Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • UN WEB ROBINSON #2

    1393589_10151960102132608_718620586_n.jpg

    Qui n’a pas rêvé un jour de larguer les amarres, de partir pour un paradis insulaire ? Une fascination qui ne date pas d’aujourd’hui avec le Jardin d’Eden au Moyen Age, sans oublier l’énigmatique Atlantide. La littérature s’est emparée du sujet. L’île déserte devient celle aux trésors mais se fait aussi mystérieuse avec Jules Verne, un lieu où l’on survit avec le Robinson de Daniel Defoe. Un Web Robinson, alias Gauthier Toulemonde (LIRE LA CHRONIQUE) a décidé de vivre cette expérience. Accompagné les premiers jours par Raphaël Domjan, Gauthier a pu ainsi se mettre en scène. Son île a  pu être filmée sous toutes les coutures, grâce notamment à un drone. L'opportunité de mieux comprendre le «théâtre d’opérations» de cette robinsonnade des temps modernes.

    › EN SAVOIR PLUS
    Des images de Raphaël Domjan. Montage et réalisation est signés Alexis Domjan. Une aventure à suivre en direct sur le site Web Robinson.

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • DROIT AU BUT (RÉACTUALISÉ)

    Nom d’usage ? Marius. Matricule ? 0585-3861. Signes particuliers ? «Petite frappe» du milieu marseillais devenue commando Marine puis directeur de sécurité d'un port et comédien sur le petit comme le grand écran. Sa vie est assurément romanesque. Cette fois, il la raconte dans un récit autobiographique. Net, clair et précis...

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • DES CIEUX AMÉRICAINS

    1375250_630815123625295_2070079200_n.jpg

    Ils sont deux, deux fous furieux de photographie. L’été dernier, ils ont parcouru les États-Unis d’Amérique en quête de paysages sauvages… happés par l’appel de l’aventure. À la clef, un montage esthétique de ces images signées Shane Black, talentueux « fabricant » de time lapses.

    993386_612000915506716_628597334_n.jpg

    2 mois de voyage, 32 Etats traversés, 13 parc nationaux visités, 20 000 kilomètres parcourus à bord d’un vieux Dodge sans régulateur de vitesse. Une qauête : l'Amérique sauvage.

    De ce road-trip dédié à la photographie, les deux amis ont ramené de belles images, dont des time lapses asurrément esthétiques (VOIR LA CHRONIQUE).

    Sans narrateur, ni interviews, ce film est forcément très répétitif. Pour autant, la beauté des images et de la photographie me scotche à l’écran de mon ordinateur.

    › BONUS La musique « Signaling Through The Flames » est signé du groupe The American Dollar Music. Télécharger gratuitement ce qu'ils jugent comme leur meilleur titre.

    1238245_613925938647547_920367115_n.jpg

    › SECRETS DE TOURNAGE
    Voilà ce que les deux auteurs dévoilent de leur tournage basé sur la technique du Motion Control System. Leur matériel : Canon 5DMKII / Canon 5DMKIII / Canon 24LII / Canon 16-35LII / Canon 70-200L ISII / Canon 85L/ Nikon 14-24 f2.8/ Filtres / Trépied Manfrotto Tripods. Logiciels : Adobe Lightroom 4, LRTimelapse et Adobe After Effects

    993386_612000915506716_628597334_n.jpg

    › EN SAVOIR PLUS
    Sur Facebook : https://www.facebook.com/ShaneBlackPhotography/photos_stream

    Sur Flickr : http://www.flickr.com/photos/shaneblack/
    Sur 500px : http://500px.com/shaneblackInstagram

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • MÉRINOS MAL PEIGNÉS

    Tintin-De-la-BD-a-la-tele_image_article_paysage_new.jpg

    Un nouvel album BD de Tintin devrait être bientôt publié, la bonne aubaine ?

    Depuis «Tintin et les Picaros» en 1976 (pour «Tintin et l'Alph-Art» paru en 1986, Hergé ne l'a pas achevé), le célèbre reporter n'a plus connu d'aventures officielles en BD.

    Tintin-bd-20099368-1920-1200.jpg

    Dans un entretien accordé au «Monde» et au «Soir», Nick Rodwell (gestionnaire des droits de l’œuvre avec la société Moulinsart) et Benoît Mouchard (directeur éditorial chez Casterman) ont annoncé de concert qu'une nouvelle aventure de Tintin verrait probablement le jour.

    Un bonne nouvelle de courte durée puisque les deux compères ont aussitôt annoncé que cet album (ou peut être un film animé) ne sortirait pas avant... 2052 !

    tintin-3d.jpg

    «Hergé n'avait pas envie que l'on crée d'autres histoires après lui mais nous aurons une nouveauté, un an avant que l'œuvre ne tombe dans le domaine public pour protéger les droits», a expliqué Nick Rodwell au «Soir».  Selon ce dernier, l'idée est d'éviter que, après 2052, tout le monde se mette à faire du Tintin «n'importe comment !».

    En guise de conclusion, Nick Rodwell a d’ailleurs été pragmatique : «Nous avons 40 ans pour y penser !».

    haddock-600x434.jpg

    Quant au fan dépité, il se consolera en relisant ses albums de jeunesse. Car à 81 ans bien sonnés en 2052, il n’est pas sûr que je puisse lire ce nouvel album.

    D’où mon envie d’injurier la terre entière façon capitaine Haddock[1] : «Mille millions de mille sabords, Bachi-bouzouk, Coloquinte à la graisse de hérisson, Ectoplasme à roulettes, Espèce de mérinos mal peignés, Cyrano à quatre pattes, Amiral de bateau-lavoir, Bougres d’extrait de crétins des Alpe, Simili-martien à la graisse de cabestan ou encore Papou des Carpates»

    Si parmi vous, d'aucuns ne comprenaient ma passion, ma foi tant pis… (SD)

    ©Société Moulinsart

    tintin,moulinsart,spielberg,milou,capitaine haddock,nick rodwell,benoît mouchard


    [1] : Extrait du site web Topito répertoriant les 28 insultes les plus proférées par le Capitaine Haddock

    tintin,moulinsart,spielberg,milou,capitaine haddock,nick rodwell,benoît mouchard

    › BONUS
    Lire la chronique du film Tintin réalisé par Steven Spielberg

    Le reporter et Milou ont également inspiré une série de 5 films documentaires partis «Sur les traces de Tintin»

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • BALLET SPATIAL

    17787_497944236961696_305770901_n.jpg

    UGC Montparnasse à Paris, mercredi soir dernier : jour de sortie de Gravity. Pas un siège de libre. Sandra Bullock et Georges Clooney font recette. J’ai alors chaussé mes lunettes 3D…

    Qu’on se le dise Gravity est un film choc à déguster sur grand écran et en 3D, tant toute sa conception a été savamment pensée et parfaitement exécutée.

    970906_497944286961691_1752932723_n.jpg

    Dès les premières séquences, le réalisateur Alfonso Cuarón (Les Fils de l’Homme en 2006) fait étalage de son talent de prestidigitateur de l’image animée.

    1170845_497944233628363_2031995959_n.jpg

    Sa caméra gravite et virevolte avec grâce autour des deux protagonistes du film. Sans même prêter l’oreille, la bande-son campe à propos cet univers où les hommes se parlent par radio interposée. Plus tard, la musique donnera du rythme à ce thriller spatial.

    Quant à la 3D, elle vous immerge au-dessus de notre bonne vieille planète Terre que vous ne manquerez pas de contempler sous toutes les coutures. La 3D permet également de mieux appréhender cet univers en apesanteur.

    1098039_497944240295029_1362071638_n.jpg

    Si ce film est logiquement comparé à 2001, l’odyssée de l’espace de Stanley Kubrick, les cinéphiles les plus avertis sauront contredire cette assertion. Une chose est sûre ce long-métrage de science-fiction va faire date. Plus qu’un film, une expérience intense. À juger sur pièce... (SD)

    1238198_509000482522738_8094040_n.jpg

    › EN SAVOIR PLUS
    Gravity
    de Alfonso Cuarón avec Sandra Bullock & George Clooney. Science fiction. 1 heure 30. Sortie en salles le 23 octobre.


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • D'AVENTURE À LA ROCHELLE

    festival_film_aventure_2012.jpg

    Autre festival phare dédié aux films d’Aventure, celui de La Rochelle. Cette année, ce festival (axé très sport-aventures) fête sa dixième édition. Rendez-vous en Charente Maritime du 14 au 17 novembre prochains.

    festival d'aventure de la rochelle,isabelle autissier,festival,film,aventure

    DES CHANGEMENTS Du 4 au 17 novembre prochain, l’Aventure est à l’honneur en Charentes-Maritimes. Ce festival arbore un nouveau format avec 4 jours de programmation et pas moins de 20 séances de projection ! 14 000 entrées sont attendues pour cette nouvelle édition. Les spectateurs retrouveront l'auditorium de l'Espace Encan les 14, 15 et 16 novembre prochains tandis que le Festival fêtera dignement son anniversaire à La Sirène le dimanche 17 novembre.

    150726_512919285411030_366592149_n.jpg

    UNE BELLE BROCHETTE L’équipe a déjà visionné plus d’une soixantaine de films reçus et fait actuellement sa sélection parmi les plus beaux films d’Aventure du moment.

    Dans tous les coins du globe, il est des Hommes qui ne cessent d’explorer, de découvrir, de s’aventurer, de s’émerveiller et de témoigner par leurs images et leurs films… projetés en haute définition dans l’auditorium Michel Crépeau.

    Et comme chaque année, le festival a plaisir à les recevoir, aventuriers passionnés, amateurs et professionnels de l’image, réalisateurs, producteurs pour partager avec eux la richesse de leurs expériences.

    431783_531732683529690_657319580_n.jpg

    UNE DAME DE MER Isabelle Autissier (LIRE LE PORTRAIT), la navigatrice, "ancrée" à La Rochelle, sera la présidente du jury du Festival 2013. Une belle personnalité emblématique du monde de l'Aventure pour cette édition anniversaire.       

    ŒUVRE UTILE Le Festival est la première association en France a adhérer au 1% pour la Planète. Pour la 3ème  année consécutive, le Festival reversera 1% de son budget annuel à des associations œuvrant pour la préservation de l'environnement.



    › EN SAVOIR PLUS
    Infos pratiques et programmation du Festival 2013 sur le site web du Festival. Rendez-vous sur www.festival-film-aventure.com


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • D’ORMUZ & D’AILLEURS

    ormuz 2.jpg

    Jean Rolin (LIRE SON PORTRAIT) aime la mer, Britney Spears, les bateaux, les villes, les ports, les chiens, les marins et… le détroit d'Ormuz ! Reliant le golfe Persique au golfe d'Oman, ce point chaud du globe est «l’élément dramaturgique fort» de son dernier roman au titre sobre et élégant.

    rolin-1730975-jpg_1594844.JPG

    Le détroit d’Ormuz, Jean Rolin l’a ainsi franchi personnellement à maintes reprises. Les deux premières fois sur un cargo «dans un climat très tendu» pendant la guerre Iran/Irak dans les années 1980, la troisième fois sur un boutre (à moteur) pour un reportage sur la contrebande de l’or, et la quatrième fois sur un pétrolier-ravitailleur de la Marine : La Meuse, ou plus récemment sur la frégate Cassard pendant un transit entre Mascate et Bahreïn avec à la clef une longue escale à Doha dans le cadre d’un salon d’armement naval.

    C'est aucun doute dans ses embarquements qu'il faut chercher les germes de ce roman qui n’est évidemment ni un traité géopolitique, ni un guide de voyage.

    Envisat---MERIS---Ormuz---Oman---tempete-sable---19-03-201.jpg

    Unissant le golfe Persique à la mer d'Arabie, le détroit d’Ormuz est, en effet, la voie royale du trafic international, emprunté d’ailleurs par plus de 30% du commerce mondial de pétrole. Outre l'Iran et les Émirats arabes unis, Ormuz commande l'accès à d'autres «gros» pays producteurs d'hydrocarbures comme l’Arabie saoudite, le Koweït, le Qatar, le Bahreïn et Irak.

    C’est ce détroit sous forte surveillance que Wax, héros un brin mythomane et plus tout jeune, forme le projet de traverser à la nage, depuis la rive perse jusqu'à la rive arabe. Une entreprise à hauts risques requérant des repérages, des prises de contacts et de fines analyses de la situation politico-militaire parfois tordue que nous détaille dans ce roman un narrateur, également chargé de la chronique de l’exploit en question.

    9782916390239_1_75.jpg

    Cette étonnante odyssée, Jean Rolin la raconte avec saveur, sans se départir de son regard ironique qui lui est propre.  Quant à son œuvre littéraire, elle ne manque pas de sel. Depuis, il a en effet embarqué, deux mois durant, sur le patrouilleur austral de la Marine nationale L’Albatros à destination des Terres Australes et Antarctiques Françaises[1]. «J’aime les immersions», concède sobrement l’intéressé. Autant d’arguments qui devraient inciter les gens de mer à lire cet écrivain affectionnant comme eux la vie sur les océans.

    Stéphane DUGAST

    ormuz.jpg

    Ormuz de Jean Rolin. 217 pages - 16€ (P.O.L)



    [1] : De cet embarquement austral, Jean Rolin a publié un court récit de 56 pages intitulé L'albatros est un chasseur solitaire paru chez l’éditeur grenoblois Cent pages.

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA PLANÈTE VERTE

    amazonia,amazone,forêt,thierry ragobert,luc marescot,singe capucin,gédéon programme,france,brésil,la planète blanche


    À la suite d'un accident d’avion, un jeune singe capucin né en captivité se retrouve brutalement seul et désemparé au cœur de la forêt amazonienne. Un long-métrage (en salle le 27 novembre prochain) signé
    Thierry Ragobert, l’auteur de nombreux films documentaires et réalisateur du remarqué La Planète Blanche. Direction cette fois la forêt amazonienne pour un film entre documentaire et fiction.

    amazonia,amazone,forêt,thierry ragobert,luc marescot,singe capucin,gédéon programme,france,brésil,la planète blanche

    › L’HISTOIRE
    Sans repères et confronté aux mille et un périls de l'immensité verte un jeune singe capucin va devoir s’adapter à cet univers inconnu, grouillant, foisonnant, souvent merveilleux mais aussi étrange et hostile. Héros d'une extraordinaire aventure qui lui fera affronter non seulement ses semblables mais aussi des prédateurs redoutables, des végétaux toxiques et l'Amazone en crue,  il va entamer un long voyage qui lui permettra de découvrir enfin sa seule chance de survie: une place parmi les siens…

    _79h9491__c_2013_le_pacte_biloba_films_gullane-36aa8.jpg

    _79h8721__c_2013_le_pacte_biloba_films_gullanesm-3c73e.jpg

    › LA GÉNÈSE
    Né en 2006 à la sortie du film La Planète blanche, grande épopée de la vie en Arctique sur une année, le projet Amazonia raconte cette fois un autre biotope essentiel  de notre planète : l’Amazonie, la Planète Verte. Confession du producteur : « Pour raconter le fonctionnement de cet incroyable écosystème, qui abrite plus de 10% des espèces de la planète, il me semblait évident qu’il fallait trouver un moyen de la faire ressentir physiquement au spectateur, l’immerger, dans la forêt, avec ses bruits, ses odeurs, l’humidité, cette impression d’écrasement que procure le premier contact,  la peur de toute cette faune qu’on aperçoit plus qu’on ne la voit, mais qui est toujours présente autour de nous. Il était essentiel de vivre cette histoire par le biais d’un personnage qui fasse la même expérience que celle  que nous pourrions faire nous-mêmes. Il fallait un animal candide, pour faire cet apprentissage de la forêt ».

    _mg_3714__c_2013_le_pacte_biloba_films_gullane.jpg

    image.jpg

    › UNE ANECDOTE

    Le réalisateur Thierry Ragobert a d’abord imaginé que cette histoire pourrait être vécue par un jeune marsupial, qui se trouverait séparé de sa mère par la crue, et serait confronté aux périls de la forêt. C’est son ami et partenaire Luc Marescot qui a eu l’idée du singe capucin, parce qu’il avait eu l’occasion de voir à quelle vitesse cette espèce de singes pouvait apprendre de son environnement. L’idée du singe capucin a tout de suite été retenue, et comme il fallait qu’il ne connaisse pas la forêt, Luc a imaginé  un singe vivant parmi les hommes, et un accident d’avion qui le plongerait dans la forêt, où il serait obligé  de réapprendre à vivre.

    185f04__c_2013_le_pacte_biloba_films_gullane-55d72.jpg

    amazonia,amazone,forêt,thierry ragobert,luc marescot,singe capucin,gédéon programme,france,brésil,la planète blanche

    › UN DÉCOR NATUREL

    Le tournage s’est échelonné sur 2 ans, après près de 6 mois durant lesquels les jeunes animaux ont dû s’habituer à la présence des hommes et des caméras sur leur territoire. Tout s’est construit jour après jour, avec une patience  infinie dans le travail avec les jeunes singes et les autres animaux. Il fallait réinventer sans cesse les scènes écrites pour  s’adapter aux comportements des animaux. Pour que l’expérience d’immersion dans la forêt soit la plus forte possible, il fallait que le film puisse tenir sans aucun commentaire, et qu’il soit tourné en relief, ce qui n’avait jamais été fait en plein cœur de la forêt amazonienne,  avec des animaux à peine imprégnés, et d’autres sauvages.

     
    › FICHE TECHNIQUE

    Amazonia. Un film réalisé par Thierry Ragobert. Un scénario de Johanne Bernard, Luiz Bolognesi, Louis-Paul Desanges, Luc Marescot, & Thierry Ragobert, d'après une idée originale de Stephane Milliere & Luc Marescot. Images (coleurs, 3D) de  Manuel Teran, Gustavo Hadba, Jerome Bouvier. Musique de Bruno Coulais; sound (Dolby Digital).  1h25. France/Brésil. Un film entièrement tourné en 3D. En salle le 27 novembre prochain.

    amazonia,amazone,forêt,thierry ragobert,luc marescot,singe capucin,gédéon programme,france,brésil,la planète blanche

    › FICHE TECHNIQUE
    RDV sur le site web officiel.

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UN WEB ROBINSON #1

    gauthier toulemonde,webrobinson,île,expédition

    Gauthier Toulemonde vit seul une expérience de télétravail durant 40 jours sur une île sauvage et déserte de l'archipel de Sumatra dans le Pacifique (EN SAVOIR PLUS). En robinson des temps modernes, Gauthier partage quotidiennement son expérience sur son blog. Extraits de ses billets en guise de journal de bord pour les lecteurs du blog Embarquements.

    539663_1425485461000993_1688297360_n.jpg

    10/10
    DES SURPRISES

    « Mon voyage a commencé ! Il aura fallu du temps pour rejoindre Jakarta après de multiples escales. Plus de 25 heures sans dormir mais l'île se rapproche enfin. Quelques surprises vous attendent pour les prochains jours qui ne manqueront pas de vous surprendre.

    UN CHIEN NOMMÉ GECKO

    J'ai fait ce jeudi la connaissance de Gecko. Son propriétaire me l'a proposé le temps de l'expédition. Cette charmante petite bête devrait me tenir compagnie et aussi impressionner les rats. Pas franchement sensible à son charme, je vais quand même le prendre.

    Il m'a en effet abondamment léché la main sans pour autant me la manger et je me suis laissé convaincre. Gecko, c'est un tendre qui cache bien son jeu. Et puis quand Robinson emmène son vendredi un vendredi...

    1385110_1425297397686466_274566795_n.jpg

    11/10
    CINQ NOUVEAUX CHATS

    Belle journée avec une arrivée sous le soleil. L’île est magnifique avec une jungle dense qui abrite un aigle pêcheur. Raphael et moi-même avons monté une bonne partie du camp. Gecko est un super chien et nous sommes déjà amis. Nous avons pris cinq chats et déjà une première naissance juste avant la tombée de la nuit.

    Leur présence est dissuasive, pas un rat en vue dans l’immédiat. Il va falloir trouver un nom pour le chaton, si vous avez des idées elles sont les bienvenues. Un violent orage vient de s’abattre sur l’île, je vous laisse et à demain pour plus d’infos.

    1379806_1426711830878356_206004031_n.jpg

    12/10
    LA VIE DES BÊTES

    Ciel partiellement nuageux, 35° Celsius. Gros orage une bonne partie de la nuit, assez impressionnant au point que Gecko qui dort sous mon hamac m’a réveillé plusieurs fois pour être rassuré. Sous ses airs de bête féroce, c’est un grand sensible mais il n’a qu’un an. Ce matin nous avons découvert quatre chatons au total. Le premier né s’appelle vendredi, c’est le nom que vous avez retenu à une grande majorité.

    Les animaux sont nombreux sur l’île à commencer par ceux que nous avons ramenés : Gecko que l’on présente plus, les chats mais aussi un coq et une poule ! Avec un peu de chance j’aurai des œufs frais. Au départ de Raphaël en début de semaine prochaine, c’en sera fini de la bonne viande séchée de Suisse et du fromage. Des tortues sont venues pondre et des varans de plus d’un mètre ont tenté de prendre les œufs.

    Enfin, nous avons vu deux serpents sur la plage, l’un vert, de petite taille mais assez agressif et un autre beaucoup plus grand. Je vais essayer de prendre des photos et si vous parvenez à les identifier, cela me sera très utile en cas de morsure. Raphaël a fait du super boulot toute la journée en vérifiant l’installation solaire et les connections Internet.

    De mon côté après le rangement du camp, j’ai repris la rédaction d’articles. Un simple portable alimenté à l’énergie solaire, une plage déserte, voilà à quoi se résume mon nouveau bureau. Demain nous devrions faire le tour de l’île et vous adresser des photos.

    1375984_1426256134257259_1425402097_n.jpg
    Ci-contre Raphaël Domjan (à gauche) venu aider les premiers jours Gauthier Toulemonde à s'installer sur son île déserte.

    14/10
    HISTOIRES TIMBRÉES

    Les chats sont tous revenus en début de matinée et Vendredi se porte bien. Avec le départ de Raphaël Domjan (NDLR : un ami de Gauthier, fondateur et président de  SolarPlanet), je suis à présent seul sur cette île. Après un bon feu de bois, je vais partir en pleine nuit voir si d'autres tortues viennent pondre. Pas de télévision, pas d'ami à qui parler, je contemple le spectacle vivant de la nature. À demain et portez vous bien.

    1376484_1425228244360048_910867559_n.jpg

    Toutes les enveloppes de l'expédition souscrites par les lecteurs de Timbres magazine ont été dédicacées. Elles leur seront adressées de Sumatra à mon retour de l'île. Ces enveloppes sont une part de cette aventure, un souvenir de celle ci qui est aussi la vôtre. J'en prépare de nouvelles si cela vous intéresse, j'aurai l'occasion de vous en parler. Les varans sont proches du camp et deux chats manquent è l'appel ce soir.

    Nous avons retrouvé Robinson seul et il a été aussitôt confié à l'autre chatte qui l'a accepté comme l'un des siens. J'espère que nous les retrouverons. Raphaël quitte l'île demain' une nouvelle page de l'expédition va s'écrire. Belle soirée à vous.

    gauthier toulemonde,webrobinson,île,expédition

    15/10
    UN MAXIMUM D’ÉNERGIE

    Rapidos avant l'arrivée d'un énorme orage. Grâce à l’énergie solaire, il est possible de vivre en autarcie et même de continuer de travailler, ce qui est mon cas. Sur cette photo, on peut voir au pied de l’arbre les deux batteries qui servent à recharger le matériel : ordinateur, téléphone, appareils de photo, caméras et lampe frontale.

    À l’avant des batteries se trouvent de multiples prises, toutes faciles d’accès : prises traditionnelles, USB et plusieurs accès pour des lampes lorsque je n’utilise pas ma frontale. Des indicateurs renseignent sur le niveau des batteries. Ils permettent de gérer les ressources en électricité. Sachant que je peux m’attendre à trois jours de pluie d’affilé, je veille chaque jour à conserver un maximum d’énergie disponible.

    1381739_1426483214234551_1583694832_n.jpg

    À droite derrière le hamac se trouvent les quatre panneaux solaires reliés aux batteries. Profitant de la lumière de la lune, je suis allé voir hier soir si des tortues étaient venues pondre. Aucune trace, tant pis pour les varans qui s’étaient régalés avec les œufs il y a deux jours. Impossible de les dissuader de faire autrement et leur puissance force le respect.

    Si l’envie vous prend d’être un temps un Web Robinson, voici quelques conseils que je peux vous donner après une semaine d’expérience. Si vous arrivez très fatigué sur l’île – ce qui est mon cas – n’espérez pas vous refaire une santé rapidement par ce que vous êtes au grand air. Comme on va le voir, mais tout dépend de votre charge de travail, la vie du Robinson est accaparé par la nécessité de se nourrir, d’assurer la logistique du camp et de tenir compte des aléas climatiques.

    gauthier toulemonde,webrobinson,île,expédition

    17/10
    UNE JOURNÉE ORDINAIRE


    Lever à 6 heures, il est indispensable de vivre en fonction du soleil, la nuit tout est compliqué. Ayant pas mal d’animaux, il faut les nourrir, s’assurer qu’ils se portent bien. Une petite inspection du camp n’est pas non plus à négliger : panneaux solaires mais aussi éventuelles traces d’animaux. En observant le sable, on voit rapidement qui s’est rendu dans le camp durant la nuit. J’essaye de prendre des déjeuners copieux et j’attaque avec du riz afin d’être bien calé.

    Vers 7 heures ou un peu plus tard, je prends connaissance des mails arrivés la nuit et en profite pour tout de suite répondre. Il ne faut jamais oublier que si le temps se dégrade dans la journée, il sera difficile voire impossible de communiquer par mail. En ce qui me concerne, il faut que je sois dehors face à la mer pour que la connexion satellite s’effectue correctement.

    gauthier toulemonde,webrobinson,île,expédition

    Vers midi la chaleur est accablante et vous fonctionnez au ralenti. C’est le moment de prendre un second repas et de se reposer. Si le temps le permet, il faut en profiter pour recharger tous vos appareils : ordinateur, téléphone, lampe frontale... L’objectif est de disposer de batteries pleines pour la nuit. Négliger cette routine peut ensuite poser des problèmes. En fonction de l’emploi du temps, reprise vers 14 heures ou avant. Il est 9 heures en France et il est possible de communiquer avec le bureau.

    A 16 heures la lumière est belle et j’en profite pour filmer et faire des photos. Après une nouvelle séquence de travail, il faut ensuite préparer le camp pour la nuit, nourrir les animaux, tout vérifier et prendre un semblant de repas si nécessaire. Le jour tombe brutalement à 18 heures 30.

    Je consulte mes mails à nouveau vers 20 heures, adresse les derniers articles et rédige le blog. Ayant un projet de livre, c’est à ce moment que j’y travaille et dans la tente. Je me couche vers minuit mais tout dépend de la météo.

    gauthier toulemonde,webrobinson,île,expédition

    Hier soir à 21 heures, il y a eu un orage redoutable. L’équivalent d’un beau feu d’artifice un 14 juillet et ce durant plusieurs heures. Le vent était particulièrement violent et il a fallu protéger les panneaux solaires. Inutile de dire qu’en pareil cas, il n’y a rien d’autre à faire si ce n’est essayer de dormir. Pour être certain de prendre du poisson, il faut pêcher dans le lagon à marée haute et la nuit. Ici la passe, aspire vers le large. Dangereux avec le risque de ne pas pouvoir revenir sur l’île. Je me contente donc du lagon. La nuit après une journée bien remplie, l’envie d’aller pêcher est faible. Il faut se forcer car ensuite les carences alimentaires surviennent tout comme la fatigue et la baisse du moral.

    La météo étant mauvaise, j’en profite pour poster ce blog tôt mais c’est une précaution à prendre. Demain grand repos et découverte de cette île magnifique et tout particulièrement de la jungle. Belle journée à vous »

    Gauthier Toulemonde, le Web Robinson

    Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
     

    › À SUIVRE
    Une aventure à suivre sur le blog EMBARQUEMENTS et sur le site web de l’Expédition WebRobinson


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UN BLOG «FAIT-MAIN»

    golden-blog-award1.jpg

    Le cinéma a ses Césars, la musique ses Victoires, le théâtre ses Molières… Désormais, les blogs ont les Golden Blog Awards ! Au cours d’une soirée organisée le 13 novembre prochain, 20 catégories seront primées et chacune sera représentée et soutenue haut et fort par un partenaire. En attendant, votez Embarquements !

    1012572568.2.JPG

    Fort d’une douzaine d’années de reportages sous toutes les latitudes, j’ai développé un fort «tropisme» pour les mondes de l’aventure, des océans, de l’exploration et les immersions en tous genres.

    Reporter d'abord, auteur & réalisateur aussi, je réalise des reportages pour la presse, des films documentaires pour la TV tout en publiant des ouvrages. Membre de la Société des Explorateurs Français, je pilote le blog  EMBARQUEMENTS | l’AVENTURE AUTREMENT depuis 2007.

    1800309766.jpg

    Conçu à l’origine pour partager au plus grand nombre mes «productions» littéraires ou cinématographiques, ce blog a ensuite laissé la parole aux passionnés comme moi de mer, d’aventures, d’explorations et d’horizons lointains sur ou sous l’eau, dans les airs ou à terre.

    Au fil de mes billets et reportages «faits-main», ce blog est devenu un lieu pour prendre le temps de voir, de lire, d’écouter et de regarder le monde qui nous entoure à travers le prisme de l’aventure, du voyage, de la découverte et de l’exploration.

    BANDEAUmer.jpg

    Les retours des internautes lecteurs sont souvent élogieux. La communauté des lecteurs et lectrices du blog grossit chaque mois. Chaque mois, EMBARQUEMENTS rassemble désormais 6 000 visiteurs uniques, 20 000 pages lues / mois et une communauté de 1 000 followers sur Facebook et Twitter.


    Plus modestement, je veux continuer de raconter cet univers qui me passionne et pourquoi pas faire héberger ce blog sur le site web d’un «grand» du monde des médias afin de raconter et d’insuffler l’esprit d’aventure dans notre société.

    A ce sujet, je suis d’ailleurs preneur de toutes vos idées et vos suggestions. Car l’intérêt et le bien-fondé de l’Internet, c’est son interactivité ! Et encore merci à vous pour votre fidélité.

    Stéphane DUGAST

    736665_406556766087790_500518309_o.jpg

    Parce que vous êtes de plus en plus nombreux à suivre ce blog et qu’il doit se développer pour continuer de vous raconter autrement le monde de l’Aventure, votez EMBARQUEMENTS !


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • DES RACINES ET DES AILES (RÉACTUALISÉ)

    Image.jpg

    Il était une forêt, c’est le prochain long-métrage du cinéaste Luc Jacquet, oscar 2006 du meilleur documentaire pour La marche de l’empereur. Cette fois, le cinéaste très Nature nous invite à découvrir les forêts tropicales.


    C’est grâce à Vincent Munier, à l’occasion d’une discussion lors de l’édition 2012 des Ecrans de l’Aventure, que j’ai appris l’existence de ce projet d’envergure faisant revivre 7 siècles d’évolution végétale en 75 minutes.

    Vincent était fort enthousiaste, nous racontant avec faconde les quelques semaines de tournage qu’il avait vécues au Gabon aux côtés de Luc Jacquet et de son équipe.

    article_lucjacquet.jpg


    Plus qu’un énième documentaire, ce long-métrage du réalisateur de Le Renard et l’enfant  raconte ainsi les grandes forêts primaires encore intactes de toute exploitation humaine, qui survivent tant bien que mal en Afrique, en Asie ou en Amérique du Sud.


    C’est suite à une rencontre avec le botaniste et biologiste Francis Hallé, et à cause de sa fascination pour la forêt et «l’intelligence végétale», que l’idée est venue à Luc Jacquet de nous raconter les forêts dans un documentaire ambitieux soutenu par The Walt Disney Company France, Bonne Pioche et l’association Wild-Touch fondé par le réalisateur.

    IEUF_Affiche.jpg

    Il était une forêt de Luc Jacquet sur grand écran le 13 novembre 2013.

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LIVRE AUX TRÉSORS

    7760954178_erick-surcouf.JPG

    Descendant du célèbre «roi des corsaires», Erick Surcouf signe un étonnant «Manuel du chercheur de trésors».

    Découvreur d'épaves et chasseur de trésors invétéré, Erick Surcouf est intarissable sur le sujet. De l'identification d'un trésor grâce aux archives historiques à l'obtention d'un permis de concession, sans oublier la législation sur la mise en vente des vestiges précieux, les méthodes de recherche ou encore les modes de financement des expéditions, l'auteur consigne tout.

    Un ouvrage fort utile pour laisser son imaginaire s’enflammer.

    52509452_10874838.jpg

    › À LIRE
    Manuel du chercheur de trésors d’Erick Surcouf. 115 pages – 16 € (Flammarion)

    Lien permanent Pin it! Imprimer