Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ENTRETIEN - Page 3

  • LA MARINE, VICHY, LES ANTILLES…

    Maître de conférences en Histoire contemporaine à l’Université de Bretagne-Sud, Jean-Baptiste Bruneau, ancien chercheur au Service Historique de la Défense (SHD), s’est attaqué à un sujet longtemps demeuré tabou : la place de la Marine dans le dispositif de la « Révolution nationale », son rôle mais aussi sa responsabilité dans la mise en place et dans le maintien du régime de Vichy de 1940 à 1943. Un épisode de l'Histoire épineux longtemps sujet à des clichés que l’historien éclaire sous un jour.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • ÉRIK ORSENNA : TOUT SUR SA MER 2|2

    Salons de l’État-major de la Marine à Paris le 21 mai à l’occasion de la Journée du marin, Érik Orsenna - académicien et écrivain de Marin - prononce une conférence passionnante sur l’aventure maritime. Échos du bord et de ses «quatre chantiers».

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • ÉRIK ORSENNA : TOUT SUR SA MER 1|2

    Salons de l’État-major de la Marine à Paris le 21 mai dernier, Érik Orsenna - académicien et écrivain de Marin - prononce une conférence passionnante sur l’aventure maritime. Échos du bord en 5 leçons.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • WESTERN ARCTIQUE : SECRETS & COULISSES (EXCLU)

    TRobert3.jpg

    Le piège blanc, c’est la dernière réalisation de Thierry Robert, désormais considéré comme l’un des meilleurs réalisateurs français de films documentaires d’expéditions. Concernant son nouveau film narrant une exploration polaire menée par deux kayakistes le long de la côte orientale du Groenland, Thierry Robert raconte en exclusivité pour les lecteur du blog Embarquements ses intentions artistiques tout en nous dévoilant les coulisses et quelques secrets du tournage de ce western arctique. En prime la vidéo des coulisses du tournage...

    - Thierry, comment construit-on et surtout comment  raconte t'on une telle aventure ?

    - Thierry Robert : « L’histoire est très scénarisée au départ ! Je sais que je pars au Groenland pour réaliser un road movie ou plutôt un western arctique en quelque sorte ! Finalement, sur le terrain se dessinent des évènements, des ambiances et des décors qui ne font qu’accentuer mon intuition. Par expérience, j’attends des évènements précis durant ce genre d’aventure.

     

    georges pernoud,laurence bobillier,xavier grimault,la voie du pôle,vincent berthet,ours,polaire,film,documentaire,france 3,thalassa,tristan nihouarn,matteo rivoli,rené heuzey,jean-christophe guerri,séverine cappa,groenland,alban michon,western,arctique,piège blanc

    Par expérience, je sais aussi que la plupart de ces évènements arrivent, même si évidemment le scénario définitif est lui écrit par l’aventure, le réel et la vérité du terrain, bref par ce qui se passe réellement…

    Mais comme disait Boris Vian, «Tout est parfaitement vrai, puisque je l’ai inventé ou rêvé !»

    TRobert2.jpg

    - Justement entre réalité et fiction, comment procédez-vous ? Le terrain vous dicte ses impératifs souvent contradictoires avec votre scénario initial, non ? 

    - Mon principal souci en terme de réalisation, ça a été de multiplier les caméras, et donc les axes, pour filmer chaque séquence afin de donner du rythme au montage. Grâce à ces champs / contre-champs permanents, l’idée consiste bien à plonger le spectateur dans un authentique film d’aventure, tout en utilisant les codes des films de une fiction, même si là, tout est bien réel.

    L’autre innovation de taille afin d’accompagner l’expédition sans la «polluer», ça a été d’être capable de mettre en place un tournage avec une équipe de techniciens baroudeurs aguerris. Il fallait réaliser une fiction avec une équipe expérimenté mais légère. Il s’agissait donc bien de filmer une expédition tout en laissant la liberté à Alban et Vincent de vivre pleinement leur aventure.

    TRobert1.jpg

    - Cinéaste toujours en quête d’innovations, quelles ont été justement les innovations pour ce tournage ?

    Pour cela, nous avons travaillé avec la meilleure équipe possible. J’ai fait appel à des grands professionnels, à des pointures du milieu comme René Heuzey, directeur de la photo sous-marine, Jean-Christophe Guerri, son assistant et éclairagiste pour les prises de vue sous-marines, Matteo Rivoli, premier assistant, 2nde camera et machinerie. Je n’oublie pas non plus Séverine Cappa, notre directrice de production.

    Vraiment, je ne pouvais pas être mieux entouré ! Pour les prises de vues aériennes, ça a été plus délicat, car  nous avons perdu notre drone lors d’un appontage à grande vitesse ! Du coup, il a fallu récupérer quelques images aériennes préexistantes.

    url2.jpeg

    - Quelles difficultés avez-vous rencontré au montage, en terme de narration ou de rythme notamment ?

    - Vous savez, le moteur du travail pour moi, c’est l’amitié. Le monteur avec qui je travaille très régulièrement ces dernières années s’appelle Alexis Barbier-Bouvet. C’est un monteur expérimenté et talentueux.

    Concernant le rythme à donner à ce film, on était immédiatement d’accord, fort sûrement de nos collaborations, et du coup, à la grande complicité qui nous unit. Tous les deux, on ne discute pas des heures, on ne tergiverse pas, on est très vite d’accord sur le meilleur à «tirer» des image tournées. Naturellement, on sait le rythme que l’on doit imprimer au film.

    Quant à la narration, je prends des tas de notes au fur et à mesure du montage en pensant à la narration finale, que je peaufine le tout dernier mois, entre la fin du montage, le visionnage, et l’étalonnage, voire jusqu’au mix (NDLR : mixage voix-off, interviews et musique).

    Je soumets évidement tout cela aux aventuriers pour être bien certain qu’on est raccord, que je ne leur fais pas dire n’importe quoi !

    TRobert5.jpg

    - Pour la bande-son du film, vous avez fait appel à Tristan Nihouarn, l’ex leader du groupe rock Matmatha. Pourquoi ?

    - Pour la musique, j’avais discuté très en amont avec Tristan, en lui disant : «Voilà ce que je vais faire, voilà ce que je veux !». Et puis, nous sommes partis tourner la première partie du film, et là, en rentrant du Groenland on s’est retrouvé chez lui à Paris, il m’a fait écouter 4 ou 5 titres, j’en avais les larmes aux yeux. Je lui ai dit : «Merci, c’est magnifique, c’est pile ce que je recherche !».

    À partir de là, on a longuement échangé, via le net, jusqu’aux arrangements finaux. Certains morceaux, on les a vraiment «fabriqué» ensemble. Il est très exigeant, et moi aussi ! Ca a été une expérience extraordinaire, je crois aussi bien pour lui que pour moi !

    georges pernoud,laurence bobillier,xavier grimault,la voie du pôle,vincent berthet,ours,polaire,film,documentaire,france 3,thalassa,tristan nihouarn,matteo rivoli,rené heuzey,jean-christophe guerri,séverine cappa,groenland,alban michon,western,arctique,piège blanc

    - Quelles sont vos séquences préférées ?

    - Il y a plusieurs séquences qui me touchent particulièrement, car l’histoire monte crescendo ! Toutes ont le parfum du tournage.

    Certains souvenirs particuliers demeurent accrochés. Évidement, l’apparition de l‘ours polaire a été un très grand moment, il régnait ce jour là une excitation dans toute l’équipe parfaitement incroyable ! Personne ne s’est vraiment posé la question du danger, il y avait tellement de joie de pouvoir filmer une telle rencontre, moi dehors sur le zodiac, parfois à moins d’un mètre de l’ours, Vincent qui se tenait prêt le fusil en main et René sous l’eau avec Alban qui eux ont quasiment touché l’animal ! C’est incontestablement un très grand moment !

    Mais il y a eu aussi d’autres très grands moments qui ne sont pas dans le film. Ainsi, nous avons exploré durant plusieurs jours un fjord dans l’espoir de filmer des narvals, sans y parvenir cependant ! Ce film finalement, c’est le fruit de cette incroyable aventure humaine qui nous liait tous, l’équipe film et les aventuriers !

    url.jpeg

    - Quels sont vos nouveaux projets de film ?

    - Nous repartons dans 2 mois pour tourner la suite de La Voie du Pôle. Le bateau s’appelle « Babouchka » et c’est Vincent Berthet (mon «jeune» vieux complice !) qui accompagnera Seb Roubinet cette fois.

    Une nouvelle aventure polaire à mettre en boîte mais je suis comblé car autant la société de production Le cinquième rêve et Nicolas Zunino, que notre diffuseur France 3 Thalassa - Georges Pernoud, la rédactrice en chef Laurence Bobillier et Xavier Grimault le rédacteur chef adjoint, tous nous font une totale confiance.

    C’est donc un bonheur total de replonger si j’ose dire dans une nouvelle aventure polaire… »

    Photos sous-marines with courtesy Deep Sea Under The Pole

     

    georges pernoud,laurence bobillier,xavier grimault,la voie du pôle,vincent berthet,ours,polaire,film,documentaire,france 3,thalassa,tristan nihouarn,matteo rivoli,rené heuzey,jean-christophe guerri,séverine cappa,groenland,alban michon,western,arctique,piège blanc


    A VOIR
    Le piège blanc un film documentaire diffusé sur France 3 dans l’émission Thalassa désormais disponible en DVD (Le cinquième rêve)


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • ARMEL & SES TONTONS

    Armel, qui a volé le pôle Nord ?, c’est un album jeunesse inspiré d’une véritable expédition menée en 2012 au pôle Nord. «Un petit livre polaire» signé Julien Cabon (textes) et Hervé Bellec (dessins), deux fondus des pôles.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • L’ESPRIT D’AVENTURE | PATRICE FRANCESCHI

    Ce n’est pas le seul mot qui ait été vidé de son sens par notre époque comptable. La notion d’aventure évoque aujourd’hui au mieux des exploits sportifs, au pire des émissions télés qui exploitent «l’extrême». Il ne reste rien de la découverte et de l’émerveillement du monde, de la rencontre avec l’étranger et de leur connaissance. Mais cette aventure-là est-elle d’ailleurs encore possible voire souhaitable ? Explorateur, écrivain, cinéaste et marin, Patrice Franceschi (LIRE SON PORTRAIT) répond à cette question (sa favorite) de façon étayée. Extrait d'un entretien paru sur le très étoffé blog Ragemag.

    Lire la suite

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • DANS SA NATURE

     thierry ragobert,amazonia,singe capucin,luc marescot,gédéon programme,nature,forête,amazonie,cinéma,fiction

    Amazonia, c’est un long métrage racontant le voyage d’un jeune singe capucin au cœur  de la forêt amazonienne. Après deux ans de développement, de recherches scientifiques et d’écriture, le cinéaste Luc Marescot est fier pour «sa» première fiction. À l’origine de cette idée et scénariste, cette histoire de singe capucin tient forcément à cœur de cet homme d'images passionné de Nature

    13-2.jpg

    › GÉNÈSE
    « C’est un projet dont je suis effectivement à l’origine, et dont la réalisation, au final, a été confiée à un autre réalisateur, un ami : Thierry Ragobert. Tout est parti d’une discussion avec Stéphane Millière, producteur chez Gédéon. Nous avions envie de raconter une histoire qui se déroulerait dans la forêt. La volonté première, c’était de faire une fiction, après 25 ans de documentaire. La fiction permet de «poloniser» un peu plus. Co-réalisateur du film La planète blanche, Thierry Ragobert réalise en quelque sorte avec Amazonia :  La planète verte !

    big-3-le-pacte-biloba-films-gullane.jpg

    › SCÉNARIO
    Un singe capucin, en provenance du monde des hommes, s’échoue en quelque sorte dans un monde sauvage qui lui est inconnu et auquel il doit faire face. Le singe capucin part ainsi à la découverte d’abord d’une forêt sombre, voire effrayante, avant de se l’approprier et découvrir une forêt lumineuse au fur et à mesure qu’il monte dans les strates. Le singe capucin devient le subjectif.

    _79H7974__c_2013_Le_Pacte_Biloba_Films_Gullane.jpg

    › PARTI-PRIS
    Dès le départ, la fiction s’est imposée afin de toucher un large  public. Moi je pensais au départ à des comédiens, puis nous avons choisi un animal comme personnage. Quant à l’idée du singe capucin, je la dois à ma femme Myriam qui a travaillé pendant 5 ans avec des singes capucins au profit d’handicapés tétraplégiques.

    thierry ragobert,amazonia,singe capucin,luc marescot,gédéon programme,nature,forête,amazonie,cinéma,fiction

    « Amazonia nous entraîne au cœur de la plus vaste forêt de notre Terre à la découverte de la Planète Verte. Une fiction animalière pour toute la famille. Une ode à la beauté et à la diversité de l’Amazonie, un décor hors norme, sauvage et mystérieux »

    thierry ragobert,amazonia,singe capucin,luc marescot,gédéon programme,nature,forête,amazonie,cinéma,fiction

    › BILAN
    J’ai vu le film et c’est un beau challenge. Il y a bien évidemment un décalage entre ce que tu vois à l’écran et ce que tu as écrit. Un film, vous savez, s’écrit au montage, il s’écrit également au tournage. Après visionnage, je suis rassuré. Ce film va dans le sens des idées premières. C'est réussi ! »

    _AA27932__c_2013_Le_Pacte_Biloba_Films_Gullane_01.jpg

    Qui est Luc Marescot ?
    C’est un cinéaste rompu depuis 25 ans aux tournages sous toutes les latitudes. À son actif, pêle-mêle : un tour du monde de deux ans à bord de tractions-avants, une traversée de 800 kilomètres du désert sur des chameaux avec un géologue, six mois à pied autour de l’Afrique, 7 mois en famille en Australie… et moult films documentaires ou émissions télévisées comme C’est pas sorcier ou Rendez-vous en Terres inconnues.

    120_AMAZONIA.jpg


    DES CHIFFRES & DES LETTRES

    Des chiffres qui en disent long sur ce projet cinématographique. Pharaonique, non ?

    Un décor de plus de 6 millions de km².
    Un casting de rêve : 40 singes capucins, des jaguars, un anaconda, un kinkajou, une loutre, un aigle, des dauphins roses, des crocodiles, une taira, un tatou, des coatis, un boa, des mygales et une famille de paresseux.
    Une figuration hollywoodienne : 5 000 espèces animales, 2,5 millions d’insectes et 40 000 espèces végétales.

    thierry ragobert,amazonia,singe capucin,luc marescot,gédéon programme,nature,forête,amazonie,cinéma,fiction

    9 mois d’imprégnation pour les animaux principaux.
    2 ans de tournage au cœur de l’Amazonie.
    Une équipe de 80 techniciens aux références incontournables : OCÉANS, LE PEUPLE MIGRATEUR, LA FORET DES PLUIES, LES SAISONS, LE RENARD ET L’ENFANT, DEUX FRÈRES...
    6 mois de développement électronique et mécanique sur les caméras, les optiques, les outils relief et la machinerie ont été nécessaires pour inventer le dispositif de réalisation d’Amazonia.


    EN SAVOIR +

    Amazonia
    de Thierry Ragobert. Entièrement tourné en 3D relief. 1h25 - France. Sortie le 27 novembre prochain. Rendez-vous sur le site web officiel du film AMAZONIA

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • SNSM : SON "PACHA" S'EXPLIQUE

    PortraitOL1.jpg

    Acteur incontournable du monde maritime, la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM) s’appuie sur des moyens et des effectifs conséquents, dont 6 000 sauveteurs bénévoles œuvrant, en mer ou le long du littoral, en métropole comme en outre-mer, tout au long de l’année. Quatrième et dernier volet d'un reportage consacré aux sauveteurs en mer et entretien avec Olivier Lajous, (VOIR SON PORTRAIT) l'ancien DRH de la Marine nationale élu en mai dernier président de la SNSM.

    snsm-sauveteurs-en-mer.jpeg

    « Président, qui sont véritablement les bénévoles de la SNSM ?

    (LIRE L'ÉPISODE PRÉCÉDENT) - Olivier Lajous : Les sauveteurs bénévoles sont souvent d’anciens marins issus du monde de la pêche, dela Marinemarchande ou dela Marinenationale. Ces dernières années, le profil de nos bénévoles a cependant changé.

    Nos nouvelles recrues viennent désormais, de plus en plus, du monde de la plaisance ou ne sont pas, à la base, des professionnels de la mer. La SNSM s’est également rajeunie. Notre moyenne d’âge s’est désormais établie à 48 ans, preuve que les actifs sont de plus en plus nombreux même si les retraités restent des forces vives pour nous.

    Bruno Bouvry SNSM NS 001 (19).JPG

    Pourquoi un ancien amiral de la Marine a-t-il toujours été à la barre de la SNSM depuis 1967 ?

    - Olivier Lajous : D’abord, le mot «Amiral» est un mot toujours magique dans la communauté des gens de mer. C’est plus qu’un grade ou un titre, c’est la preuve que l’intéressé a navigué, qu’il a exercé des fonctions à responsabilités en mer puis à terre.

    C’est sûrement pour ses raisons, qu’un ancien officier général a pour l’instant toujours été élu à la tête dela SNSM. Ce qui n’interdit pas qu’un futur président soit issu de la marine marchande ou de la plaisance. Quoiqu’il en soit, c’est une fonction bénévole très prenante mais passionnante.

    ville_de_paris_ile_de_sein_snsm_700.jpg

    Amiral, ces responsabilités sont-elles forcément différentes de celle que vous avez pu exercer pendant près de 40 ans dans la Marine ?

    - Olivier Lajous : Dorénavant, je ne commande plus des marins militaires payés par l’Etat dans un système fortement hiérarchisé pour mener des missions pouvant aller jusqu’au combat. J’exerce une responsabilité sur des sauveteurs qui sont bénévoles dans un système en apparence moins codifié. Qui dit bénévoles, dit souvent passionnés.

    nageurs-sauveteurs-snsm.jpg

    La passion, c’est bien mais la raison, c’est mieux ! Car c’est en équipage que les sauveteurs de la SNSM mènent à bien leur mission. En mer, on ne travaille bien qu’en confiance et en équipage.

    Autre défi de taille pour la SNSM, celui de continuer à nous professionnaliser tout en conservant notre esprit engagé et bénévole. Vous savez, dans un monde toujours plus exigeant et fortement judiciarisé, l’engagement bénévole, c’est le véritable trésor dela SNSM »

    Les-Sauveteurs-En-Mer-dons.jpg

    › EN SAVOIR PLUS
    Un don de 150 € à la SNSM finance l’acquisition d’un gilet de sauvetage pour un sauveteur embarqué, un don de 380 € une tenue complète. Pour contacter et aider les Sauveteurs en mer. Par courrier : SNSM - cité d’Antin - 75009 Paris. Par téléphone : 01 56 02 64 64 ou via le site web à http://www.snsm.org/


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • TOUT UN ROMAN

    francois bellec,roman,l'arbre de nuit,portugal,goa,grands découvreurs,écrivain de marine,peintre de marine

    Peintre et écrivain de Marine, François Bellec est également un spécialiste de renom de l’histoire de la navigation et de l’exploration du monde. Auteur de nombreux ouvrages sur le sujet, le contre-amiral (2S) s’est, cette fois attaqué à un nouveau genre : la fiction. Une première fort réussie, car son roman est d’ores et déjà le lauréat du prix Eric Tabarly 2013.

    « Amiral, quelle histoire raconte votre premier roman ?

    Mon roman raconte la destinée de trois personnages prêts à tout pour atteindre Goa, considéré alors comme la « Rome de l'Orient ». Assistant d'un cartographe de Dieppe, François Costentin veut à son tour explorer le monde et rejoindre l’Inde.

    Apothicaire et chirurgien, Jean Mocquet a, quant à lui, découvert Goa grâce au livre d’un botaniste portugais dont les travaux lui ont révélé les pouvoirs des plantes et des épices ainsi que leur utilité.

    GOA 4.jpg

    Mon troisième personnage, c’est Dona Margarida da Fonseca Serrão, une veuve de 24 ans, demandée en mariage à Goa par Dom Alvaro, le frère de son défunt mari. Mes trois personnages embarquent à Lisbonne sur une caraque[1] amirale le 29 mars 1608, chacun sûr de ses choix et de ses rêves.

    Pourtant aucun voyageur ne peut alors prévoir ce qu’il adviendra d’une traversée longue de 14 mois, entre tropiques et Atlantique sud, entrecoupée souvent d’un hivernage au Mozambique.

    CE QU’ON EN DIT
    Une grande réussite que ce premier roman de l'Amiral Bellec. Une magnifique épopée sur le courage des marins portugais, qui au risque de leur vie, allaient chercher fortune "aux Indes". Établis à Goa depuis le début du XVIIème siècle, les navires en rapportaient le poivre, la cannelle, la girofle, des produits de luxe qui valaient plus cher que l'or...
    Par la Librairie de Port Maria

    GOA 2.jpg

    Racontez-nous la genèse de ce premier roman ?

    Tout a commencé, il y a une trentaine d’années, lorsque je dirigeais le musée dela Marine. Encontact permanent avec des historiens, je me suis passionné pour leurs recherches au point de travailler à leur demande l’histoire de la navigation hauturière, très mal connue en ce temps.

    J’ai très vite compris que chaque pays ne disposait que de ses seules ressources, se constituant ainsi sa propre vision. J’en ai donc fait la synthèse en privilégiant notamment la dimension humaine.

    Quant à l’histoire maritime du Portugal, j’en suis devenu un spécialiste, grâce un ami attaché naval du Portugal à Paris qui m’a mis en relation avec un grand historien maritime de l’université de Coimbra. J’ai compris ce que nous devions au Portugal à l’époque des grandes découvertes. J’ai d’ailleurs publié des articles sur le sujet dans des revues maritimes portugaises, intéressées autant par mes connaissances que mon regard extérieur.

    francois bellec,roman,l'arbre de nuit,portugal,goa,grands découvreurs,écrivain de marine,peintre de marine

    CE QU’ON EN DIT
    « Un roman à lire absolument, qui allie l'érudition de l'ancien directeur du Musée National de la marine, au talent du peintre et à la plume élégante et pleine d'humour de l'amiral Bellec, écrivain de marine »
    Loïc Josse, libraire La droguerie de Marine

    GOA 3.jpg
    Pendant ces années, vous ne vous attaquez pourtant à aucune fiction ?

    Tout à fait ! Ce qui ne m’a pas empêché de publier une vingtaine d’ouvrages sur la navigation ou l’histoire maritime. Mais vous savez, en littérature, on ne devient un «véritable» écrivain que lorsque on publie un roman.

    La suite était dès lors logique. Le 17ème siècle, le Portugal, ses grands découvreurs… le cadre de mon premier roman était tout trouvé ! Pour autant, tout devient compliqué avec un roman historique.

    Un exemple ? Un jésuite à Goa en 1604 est-il habillé en blanc ou en noir ? Aux soucis romanesques s’ajoutent donc des détails de ce genre. Sur le fond, mon roman est en quelque sorte une « déclinaison » de mon abondante documentation.

    GOA 5.jpg

    Quel est votre prochain projet éditorial ?

    J’ai pris un tel plaisir à écrire ce  premier roman que je termine déjà la suite ! Cette fois, mon intrigue a lieu 13 ans après. Je fais voyager mes personnages, dont François, mon jeune cartographe, à Macao ou à Batavia.

    En enquêtant, j’ai ainsi remarqué qu’en une décennie la situation de cette région du globe a totalement changé. Les hollandais se sont implantés. La pression britannique est perceptible.

    Quant au roman, il m’oblige à dénicher des détails dans des livres anciens, un travail certes passionnant mais de longue haleine. D’ailleurs, j’apprends beaucoup. Le 17ème siècle, celui de la Renaissance et de Léonard de Vinci, est finalement une époque très sauvage ! »

    Propos recueillis par Stéphane DUGAST

    Bellec arbre de nuit.jpg


    [1] : La caraque (ou nef) est un grand navire, de la fin du Moyen Âge, caractérisé par sa coque arrondie et ses deux hauts châteaux avant et arrière.


    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • BESOIN DE MER (RÉACTUALISÉ)

    PPLISSON.jpg

    Peintre de Marine, Philip Plisson est certainement aujourd'hui le photographe de mer le plus médiatique et le plus reconnu. Comptant à son actif moult ouvrages et clichés de mer devenus célèbres, son œil, sa « patte » et son ancre de Marine ont fait sa marque de fabrique. C’est dans le Morbihan, à la Trinité sur Mer, son port d’attache, que le Philip Plisson s'était confié à moi il y a quelques mois. A l'occasion de son soixante-sixième anniversaire, le photographe très prolifique signe d'ailleurs son soixante-sixième livre ! Retour sur d'étonnantes confessions d'un passionné des océans.

    Propos recueillis par Stéphane DUGAST

    PPLISSON 4.jpg

    « Près de 90 % du commerce mondial s’effectue par la mer avec les conséquences que l'on connaît en matière de pollution. Vous parcourez depuis des décennies océans et littoraux de notre planète, comment l'homme gère selon vous aujourd'hui cet environnement ?

     - Philipp PLISSON : À mes yeux, il y a enfin chez les politiques et nos concitoyens une prise de conscience des océans et de leur avenir. Jusqu’à récemment, la mer ne semblait pas être totalement ancrée dans le paysage médiatique hexagonal.

    Pourtant, la France offre le trait de côte le plus long d’Europe. La Marine nationale a longtemps été la seconde force navale dans le monde. La mer semblait délibérément occultée des discours. Le Grenelle de la Mer a indéniablement mis en lumière cet univers et ses enjeux.

    PPLISSON 7.jpg

    Ce Grenelle a surtout permis de poser les bonnes questions en réunissant autour de la table des spécialistes et en les faisant plancher sur des problématiques majeurs pour nos océans, et par delà nos sociétés modernes.

    Quant à la gestion de l’homme de son environnement sur notre planète, je laisse le soin aux spécialistes de faire leurs commentaires. Eux seuls peuvent parler des océans et de leurs enjeux du fait de leur expertise. Il y a à mon sens en ce moment trop de donneurs de leçon qui parlent, à tort et à travers, des océans et d’écologie.

    Pour ma part, c’est un univers que j’observe, que je regarde et que je photographie depuis des décennies. La mer m’inspire des émotions et des réflexions mais jamais je ne me permettrais d’être un donneur de leçon.

    Couverture-la-France-vu-de-la-mer.jpeg

    Depuis le printemps 2009, vous vous êtes lancé dans un projet ambitieux : photographier la France et son littoral vue de la mer. Quelles en sont les raisons et les motivations ?  

    J’ai voulu porter un regard photographique sur le littoral hexagonal depuis la mer. Cela peut aujourd’hui paraître être une évidence mais cette dimension n’avait encore jamais été appréhendée.

    J’ai ainsi voulu écrire photographiquement parlant le littoral français en partant de la frontière belge à la frontière italienne. J’avais cette idée en tête depuis longtemps.

    PPLISSON 5.jpg

    Encore fallait-il oser se lancer dans ce projet hors normes. Economiquement, c’est loin d’être viable mais l’intérêt de ce projet, comme sa portée, sont indéniables. A ce jour, j’ai déjà parcouru 6 820 milles, soit 12 630 kilomètres pour les terriens. A raison de 6 heures de photo en moyenne par jour, vous pouvez en déduire que j’ai navigué pendant 263 jours de mer.

    Mais plutôt que de vous asséner de chiffres, parlons de l’esprit de La France vue de la mer. C’est un clin d’œil à la vocation première des peintres de Marine, un corps d’artistes créé aux origines pour témoigner sous forme d’inventaire des ressources maritimes de la France.

    PPLISSON 2.jpg

    Sillonner le trait de côté m’a également donner l’idée de m’intéresser également à la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM). J’ai ainsi décidé de dresser un inventaire des hommes et des moyens de la SNSM. Je ne pensais pas que cela serait autant gourmand en temps.

    Car, il faut prendre rendez-vous avec chacune des stations de la SNSM, organiser des séances photos avec les unités en mer puis ensuite photographier les équipages à terre. Même si cet inventaire supplémentaire me ralentit considérablement, je suis fier de mener cette mission au profit d’une association à laquelle je suis intimement liée et qui, de surcroît, est essentielle pour les gens de mer.  

    PPLISSON 3.jpg

    Comment réussissez-vous à concilier ces contraintes avec votre exigence artistique également gourmande en temps ?

    J’ai descendu le trait de côte en le photographiant comme il se présentait. Je n’ai pas attendu des heures la lumière exceptionnelle, ce grain noir ou ce coup de vent qui donne à un cliché force, esthétisme et puissance, sinon j’y aurais passé des années.

    L’essentiel a été de parcourir le trait de cotes et le photographier tel quel. J’ai cependant tenu à parcourir le trait e de côtes toute en faisant le tour de toutes les îles et en visitant tous les estuaires, les abers ou les baies. C’est un travail titanesque !

    9782812302855.jpg

    Prenons l’exemple de la Bretagne, rien qu’à elle seule ce sont ainsi 3 500 kilomètres de trait de cotes que j’ai photographié. D’un point de vue éditorial, j’ai découpé mon travail par segments géographiques. Paru en librairie, le premier tome de La France vue de mer s’est ainsi concentré des plages du Nord au Mont-Saint-Michel. Les tomes suivants seront dédiés à la Bretagne puis à la façade atlantique. J’achève en ce moment mon travail sur le littoral méditerranéen avant de m’attaquer à la Corse »

    Photographies : Philipp PLISSON / www.plisson.com

     

    plisson,philpp plisson,littoral,mer,marins,patrimoine,livre,édition,photos,photographies,france,environnement

    EN SAVOIR +

    Le site « officiel » de Philipp Plisson  http://www.plisson.com/

    Le blog de Philipp Plisson  http://www.philip-plisson-blog.com/ 

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • LE SEL DE L’AVENTURE

    Jour_10_-_Mardi_7_f+®vrier.jpg
    4 800 kilomètres sans escale ni assistance à la seule force des bras pour traverser l’océan Atlantique en 41 jours, tel est le défi accompli le 9 mars dernier par Christophe Dupuy, devenu le premier officier de Marine à réussir pareil exploit. Récit a posteriori d’une navigation forcément pas comme les autres…

    - « Racontez-nous cette course à la rame ? Quels en ont été les temps forts ou à contrario les moments de doute ?

    - Christophe Dupuy : Cette traversée de l’Atlantique à la rame, je l'ai préparée pendant un an. Je l'ai abordée comme une mission. Je l'ai ainsi déclinée en phases et séquences comme on prépare une opération au sein des forces spéciales.

    Les temps forts sont incontestablement le départ et l'arrivée. Le départ, car on part un peu quand même vers l'inconnu.

    028.jpg

    L'arrivée, car c'est la fin et de tomber dans les bras de Bruno Le Tyrant (NDLR : ancien officier marinier commando en charge du technique) avec qui toute cette histoire n'aurait pas pu être possible s'il n'avait pas été là !

    Quant aux instants de doute, j’en ai eu un au moment du coup de vent au sud des îles du Cap Vert. Je n'ai pas pu ramer pendant 36 heures. Je me suis dit que si cela devait être comme cela tout le temps, cela allait vite devenir compliqué et ce, d'autant plus, quand on apprend que les autres se retournent les uns après les autres.

    On prend alors vraiment conscience que l'on est tout petit face à la mer. Un sentiment bizarre. Car ce sont autant cette force et sauvagerie que la beauté des images de cet univers dantesque qui restent et nous imprègnent…

    Christophe_Dupuy_-_Dimanche_26_fevrier(1).jpg
    En quoi avoir été un commando et nageur de combat vous a-t’il servi ou desservi pendant cette aventure ?

    - Dans la préparation et dans la réalisation. Préparation car comme je vais me répéter mais j'ai tout décliné pour ne rien laisser au hasard. Visiblement, cela a bien marché.

    Mon passé m’a servi dans l'action, car j'ai gardé une rigueur dans l'exécution. Je n'ai rien changé à ce que j'avais prévu. Le côté que j’ai un peu occulté, cela a peut être le côté contemplatif. Mais rassurez-vous, j'ai dans ma tête des images indélébiles. J’ai vécu des moments intenses et extraordinaires.

    Christophe_Dupuy_-_Dimanche_26_fevrier.jpg

    N'éprouvez-vous pas de frustration à ne pas être sur le podium alors qu'en vous suivant au quotidien, on a longtemps cru à une troisième, voire une seconde place ?

    - Effectivement, cela est dommage, mais j'ai réussi et là est ma victoire. De plus, au prologue, j'avais dit que je serai heureux d'être dans le top 5.

    Je finis cinquième grâce à un décompte de l'organisation qui fait un quatrième malgré deux troisièmes, donc contrat rempli !


    Concernant la solitude et le danger, comment l'appréhende t’on ? Avez-vous pensé à la mort ?

    J'ai eu peur, comme on part au combat ou avant mission, la veille et le jour du départ. Puis à partir du moment où je me suis retrouvé tout seul, la mécanique de la mission s'est mise en place, la concentration, il n'y avait plus d'états d'âme.

    La solitude ne m'a pas pesé et le danger été appréhendé donc pris en compte. Je ne me suis donc jamais laissé débordé.

    Dakar 150.jpg

    Qu'éprouve ton à l'arrivée ? Une fois de retour à terre ?

    - Une grande satisfaction mais je ne prends conscience de l'avoir fait que depuis que je suis rentré auprès des miens ou en voyant les films et les photos.

    L'Aventure c'est quoi selon vous ?

    - La vie ! Il faut toujours avoir des projets pour avancer et la réalisation de ceci rend heureux… »

    Jour_10_-_Mardi_7_fevrier.jpg

    EN SAVOIR PLUS //
    Le récit de son aventure avant son départ

    Lien permanent Pin it! Imprimer
  • ENTRETIEN PARTICULIER

    bdn,tramp,jusseaume,kraehn,dargaud

    Le cargo Maudit : c’est le titre du nouvel album de Tramp, une série de bande dessinée prisée de tous les férus d’aventures et de mer. Un one shot (dans le jargon de la profession) rompant avec les précédents albums dixit Patrick Jusseaume, son dessinateur. Et dire qu’il va falloir patienter jusqu’au 9 mars prochain, date de la parution du dixième tome de ce thriller maritime à chaque fois haletant…

    263805_109274549167149_100002538138858_83205_7282787_n.jpg

     « Patrick Jusseaume, pourquoi s’atteler à un one shot ?

     - Cet album rompt avec le tempo Indochinois dont le thème a un caractère historique. Là, nous abordons le thème policier. L'écriture du scénario s'en trouve, je l'imagine, modifiée. Puis après cette courte «pause- escale» car la vie de marin c’est d'être en mer.  Nous repartirons vers des océans plus lointains et plus chauds. Donc pour un nouveau cycle. Sur un autre tempo...

    Quel est l'intérêt de cette nouvelle intrigue ?

     - Changer de registre scénaristique, renouveler l'intrigue. Le quotidien à bord d'un navire est furieusement répétitif ! Il faut presque systématiquement tenir  compte du fait que les ouvertures scénaristiques peuvent plus aisément venir de l'extérieur.

     253934_106463316114939_100002538138858_53149_6004111_n.jpg

    Avez-vous travaillé sur de nouvelles sources d'inspirations ?

     - En premier lieu, la source d’inspiration récurrente, est le dépaysement. Fondamental dans l’univers des marins. Au gré de la chronologie des cycles. Il n’y a pas de co-écriture dans notre collaboration avec Jean-Charles. Il suit les inspirations que peuvent lui apporter chaque escale, j’imagine !

    bdn,tramp,jusseaume,kraehn,dargaud

    Et puis,  entre le ciel et la mer, le temps ne s’écoule plus de la même manière ! 

     - La Marine Nationale m’invite maintenant à naviguer au moins une fois par an, grâce à Pascal Subtil, officier de communication, entre autres. J’ai donc découvert la vie à bord des voiliers et «bateaux gris». Le rythme de vie d’un terrien n’a pas grand chose à voir avec celui d’un marin. Sinon, pour cet album plus précisément, il m’a fallu chercher des décors urbains.

    Retrouver l’ambiance normande de cette ville portuaire. Il faut y ajouter un aspect social, ainsi que son contexte : On sortait de la guerre. Le confort social de cette époque n’était pas le même, ni probablement les priorités.

    bdn,tramp,jusseaume,kraehn,dargaud

    Thriller maritime, Tramp est une série délicieusement surannée …

     - Une époque. Une façon de vivre … notre jeunesse ? Il faut aussi ajouter que c’était l’âge d’or de la marine marchande. De vrais équipages. Le téléphone portable n’existait pas.

    Quand un marin devenait papa il devait souvent attendre que la bonne nouvelle arrive par courrier la veille au port d’escale annoncé du lendemain.

     246897_106462926114978_100002538138858_53142_6644602_n.jpg

    Et bien souvent, m’a-t-on dit, le courrier n’arrivait que le lendemain du départ. De sorte que le papa apprenait véritablement la naissance à l’arrivée. Encore une fois, la notion de temps était différente. Les sentiments de solitude, et d’éloignement étaient palpables.

    Le voyage était long ! Il me semble, pour l’avoir constaté à bord de bâtiments de la Marine, que le sentiment d’éloignement est resté incompressible encore aujourd’hui.

    Dès que le navire aborde une zone côtière les marins essaient tous leur portable pour tenter de capter une réception. Assis sur le pont à l’abri d’une poupée de treuil pour se protéger du vent ils essaient de retrouver le contact de l’être cher.

     254049_106462942781643_100002538138858_53143_6486939_n.jpg

    Votre public n’est-il constitué que de connaisseurs ?

    - Non ! Néanmoins, nous sommes présents dans les carrés à bord. Ce qui veut dire que nous sommes crédibles, tout de même ! Et puis il y a tous les terriens pour qui la mer est le symbole d'une sorte  de nomadisation. Partir c'est quitter ses repères. Changer de coutumes...

     Pour conclure, j'ai envie de citer Théodore Monod* : «En mer comme au désert, vivre c'est avancer sans cesse, à travers un décor à la fois  immuable et changeant, identique à l'œil et que l'on ne saurait différent sans le témoignage du sextant, de la montre et de la boussole, s'aventurer comme à tâtons sous les plus éclatants soleils, savourer l'amertume de se sentir en pleine marche, prisonnier d'un espace pourtant sans barreaux et plus étroitement confiné en cette libre immensité qu'au plus étroit des cachots qui, lui, du moins, à une porte... »

    * : Méharées de Théodore Monod (J’ai lu)

      Stéphane DUGAST
    (Avec la précieuse collaboration de Pascal SUBTIL)

    Dessins © Patrick JUSSEAUME

    bdn,tramp,jusseaume,kraehn,dargaud

    À LIRE //
    Tramp -
    Le cargo maudit (Tome 10) de Patrick Jusseaume & Jean-Charles Kraehn. 14 € (Dargaud)

    EN SAVOIR +
    Le site officiel de Patrick Jusseaume
    http://www.jusseaume.fr/

     

    Lien permanent Pin it! Imprimer