Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

agence

  • MÉLUSINE MALLENDER #6 : LES DURES VOIES DE LA LIBERTÉ

    27 000 kilomètres à moto et en solitaire à travers 14 pays de l’Asie du Sud, c'est l'expédition accomplie par Mélusine Mallender depuis l'Indonésie jusqu'à l'Iran, via notamment le Myanmar, le Bangladesh, l’Inde, le Népal ou encore encore le Pakistan. L'occasion pour l'exploratrice de revenir sur les dures voies de la liberté.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • MÉLUSINE MALLENDER #5 : ESCALE AU BANGLADESH

    27 000 kilomètres à moto et en solitaire à travers 14 pays de l’Asie du Sud, c'est l'expédition accomplie par Mélusine Mallender depuis l'Indonésie jusqu'à l'Iran, via notamment le Myanmar, le Bangladesh, l’Inde, le Népal ou encore encore le Pakistan. Son objectif ? Arpenter des pays à l’image dégradée, et se questionner sur ce que signifie la liberté là-en bas en donnant la parole plus particulièrement aux femmes.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • MÉLUSINE MALLENDER #4 : LES RÈGLES DU VOYAGE

    27 000 kilomètres à moto et en solitaire à travers 14 pays de l’Asie du Sud, c'est l'expédition accomplie par Mélusine Mallender depuis l'Indonésie jusqu'à l'Iran, via notamment le Myanmar, le Bangladesh, l’Inde, le Népal ou encore le Pakistan. Un voyage en moto réalisé en solitaire nécessitant des règles à respecter.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • MÉLUSINE MALLENDER #3 : LES PIÈGES DE LA ROUTE

    27 000 kilomètres à moto et en solitaire à travers 14 pays de l’Asie du Sud, c'est l'expédition accomplie par Mélusine Mallender depuis l'Indonésie jusqu'à l'Iran, via notamment le Myanmar, le Bangladesh, l’Inde, le Népal ou encore encore le Pakistan. Troisième volet des aventures de Mélusine, l'occasion pour elle de nous raconter les pièges de la route.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • MÉLUSINE MALLENDER #2 : LES RACINES DE L'AVENTURE

    27 000 kilomètres à moto et en solitaire à travers 14 pays de l’Asie du Sud, c'est l'expédition que Mélusine Mallender a conduite depuis l'Indonésie jusqu'à l'Iran, via notamment le Myanmar, le Bangladesh, l’Inde, le Népal ou encore encore le Pakistan. Deuxième volet des aventures de Mélusine et retour sur la genèse de cette expédition engagée sur les voies de la Liberté.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • MÉLUSINE MALLENDER #1 : EN TOUTE LIBERTÉ !

    27 000 kilomètres à moto et en solitaire à travers 14 pays de l’Asie du Sud, c'est l'expédition que vient d'accomplir Mélusine Mallender. Un périple sur les routes depuis l'Indonésie jusqu'à l'Iran, via notamment le Myanmar, le Bangladesh, l’Inde, le Népal ou encore encore le Pakistan. Une aventure engagée sur les voies de la liberté à suivre tous les week-end pendant 6 semaines sur le blog Embarquements.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA PHOTO SELON JEAN #3

    JEANGAUMY 3.jpg

    Photographe pour la prestigieuse agence Magnum depuis 1977, Jean Gaumy bourlingue et photographie le monde depuis plus de quatre décennies. Photographe de renom (devenu peintre de la Marine depuis 2008), le normand d'adoption se raconte chaque mois pendant un an sur le blog EMBARQUEMENTS. Troisième cliché et troisième point de vue commenté par un « pêcheur d’images » insatiable.

    3-PAR13122_Comp.jpg
    © Jean GAUMY / Magnum Photos

    « Nouvelle immersion. Nouveaux chocs. Cette fois dans l’univers pénitentiaire. Un reportage inédit décroché au culot. Encore reporter pour l’agence Gamma, j’ai apostrophé en public à propos des prisons  Jean Lecanuet, le maire de Rouen, que je connaissais un peu.

    Valery Giscard d’Estaing venait d’être élu Président, Lecanuet avait été nommé Ministre de la Justice. Il m’a alors reçu Place Vendôme pour que je lui explique mon projet. J’ai réussi à le convaincre et à devenir le premier photojournaliste français admis pour de longues périodes dans les prisons françaises.  

    Sur place, il a vite fallu que j’oublie les idées toutes faîtes concernant cet univers. L’image des prisons, c’était alors en partie celles d’Hollywood. Des herses d’acier. Des détenus enchainés peinant au milieu de champ de coton… 

    Il a fallu que je remette bien à plat la réalité pour prendre mes marques et commencer à photographier. Me fier bien plus à mes intuitions qu’à mes idées toutes faites.

    Il a fallu vite me positionner. Eviter les pièges. N’être ni trop proche des surveillant, ni trop proche des détenus. Tenir une distance sur le long terme Tout pouvait très vite déraper. C’est un univers dévorant et crevant psychologiquement. J’étais seul face à des centaines de mecs.  Une parole qui dérape, un projectile qui vole, un coup qui part…

    Ce cliché, il a été réalisé dans la prison de l’île de Ré. C’est l’été. Une période dure durant laquelle les détenus ressentent encore plus l’enfermement. Séance de sport. Un vrai défouloir pour les gars. J’ai du lever le boîtier deux fois, pas plus...

    Cette photo est révélatrice du style d’image que j’aime bien faire. Le cadre est improvisé à la fraction de seconde, en fonction de l’action et des lignes de force  »
     

    > Voir Portfolio #2

    RDV LE 16 SEPTEMBRE PROCHAIN

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA PHOTO SELON JEAN #2

    jean gaumy,magnum,agence,rétrospective,portfolio,photographie,art

    Photographe pour la prestigieuse agence Magnum depuis 1977, Jean Gaumy bourlingue et photographie le monde depuis plus de quatre décennies. Photographe de renom (devenu peintre de la Marine depuis 2008), le normand d'adoption se raconte chaque mois pendant un an sur le blog EMBARQUEMENTS. Second cliché et second point de vue commenté par un « pêcheur d’images » insatiable.

    jean gaumy,magnum,agence,rétrospective,portfolio,photographie,art
    © Jean GAUMY / Magnum Photos

    « Premier reportage emblématique. J’obtiens l'autorisation exceptionnelle à cette époque de photographier longuement les différents services de l’hôpital du Havre. Je suis jeune dans le métier. Et là je découvre un univers dans lequel se côtoient splendeur, grandeur et misère humaine. Un choc ! L’idée de pénétrer cet univers remonte à un précédent reportage commandé par la maison culturelle du Havre.

    Pour ce sujet consacré aux femmes, je m’étais retrouvé plongé de nuit dans la salle des prématurés. J’y avais découvert une ambiance. Une douceur. Un corps médical composé de femmes imprégnées par leur métier. C’était très beau. De fil en aiguille, j’ai adressé une lettre au directeur afin de faire un essai photographique au long terme sur cet hôpital. Devant ma candeur, ma jeunesse ainsi qu’une planche contact, le directeur va accepter à ma grande stupéfaction.

    Quant à ce cliché, c’est une sortie du bloc opératoire. Sur le moment, je n’ai pas réalisé que cette photo s’apparentait à une Piéta, une Vierge de Pitié (NDLR : Thème artistique de l'iconographie représentant la Vierge Marie pleurant, sur ses genoux, le Christ descendu de la Croix). J’ai juste déclenché à l’instant que je trouvais opportun.

    C’était la dernière photo de ma pellicule 36 poses. À la suite de ce reportage, je vais imprimer un livre-fasicule intitulé L'Hôpital. J’ai pu réaliser ce projet inédit pour l’époque grâce à l’aide des deux chirurgiens avec qui j’avais noué une amitié. Sans leur donation de 500 francs chacun, je n’aurais jamais pu payer l’imprimeur »

     

    > Voir Portfolio #1

    RDV LE 16 AOÛT PROCHAIN

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA PHOTO SELON JEAN #1

    JEANGAUMY 1.jpg

    Photographe pour la prestigieuse agence Magnum depuis 1977, Jean Gaumy bourlingue et photographie le monde depuis plus de quatre décennies. Photographe de renom (devenu peintre de la Marine depuis 2008), le normand d'adoption se raconte chaque mois pendant un an sur le blog EMBARQUEMENTS. Premiers clichés et premiers point de vue commentés par un « pêcheur d’images » insatiable.

    image.jpg
    Le Rowanlea, 1998 - © Jean Gaumy / Magnum Photos

    Paris-Fécamp. 198 kilomètres tout rond par l'autoroute A 13, sortie pont de Brotonne. La route des vacances pour les franciliens en manque d’embruns. Une route souvent détrempée et battue par les vents au cœur de l’hiver.

    Au conducteur de redoubler d’attention sur la longue bande d’asphalte argentée que les essuie-glaces peinent à révéler. Au bout du chemin, une cité noyée sous un épais crachin. Rapides coups d’œil. Le long de ses quais, une succession d’anciennes demeures d’armateurs côtoient celle des maisons de matelots en brique et silex.

    À Fécamp, le passé maritime transpire. C’est de ce port normand que d’hardis marins pêcheurs partaient pour de longs mois pêcher s’échiner dans les eaux glaciales de Terre-Neuve.

    La pêche au hareng et la transformation de ce poisson a fait la fortune de la ville dès le moyen-âge. Aujourd’hui, les cheminées des boucanes (« saurisseries » dans le vocabulaire local) ne fument plus. La cité chère à l’écrivain Maupassant s’est tournée vers la plaisance et le tourisme. Observateur aguerri de ce microcosme, Jean Gaumy a choisi d’y poser ses valises il y a une poignée d’années.

    Gaumy-2.jpg
    © Jean Gaumy / Magnum Photos

    À proximité du port et de l’abbatiale de la Sainte-Trinité abritant la sépulture des ducs de Normandie Richard 1er et Richard II, une belle maison en pierres. Celle du reporter bourlingueur « retapée entre deux reportages ».

    D’emblée, on s’y sent à son aise. La convivialité de Jean et de sa femme Michèle. La frugalité des repas partagés « à la bonne franquette ». Les imposants rayonnages de livres ou de films consacrés au monde de la photo, du reportage, des marins, des océans ou des sous-marins.

    Au rez-de-chaussée, contigu à la chambre d’amis : l’antre du maître des lieux. Un bureau intégrant 3 décennies d’archives savamment triées. Bien calé devant l’écran géant du Macintosh, la consultation des archives peut débuter. Temps de chien dehors. La pluie cogne fort contre les vitres.

    À l’intérieur, ambiance feutrée bercée par les bons mots du photographe. « Jean Gaumy de Fécamp » devient intarissable… (À SUIVRE)

    Stéphane DUGAST


    > Voir Présentation

    RDV LE 16 JUILLET PROCHAIN

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA PHOTO SELON JEAN GAUMY

    Photographe pour la prestigieuse agence Magnum depuis 1977, Jean Gaumy bourlingue et photographie le monde depuis plus de quatre décennies. Photographe de renom, le peintre de la Marine depuis 2008 se raconte chaque mois pendant un an sur le blog EMBARQUEMENTS. 12 clichés, 12 points de vue commentés par un « pêcheur d’images » insatiable.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer