Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

PORTRAIT - Page 5

  • DOCTEUR ÈS AVENTURE #2

    Écrivain, cinéaste et philosophe, Patrice Franceschi vient de publier Avant la dernière ligne droite*, du bel ouvrage conçu comme ses mémoires intermédiaires. Rencontre avec le capitaine du trois-mâts La Boudeuse et l'auteur de moult aventures sur terre, sur mer et dans les airs depuis plus de trois décennies. Second extrait d'un portrait dédié à un «Docteur ès aventures».

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • DOCTEUR ÈS AVENTURE #1

    Écrivain, cinéaste et philosophe, Patrice Franceschi vient de publier Avant la dernière ligne droite*, du bel ouvrage conçu comme ses mémoires intermédiaires. Rencontre avec le capitaine du trois-mâts La Boudeuse et l'auteur de moult aventures sur terre, sur mer et dans les airs depuis plus de trois décennies. Premier extrait d'un portrait dédié à un «Docteur ès aventures».

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • CROCS EN STOCK

    380082_2815537759078_1577851155_2495682_389594994_n.jpg

    «L’œil de Ben», c’est un blog d'illustrations et de sons «pour le plaisir du comique de situation, avec des tas de sujets fascinants parfois les pieds dans l'eau et souvent inspirés du vécu» dixit son auteur. Une visite s’impose…

    D’abord, la mer et la voile règnent en maîtres. Ce sont d’ailleurs ses «dadas». La preuve avec les rubriques Du Rhum au 240°, Avis de grand frais et Vendée Bulle ou les tribulations océaniques du skipper Roland Jourdain. 

    La vie de tous les jours inspire également Ben, alias Benoit de La Rochefordière, puisque l’intéressé n’hésite pas à mettre en ligne des situations cocasses de sa vie familiale comme les mots spontanés de ses trois petits moussaillons prénommés Jeanne, Chloé et Paul dans la rubrique Finis ton assiette.

    25380_1346570675819_1577851155_831202_2127692_n.jpg

    Ses sources d’inspirations sont également variés puisque le dessinateur parle de cinéma (Nouvelle Vague), de la langue française et ses subtilités (Les mots pour le dire), de plongée sous-marine (Décompression siphonnée) ou des créations «exclusives et avant-gardistes» de ses moussaillons (Frigidaire Expo) tout en nous gratifiant de nombreux clins d’œil visuels et sonores.

    Sur son bien nommé blog, Ben fait donc étalage de sa passion pour les croquis et les dessins en tous genres, sans évidement jamais se prendre au sérieux.

    JDA-Mer_565px.jpg

    C’est grâce au porte-hélicoptères R97 LA JEANNE D’ARC que nous avons fait connaissance sur Internet. C’est sur la «vieille dame» qu’il a effectué son service militaire en 1987-88. Restent des souvenirs indélébiles de son embarquement à qui il dédie une rubrique très inspirée (Un jour La Jeanne) et une profonde affection pour la Marine militaire.

     222234_1864180055730_1577851155_1827093_4232525_n.jpg

    Un blog  (au cri des mouettes) à l’humeur badine. Dans la droite lignée des Shadoks* souvent cités.

    Savoureux, frais et vivifiant comme l’air du grand large…

     Stéphane DUGAST
    Illustrations © Ben

     shadoks041920x1200hba.jpg

    * : Les Shadoks : série télévisée d'animation française diffusée entre 1968 et 1973 en 208 épisodes de deux à trois minutes, relatant les mésaventures des Shadoks, des êtres aux apparences d'oiseaux (à ce jour toujours non identifiés), ainsi baptisés pour la consonance anglaise du nom et en clin d'œil au capitaine Haddock.

     403288_2808245136767_1577851155_2493148_376682111_n.jpg

    EN SAVOIR +

    > Le site de Ben
    http://www.ben-lr.com/

    > L’œil de Ben sur Facebook
    https://www.facebook.com/LOeildeBen#!/LOeildeBen


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • THIERRY ROBERT : EN PÔLES POSITION

    Réalisateur aguerri, Thierry Robert est devenu (même s’il s’en défend) un spécialiste des films documentaires d’expéditions en milieu polaire (LIRE SON ENTRETIEN). Il est à l’honneur du festival international du film polaire 2012. 

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • CLINS D’ŒIL & KARES

    KARES.jpg

    56 000 kilomètres, des hommes et un continent. C’est le titre d'un (très) Beau-Livre et surtout le voyage que propose à ses lecteurs Kares (alias Kares Le Roy). Un photographe bourlingueur heureux et talentueux…

    « Identités » et surtout « Curiosités », tels sont les deux maîtres mots de Kares, photoreporter rencontré à l’occasion d’une signature sur l’île Saint Louis à Paris.

    L’œil vif et rieur, la gouaille assurée et l’esprit tourné vers les autres, le jeune artiste attire d’emblée la sympathie.

    Kares 3.jpg

    L’homme aime les voyages. Mieux, c’est un bourlingueur. En juillet 2009, il a d’ailleurs rompu les amarres avec « (s)a vie d’avant », porté par une folle envie. Celle de voyager et de réaliser des portraits de visages oubliés.

    Son voyage hors des sentiers battus durera 2 ans. Il le mènera des tribus sédentaires du Sud-est asiatique aux gitans du Cachemire ou Rajasthan.

    Kares 5.gif

    Fort de ces étonnantes pérégrinations, il a concocté à son retour un Beau-Livre porur lequel il a lui-même assurré la direction artistique (son ancien métier) et qu’il a également lui-même publié, faute d’éditeurs pour l’instant frileux. « Il le fallait bien ! Je voulais absolument ce livre pour mettre en lumière l’Asie centrale et son nomadisme », concède sobrement l’intéressé peu rancunier.

    Le résultat est épatant. Ses clichés interpellent et montre un regard humaniste. Celui d’un voyageur fort de valeurs simples promenant son regard des montagnes du Népal aux steppes mongoles jusqu’à la route de la soie pour contempler les splendeurs du Moyen-Orient.

    Kares 6.jpg

    Appareil photo et caméra en bandoulière, le trublion a parcouru des milliers de kilomètres entre Jakarta et Istanbul dans un seul but : collecter les traits et caractères des peuples méconnus d’Asie. Mission accomplie !

    Sa centaine de clichés incroyablement esthétique nous invite surtout à nous questionner sur ces derniers nomades d’Asie et « leur avenir très menacé », de l’aveu de l’auteur (au centre du cliché ci-dessous).

    Kares 9.jpg

    On regrettera cependant que Kares ait peu accompagné ses clichés de légendes (ou mieux de longs textes) tant l’artiste-baroudeur a d’anecdotes à raconter ou plutôt de messages à diffuser sur cet Orient encore si naturel.

    « J’ai choisi comme parti pris de ne montrer que ceux dont on ne parle pas, ou pas assez, que l’on stigmatise ou que l’on oublie » consent simplement Kares les yeux déjà tournés vers de nouveaux horizons. « Départ l’été prochain. Destination a priori l’Iran ».

    Kares 4.gif

    Il y a du Nicolas Bouvier chez ce jeune homme. Il y a surtout chez Karès cette irrépressible envie de croquer la vie et de vivre intensément le voyage.

    Un très Beau-Livre à dévorer d’urgence…

    Stéphane DUGAST
    Photographies © Kares

     

    Kares 8.jpg

    A LIRE //

    56 000 kilomètres, un continent et des hommes
    de Kares Le Roy. 49 € (Amu Darya)

     

    EN SAVOIR + //

    > Son Facebook www.facebook.com/bykares
    > Son site web
    www.travelbykares.com

    >  Pour commander son livre, RDV sur la FNAC


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • CLICHÉS MARINS

    386112_306622439369506_221177897913961_1000403_1288105389_n.jpg

    Du photographe Benoît Stichelbaut, on dit que c’est un  « talentueux paysagiste de la mer et des bateaux ». Que jamais sa curiosité ne s’est émoussée malgré toutes ces années à promener ses objectifs sur toutes les mers et sur tous les pontons du globe, depuis Ouessant jusqu’au cap Horn.

    Photographe basé à Concarneau dans le Finistère, Benoît Stichelbaut est constamment à l’affût de la belle image comme l’atteste ce cliché pris lors de la récente tempête survenue en Bretagne.

    Reconnu et apprécié des « gens de mer », Benoît Stichelbaut n’en a pas fini de nous montrer la mer dans tous ses états…

    > Son SITE WEB
    > Son BLOG 

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UN ACTEUR NOMME MARIUS

     

    marius-commando-marine.jpg

    Jeune appelé chez les fusiliers-marins en 1985, il s'est engagé deux ans plus tard dans la Marine. Au fil des missions et fort d'un charisme incontestable, il deviendra une figure emblématique des commandos Marine. Sa participation au tournage du film documentaire « L'école des bérets verts » achèvera de forger sa légende. Devenu depuis « civil » et responsable de la sûreté des bassins Ouest du port de Marseille, il s'est dernièrement offert une parenthèse cinématographique en jouant son propre rôle : celui de Marius, son sobriquet pendant 22 ans chez les bérets verts. Rencontre avec « Marius », un ancien commando devenu acteur à l'affiche du long-métrage « Forces spéciales » en salle le 2 novembre prochain...


    AFFICHE FS.jpgEN SAVOIR PLUS //
    Forces spéciales de Stephane Rybojad 
    Avec Diane Kruger, Djimon Hounsou, Benoît Magimel & Marius. 
    (1h47)

    En salle le 2 novembre prochain. 

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA VOIX DE LA MER

    arielle1 art.jpg

    Seableue.fr, c’est le site web d’une ancienne voix de Radio France Internationale (RFI), celle des actualités maritimes et des bulletins marines. Une voix qui a bercé les quarts de nombreux navigateurs guettant le grain ou le coup de vent salvateur. Depuis l’hiver dernier, Arielle Cassim a lancé son propre site web (seableue.fr) dédié à l’actualité du monde de la mer.

    « Pendant des années sur RFI j’ai parlé de vous, je vous ai rencontré, interviewé, que vous soyez du monde de la voile, de la plaisance, de la marine marchande ou de la marine nationale… Aujourd'hui cette aventure et ces rencontres se poursuivent sur Seableue.fr », résume-t-elle sobrement dans un édito visible sur la une de son site web.

    Le week-end dernier, la rédactrice-en-chef de Seableue a mis à l’honneur « Zeraq - La mer sur le vif », un ouvrage marin. Forcément...

    seableue.jpgLes mots d’Arielle Cassim, des photos, des sons et des vidéos sur la mer et ses acteurs. RDV sur http://www.seableue.fr

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • BAINS REVELATEURS

     MB v2.jpg

    Habituée des «bateaux gris», Marie Babey a embarqué sur le chasseur de mines Orion « un peu par hasard et surtout par curiosité ». Explications de la photoreporter passionnée.

    Depuis ses pérégrinations en mer Adriatique sur le porte-avions Foch en 1993 et ses « crapahutages » avec les commandos Marine à Lorient, à Djibouti ou en Albanie, la native de Franche-Comté a multiplié les embarquements tout en élargissant ses horizons à ceux du mécénat, comme notamment durant ses reportages à Madagascar, au Tchad ou au Mali au profit des pilotes d’Aviation Sans Frontières en mission humanitaire.

    M.BABEYOrion2010_37.JPG

    Si la photo-reporter – « au pied et au cœur marin » (de son propre aveu) - revient régulièrement naviguer sur les bâtiments de la Marine comme en 2001 sur le porte-avions Charles-de-Gaulle entre Toulon et Djibouti ou sur le Bâtiment de Projection de Commandement (BPC) Mistral en 2008, depuis Toulon jusqu’à Singapour, l’ex-journaliste a également consacré son énergie à de nombreux reportages menés dans le milieu hospitalier en suivant le parcours d’enfants de pays défavorisés, atteints de malformation cardiaque, tout en s’intéressant à « son cher » canal Saint Martin.

    Auteur de nombreuses parutions dans la presse et d’ouvrages parus en librairie, la photographe choisit donc savamment son mode opératoire : « Il s’agit de s’immerger, par le biais de reportages noir et blanc au long cours, dans des communautés humaines fermées, qui me sont étrangères et qui forment ce que j’appelle mes tribus ». Concernant d’ailleurs la tribu Marine, l’intéressée avoue désormais un « net penchant »  pour les petites unités. « On y sent la chaleur humaine, la solidarité et un esprit d’équipage prégnant ».

    M.BABEYOrion2010_10.JPG

    Son embarquement sur l’Orion l’a comblé. Comme à chaque immersion, la photoreporter a tenu à faire partager ses clichés aux lecteurs de Cols Bleus. Un leitmotiv chez elle. « Un photographe embarqué est un témoin de la petite histoire, sans que cette expression soit péjorative. On témoigne ainsi sur un lieu, des gens et des métiers ». A n’en pas douter, la photographe, basée à Paris, va continuer de témoigner sur les bateaux gris.

    « Qui sait ? », consent-elle malicieusement avant de subitement se souvenir d’un prochain événement Marine. Une exposition de ses clichés des commandos va ainsi être organisée l’automne prochain à Lanester. « Mon livre « Commandos Marine » sera d’ailleurs réédité pour cette occasion » s’enthousiasme la reporter toujours sur la brèche.

    M.BABEYOrion2010_55.JPG

    Fin des bavardages, Marie Babey doit vite filer : « J’ai rendez-vous chez les pompiers. C’est avec eux que j’ai  passé le réveillon de la Saint-Sylvestre. De sacrés bonhommes ! ». La photoreporter a, en effet, entrepris de suivre le quotidien de pompiers de banlieue appartenant à la Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris.

    Depuis quelques mois, Marie Babey fréquente, en effet, avec assiduité différents centres de secours du département de la Seine-Saint-Denis afin de photographier « le quotidien difficile » de ceux qu’elle a baptisé les « pompiers des Cités». « Une nouvelle fois, je photographie par goût des autres et pour témoigner… ».

    Un témoignage à sa façon que révèlent ses photos noir et blanc, son mode d’expression préféré « pour les lumières et parce que la couleur distrait l’œil ». Voilà les marins non initiés au charme du reportage photographique prévenus !

    Stéphane DUGAST
    Photos
    © Marie BABEY & MARINE NATIONALE

     

    › Son site web : http://marie.babey.book.picturetank.com/


    COLSBLEUS.jpgRetrouvez sur CALAMEO
    l'intégralité du reportage de Marie Babey
    sur LA GUERRE DES MINES
    paru dans COLS BLEUS,
    le bi-mensuel de la
    Marine 


     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • L’ETONNANT MONSIEUR KASPER 3|3

    Un  atelier à quelques encablures de la capitale. S’y entasse une multitude d’objets hétéroclites, en majorité des sculptures. Une ambiance sans pareil. Un joyeux bric-à-brac « en constante mutation » dixit son propriétaire très bavard. Bienvenue chez Kasper. 

     

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • L’ETONNANT MONSIEUR KASPER 2|3

    A quelques encablures de la capitale, un atelier où s’entasse une multitude d’objets hétéroclites, en majorité des sculptures. Une ambiance sans pareil. Un joyeux bric-à-brac «en constante mutation» dixit son propriétaire d’emblée très affable. Bienvenue chez Kasper. Bienvenue en son royaume. Lui le terrien et sculpteur, devenu marin.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • L’ETONNANT MONSIEUR KASPER 1|3

    Etrange atelier situé à quelques encablures de la capitale. S’y entasse une multitude d’objets hétéroclites, en majorité des sculptures. Une ambiance sans pareil. Un joyeux bric-à-brac « en constante mutation » dixit son propriétaire artiste, d’emblée très affable…  

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer