Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • PHARES, BALISES & CONFISERIES

    ramine-phares.jpgLes phares et balises de l’Hexagone selon l’artiste Râmine. Un regard décalé. Et son premier livre.

    « Chercheur de sens et confiseur d'histoire ». Ainsi aime à se présenter Râmine, un artiste aux origines persanes, basé à Brest (même) depuis plus de deux décennies.


    Sous sa « palette riche et mélodieuse » (selon son éditeur), les phares de France prennent ainsi d’étonnantes formes dans son premier livre, petit format mais coloré.

    De Dunkerque Le Mauresque à Giraglia, premier éclat de Corse en passant par La Jument dans la précipitation ou au Chassiron de Pierre Loti, Râmine s’est avant tout efforcé de croquer (en mots et en dessins) - à sa façon - chacun des phares, racontant leurs histoires, leurs singularités et nous dévoilant surtout leurs personnalités.

    INT RAMINE 4.jpg
    Face à tant de partis-pris et de convictions, même Vincent Guigueno - éminent spécialiste du sujet, commissaire de la prochaine exposition du musée de la Marine intitulé « Phares »* et préfacier de cet ouvrage singulier - s’enthousiasme : « S'il existait des peintres des Phares, sur le modèle des peintres de la Marine, Râmine serait à coup sûr membre fondateur de la Confrèrie ».



    Râmine aime les océans, ses objets, le lointain, les voyages, et surtout les gens de mer. Un « tout-marin » qu’il peint avec générosité, singularité, opiniâtreté, humour et couleurs. En chercheur et confiseur avisé.

    Stéphane DUGAST

    exposition_phares_musee_marine.jpg

    * : Les phares de Râmine seront mis à l’honneur lors de l’exposition « Phares », présentée au musée national de la Marine du 7 mars au 4 novembre 2012.

    9782723488167-L.jpgA LIRE //

    Portraits de phares et balises. Textes & dessins de Râmine. 128 pages - 12.50 € (Glénat)


    EN SAVOIR PLUS //

    > Son site web http://www.ramine.com/
    > Son blog http://galerie-ramine.over-blog.com/


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LES PETITS MORGEONS #1

    PAUZIAS 1B.jpg

    Danseur professionnel, Pierre Auzias a un jour voulu changer de vie et se consacrer à ses deux passions : la navigation et la peinture. Rencontre avec un étonnant marin (français) également peintre officiel de la Marine… danoise ! Premier épisode d’une vie forcément foisonnante. il est question de son enfance très ensoleillée.

    « La mer, l’aventure, les mondes polaires, la Nature… Mes tropismes trouvent  leurs origines dans la plus tendre enfance où les étés se partageaient à Cannes chez les grands parents maternels et à Grasse pour ceux paternels.

    palm-beach-casino-cannes.jpg
    À Cannes le jardin tropical était immense, je m'y perdais, dévorant les fruits gorgés de soleil, bouillant et juteux que me tendait la main de mon grand-père Pierre. Il m'impressionnait.

    Je savais tout dont il ne disait rien. Ses  2 guerres, blessé à Verdun en 1917 par un éclat d'obus qui lui avait traversé la cuisse, à l'âge de 17 ans.

    cheminot3.jpg

    Résistant lors de la 2ème guerre, alors cheminot, il faillit mourir enfermé dans la chaudière d'une Pacific qu'il s'apprêtait sans doute à saboter, échappant ainsi aux soldats Allemands qui avaient fait irruption dans l'atelier.

    Il apparaissait seulement pour me montrer les choses  insolites, un capricorne ou un gros lucane : « Tu le veux petit ? » Il sortait alors de sa poche un flacon avec dedans une ouate imbibée d'éther.

    INSECTE.jpg

    Ainsi j'ai hérité à sa mort d'une superbe collection d'insectes tombés en poussière depuis. Il y avait même des tortues grecques qui passaient par là.

    Je partais à la chasse aux gécos et autres énormes lézards verts dont j'avais une trouille bleue. Je comptais leurs cadavres alignés en fin de journée sur les marches de la villa. J'y pense souvent lorsque je pars à la chasse au phoque.

    henrisalvador.jpg

    Pierre m’amenait me baigner au Palm Beach où un homme à moitié nu et tout bronzé qui sentait la praline nous vendait tous les jours un énorme beignet abricot.

    Il chantait un air aguicheur en trébuchant dans le sable: « Beignet abricot, beignet abricot, ils font pousser les seins et grossir les fesses ! ».

    Un autre résident, Henri Salvador, en traversant la plage pour aller se mouiller, nous attirait toujours dans son sillage. « Les petits morgeons » que nous étions lui courrions après car il nous faisait rire de ses pitreries... » (À SUIVRE)

    Un récit de Pierre Auzias
    Photographies : DR

    LIRE L'ÉPISODE 2


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • ÉPIQUE ÉPOQUE


    En attendant la parution du second tome de L'appel des Origines (Vents d'Ouest), on se contente de la bande-annonce prometteuse du tome 1. Une série au croisement d'Out of Africa et des romans de Joseph Conrad, selon son éditeur. Bientôt la chronique et les premières planches sur ce blog...


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • AVIS DE TEMPÊTES

    image_238_ivan-aivazovsky-marine.jpg
    Marine du peintre Ivan Aivazovsky (1817-1900)

    Douze marins témoignent. Douze hommes et femmes se confient et  racontent chacun leur tempête.

    Des skippers de renom, des sauveteurs en mer, des marins de commerce, des grands noms de la mer, des anonymes, Catherine Chabaud, Marc Guillemot, Eugène Riguidel ou Jean Bulot, l’emblématique capitaine du remorqueur de sauvetage Abeille Flandre... Tous racontent leurs ressentis et leurs émotions. 

    TEMPETES book.jpg

    « C'est ce qui fascine tout un chacun : le déchaînement de la Nature et la façon dont l'Homme le traverse » précise Grégoire Laville, l’auteur de ce livre de mer conçu sous la forme d'entretiens.

    De forts propos illustrés par des clichés en noir & blanc - des portraits en plans serrés - réalisés par Julien Le Coq et Titus Huyghe. 

    almanach.jpg

    « À trop écouter la météo, le marin reste au bistrot » écrit malicieusement Marc Guillemot dans la préface, citant l’Almanach du marin breton. Les tempêtes font le sel de la vie du marin.

    Fantasmées, imaginées, travesties, tues… Douze tempêtes nous sont, cette fois, narrées sans fard, ni ostentation. À lire (presque) religieusement…

    Stéphane DUGAST

    Tempêtes, témoignages de marins de Grégoire Laville. 272 pages - 22 € (Editions Laville)


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA PLANÈTE CLIPPERTON #1

    Tandis que le tricentenaire de la découverte de Clipperton par des marins français est (presque) totalement passé inaperçu dans les médias* l’an dernier, des spécialistes et des passionnés par cet atoll du Pacifique se mobilisent…

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • 20 ANS D'AVENTURES

    Un film hommage de 13 minutes réalisé à l’occasion du dernier festival international « Les écrans de l'aventure » de Dijon en octobre dernier.  Objectif avoué ? Célébrer en fanfare le vingtième anniversaire d'un festival faisant référence en la matière. Derrière la caméra et aux manettes : Danièle Dreux.



    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UN VRAI RAFFUT ?

    VACARMEENHAUTEMER 2.jpg

    « Vacarme en haute mer », c’est un documentaire de 52 minutes sur la cacophonie qui règne sous la mer. Contrairement à ce que disait Jacques-Yves Cousteau, l’océan n’est apparemment plus le monde du silence…

    Baleines à bosses, dauphins, cachalots… Autant de mammifères marins produisant une multitude de sons leur servant à se repérer, à se retrouver les uns les autres mais aussi à communiquer.

    Au même moment, 2 milliards d'humains vivant le long des côtes, les plateformes pétrolières, les recherches minières, les sonars, les bateaux, produisent une cacophonie sous-marine qui, en surface, passe inaperçue.

    VACARMEENHAUTEMER3.jpg

    Fort de tournages au Honduras, en Floride, en Italie, à l'Ile Maurice, en Allemagne et à l'Ile de La Réunion, l’animateur TV Sébastien Folin a mené l’enquête, en plongeur, en apnée ou avec des bouteilles, auprès des plus grands spécialistes afin de comprendre l'importance du son pour les cétacés étant à ses yeux les principales victimes du « Vacarme en Haute Mer ».

     VACARMEENHAUTEMER.jpg

    A VOIR //
    « Vacarme en haute mer ». Un documentaire de de Jérôme Julienne et John Jackson avec Sébastien Folin. Diffusion dimanche 19 février 2012 à 16h30 dans l’émission Grandeurs Nature sur France 2.

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • L’ESPRIT DE MADA

    madagascar-carnet-de-voyage.jpg

    Une étonnante rencontre au dernier festival du Carnet de voyage à Clermont-Ferrand. Celle du «vazaha» («étranger» en malgache) Bastien Dubois. Ce voyageur artiste est l’auteur d’un carnet de voyage d’un genre nouveau dédié à «la Grande île» et à ses singularités, dont notamment le Famadihana, le culte du retournement des morts.



    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • L'ORIENT EXPRESS

    Kares 3.jpg

    Kares Le Roy, c'est un photographe bourlingueur heureux. Fort d'un voyage à travers l'Asie et le Moyen-Orient, il a réalisé lui-même un Beau-Livre intitulé  56 000 kilomètres, des hommes et un continent. Depuis, avec l'aide de 2 complices également talentueux, il a réalisé ce diaporama terriblement évocateur de ses pérégrinations asiatiques à la rencontre des peuplades isolées...

    Kares - 56000 kilometers in Asia from Amu Darya on Vimeo.

     

    Kares 8.jpg

    A LIRE //
    56 000 kilomètres, un continent et des hommes de Kares Le Roy. 49 € (Amu Darya)
    >
     Pour commander son livre, RDV sur la FNAC

     

    EN SAVOIR PLUS //

    > Son Facebook www.facebook.com/bykares
    > Son site web www.travelbykares.com

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • INSTANTANÉS D'AMÉRIQUE // N°5

    1180-05 170 R2 PS BA6 BD.jpg
    Dwane, l'antiquaire

    Halltown - Missouri

    « Je me rappelle de la route alors très fréquentée et de tous ces voyageurs qui s’arrêtaient. Je me souviens aussi de ces voitures embourbées, en panne ou accidentées que mon père et des voisins allaient dépanner...»


    Extrait du Beau-Livre SUR LA ROUTE 66 - carnets de voyage (La Martinière éditions). Photographies de Christophe GERAL. Récit de Stéphane DUGAST. Introduction de Philippe LABRO.

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • À-TÉ-A-HOU-PO-O

    01_xxl.jpg

    Teahupoo en Polynésie française. Un spot de surf fameux mondialement pour ses « gauches » mais réputé fort dangereux...

    Si, selon les spécialistes, on y trouve sans doute les vagues régulières les plus larges et les plus épaisses du monde, Teahupoo figure parmi les spots plus dangereux du monde, le fond corallien étant à quelques dizaines de centimètres de la surface et l'énorme vague se fracassant sur la barrière de corail.

    A Teahupoo (prononcé « Té-a-hou-po-o »), le spectacle peut dès lors être grandiose comme en août 2000, lorsque Laird Hamilton chevaucha une vague titanesque (15,07 m) et passa dans un tube de la dimension d'un hangar.


    Sur son surf l'été dernier, Chris Bryan (chanceux) a marqué à jamais les annales du surf. Une « chevauchée » iodée si risquée selon les Américains que la Marine française aurait arrêté n’importe quel surfeur tentant de mettre un orteil dans l'eau.

    Kelly Slater, surfeur légendaire, restera plus mesuré précisant qu’il « s’est néanmoins senti toute la journée terrifié de voir la vie des surfeurs suspendus à un fil. C’était la vie ou la mort... ».

    La Billabong Pro Teahupoo est donc une compétition fort prisée des meilleurs surfeurs et des afficionados avide de sensations fortes. Simple spectateur, on frissonne... (SD)

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • À BONNE HAUTEUR

    GRAND-BIVOUAC 3.JPG

    Le Grand Bivouac, c’est un festival dédié aux voyages et aux découvertes partagées, organisé chaque automne à Albertville en Savoie. A l’honneur cette année : les montagnes du monde.

     GRAND-BIVOUAC.jpg

    Arpenter les « hautes terres » du globe, « là où se joue, en partie, l’avenir de la planète » selon les organisateurs, telle est la prochaine thématique de la onzième édition du Grand Bivouac d’Albertville.

    Qui sont les montagnards du monde ? Comment vivent-ils ? Comment s’organisent-ils ? De quels cris, de quels espoirs, de quels messages sont-ils porteurs ? Autant de questionnements auxquels grands voyageurs, écrivains, scientifiques, journalistes, documentaristes & artistes apporteront leurs éclairages et leurs témoignages en octobre prochaine.

     GRAND-BIVOUAC 5.jpg

    « Parce qu’ils ont appris depuis longtemps à gérer le rapport de l’homme à la nature, les peuples des hauteurs peuvent et doivent nous aider à dessiner l’avenir du monde » argue Bruno Van Den Driessche, directeur de ce festival savoyard reconnu et apprécié des spécialistes.
     


    Créé en 2002 sur une proposition de Guy Chaumereuil (alors journaliste), faisant suite aux réflexions de la Ville d’Albertville (Savoie) sur le prolongement à donner à « l’esprit olympique 1992 », ce festival - construit autour de rencontres, projections, conférences, expositions, spectacles et animations - a d’emblée été bien pensé, répondant à un double objectif.

    Celui d’abord d’affirmer l’importance du voyage et des échanges dans notre société, comme porteurs de valeurs partagées, de découverte, de connaissance et de respect de l’autre.

    GRAND-BIVOUAC 4.jpg


    Autre objectif atteint par les organisateurs depuis 2 décennies, celui de donner accès au grand public à leur approche en y associant grands voyageurs, scientifiques, écrivains, artistes, journalistes, documentaristes, professionnels et amateurs.

    Autant de parti pris et de convictions qui incitent à s’aventurer à Albertville à l’automne prochain.

    GRAND-BIVOUAC 2.jpgEn attendant, les « gentils organisateurs » ont tout prévu, nourrissant régulièrement leur site et leur blog de billets liés à l'actualité du voyage, des voyageurs et des peuples.

    A Albertville, l’esprit d’aventure brille toute l’année…

    Stéphane Dugast
    Photographies : © Grand Bivouac

    EN SAVOIR +

    Le SITE WEB sur http://www.grandbivouac.com
    Le BLOG sur http://www.grandbivouac.com/bivouac-cafe
     

    Lien permanent Pin it! Imprimer