus de  60 semi-rigides. Concernant le «bilan opérationnel» de la SNSM, les. En 2012, les sauveteurs embarqués dela SNSM ont procédé, en mer, à plus de 1 300 interventions de recherche et de sauvetage de personne – des missions  dites SAR - et à plus de 1 500 interventions d’assistance maritime.

    société nationale de sauvetage en mer,snsm

    Répartis le long du littoral français en été, les nageurs-sauveteurs sont, quant à eux, intervenus à 2 070 reprises, soit une augmentation de plus de 50 % en deux ans alors que le nombre de postes de secours est resté relativement stable. Une tendance illustrant la nécessité, pour la SNSM et les autres acteurs du monde maritime, de faire de la prévention à l’attention de tous les pratiquants de loisirs nautiques qui, trop souvent, sous-estiment les dangers de la mer.

    société nationale de sauvetage en mer,snsm

    LA SNSM EN BREF
    3 types d'activités : le sauvetage en mer et sur le littoral, la formation et la prévention des risques nautiques

    Du fait de son statut associatif,la SNSM est financée essentiellement grâce à la générosité du grand public et des partenaires privées. L’an passé, 76% des ressources dela SNSM étaient d’origine privée tandis que 24 % provenaient de l’Etat et des collectivités.

    société nationale de sauvetage en mer,snsm

    Grâce aux fonds récoltés, les sauveteurs peuvent acquérir le matériel et les moyens nécessaires. Ces fonds financent aussi bien l’achat d’équipements individuels - comme des combinaisons ou des gilets de sauvetage - que des achats plus lourds comme de nouvelles vedettes. Toutefois, pour continuer de mener à bien leur mission, le flux des donateurs privés ne doit pas se tarir, tant les investissements sont permanents pour équiper les sauveteurs bénévoles.

    société nationale de sauvetage en mer,snsm

    Parce que la SNSM est passée d’un système plus ou moins «artisanal» qui a longtemps prévalu, à une structure proposant désormais aux autorités publiques en charge de la sécurité en mer de véritables capacités opérationnelles mises en œuvre par des sauveteurs bénévoles mais formés et qualifiés, les dons sont plus que jamais indispensables, dont acte…

    Stéphane DUGAST
    Photographies © SNSM

    société nationale de sauvetage en mer,snsm

    société nationale de sauvetage en mer,snsm› Un don de 150 € à la SNSM finance l’acquisition d’un gilet de sauvetage pour un sauveteur embarqué, un don de 380 € une tenue complète. Pour faire un don aux Sauveteurs en mer, RDV sur http://www.snsm.org/page/faire-un-don

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LE MYSTÈRE VIAL

    Projet-de-timbres-Abolition-de-lesclavage-1024x749.jpgPeintre de la Marine, Nicolas Vial est un artiste aux milles et une facettes. Si le dessinateur vient de publier un livre illustré s’attaquant à un texte emblématique*, il a également mystérieusement disparu des colonnes du quotidien Le Monde. Pourquoi ? Comment ? Rapides explications. 

    Nicolas_Vial-Portrait.jpg
    Que devient Nicolas Vial ? Le dessinateur et illustrateur  de presse vient de disparaitre, depuis mai dernier, de la double page Débats du Monde, un journal avec lequel il collabore pourtant hebdomadairement depuis 31 ans.

    Censure consécutive à des dessins sur la guerre au Mali jugés trop engagés ? Besoin impérieux pour la rédaction du quotidien  de faire appel à un nouvel illustrateur ? Envie de changer d’air de l’intéressé ?

    Déclaration-des-droits-de-lhomme-par-Nicolas-Vial-Dédicace-1024x826.jpg

    Quoiqu’il en soit, les dessins de presse de Nicolas Vial ne paraissent plus chaque semaine dans la double page Débats du journal Le Monde. Il faudra désormais se contenter de ses ouvrages pour lire et regarder ses dessins

    Parmi ses dernières productions vient justement de paraître un livre (format poche) d’excellente facture. Via 80 de ses illustrations parues dans la presse, Nicolas Vial revisite à sa façon un texte fondateur de notre démocratie : «La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen».

    Vial-Carton-dinvitation-au-vernissage-717x1024.jpg

    Opportunité est ainsi offerte aux lecteurs de se replonger dans un texte valorisant trois valeurs cardinales dela République : la liberté, l’égalité et la fraternité.

    De cet exercice fort périlleux, l’artiste se sort avec brio grâce à  son coup de pinceau et ses dessins mêlant habilement humain, animal et machine, sa marque de fabrique.

    Quant à son image nourrie d’analyse politique et de critique sociale paraissant chaque semaine dans la presse, elle ouvrait incontestablement les horizons du lecteur. S’en passer serait bien dommage. Parole d’un citoyen ! (SD)

     

    NVIAL.jpg

    À LIRE
    «La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen illustrée par Nicolas Vial»*. 9,90 euros (Plon).


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • L’ÉTONNANT MONSIEUR GARDE

    3421231_5_1775_autour-de-pour-trois-couronnes-de-francois_85b338ee02b73deff25bc29f9e1eecfb.jpg

    Son premier roman l’a propulsé sur le devant de la scène littéraire. Ce qu’il advint du sauvage blanc a ainsi été couronné par pas moins de huit prix (dont le Goncourt du premier roman). Qu’allait-il en être du second roman de François Garde ?

    Haut fonctionnaire devenu écrivain à succès, François Garde continue de tracer sa route littéraire, indifférent à tout cette agitation germanopratine.

    Son second roman met ainsi en scène un héros atypique : Philippe Zafar, préposé au classement d’archives de clients qui lui en font la demande.

    Francois-Garde-Goncourt-du-premier-roman.jpg

    C’est à la suite de l’une de ses missions que ce jeune «curateur de documents privés» va un jour faire une étonnante découverte dans le bureau de Thomas Colbert, magnat du commerce maritime récemment décédé. La lettre trouvée est fort compromettante.

    Tout part d’une rumeur courant dans tous les ports du monde précisant que des marins seraient rémunérés par des maris stériles pour faire anonymement un enfant à leur femme.


    En échange du «service», l’auteur du courrier aurait ainsi reçu trois couronnes en or. Philippe Zafar va mener l’enquête jusqu’à se rendre à Bourg-Tapage, une ancienne colonie insulaire française. 

    En signant Pour trois couronnes, l’ancien administrateur des Terres Australes et Antarctiques Françaises (Taaf) réussit un «roman quasi parfait» dixit les «mandarins» du monde des Lettres, tous convaincus que François Garde décrochera un grand prix littéraire l’automne prochain. Le prestigieux Goncourt ?

    Francois-Garde.-Pour-trois-couronnes_int_carrousel_news.jpg

    Plus pragmatique, le lecteur se délectera à la lecture de cet authentique roman d’aventures dont l’intrigue démarre dans un port de commerce.

    Histoire haletante, rebondissements en cascade et décors exotiques, Monsieur Garde est décidément un écrivain étonnant. À lire cet été les pieds (ou pas) dans l’eau…

    Stéphane Dugast

    Pour trois couronnes François Garde.jpg

    > À LIRE
    Pour trois couronnes
    de François Garde. 295 pages - 20 €. Collection blanche (Gallimard)

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA VACATION DE PHIL LE MARIN

    Des nouvelles fraîches de Philippe Hercher, dit Phil le Marin, capitaine d'un ancien remorqueur de la Marine nationale Le Manguier devenu un navire de logistique polaire. Ce bateau est devenu le lieu de rendez-vous estival des polaires français. Explications.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA PHOTO SELON JEAN #11

    JEANGAUMY 11.jpg

    Photographe pour la prestigieuse agence Magnum depuis 1977, Jean Gaumy bourlingue et photographie le monde depuis plus de quatre décennies. Photographe de renom (devenu peintre de la Marine depuis 2008), le normand d'adoption se raconte chaque mois sur le blog EMBARQUEMENTS. Onzième cliché et onzième point de vue commenté par un «pêcheur d’images» insatiable.

    11-PAR212619_Comp.jpg
    © Jean GAUMY / Magnum Photos

    « En sortant, il faut toujours faire très attention à la violence de la mer. Luis, le patron, est allé pour la première fois au Grand Sol en 1982 comme simple matelot avec Torres, le précédent capitaine du Rowanlea.

    L’un de ses pires souvenirs de navigation s’est passé en novembre 1997 sur le Stella Orion. Une lame énorme avait éjecté un de ses hommes hors du bateau. Chance inouïe et malgré la vitesse du navire, le mouvement des flots avait permis aux autres matelots de le rattraper de justesse durant les deux ou trois minuscules secondes du reflux.

    Depuis, Luis se méfie encore plus. Comme nous il fait très attention lorsque nous sortons sur le pont. En fait, chacun ressent la même crainte d’être happé par la mer ou par l’acier des câbles, entraîné aux potences, écrasé par les treuils ou le poids des panneaux »

    Extrait du livre Pleine Mer (Edition de la Martinière, 2001)

    Pleine MER GAUMY.jpg

    © Courtesy Stéphane GUICHARD
    © Jean GAUMY / Magnum Photos

    > Voir Portfolio #10

    RDV LE MOIS PROCHAIN

    Lien permanent Pin it! Imprimer