Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ile

  • BOUTS DU MONDE : L'ÎLE MYSTERIEUSE

    Un reportage signé Stéphane Dugast est paru dans le dernier numéro (le n°27) de la Revue Bouts du monde – carnets de voyage. Il est question de... Clipperton ! Rapides explications.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • DES NOUVELLES DU WEB ROBINSON

    Que devient le Web Robinson alias Gauthier Toulemonde ? La réponse de l’intéressé.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UN WEBROBINSON #4

     1452193_1434843500065189_1471152289_n.jpg

    Qui n'a pas rêvé un jour de larguer les amarres et de partir vivre seul sur une île déserte ? Gauthier Toulemonde a exaucé son rêve (LIRE LA CHRONIQUE) en vivant seul sur une île déserte perdue face à l’immensité du Pacifique. De retour à la civilisation, il s’épanche sur son présent désormais rythmé par l’écriture d’un livre. La parole est au web robinson...

    « Mes nuits sont passées à l’écriture du livre, à regarder le film tourné sur place afin de ne rien oublier. Car je suis bien loin d’avoir révélé tous les secrets de cette île mystérieuse, de ma vie quotidienne et des réflexions qu’elle m’inspire. Il me fallait un peu de recul, je l’ai à présent. Le livre est sur les rails, je n’ai plus qu’à réunir mes souvenirs, de parler de cette fascination pour les lieux désertiques ou vierges de la planète, ceux qui inspirent, ceux que l’on n’oublie jamais.

    1450201_1438230139726525_317536583_n.jpg

    L’ouvrage débute par un voyage fondateur en 2005 à Clipperton - un simple îlot perdu dans l’immensité de l’océan Pacifique - avant que je ne m’aventure au pôle Nord et ses gros glaçons sur lesquels j’ai vécu des moments magiques, avant que je rejoigne l’Amazonie pour enfin participer à l’aventure du Planetsolar et son tour du monde avec pour seule énergie le soleil.

    988854_1441948356021370_198030349_n.png

    Des rencontres avec des femmes et des hommes extraordinaires qui font ce qu’ils peuvent pour préserver la planète et dont j’évoque la riche personnalité. Puis une large partie de l’ouvrage est consacrée à l’aventure en solo en Indonésie.

    1470007_1436946199854919_2076829375_n.jpg

    En solo, oui et non car vous étiez avec moi et j’ai tout fait pour que ce petit anneau de terre soit le vôtre, celui de votre imagination, celui qui vous inspirera peut être un voyage sur une île en France ou ailleurs.

    J’attends des nouvelles de Gecko, mon chien. J’espère qu’il viendra en France en 2014 »

    Gauthier Toulemonde

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UN WEB ROBINSON #2

    1393589_10151960102132608_718620586_n.jpg

    Qui n’a pas rêvé un jour de larguer les amarres, de partir pour un paradis insulaire ? Une fascination qui ne date pas d’aujourd’hui avec le Jardin d’Eden au Moyen Age, sans oublier l’énigmatique Atlantide. La littérature s’est emparée du sujet. L’île déserte devient celle aux trésors mais se fait aussi mystérieuse avec Jules Verne, un lieu où l’on survit avec le Robinson de Daniel Defoe. Un Web Robinson, alias Gauthier Toulemonde (LIRE LA CHRONIQUE) a décidé de vivre cette expérience. Accompagné les premiers jours par Raphaël Domjan, Gauthier a pu ainsi se mettre en scène. Son île a  pu être filmée sous toutes les coutures, grâce notamment à un drone. L'opportunité de mieux comprendre le «théâtre d’opérations» de cette robinsonnade des temps modernes.

    › EN SAVOIR PLUS
    Des images de Raphaël Domjan. Montage et réalisation est signés Alexis Domjan. Une aventure à suivre en direct sur le site Web Robinson.

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UN WEB ROBINSON #1

    gauthier toulemonde,webrobinson,île,expédition

    Gauthier Toulemonde vit seul une expérience de télétravail durant 40 jours sur une île sauvage et déserte de l'archipel de Sumatra dans le Pacifique (EN SAVOIR PLUS). En robinson des temps modernes, Gauthier partage quotidiennement son expérience sur son blog. Extraits de ses billets en guise de journal de bord pour les lecteurs du blog Embarquements.

    539663_1425485461000993_1688297360_n.jpg

    10/10
    DES SURPRISES

    « Mon voyage a commencé ! Il aura fallu du temps pour rejoindre Jakarta après de multiples escales. Plus de 25 heures sans dormir mais l'île se rapproche enfin. Quelques surprises vous attendent pour les prochains jours qui ne manqueront pas de vous surprendre.

    UN CHIEN NOMMÉ GECKO

    J'ai fait ce jeudi la connaissance de Gecko. Son propriétaire me l'a proposé le temps de l'expédition. Cette charmante petite bête devrait me tenir compagnie et aussi impressionner les rats. Pas franchement sensible à son charme, je vais quand même le prendre.

    Il m'a en effet abondamment léché la main sans pour autant me la manger et je me suis laissé convaincre. Gecko, c'est un tendre qui cache bien son jeu. Et puis quand Robinson emmène son vendredi un vendredi...

    1385110_1425297397686466_274566795_n.jpg

    11/10
    CINQ NOUVEAUX CHATS

    Belle journée avec une arrivée sous le soleil. L’île est magnifique avec une jungle dense qui abrite un aigle pêcheur. Raphael et moi-même avons monté une bonne partie du camp. Gecko est un super chien et nous sommes déjà amis. Nous avons pris cinq chats et déjà une première naissance juste avant la tombée de la nuit.

    Leur présence est dissuasive, pas un rat en vue dans l’immédiat. Il va falloir trouver un nom pour le chaton, si vous avez des idées elles sont les bienvenues. Un violent orage vient de s’abattre sur l’île, je vous laisse et à demain pour plus d’infos.

    1379806_1426711830878356_206004031_n.jpg

    12/10
    LA VIE DES BÊTES

    Ciel partiellement nuageux, 35° Celsius. Gros orage une bonne partie de la nuit, assez impressionnant au point que Gecko qui dort sous mon hamac m’a réveillé plusieurs fois pour être rassuré. Sous ses airs de bête féroce, c’est un grand sensible mais il n’a qu’un an. Ce matin nous avons découvert quatre chatons au total. Le premier né s’appelle vendredi, c’est le nom que vous avez retenu à une grande majorité.

    Les animaux sont nombreux sur l’île à commencer par ceux que nous avons ramenés : Gecko que l’on présente plus, les chats mais aussi un coq et une poule ! Avec un peu de chance j’aurai des œufs frais. Au départ de Raphaël en début de semaine prochaine, c’en sera fini de la bonne viande séchée de Suisse et du fromage. Des tortues sont venues pondre et des varans de plus d’un mètre ont tenté de prendre les œufs.

    Enfin, nous avons vu deux serpents sur la plage, l’un vert, de petite taille mais assez agressif et un autre beaucoup plus grand. Je vais essayer de prendre des photos et si vous parvenez à les identifier, cela me sera très utile en cas de morsure. Raphaël a fait du super boulot toute la journée en vérifiant l’installation solaire et les connections Internet.

    De mon côté après le rangement du camp, j’ai repris la rédaction d’articles. Un simple portable alimenté à l’énergie solaire, une plage déserte, voilà à quoi se résume mon nouveau bureau. Demain nous devrions faire le tour de l’île et vous adresser des photos.

    1375984_1426256134257259_1425402097_n.jpg
    Ci-contre Raphaël Domjan (à gauche) venu aider les premiers jours Gauthier Toulemonde à s'installer sur son île déserte.

    14/10
    HISTOIRES TIMBRÉES

    Les chats sont tous revenus en début de matinée et Vendredi se porte bien. Avec le départ de Raphaël Domjan (NDLR : un ami de Gauthier, fondateur et président de  SolarPlanet), je suis à présent seul sur cette île. Après un bon feu de bois, je vais partir en pleine nuit voir si d'autres tortues viennent pondre. Pas de télévision, pas d'ami à qui parler, je contemple le spectacle vivant de la nature. À demain et portez vous bien.

    1376484_1425228244360048_910867559_n.jpg

    Toutes les enveloppes de l'expédition souscrites par les lecteurs de Timbres magazine ont été dédicacées. Elles leur seront adressées de Sumatra à mon retour de l'île. Ces enveloppes sont une part de cette aventure, un souvenir de celle ci qui est aussi la vôtre. J'en prépare de nouvelles si cela vous intéresse, j'aurai l'occasion de vous en parler. Les varans sont proches du camp et deux chats manquent è l'appel ce soir.

    Nous avons retrouvé Robinson seul et il a été aussitôt confié à l'autre chatte qui l'a accepté comme l'un des siens. J'espère que nous les retrouverons. Raphaël quitte l'île demain' une nouvelle page de l'expédition va s'écrire. Belle soirée à vous.

    gauthier toulemonde,webrobinson,île,expédition

    15/10
    UN MAXIMUM D’ÉNERGIE

    Rapidos avant l'arrivée d'un énorme orage. Grâce à l’énergie solaire, il est possible de vivre en autarcie et même de continuer de travailler, ce qui est mon cas. Sur cette photo, on peut voir au pied de l’arbre les deux batteries qui servent à recharger le matériel : ordinateur, téléphone, appareils de photo, caméras et lampe frontale.

    À l’avant des batteries se trouvent de multiples prises, toutes faciles d’accès : prises traditionnelles, USB et plusieurs accès pour des lampes lorsque je n’utilise pas ma frontale. Des indicateurs renseignent sur le niveau des batteries. Ils permettent de gérer les ressources en électricité. Sachant que je peux m’attendre à trois jours de pluie d’affilé, je veille chaque jour à conserver un maximum d’énergie disponible.

    1381739_1426483214234551_1583694832_n.jpg

    À droite derrière le hamac se trouvent les quatre panneaux solaires reliés aux batteries. Profitant de la lumière de la lune, je suis allé voir hier soir si des tortues étaient venues pondre. Aucune trace, tant pis pour les varans qui s’étaient régalés avec les œufs il y a deux jours. Impossible de les dissuader de faire autrement et leur puissance force le respect.

    Si l’envie vous prend d’être un temps un Web Robinson, voici quelques conseils que je peux vous donner après une semaine d’expérience. Si vous arrivez très fatigué sur l’île – ce qui est mon cas – n’espérez pas vous refaire une santé rapidement par ce que vous êtes au grand air. Comme on va le voir, mais tout dépend de votre charge de travail, la vie du Robinson est accaparé par la nécessité de se nourrir, d’assurer la logistique du camp et de tenir compte des aléas climatiques.

    gauthier toulemonde,webrobinson,île,expédition

    17/10
    UNE JOURNÉE ORDINAIRE


    Lever à 6 heures, il est indispensable de vivre en fonction du soleil, la nuit tout est compliqué. Ayant pas mal d’animaux, il faut les nourrir, s’assurer qu’ils se portent bien. Une petite inspection du camp n’est pas non plus à négliger : panneaux solaires mais aussi éventuelles traces d’animaux. En observant le sable, on voit rapidement qui s’est rendu dans le camp durant la nuit. J’essaye de prendre des déjeuners copieux et j’attaque avec du riz afin d’être bien calé.

    Vers 7 heures ou un peu plus tard, je prends connaissance des mails arrivés la nuit et en profite pour tout de suite répondre. Il ne faut jamais oublier que si le temps se dégrade dans la journée, il sera difficile voire impossible de communiquer par mail. En ce qui me concerne, il faut que je sois dehors face à la mer pour que la connexion satellite s’effectue correctement.

    gauthier toulemonde,webrobinson,île,expédition

    Vers midi la chaleur est accablante et vous fonctionnez au ralenti. C’est le moment de prendre un second repas et de se reposer. Si le temps le permet, il faut en profiter pour recharger tous vos appareils : ordinateur, téléphone, lampe frontale... L’objectif est de disposer de batteries pleines pour la nuit. Négliger cette routine peut ensuite poser des problèmes. En fonction de l’emploi du temps, reprise vers 14 heures ou avant. Il est 9 heures en France et il est possible de communiquer avec le bureau.

    A 16 heures la lumière est belle et j’en profite pour filmer et faire des photos. Après une nouvelle séquence de travail, il faut ensuite préparer le camp pour la nuit, nourrir les animaux, tout vérifier et prendre un semblant de repas si nécessaire. Le jour tombe brutalement à 18 heures 30.

    Je consulte mes mails à nouveau vers 20 heures, adresse les derniers articles et rédige le blog. Ayant un projet de livre, c’est à ce moment que j’y travaille et dans la tente. Je me couche vers minuit mais tout dépend de la météo.

    gauthier toulemonde,webrobinson,île,expédition

    Hier soir à 21 heures, il y a eu un orage redoutable. L’équivalent d’un beau feu d’artifice un 14 juillet et ce durant plusieurs heures. Le vent était particulièrement violent et il a fallu protéger les panneaux solaires. Inutile de dire qu’en pareil cas, il n’y a rien d’autre à faire si ce n’est essayer de dormir. Pour être certain de prendre du poisson, il faut pêcher dans le lagon à marée haute et la nuit. Ici la passe, aspire vers le large. Dangereux avec le risque de ne pas pouvoir revenir sur l’île. Je me contente donc du lagon. La nuit après une journée bien remplie, l’envie d’aller pêcher est faible. Il faut se forcer car ensuite les carences alimentaires surviennent tout comme la fatigue et la baisse du moral.

    La météo étant mauvaise, j’en profite pour poster ce blog tôt mais c’est une précaution à prendre. Demain grand repos et découverte de cette île magnifique et tout particulièrement de la jungle. Belle journée à vous »

    Gauthier Toulemonde, le Web Robinson

    Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
     

    › À SUIVRE
    Une aventure à suivre sur le blog EMBARQUEMENTS et sur le site web de l’Expédition WebRobinson


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • WEB ROBINSON I : SEUL AU MONDE ?

    Vivre en solitaire sur une île déserte du Pacifique pendant 40 jours tout en restant connecté au «monde moderne», c’est la prochaine expédition de Gauthier Toulemonde. Premier épisode dédié à une expédition bien pensée.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LE CAILLOU DE LA RÉPUBLIQUE

    Eric Chevreuil est un passionné de l’atoll de Clipperton. Basé aux Etats-Unis, il est devenu un observateur averti de la vie de ce «caillou de la République» perdu dans l’immensité du Pacifique mais pourtant si convoité. Extrait du compte-rendu de sa récente mission sur place.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA PLANÈTE CLIPPERTON #3

    C’est au cours de l’enquête pour mon premier film documentaire dédié à l’atoll de Clipperton (Part #1 - Part #2) que j’ai fait la connaissance de F6BFH, alias Alain Duchauchoy. Un radioamateur qui s’est passionné pour ce «caillou de la république»  depuis son premier séjour en 1978 au point d’en être devenu l’un de ses ardents défenseurs.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA PLANÈTE CLIPPERTON #1

    Tandis que le tricentenaire de la découverte de Clipperton par des marins français est (presque) totalement passé inaperçu dans les médias* l’an dernier, des spécialistes et des passionnés par cet atoll du Pacifique se mobilisent…

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • IVRESSE EXOTIQUE

    CLIP_5.jpg

    L’atoll de Clipperton, une tête d’épingle perdue dans l’immensité du Pacifique. Mon premier grand reportage. Une révélation.

    « Dîner improvisé autour du feu. Assommés par la chaleur, nous décidons rapidement de venir à bout du cubi de vin rosé. Les esprits s’échauffent. Les discussions filent bon train tandis que les oiseaux marins et les crabes nous encerclent.

    En versant des morceaux de noix de coco dans mon rosé, j’inaugure un nouveau breuvage sous l’œil d’abord interloqué de mes compagnons. Rapidement le « coquetèle Passion » va faire fureur.

    CLIPPERTONcartepostale.jpg

    Assommés par la chaleur diurne, les esprits s’embrument peu à peu à mesure que la nuit tombe. Au loin, le « Latouche-Tréville », illuminé comme une guirlande de Noël, multiplie les passages devant l’atoll. Sa plate-forme hélicoptère est bondée. On y devine une foule bigarrée. «Election de miss Clipperton à bord. Spectacle et amusements garantis !», me précise la voix d’un marin.

    Compte tenu de la distance à laquelle croise la frégate et les piaillements incessants des oiseaux marins, ne nous parviennent que des échos étouffés de la fête du bord. Je suis pourtant intimement persuadé d’entendre des éclats de voix et de la musique.

    C’est finalement couché sur le dos que je décide alors de concentrer mes sens en contemplant la voûte céleste constellée d’étoiles. Je me noie dans le cosmos de longues minutes.

    LELOCO zerac.jpgCoups d’œil furtifs à mes compagnons, tous engoncés dans leur couchage. Chacun vaque à ses rêveries. Les miennes sont de plus en plus confuses quand une bouteille de whisky apparaît dans mon champ de vision. Foster-le-cameraman avait tout prévu.

    Gorgées généreuses et sourires complices. Je me cale de nouveau dans mon lit picot. Le cosmos tournoie. Tandis que le feu de camp crépite et  danse sa farandole, des rangées entières de lumières ovales clignotent au ras du sol. Des centaines de paires d’yeux semblent allumés. 

    Croyant à une nouvelle hallucination, je m’endors. Ivre mais bienheureux...»

    Stéphane DUGAST

     Extrait du récit  CLIPPERTON, « MON » ILE MYSTERIEUSE
    paru dans l’ouvrage collectif ZERAQ - LA MER SUR LE VIF (l’Elocoquent éditions) 

    Photographies : © SD / François BOUTRON

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • ITIN'ERRANCES MALGACHES

    une005.jpg

    On dit que Madagascar montre son vrai visage à ceux qui sont prêts à oublier leur confort et leurs habitudes. Prêts à s'ouvrir à l'aventure. Prêts aux rencontres et à l'imprévu. Ce voyage à Madagascar, nous avons voulu l’effectuer en nous intéressant à ses ports et à ses côtes.

    Une île se définit par la mer. Source de richesses autant que de dangers. Dirigée depuis deux siècles par des régimes successifs qui ont tous choisi le centre pour rayonner sur l'ensemble de la grande île, Madagascar reste une destination de routards plus connue pour ses hauts plateaux que ses côtes.

    Et pourtant, la mer rythme l'économie et l'Histoire de « l'île rouge ». Guidé par cette approche, je suis parti en 2003 pendant plus de 2 mois, en compagnie de l’illustrateur Arnaud Créachcadec, sillonner le littoral malgache. Un voyage forcément initiatique

    Stéphane DUGAST
    Illustration Arnaud Créachcadec - Photographies SD

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA PLANÈTE CLIPPERTON #2

    C’est en enquêtant sur Clipperton, tête d’épingle perdue dans l’immensité du Pacifique et propriété définitive de la France depuis 1931, que j’ai fait la connaissance d’Alain F6BFH (alias Alain Duchauchoy), membre actif du Clipperton DX Club.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer