Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

destin

  • PIERRE AUZIAS #1 : LES PETITS MORGEONS

    Danseur professionnel, Pierre Auzias a un jour voulu changer de vie et se consacrer à ses deux passions : la navigation et la peinture. Rencontre avec un étonnant marin (français) également peintre officiel de la Marine… danoise ! Premier épisode d’une vie forcément foisonnante. Il est question de son enfance très ensoleillée.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • DANS LE SILLAGE DE JEAN-BAPTISTE CHARCOT 

    Surnommé le «gentleman polaire», Jean-Baptiste Charcot (1867-1936) est une figure incontournable de l'aventure du 20ème siècle. Explications radiophoniques avec Stéphane Dugast, créateur du blog Embarquements et féru d’histoires polaires.  

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • ROMAN DE L’ETE # 3 : SOUVENEZ-VOUS DU GELE

    L'incroyable destin de Nicolas Savin, un naufragé de la Grande Armée dans la Russie des Tsars. Le roman de sa vie (ou sa vie romancée), un ouvrage magistral signé Yves Gauthier, traducteur mais surtout bon romancier. 

     

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • MÉMOIRE VIVE

    HDEO pic 0.jpg

    Figure française de la seconde guerre mondiale et martyr de la résistance, Honoré d'Estienne d'Orves (1901-1941) a aussi été un jeune officier de Marine féru de mer et de voyages.

    HDEO pic 5.jpg

    Mont Valérien, 29 août 1941, le capitaine de corvette d’Estienne d’Orves est fusillé par l’occupant allemand, avec 100 autres otages, à titre d’exemple et de représailles.

    Une semaine auparavant, le résistant Pierre Georges (le futur colonel Fabien) a abattu un officier de la Kriegsmarine en pleine rue à Paris. Dès le lendemain, les Allemands ont alors promulgué une ordonnance transformant tout prisonnier français en otage.

    HDEO pic 6.jpg

    Quant à l’arrestation d’Honoré d'Estienne d'Orves, elle est survenue le 22 janvier 1941, suite à la trahison du quartier-maître radiotélégraphiste Marty avec qui l’officier de Marine s’étaitinstallé à Nantes dès décembre 1940. De son vrai nom Alfred Gaessler, Georges Marty est en fait un agent du contre-espionnage allemand.

    Auparavant, celui qui donnera son nom à la cour d'honneur de l'hôtel de l'état-major de la Marine a pu néanmoins organiser le réseau de renseignement dit « Nemrod » pour la Bretagne et établir la première liaison radio entre la France occupée et les Forces navales françaises libres (FNFL) à Londres.

    HDEO pic 7.jpg

    C’est après un long périple autour de l'Afrique que le capitaine de corvette s’est présenté fin septembre 1940 au quartier général du général de Gaulle à Londres.

    Affecté à bord du croiseur Duquesne, en tant qu'officier d'ordonnance de l'amiral Godfroy, commandant la « Force X », le jeune officier n’a pas supporté l’inaction consécutive à l’armistice de 1940, bloquant son escadre au large d’Alexandrie.

    MERS & MARINE

    Issu d'une noble lignée, le comte Honoré d'Estienne d'Orves s'est engagé dans la Marine en 1921 après des études à l'École polytechnique. Elève officier à l'École navale, il participe en 1923 à la campagne d'application à bord du croiseur école Jeanne d'Arc. Un nouveau monde s’offre alors au jeune homme.

    HDEO pic 2.jpg

    Moyen-Orient, la Chine, l’Afrique noire, Hawaï ou Hollywood. Partout, l’enseigne de vaisseau se passionne pour les pays dans lesquels il fait escale, multipliant les excursions, les rencontres et les frasques. Il est alors à l’âge des grandes questions et des grandes passions.

    Cousin d’Antoine de Saint-Exupéry qu'il encouragera d’ailleurs à publier son premier roman « Courrier Sud » et de Louise de Vilmorin, romancière et épouse d’André Malraux, le jeune officier va dès lors parcourir les mers du globe, à bord de nombreux bâtiments gris, dont le Jules Michelet, le Condorcet, le Bison, le Jaguar ou le Cyclone.

     

    HDEO pic 4.jpg

    Port Saïd, Le Caire, Djibouti, Hong Kong, Shanghai… Jusqu’en 1933 et une affectation comme instructeur sur la Jeanne, il raconte ses voyages dans ses carnets, comme il était alors d’usage pour tout officier de Marine.

    Des carnets jusqu’alors restés secrets. Enfermés au fond d'une valise après sa mort par sa veuve, ce sont ses derniers descendants qui ont finalement accepté de publier ses écrits, des carnets de voyages présentés et annotés par Etienne de Montety, rédacteur en chef du Figaro littéraire et auteur d’une biographie d'Honoré d'Estienne d'Orves.

    Des journaux de bord donc inédits, ceux de l’une des figures de la Marine et de la France Libre. Une œuvre à découvrir... (SD)

    HDEO pic 1.jpg

    > À LIRE « Je ne songe qu’à vivre - Carnets de voyage 1923-1933 » d’Honoré d'Estienne d’Orves. 316 pages – 21 € (Arthaud).

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • ATTENTION PIETON...

    Voyageurs, artistes, commerçants, trafiquants... La Corne de l'Afrique a attiré bon nombre de passants. Des aventuriers et des écrivains comme l'écrivain-nomade Joseph Kessel ou «Arthur l'Africain», le poète maudit...

    Rimbaud.jpgMême Monsieur Perette, son professeur de quatrième, est perplexe : «Il finira mal. En tout cas, rien de banal ne germera dans sa tête : ce sera la génie du bien ou du mal».

    Confirmation quelques années plus tard. Première fugue à seize ans, en pleine guerre entre la Prusse et la France. Rebelote quelques semaines plus tard à Bruxelles et à Douai. Puis, le déjà jeune poète débarque à Paris et s'installe dans le cercle familial de Verlaine avec qui il a entretenu une correspondance.

    La lecture de son Bateau ivre devant le tout parnasse lui ouvre le cercle des poètes. Suivra une vie d'errance avec son compagnon Paul Verlaine. Une querelle fameuse. Verlaine le blesse d'un coup de revolver. Un adieu à la poésie avec Une saison en enfer et «l'homme aux semelles de vent», comme l'appelait son ami Verlaine, tourne définitivement la page de la poésie.

    Petits boulots et séjours à travers l'Europe. Arthur Rimbaud part ensuite chercher fortune à Aden, Harar, Tadjourah ou le Caire. «Arthur l'Africain» troque les lettres contre les chiffres. Une carrière de poète contre celle improbable de commerçants. Un trafic de fusils et de cartouches pour un puissant prince éthiopien qui devait lui rapporter une fortune tourne au fiasco total.

    Il persiste malgré tout dans les affaires. Une douleur au genou l'oblige à rentrer à Marseille où il est amputé de la jambe droite gangrenée. La maladie progresse. Les hallucinations viennent. Arthur Rimbaud s'éteint le 10 novembre 1891, à l'âge de 37 ans. Un destin tragique.

    Un talent de poète gâché Un goût pour l'autodestruction. L'incarnation du poète maudit. «Je suis un piéton, rien de plus» disait-il. Un «piéton» de passage dans la Corne de l'Afrique...

    Stéphane DUGAST

     

    PASSTSCORNE2.jpg


    LES PASSANTS DE LA CORNE
    Episode 2|3

    logo cb.jpgReportage paru dans COLS BLEUS, l'hebdomadaire de la Marine nationale depuis 1945.


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • L'ESPRIT FUSS 2|2

    PORTRAIT FUSS 2 W.jpg

    Un père et trois fils, tour à tour commandos, fusiliers et marins. Le destin singulier des Fuss. Une famille lorraine au cœur marin. Après le père et le fils aîné « bidel », c'est autour de tous les fils...

    PORTRAIT FUSS 7 W.jpgEn guise de préambule, une piqûre de rappel sémantique. Dans la marine de guerre, le «bidel» désigne un homme à poigne, écouté et respecté pour sa grande expérience. C'est un officier marinier (NDLR : sous-officier) de spécialité fusilier, occupant les fonctions de capitaine d'armes.

    Il est alors temps de présenter la famille Fuss avec d'abord Nicolas le père, Michel, Alain et Jean-Marc, les trois fils. «Par ordre d'apparition ! » plaisante Michel, lui aussi «bidel» mais sur la frégate Aconit depuis 2007. Auparavant, Michel Fuss a été capitaine d'armes sur une autre frégate furtive. «Le La Fayette, la frégate qui parraine la préparation militaire marine de Metz. Un vrai clin d'œil familial !».

    Le regard de celui devenu capitaine d'armes en 2002 s'éclaire de nouveau à l'évocation de son affectation précédente : «La frégate de surveillance Nivôse. Ma première affectation comme bidel». Auparavant, son parcours militaire a été dense. «Comme son père», serait-on tenter de dire.

    Intégration à l'école des fusiliers pour le brevet élémentaire en 1985. Certifié commando, Michel Fuss rejoint ensuite le commando Jaubert jusqu'en 1991. Passage dans la foulée à la compagnie des fusiliers marins de Toulon où il obtient son cours de plongeur de bord. Affectation ensuite à la Flottille Amphibie - la Flophib - alors en pleine création.

    Brevet supérieur de fusiliers marins en poche en 1996, il goûte alors aux affectations embarquées. D'abord sur la Frégate Lance-Missiles (FLM) Duquesne. «Celle avec la grosse boule dans sa mâture» plaisante le «Bidel» de l'Aconit, avant de préciser doctement « qu'il s'agissait du radar tridimensionnel DRBI-23, abrité par un spectaculaire dôme en fibre de verre de 11,25 mètres de diamètre le préservant des fumées, embruns et vent, constituant le principal moyen de détection du navire».

    C'est sur le Duquesne que le fusilier «Fuss junior» prend goût à la vie embarquée. Désigné comme instructeur au Centre d'Instruction Navale de Saint Mandrier en 1999, il surmonte sa déception et fait tout pour permuter. «J'ai réussi après 2 mois !». Affectation à bord du Bâtiment de Commandement et de Ravitaillement (BCR) Marne comme adjoint au capitaine d'armes.

    PORTRAIT FUSS 3 W.jpg

    MICHEL, ALAIN & CO

    Le fils deviendra ensuite lui aussi «bidel». « En 2002 sur le Nivôse ». La boucle est bouclée pour le maître principal (NDLR : grade de sous-officier) Fuss, pressé de raconter le destin de ses cadets. A commencer par celui d'Alain. Aujourd'hui premier maître (NDLR : grade de sous-officier)  et responsable du bureau sport de la base navale de Toulon.

    Alain intègrera l'école des fusiliers marins en 1987. Béret vert en poche, il sera affecté au commando Jaubert. «On y sera ensemble quelques mois» concède le frère attendri. A l'issue du son Brevet d'Aptitudes Techniques (BAT) en 1989, Alain rejoint le commando Trepel jusqu'en 1992 avant d'intégrer la compagnie des fusiliers marins de Lorient. Changement de cap en 1993.

    « Alain passe son monitorat de sport à Fontainebleau ». Les affectations deviennent alors variées. L'école des Fourriers dans la Manche. Une campagne de deux ans en Nouvelle-Calédonie avant une affectation à la base aéronavale de Nîmes Garons en 1998 et le Brevet Supérieur (BS) de fusilier en 1999.

    Moniteur de sport sur l'île du Levant, Alain Fuss part ensuite en campagne pour une affectation embarquée en 2002 sur le bâtiment-ravitailleur Var. « Sa première affectation embarquée. On fera d'ailleurs ensemble plusieurs escales communes car moi j'étais sur la frégate Nivôse» s'amuse le grand frère.

    Depuis, le cadet a été affecté au bureau sport de Lorient avant de rejoindre en 2006 le bâtiment-ravitailleur  Somme. Même profil de carrière dense pour le petit dernier. Comme ses frères, Jean-Marc intègre l'école des fusiliers marins. «Lui, c'est en 1993». Stage commando dans la foulée. «Et remise du béret vert par le paternel. Un moment fort et intense» souligne Michel comme recueilli.

    Jean-Marc rejoindra le commando de Penfentenyo. BAT en 1996 et brevet supérieur en 1998. «Il sort major de promotion à chaque fois» précise admiratif le grand frère. Retour ensuite pour Jean-Marc dans les forces.

    D'abord au commando Jaubert pendant un an avant d'être muté au commando de Montfort. Court intermède dans la capitale en 2004 au centre Marine de la Pépinière à Paris. Trois ans plus tard, Jean-Marc revient dans le milieu commandos en devenant maître de cours et instructeur pour les élèves officiers fusiliers commandos. L'esprit Fuss en somme...

    PORTRAIT FUSS 8 W.jpg

    LES FILS (SPIRITUELS) FUSS

    Le passé défile devant les yeux du maître principal Michel quand ce dernier s'enthousiasme de nouveau : «Il y a les Fuss mais également des fils « adoptifs...» Sébastien C. s'est engagé en 1993. Mohamed M. en 1996.

    Tous les deux sont premier-maître. Tous les deux sont également « bérets verts » (NDLR : certification commando marine). Ils ont été «couvés» par «Fuss père» lors de leur passage à la préparation militaire marine de Metz. « Comme ils habitaient à l'époque dans le quartier où résidait la famille, mon père les a vite pris sous son aile ».

    Quant à Michel et Alain, les deux frères aînés, ils n'ont jamais hésité, durant leurs permissions, à faire découvrir aux jeunes l'entraînement lié à la spécialité de fusiliers comme la topographie les parcours, les marches, la natation et le footing. «Sébastien et Mohamed vont vite accrocher et s'accrocher...». Actuellement Sébastien est affecté à l'école des fusiliers comme instructeur au stage commandos. Mohamed est quant à lui au commando Trepel. «Ils n'ont jamais quitté le milieu commando depuis leur engagement» annonce fièrement le 'cipal de l'Aconit avant d'engager la discussion sur une nouvelle recrue.

    Encore un émule Fuss ? «Une Fuss. Marina. C'est ma fille, elle veut s'engager ! Son dossier est en cours. Secrétaire ? Sitel (NDLR : Système d'Information et de Télécommunications) ? Elle tergiverse encore».

    Le père est fier mais prudent. «Mais c'est elle qui fera son choix» concède Michel Fuss. Après Nicolas puis Michel, Alain, Jean-Marc, Mohamed et Sébastien, Marina a donc poussé les portes d'un centre d'information et de recrutement.

    «Le même que pour nous tous. Le centre de recrutement de Metz !», lance Michel Fuss enchanté avant de conclure dans un large sourire  :  «La Marine ? C'est notre deuxième famille !»...       (FIN)

    Stéphane DUGAST

    Photographies / © Marine nationale

    *

    CB2922.jpgPRESSE GUEULES DE MARINS
    L'ESPRIT FUSS
    Episode 2|2

    Reportage extrait du COLS BLEUS N°2922, l'hebdomadaire de la Marine nationale.

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • L'ESPRIT FUSS 1|2

    PORTRAIT FUSS 1 W.jpg

    Un père et trois fils, tour à tour commandos, fusiliers et marins. Le destin singulier des Fuss. Une famille lorraine au cœur marin.

    PORTRAIT FUSS 4 W.jpgLui, c'est le fils aîné : Michel. Michel Fuss, le capitaine d'armes de la frégate (de type La Fayette) Aconit en mission de lutte contre la piraterie maritime dans l'océan Indien,  dans le cadre de l'opération militaire navale Atalanta. Après 15 jours d'une patrouille sans anicroches, ponctuée par le sauvetage de treize marins d'un boutre battant pavillon indien, le maître principal (NDLR : grade de sous-officier) au regard franc dispose de quelques heures dans son emploi du temps avant l'accostage dans le port omanais de Salalah.

    D'emblée, il est question de sa famille et de son incroyable saga déjà évoquée, clichés noir et blanc à l'appui, dans la magazine Cols Bleus datant «vraisemblablement» du second trimestre 1993. «J'ai encore son titre en tête : Fusiliers de père en fils» s'enthousiasme le maître principal de l'Aconit en empoignant un récent exemplaire de l'hebdomadaire de la Marine depuis 1945. Chez les Fuss, on est donc fusilier de père et fils. P

    remier de la lignée : Nicolas Fuss, major honoraire de la Marine national. Matricule 60. « Il est désormais un adhèrent actif de l'amicale des anciens combattants de Metz ainsi que de l'amicale des anciens fusiliers marins de l'Est dont le président est un ancien du commando de Penfentenyo en Algérie », complète le fils avant de détailler les étapes phare du curriculum vitae militaire de son père.

    Début de la longue idylle entre la famille et la Marine à l'orée des années 1960. « Le matelot Fuss incorpore le centre Siroco » (NDLR : Installé au cap Matifou, « la plus belle vue sur Alger et sa baie » selon des esthètes, le site de Sirocco en Algérie a vu défilé plusieurs «générations» de fusiliers-marins de 1945 à 1962).

    Intégration conclue par l'incorporation au commando de Penfentenyo jusqu'en 1962. Après une période de plongeur de bord, « Fuss père » suit le cours de nageur de combat et intègre le prestigieux commando Hubert dans les années 1960 et 1970. «Une seule coupure durant cette période : le brevet supérieur fusilier » précise le fils admiratif. « Après il vivra une seconde carrière sur les bateaux comme capitaine d'armes. Comme bidel... ».

    Précision sémantique. Dans la marine de guerre, le «bidel» désigne un homme à poigne, écouté et respecté pour sa grande expérience. C'est un officier marinier (NDLR : sous-officier) de spécialité fusilier, occupant les fonctions de capitaine d'armes, le marin chargé de la discipline à bord d'un bateau.

    PORTRAIT FUSS 5 W.jpg

    Affectation d'abord sur un escorteur anti-aérien : La Bourdonnais. Le quatorzième d'une série de 18 escorteurs d'escadre, mis sur cale à Brest le 7 décembre 1954 dans la bassin 8 de Laninon, lancé le 15 octobre 1955 et admis au service actif le 3 mars 1958 avant d'être désarmé  en juillet 1976 et devenir le Q577 en novembre 1977. La Bourdonnais terminera ses jours comme brise-lames à l'Ile Longue, puis sera mouillé à Landevennec avant de servir de cible au sous-marin Ouessant qui lui infligera un tir de missile Exocet SM39 fatal en mai 1992. I

    l y aura également une affectation sur l'île d'Oléron. Un navire unique. « Un bâtiment d'essais et d'expérimentation à l'histoire riche et originale » dixit le capitaine de corvette Jean-Michel Roche, féru de culture maritime militaire et fondateur du foisonnant site netmarine consacré à la Marine d'hier et d'aujourd'hui.

    Les archives fourmillent d'ailleurs d'anecdotes sur ce bâtiment au destin si singulier. Lancé à Wesermünde en  mars 1939 sous le nom de Mur, l'île d'Oléron est alors un cargo mixte de transport fruitier battant pavillon allemand. Réquisitionné en 1942 par la Kriegsmarine, il est alors transformé en « forceur de barrage ». En 1944, les Allemands le modifient en navire hôpital de 450 lits et le rebaptisent Munchen.

    A la libération amarré à un quai de Saint-Nazaire, le navire-hôpital intact échoit à la Marine française. Le Munchen devient l'Ile d'Oléron en août 1945 et servira cette fois de bateau transport. Nouvelle refonte en 1959, l'Ile d'Oléron est désormais un bâtiment d'essais et d'expérimentations. Un BEE. A ce titre, il tirera des centaines de missiles pendant quarante-quatre ans. « Des Malafon, Masurca, Exocet, Otomat, Milas et des Aster. De quoi faire pâlir les artilleurs d'aujourd'hui» s'enthousiasme le fils.

    L'Ile d'Oléron testera aussi tous les radars de la Marine. L'Histoire navale défile. Le fils Fuss reprend son souffle avant de reprendre le fil de l'histoire familiale. Ultime affectation de «Fuss père» sur La Charente avant d'entamer une fin de carrière à terre. A Saint Mandrier.

    Le lien avec la Marine ne sera ensuite jamais rompu grâce à des périodes de réserve. Le maître principal Nicolas Fuss devient instructeur à la Préparation Militaire Marine (PMM) pendant 15 ans à Metz. « Notre fief ! ». C'est en Lorraine et à la PMM que « Fuss père » verra d'ailleurs défiler ses trois fils. Tous marins !   (A SUIVRE)

    Stéphane DUGAST

    Photographies / © Marine nationale

    *

    CB2922.jpgPRESSE GUEULES DE MARINS
    L'ESPRIT FUSS
    Episode 1|2

    Reportage extrait du COLS BLEUS N°2922, l'hebdomadaire de la Marine nationale.

    Photos © Marine nationale

    Lien permanent Pin it! Imprimer