Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

glaces

  • UNDER THE POLE III : LA BANDE-ANNONCE

    L'expédition Under The Pole III • 2017-2020 se livre ! Rendez-vous lundi 15 mai pour des explications d'Emmanuelle Périé et Ghislain Bardout en facebook live. Qu'on se le dise ! Pour l'heure, la bande-annonce de cette expédition est à voir sur le blog Embarquements, l'Aventure autrement. 

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UNDER THE POLE III : C’EST REPARTI !

    Le 20 mai prochain, le voilier d'exploration Why, va quitter le ponton du Fonds Explore-Jourdain à Concarneau. En route pour une troisième aventure longue de 3 ans dédiée à à l'exploration des océans. Direction l'Arctique et l'Antarctique !

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • DANS LES PAS #5

    Direction la côte orientale du Groenland, une région jadis sillonnée par l’explorateur polaire Paul-Emile Victor (1907-1995). Aujourd’hui ne subsiste plus qu’une poignée de chasseurs «à l’ancienne». Reportage et enquête sur la banquise et dans des fjords à la beauté époustouflante en compagnie de Tobias, Gerti et leurs amis, les derniers chasseurs inuits...

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • DANS LES PAS #4

    Direction la côte orientale du Groenland, une région jadis sillonnée par l’explorateur polaire Paul-Emile Victor (1907-1995). Aujourd’hui ne subsiste plus qu’une poignée de chasseurs «à l’ancienne». Reportage et enquête sur la banquise et dans des fjords à la beauté époustouflante en compagnie de Tobias, Gerti et leurs amis, les derniers chasseurs inuits...

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • DANS LES PAS #3

    Direction la côte orientale du Groenland, une région jadis sillonnée par l’explorateur polaire Paul-Emile Victor (1907-1995). Aujourd’hui ne subsiste plus qu’une poignée de chasseurs «à l’ancienne». Reportage et enquête sur la banquise et dans des fjords à la beauté époustouflante en compagnie de Tobias, Gerti et leurs amis, les derniers chasseurs inuits...

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • DANS LES PAS #2

    Direction la côte orientale du Groenland, une région jadis sillonnée par l’explorateur polaire Paul-Emile Victor (1907-1995). Aujourd’hui ne subsiste plus qu’une poignée de chasseurs «à l’ancienne». Reportage et enquête sur la banquise et dans des fjords à la beauté époustouflante en compagnie de Tobias, Gerti et leurs amis, les derniers chasseurs inuits...

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • DANS LES PAS #1

    Direction la côte orientale du Groenland, une région jadis sillonnée par l’explorateur polaire Paul-Emile Victor (1907-1995). Aujourd’hui ne subsiste plus qu’une poignée de chasseurs «à l’ancienne». Reportage et enquête sur la banquise et dans des fjords à la beauté époustouflante en compagnie de Tobias, Gerti et leurs amis, les derniers chasseurs inuits...

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • PLANÈTE OCÉANS (RÉACTUALISÉ)

     

    Anne Quéméré n’a jamais froid aux yeux ! Auteur de folles chevauchées océaniques réussies d’abord à la rame puis en kiteboat, la Quimpéroise s’est lancée un nouveau défi de taille. Cette fois, la bretonne s’est attaquée au mythique passage du Nord-Ouest… en kayak eten solo et en kayak. En raison de mauvaises conditions météo persistantes sur son parcours, l'aventurière a décidé, la semaine passée, de mettre un terme à son expédition. En attendant, retour et présentation de son aventure polaire qu'elle compte mener l'an prochain.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LE RAMEUR DES GLACES #1

    Ramer 7 100 kilomètres pendant 100 jours, du nord de l’Alaska et du Canada pour rallier la mer de Baffin face au Groenland, c’est le nouveau défi de Charles Hedrich, un aventurier insatiable.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UNE LONGUE ROUTE

    IMG_0991 W.jpg

    « Avancer que coûte que coûte même si les raquettes aux pieds semblent peser des tonnes. Pousser sur ses bâtons. Trébucher parfois, se relever, toujours avancer. Ce matin, la neige colle aux pattes des hommes comme à celles des chiens. Impossible pour ces derniers de tirer un traîneau à pleine charge dans ces conditions. C’est alors aux hommes de faire la trace et de rendre possible le passage de cette caravane.

    Le souffle court. Les cuisses brûlantes. J’avance coûte que coûte la lanière d’une de mes raquettes entre les dents. Dès l’attaque de la montée, la lanière a lâché. Sur une jambe et demie, je souffle comme la cheminée d’un train à vapeur. Chacun de mes pas est laborieux et maladroit. De surcroît, cette foutue poudreuse vient se fourrer entre mon pied droit et la raquette tout en s’agglutinant en boules compactes impossibles à concasser.

    PEV Boreal&Banquise.gif

    Sans raquette au pied gauche, je m’enfonce jusqu’à mi-cuisse dans la neige épaisse tandis que ma jambe droite plonge dans cette poudreuse jusqu’à la cheville. L’équilibre est alors précaire. L’engagement physique est total. Si la montée paraît interminable, mon moral est inébranlable et inoxydable. Pousser, tirer et avancer. Toujours avancer. Malgré les chutes inévitables. De la neige jusqu’à la taille, il faut alors se relever (d’une manière souvent peu académique) puis avancer. Toujours avancer.

    À intervalles réguliers, un cri se perd dans l’immensité de cet espace noyé progressivement dans la brume. C’est la voix de Moorta, l’un de nos guides inuits. De la main, il m’indique alors sommairement la direction à suivre. Le plus souvent, c’est là où la couche de neige se révèle la plus profonde. En temps ordinaire, une telle situation m’aurait prodigieusement agacé. Aujourd’hui, je suis heureux. Heureux d’être confronté à ces éléments et à ces paysages que Paul-Émile Victor détaille et décrit dans ses récits épiques. Son ouvrage Boréal et Banquise est ma « bible » depuis de nombreux mois. Ce que je pressentais avant ce périple se vérifie : le bonheur absolu est à portée de doigts à condition de s’y employer entièrement »

    Stéphane DUGAST
    Photographies : Stéphane DUGAST / Paul-Emile Victor

     

     PEVbookVISUEL.jpg

    Extraits du Beau-Livre « Dans les pas de Paul-Emile Victor. Vers un réchauffement climatique ? » (Michel Lafon)

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • CHASSE GARDÉE

    IMG_0562.JPG

    Campement de Ningerte
    66° 17’  Nord / 37° 14’ Ouest

    « Temps duveteux dans le fjord du Sermilik, une large échancrure située le long de la côte est du Groenland. Depuis l’apparition d’un phoque dans les eaux parsemées de glace, le silence est d'or à Ningerte.

    Casquette verte vissée de travers sur le crâne, veste polaire entrouverte et bas de survêtement noir rendu bouffant par ses grosses bottes kaki en caoutchouc, Tobias Ignatiussen est aux aguets. Fusil à la main, ce chasseur quadragénaire, parmi les plus réputés de la région d’Ammassalik, scrute minutieusement les eaux redevenues calmes.

    Plus un bruit, ni même un chuchotement au campement. Le mammifère marin ne devrait maintenant plus tarder à pointer son museau afin de revenir prendre sa respiration à la surface. L’attente parait interminable. Rien ne semble pourtant perturber la concentration de ce chasseur natif du Sermilik.

    Si la chasse a été, pendant des siècles, l’activité principale des Inuits, elle n’est désormais un métier que pour une soixantaine d’entre eux, détenteur d’un permis de chasse officiel. 

    Source de revenus complémentaires pour les chasseurs comme Tobias, cette activité ancestrale est devenue aujourd’hui un loisir pour la majorité des habitants de la côte orientale du Groenland seulement peuplée de 3 500 habitants, tandis que 54 000 Groenlandais habitent le long de la côte occidentale. (…) »

    Stéphane DUGAST

     Extrait du récit  « DANS LES PAS DE PAUL-EMILE VICTOR »
    paru dans le livre CARNETS D’AVENTURES (Presse de la Renaissance)

    Photographie : © Stéphane DUGAST 

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA PASSION DES GLACES

    FCB pic 5 W.jpg

     OCEAN ARCTIQUE (RUSSIE)

    Banquise à perte de vue, lumière tamisée et soleil bas au-dessus de l'horizon. La montre affiche pourtant 16 heures tapantes.

    Juste devant nous s'étend l'océan Arctique glacial. Derrière, la terre la plus septentrionale en Sibérie. Hormis quelques bidons d'essence et une cabane enfouis dans l'épaisse couche de neige, rien ne distingue la terre de l'océan gelé.

    Grand départ pour Frédéric Chamard-Boudet. Son rêve ? Devenir le premier Français à atteindre le pôle Nord en solitaire et sans ravitaillement.

    Sa quête sera brisée nette dès le deuxième jour de son expédition. La faute à une banquise devenue fragile. Il chutera dans une eau à -2°C. La température de l'air oscillant jusqu'à -30°C et ne disposant d’aucune source de chaleur, le marin des glaces attendra dans des conditions extrêmes pendant trois jours ses sauveteurs.

    Six ans plus tard, le marin d’Etat (devenu entre-temps officier de Marine marchande) est toujours autant passionné par les pôles. Il envisage une prochaine expédition en Antarctique au moyen d’un moyen de locomotion insolite : un chars à voile adapté à la glace. Le site de son expédition : www.odyssee-antarctique.fr/

    Stéphane DUGAST
    Photographie © Stéphane DUGAST

    Lien permanent Pin it! Imprimer