Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BILLET - Page 5

  • TUULLIK (ou la naissance d’un centre artistique)

    CHRONIQUE DUUMMANNAQ 3.jpg

    Pierre Auzias (dit « Peeri ») vit à Uummannaq, un village de la côte occidentale du Groenland. Chronique d’un quotidien très polaire. En ce printemps très frais - habituel sous ces latitudes - Peeri a eu une idée lumineuse…

    « Installé à Uummannaq depuis 2005, je me suis rendu à l'évidence que les derniers artisans du fjord se sont éteints emportant avec eux les secrets de leur art.  

    Tous chasseurs, ils excellaient, à tailler de la lame de leur couteau et de leur foret nombre de défenses de morse, bois de rennes, os de baleine, corne de moskus, griffes de phoque ou d'ours.

    Ces artisans-chasseurs finissaient par rendre ces objets ou bijoux aussi brillants que la glace en les ponçant amoureusement au grain fin, puis en les cirant à la stéarine. L'été venu les touristes se ruaient émerveillés sur ces objets artisanaux.

    IMGP2312.jpg

    Depuis quelques mois j'envisageais de trouver sur Uummannaq, un lieu pour y créer un petit centre culturel qui regrouperait artistes et artisans.  Je rêvais au quotidien d'une jolie petite maison blanche, construite en bois et ceinturée d'une belle terrasse. Pas moins fière, elle domine le port d'Uummannaq. Elle avait  autrefois appartenu à la vieille famille de Karl Lange, maître chauffagiste de l'hôpital. 

    IMGP2284.jpg

    AVEC VUE SUR MER

    Entretemps, la mairie y avait un bureau où les élus de la vaste commune de Qaasuitsup (elle s’étend sur plus de 700 000 km2) se réunissaient pour discuter à grand coup de café, les dossiers lourds concernant notre district.

    IMGP2377.jpg

    Sur la terrasse, l’édile et ses adjoints fumaient tranquillement en commentant la vue qui s'étend à plus de cent kilomètres vers le sud jusqu' à la calotte glaciaire.

    La maison inutilisée, mais parfaitement refaite et claire à l'intérieur, n'avait désormais de vivant que sa vieille chaudière que j'entendais ronfler à travers ses murs et par sa cheminée.

    IMG_1391.jpg

    La dernière campagne électorale qui se solda le 5 Avril 2013 par la victoire d'Aleqa Hammond comme chef du gouvernement autonome Groenlandais, prônait alors pour des valeurs plus traditionnelles avec un retour de la démocratie de proximité destinée à restaurer la vie sociale.

    Observant cela, je me suis décidé à envoyer mon projet aux responsables communaux de la commune de Qaasuitsup, partisans du parti politique d'Aleqa.

    IMGP2310.jpg

    UNE RÉSIDENCE POUR ARTISAN

    Je n'ai pas pu acheter la maison m'étant heurté à différents obstacles administratifs, mais j'ai eu le droit, toutes idées reconnues, d'en disposer.

    La maison fut baptisée « Tuullik » qui est le nom d'un oiseau merveilleux et mythique, le plongeon désormais en voie de disparition.

    Ce choix me fut inspiré par le souvenir, il y a 20 ans, d'un vieux chasseur de la côte Est qui m'expliqua que si le plongeon venait à disparaître, la culture groenlandaise disparaitrait avec lui.

    IMGP2379.jpg

    Le but de Tuullik, n'est pas de faire commerce mais de dénicher et d'inviter ceux qui dans tout le district compris entre Ilulissat et Qaannaq, travaillent de manière professionnelle l'art et l'artisanat.

    Aujourd'hui après trois mois d'activité, sept artisans ont répondu à ma proposition de les représenter plus un sculpteur, quelques peintres et aussi les vieilles couseuses de la ville, virtuoses en l'art d'assembler les nombreuses pièces en peaux de phoques, aux teintures multicolores, nécessaires à la décoration des kamiks et des costumes traditionnels.

    IMGP2535.jpg

    « Tuullik » aujourd'hui fonctionne et propose des cours de peinture, de sculpture, de gravure et de modelage qui sont suivis par une quarantaine d'enfants et une vingtaine d'adultes. La galerie est convertible en atelier ou en salle de conférence qui peut accueillir une vingtaine de personnes.

    À l'étage on découvre un petit atelier graphique ainsi qu'un mini studio équipé pouvant accueillir un artiste en résidence. Logé gratuitement pour des périodes de 15 jours maximum, cet invité est obligé en échange d'enseigner et de développer un projet pour la population.

    IMGP2525.jpg

    OUVERT SUR LE MONDE

    Un accord vient d'être établi avec l'école graphique de Nuuk, dirigée par la célèbre graphiste Groenlandaise, Arnanguaq Høegh en vue de préparer les élèves de notre région au concours d'entrée donnant accès à son enseignement.

    Après un an d'études à Nuuk, les élèves sont capables de présenter le concours d'entrée à l'Académie Royale de Copenhague ou de partir vers l'Alaska ou le Canada.

    Enfin « Tuullik » qui figure au programme du Jubilée des 250 ans d'Uummannaq a proposé à son public de rester quotidiennement accessible à tous ceux qui désirent y travailler.

    IMGP2381.jpg

    Quelques touristes même ou employés danois de passage y ont réalisé des œuvres dignes d'être présentées.

    Le directeur du musée, Peter Kruse s'est gentiment proposé à ouvrir le lieu aux touristes lorsque personne ne l'anime. Cette ouverture possible lui est indiquée lorsque les couleurs nationales habituellement envoyées en haut du mât, ne flottent pas au vent »

    Pierre Auzias
    À Uummannaq, le 25 mai 2013
     

    IMGP2583.jpg 

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • UNDER THE POLE II : IVRESSES POLAIRES

    22 mois d'exploration entre le cercle polaire arctique et l'extrême pointe nord du Groenland, c’est le second volet d’Under the pole, une expédition polaire sous-marine audacieuse.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • IMMERSIONS POLAIRES

    affiche-le-piège-blanc.jpg

    « Le Piège Blanc », c’est  un film documentaire d’aventure réalisé par le cinéaste Thierry Robert. C’est le récit d’une expédition polaire au Groenland oriental, sous et sur la glace.

    aventuriers-piege-blanc.jpg

    L'été dernier, Vincent Berthet et Alban Michon dérivent pendant 2 mois et demi sur la banquise ceinturant la côte orientale  du Groenland.

    Les 2 aventuriers vont devoir être vigilants avant que l’arrivée de l’hiver arctique ne compromette leur dérive.

    carte-piege-blanc.jpg

    C’est donc entre Ittoqqortoormiit (Scoresby Sund) par 70° de latitude Nord et Ammassalik  par 65° Nord, soit au-dessous et au-dessus du Cercle Polaire Arctique que les deux compagnons se sont aventurés en kayak de mer.

    Banniere-Le-piege-blanc.jpg

     Outre de classiques pérégrinations dans l’une des zones du globe les plus sauvages que j’ai eu la chance de sillonner (plus confortablement) en marchant Dans les pas de Paul-Emile Victor, Vincent et Alban se sont aventurés sous la glace en effectuant des plongées sous-marines jamais faites.

    DSC9806_©andyparant1-630x438.jpg

    Des plongées assurément spectaculaires sous les glaces et dans des fonds sous-marins jusque là peu explorés. 

    Un récent reportage paru dans Paris-Match a laissé deviné la dimension épique de cette expédition en tandem partie de près à la rencontre de mammifères polaires, ainsi que de toute une faune et flore sous-marine totalement méconnue.

    DSC9964©andyparant-399x438.jpg

    Aux commandes de la production TV de cette expédition, un réalisateur aguerri : l’ami Thierry Robert, auteur de nombreux films d’aventures primés. « Là, j’ai vais encore plus loin dans la narration et la réalisation » a d’ailleurs promis le réalisateur.

    Diffusion dans quelques semaines en prime time sur France 3 dans l’émission Thalassa. Un film qui va prochainement tourner dans les festivals en France comme à l’étranger.

    Affaire à suivre sur le blog Embarquements…


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • SERINEQ, LE SOLEIL

    auzias,groenland,polaire,vie,soleil,inuits,uumamannaq,chasse,solstice,enfants,récit

    Pierre Auzias (dit «Peeri») vit sur la côte occidentale du Groenland à Uummannaq. Deuxième chronique d’un quotidien ordinaire pour Peeri.

    En ce matin du lundi 4 Février, sur l'esplanade de l'école qui domine la ville, les enfants entourés de leur maîtres chantent en agitant joyeusement un petit soleil en carton jaune agrafé au bout d'un bâtonnet.

    « Quand le soleil revient / Tous les enfants sont heureux / Quand le soleil chauffe / Il nous redonne des forces / Quand les montagnes et les nuages se teintent de rouge / Tout devient très doux / Quand ses rayons réchauffent »

    Serineq.jpeg

    Chaque année, lors de l'apparition du soleil, ces vers contemporains, issus d' un ancien psaume, nous appellent  à saluer la mémoire d'Else Broberg, professeur regrettée de toute la population.

    Cette première apparition de Serineq est d'autant plus théâtrale, car il traverse durant quelques secondes, de son bord supérieur Kiggannguaq, soit  la brèche d' un col étroit de la chaîne montagneuse de Nuussuuaq, sise en face d'Uummannaq.

    Kiggannguaq: c'est aussi la fente de la visée du fusil ou encore la joie.

    Traditionnellement, le soleil dans la société des chasseurs a une grande importance.

    "Kaperlak" le temps obscur de la nuit polaire inspirait la peur jusqu' au milieu des années cinquante. Il fallait survivre en vivant de ses propres réserves. Serineq revenu, ramenait le soulagement, la joie, l'espoir et la force.

    Depuis toujours, la lumière d'avril et de mai presse les phoques sur la banquise (uttoq).

    Les oiseaux, et leurs oeufs sur les falaises, et un peu plus tard la pêche, rapportent tour à tour, ammassates (capelans) en juin, les  iqaluit (truites de mer) en juillet.

    À terre, durant le mois d’août, c'est la chasse aux Tuuttut (rennes) et aux Ummimaq, (boeufs musqués).

    Enfin aux portes de l'automne, les saumons et les globicéphales sont des denrées prisées de mes amis inuits.

    Hans.jpeg

    Mon ami Hans est venu ce matin à sept heures pour parler autour d'un café :

    - « Bien sûr, la banquise ne venait pas toujours et il nous fallait être très actifs durant l’été pour prendre dans la Nature tout ce qui nous permettait d'affronter les temps obscurs.

    Á l'automne, il restait à cueillir les baies noires et bleues tout en tirant quelques jeunes oiseaux. En septembre arrivaient les bélougas et en octobre les narvals. Nous tirions alors les derniers phoques de fjord et puis la nuit tombait.

    Ce rythme juste, des chasses et de nos pêches, était alors plus important que tout autre car il gérait notre vie sociale. Les enfants apprenaient ce métier en aidant et en regardant, toujours à l'écoute de nos mouvements.

    Un bon chasseur n'abordait pas les temps obscurs dans la crainte, comme ceux qui n'avaient rien fait.

    Comprends- tu ? Cela ne veut plus rien dire de faire aujourd'hui chanter les enfants quand le soleil revient »

    Je ne contredis pas Hans, mais pour moi,que les enfants chantent Serineq, restera éternellement touchant. (À SUIVRE)

    Un récit et des dessins de
    Pierre Auzias dit « Peeri »

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • COURS LOCAL

    CHRONIQUE DUUMMANNAQ 1.jpg

    Pierre Auzias (dit « Peeri ») vit sur la côte occidentale du Groenland à Uummannaq. Chronique d’un quotidien ordinaire pour Peeri.

    « Je danse la polka sur notre plancher éclaté pour essayer de remettre ses lattes en place. Au moins les dessous sècheront et je n'aurai sans doute pas de mérule dans les structures de la maison construite tout en bois. Panne de chaudière, glace dans les tuyaux et robinetterie irrécupérable.

    IMGP2284.jpg

    L’homme de confiance qui devait s'occuper de la maison durant notre mois d'absence a oublié sa visite quotidienne. Il a cependant couru chez le plombier avant notre arrivée…

    Curieusement, je ne me mets plus en colère lorsque un évènement majeur de ce style dresse un tel obstacle dans ce quotidien parfois extrême qu'Annie et moi avons choisi. Je philosophe ayant confiance en le temps qui remettra les choses en droite ligne. 

    « Tout ce qui est tordu n'est pas toujours très droit ! », disent les Chinois. Ce n'est donc pas une raison pour se fâcher. 

    Au contraire, je ressors les pinceaux de leur écrin et sitôt dans la rue, je salue Rasmus, grand chasseur qui m'attire chez lui pour me montrer le rostre du narval qu'il vient de tuer.

    IMG_9117.jpg
    Encre gelée. Uummannaq Fjord - Pierre A.C. Auzias / 2012

    Rasmus approche la cinquantaine. Il est un de mes « professeurs » qui m'aide avec un talent pédagogique inégalable à articuler les mots de groenlandais que j'écorcherai éternellement.

    La plupart du temps, nous nous y mettons spontanément, bras dessus, bras dessous qu'il ne lâche que pour se plier en deux de rire aussi fréquemment que possible.

    Nous sommes à chaque fois obligés de nous arrêter, pris de syncopes par ces fous rires qui se transmettent bien entendu aux gens qui nous croisent…

    Nous mettons bien 30 minutes à gagner ainsi sa jolie maison située à 500 mètres de la nôtre. Elle domine la corniche qui ceinture la ville, à quelques 80 mètres au dessus de la mer, face aux 100 kilomètres du fjord qui s'ouvre vers le sud.

    Une mince pellicule de glace encore transparente a pris la mer. Ce paysage me coupe encore le souffle, depuis sept ans.

    La maison plane au dessus de ce panorama unique en arctique et au monde.

    47104_436956720558_771620558_5102907_3999206_n.jpg

    Il est déjà midi. Dans trois jours, me fait remarquer Rasmus, le soleil gagnera les crêtes montagneuses de la péninsule de Nuussuaq. Le profil de sa vieille mère assise derrière la fenêtre se découpe sur la lumière du jour revenue.

    « Tikilluarit! », me dit elle pour me souhaiter la bienvenue.

    Amalia vient parfois d'Illorsuit pour voir ses enfants et petits enfants. Elle coud, si justement et avec force, deux peaux de chiens blanches comme la neige pour en faire une salopette de sortie hivernale pour son arrière petit fils.

    L'opportunité présente d'un beau portrait est évidente. Je m'en garderai bien car silencieuse et grave, je ne veux la déranger. Sa beauté est fascinante et en me retirant, comme un éclat de miroir, je la félicite de cela.

    Sans changer le rythme de son aiguille qu'elle plante dans son ouvrage, elle oriente doucement son visage puis son regard, comme une caresse au plus profond du mien. Elle cherche à savoir qui je suis.

    Il me faudra quand même revenir bien des fois pour comprendre ce visage extraordinaire et mystérieux pour pouvoir m'octroyer le droit de salir un peu de papier » (À SUIVRE)

    Pierre AUZIAS
    À Uummannaq
    Le 29 janvier 2013
     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • VENTS DU NORD #11

    Danseur professionnel devenu artiste-peintre et marin émérite, Pierre Auzias a un jour embarqué sur une frégate danoise (Cf. part #10). Destination le grand Nord, il y découvre une grande île : le Groenland. «Un coup de foudre immédiat !» assure l’intéressé au point d’y revenir chaque année avant de s’y installer définitivement. Ultime épisode et explications de celui que les habitants de Uummannaq appellent désormais «Peeri».

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • AU ROYAUME DES GLACES #10

    Danseur professionnel devenu artiste-peintre et marin émérite, Pierre Auzias a un jour posé son sac au Danemark. Une escale scandinave longue durée durant laquelle il va multiplier les rencontres décisives comme celles qui vont lui permettre de devenir peintre de la Marine danoise (Cf part 9) et d’embarquer sur les «bateaux gris» de cette marine. Récit son premier embarquement à destination du grand Nord.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • L’HOMME QU’IL FAUT#9

    Tour à tour danseur professionnel, artiste-peintre et marin émérite, Pierre Auzias a un jour posé son sac au Danemark. Une escale scandinave de longue durée (Cf part 8) durant laquelle l’artiste va s’épanouir totalement. Neuvième épisode de la vie de Pierre-le-franski qui prend une tournure inattendue...

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LA VOIE ROYALE #8

    Danseur professionnel, artiste-peintre et marin émérite, Pierre Auzias a un jour décidé de poser son sac au Danemark. Une escale scandinave longue durée (Cf part 7) durant laquelle il va multiplier les bonnes et belles rencontres. Huitième épisode de la vie de Pierre le franski qui devient peu à peu prophète dans son nouveau pays…

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • VISIONS SCANDINAVES #7

    Artiste-peintre & danseur professionnel, Pierre Auzias va multiplier les navigations et les escales les plus exotiques. Un nouvel hasard va pourtant lui faire poser son sac en Scandinavie. Septième épisode de la vie d’un homme devenu un temps immobile au Danemark son nouveau pays.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • CŒUR MARIN #6

    Tour à tour danseur professionnel puis artiste-peintre (Cf part 4), Pierre Auzias va se passionner pour les océans au point de devenir un marin navigateur émérite. (Cf part 5). Sixième épisode de sa vie qui va dorénavant s’écrire dans les embruns et dans les alizés.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • VENTS PORTANTS #5

    PAUZIAS 5.jpg

    Danseur professionnel chevronné, Pierre Auzias va un jour devenir artiste-peintre (Cf part 4). Installé en Normandie, il découvre également la mer et va peu à peu s’initier aux plaisirs de la navigation. Cinquième épisode d’une vie aux mille et une facettes.

    « Dans le train entre Paris et Granville ce fameux été 1976, je lis mon tout premier magazine de voile. Deux voiliers sont à l'essai et bientôt commercialisables en France. « Le Romanée », sloop de 32 pieds, de Philippe Harlé construit en aluminium et « L'Élor 65 » en polyester dessiné par le champion olympique et architecte naval Danois Paul Elvström.

    Je me prends à rêver d'escapade à bord du plus petit où déjà l'on peut vivre assis ou courbé, se faire à manger tout en naviguant. Naviguer ? J'ignore encore tout de cela…

    05.jpg

    NAVIGATIONS AU 1/10ème

    Je construis alors de véritables maquettes de voiliers que je lance de la plage du Plat-Gousset derrière le Casino. Je ne trouve rien de mieux pour apprendre à naviguer, régler les voiles, faire du rase cailloux et comprendre les courants. Tout cela flanqué du traité de navigation des Glénans que je lis désormais partout.

    Il me suffit de comprendre tout cela à l'échelle 1/10° avant d'arpenter les pontons de la toute nouvelle marina de Granville pour trouver un propriétaire en quête d'équipier et ainsi valider mon expérience à l'échelle supérieure.

    granville.jpg

    LES CONSEILS DE « TONTON »

    Pierre Blouet, dit « Tonton », m'adopte et nous sommes encore de nombreux « nièces » et « neveux » à nous souvenir de cette personnalité granvillaise.

    Son bateau « Grand Gamin », un magnifique sloop de 33 pieds, interpelle par sa couleur grise militaire et ses lignes hydrodynamiques de sous-marin ou de suppositoire !

    « Tonton » avait dessiné et construit son bateau qui était un chef d'œuvre d'ergonomie et de trouvailles, comme son moteur de Simca 1000, dont l'hélice actionnée par transmission hydraulique montée sur une rampe s'immergeait du cockpit par une jolie petite manivelle décorée de perles en chêne verni.

    960100.gif

    Je revois ce vieux marin, grand et calme qui jamais ne quittait son cockpit pour effectuer quelque manoeuvre que ce soit. Aux retours de ses sorties ,nous étions nombreux à nous presser dans le carré douillet de ce rebelle, pour l'écouter refaire le monde.


    PREMIERS BORDS

    Son bateau l'avait amené de l'autre côté de la mare aux canards. C'est bien lui qui me persuadera enfin d'en faire autant. Prudent cependant, j'achète « Thalia » durant l'été 1979. Un petit Sargue, plan Sergent construit chez Croizer à Sartrouville en 1963.

    IMGP1145.jpg

    « Thalia », ici à la Pointe d’Agon en 1979

    Le petit sloop de 23 pieds tout d'acajou m'offre le bonheur de ma première navigation en solitaire de 9 milles de la Pointe d'Agon à Granville. Puis défilent les avens et les rivières bretonnes ainsi que leur motifs irrésistibles.

    Je passe souvent Noël et le Nouvel An, seul à bord, mouillé dans quelques criques de Chausey me régalant d'un verre de vin en écoutant le vent gémir dans les haubans, les pas des fantômes sur les grèves où plus rassurante, l'étrille de pacotille qui gratte le sable au fond de la souille creusée par la quille »

    (À SUIVRE)

    LIRE L'EPISODE 6

    Lien permanent Pin it! Imprimer